• Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Le PCF condamne…

Posté par jacques LAUPIES le 29 décembre 2008

Le Parti communiste français condamne les bombardements insensés des forces israéliennes sur Gaza qui ont déjà provoqué plus de 150 victimes palestiniennes. Ces raids aériens meurtriers suscitent l’indignation et l’émotion de toutes celles et ceux qui sont sincèrement attachés à la paix.

Le gouvernement israélien prend la responsabilité d’une escalade injustifiable. En continuant sans désemparer la colonisation des terres palestiniennes, en maintenant un blocus criminel sur Gaza –malgré des appels répétés à sa levée venant de différentes autorités du monde entier-, toutes les conditions d’une confrontation ont été entretenues durant des mois dans le plus profond mépris d’ une population civile dont les conditions de vie sont devenues insupportables.

Les bombardements israéliens doivent cesser immédiatement. Les autorités françaises et européennes doivent l’exiger de l’Etat d’ Israël en enjoignant celles-ci de reprendre un véritable processus de négociations et d’appliquer les résolutions des Nations Unies. Elles doivent demander la réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU dans cet esprit. Il n’y a que la voie d’ un règlement politique conforme au droit et à la justice qui peut apporter une coexistence pacifique et une sécurité durable pour tous – Israéliens comme Palestiniens.

Le 27 décembre 2008

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Un universitaire palestinien parle

Posté par jacques LAUPIES le 29 décembre 2008

« À travers une campagne médiatique relayée y compris par certains médias arabes, Israël a réussi à convaincre les pays arabes dit modérés, l’UE et de nombreux pays que ses frappes ne ciblent que le Hamas. Or, sur les 300 morts, hormis le chef de la police, il n’y a aucun responsable du Hamas ou des brigades Al-Qassam (milice armée du Hamas). Certes, 180 policiers qu’Israël assimile à des combattants ont été tués, mais il y a eu 120 civils, dont une majorité d’enfants et de femmes, qui ont péri », dit-il sur un ton excédé. « De plus, poursuit-il, tout le monde le sait : Gaza est une région étroite, surpeuplée, où plus d’un million et demi de personnes, entassées les unes sur les autres, vivent sur 360 km2. Les postes de police, les bureaux du Hamas y côtoient forcément les habitations et quand on vise l’un de ces bureaux ou poste de police, on tue forcément des civils ! Or les Israéliens savent très bien où se trouvent les bases militaires du Hamas. L’Union européenne, les États-Unis, qui ont appelé au boycott du Hamas après avoir forcé le Fatah à organiser les élections législatives remportées par les islamistes, savent que ce sont des civils qui sont ciblés… ce n’est rien d’autre que des bombardements aveugles. Sinon, pourquoi cibler et détruire des écoles, des usines qui, du fait du blocus, ne fonctionnent qu’à moins de 50 % de leurs capacités, des mosquées, des habitations, des commerces, des dépôts d’approvisionnements ? J’appelle cela une politique de terreur. Pourquoi avoir imposé le blocus à Gaza durant deux ans alors que les gens du Hamas ne sont pas affectés par ce blocus ? Et Israël connaît parfaitement cette situation. Pourquoi Israël empêche-t-il des malades de se faire soigner en Cisjordanie alors qu’ils ne sont pas membres du Hamas, pourquoi empêche-t-il l’entrée des vivres et des médicaments à Gaza ? En fait, il y a une logique à cela : Israël veut punir la population civile palestinienne. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Aux USA : abolir la peine de mort et sauver un innocent

Posté par jacques LAUPIES le 26 décembre 2008

Le témoignage d’un élu, Pierre Mansat, adjoint PCF au maire de Paris qui a décidé avec Claude Guillaumaud-Pujol, universitaire, auteur de Mumia, un homme libre dans le couloir de la mort d’aller aux États-Unis rendre visite à Mumia dans le couloir de la mort de la prison de SCI Greene

La situation de Mumia Abu-Jamal nécessite une intensification de l’action.
Les visites régulières de personnalités, d’élus sont un élément important de cette mobilisation, aussi, avec Claude Guillaumaud-Pujol, auteur de Mumia Abu-Jamal, un homme libre dans le couloir de la mort, nous avons décidé de nous rendre aux États Unis.

Mumia est dans le couloir de la mort de la prison SCI Greene (Waynesburg, Pennsylvanie), à 100 kilomètres de Pittsburgh.

Le dimanche 14 décembre, nous l’avons rencontré. Dans une petite pièce blanche aux murs capitonnés, une vitre épaisse nous sépare, pas de micro, de chaque côté deux fentes grillagées.

À notre entrée Mumia, vêtu de la large combinaison orange, nous montre ses deux poignets : depuis la visite de Desmond Tutu et ses interventions, Mumia, comme les autres condamnés à mort, n’est plus enchaîné lors des visites.

Pendant près de trois heures nous parlerons de la lutte pour sa libération, de la crise, de l’élection d’Obama, de la France.

Mumia travaille à un nouveau livre : Avocat du couloir de la mort. En effet, il aide les autres prisonniers à monter leur dossier. D’ailleurs nous verrons très brièvement un condamné à mort qui a obtenu la révision de son procès, « grâce à Mumia ».

Mumia est combatif, souvent souriant, mais sa situation est terrible.
Il a souhaité nous confier un « message ». D’abord remercier tous ceux qui militent pour sa libération, les militants du combat pour les prisonniers politiques aux États-Unis.

Et comme nous évoquions une possible adresse à Barack Obama sur la peine de mort, il a exprimé le souhait d’une double demande : d’abord « la situation économique des prisonniers est dramatique, leur droit au travail doit être réel ». Et puis « le droit à l’instruction doit être inscrit dans la Constitution américaine ».

Il faut amplifier ces visites à Mumia (Patrick Braouezec devait le voir le 21 décembre).
Et peut-être réfléchir à l’organisation d’une « chaîne » d’élus français et européens.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Le combat lycéen

Posté par jacques LAUPIES le 23 décembre 2008

Regards de lycéens de Paris et de banlieue en marge des mobilisations de la semaine dernière contre la réforme Darcos. Ils évoquent le malaise social actuel, la politique
et nous parlent de leur avenir. Reportage au fil des manifestations parisiennes.
Retrouvez mardi, dans l’Humanité, l’analyse du sociologue, Olivier Galland.

Ou mercredi sur

http://humanité.fr

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Apprenez ce que veulent les communistes

Posté par jacques LAUPIES le 21 décembre 2008

Les militants auront bien du « travail » pour lire les textes adoptés par les communistes lors de leur congrès.

En ce qui concerne le public en généra il est à redouter qu’un petit nombre se lance dans l’étude des textes dont évidemment la longueur risque de les décourager. Cependant quoi de plus logique que de rechercher, par dela ce qu’en ont dit les médias, les propositions de communistes dans les textes « officiels » de ce Parti.

Bon courage tout de même car cela en vaut la peine

http://www.humanite.fr/IMG/pdf/20081218_01cn332B-DEF.pdf

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Sale temps pour les libertés

Posté par jacques LAUPIES le 19 décembre 2008

Edvige, Tarnac, presse inquiétée, enfants « délinquants » et l’on en passe. Y-a-t-il une dérive liberticide du pouvoir sarkozien ? L’Humanité passe en revue dans son édition de vendredi tous ces signaux inquiétants.

Dernier épisode médiatique en date, le fait que deux photographes de l’Agence France-presse aient été empêchés de photographier une manifestation de lycéens à Lyon par les policiers (voir photo). L’intersyndicale et la société des journalistes (SDJ) de l’Agence ont réagi pour protester. Officiellement, pour une question -inédite- de « droit à l’image des policiers »….

Comme le signale le site Arrêt sur images, un des photographes, Jean-Philippe Ksiazek, avait déjà alerté les médias lorsque des manifestants avaient été écartés d’une visite de Nicolas Sarkozy en Isère, au mois de mai.

L’intersyndicale a demandé à la direction de l’AFP de « déposer une plainte contre ces agissements qui portent atteinte à la liberté de travailler ».

Dans un autre communiqué, la SDJ « s’inquiète de ces énièmes entraves à la liberté de la presse, à un moment où s’accumulent les pressions de responsables politiques de tous bords envers les journalistes ».

Réaction suffisante ? Pas sûr, si l’on en croit le député PS Arnaud Montebourg, qui souligne la complaisance des médias dominants : « Au mois de juillet 2007, juste après sa prise de fonction, le temps de parole de Nicolas Sarkozy a augmenté de 93% par rapport au mois précédent sur TF1, de 101% sur M6, de 87% sur BFM Télévision, de +79 % sur LCI.

Au mois de septembre 2007, 4 mois après son arrivée à l’Elysée, le temps de parole de Nicolas Sarkozy a augmenté de +256 % sur TF1, de +42 % sur Canal+, de +41% sur BFM Télévision. »

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

A regarder…

Posté par jacques LAUPIES le 17 décembre 2008

http://www.dailymotion.com/video/x7pgb4

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Lycées, travail le dimanche : premiers reculs

Posté par jacques LAUPIES le 17 décembre 2008

Sur ces deux réformes, pas de reculade jure le gouvernement, juste des adaptations. Bel exercice sémantique pour masquer que Nicolas Sarkozy, après avoir surfé sur sa présidence européenne, doit revenir à la réalité du pays.
A lire dans l’Humanité mercredi, le décryptage du projet gouvernemental, par des salariés, syndicalistes, commerçants…

« Il n’y a pas de changement de cap, il n’y a pas de reculade, il y a une adaptation », a assuré mardi sur France 2 Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, à propos des dossiers critiqués du travail dominical et de la réforme du lycée.

Concernant le compromis sur la réforme du travail dominical qui s’est dessiné au sein de la majorité UMP lors d’une réunion de conciliation, lundi soir à l’Elysée, Mme Morano a déclaré qu’il s’agissait d’une « démarche d’adaptation, d’assouplissement, de pragmatisme ».

« Nous sommes arrivés à une solution de compromis », le passage de cinq à dix maximum du nombre de dimanches qu’un maire pourra autoriser à travailler dans sa commune, « c’est à la fois plus de souplesse, plus d’adaptation au terrain et à la réalité », a-t-elle ajouté.

Interrogée sur la mise entre parenthèses du projet de réforme des lycées du ministre de l’Education nationale Xavier Darcos, Nadine Morano a fait valoir que « nous sommes dans une situation où il faut s’adapter, il y a un mouvement fort, il y a une situation économique fragile », comme si la crise avait un rapport quelconque avec la réforme des lycées.

Rappelant que Xavier Darcos « avait réformé énormément », elle a ajouté que dans le cas de la réforme du lycée, « il faut d’abord faire reculer le mensonge, la désinformation qui circulent parmi les lycéens ».

« Nicolas Sarkozy est un bon pilote, qui sait accélérer quand il le faut. Lorsque vous avez un virage plus difficile à prendre, il faut savoir adapter sa vitesse, savoir être pragmatique », a-t-elle dit.

Même son de cloche chez le président du groupe UMP Jean-François Copé. « On a avancé puisque, lorsque cette loi sera votée, on pourra plus aisément travailler le dimanche qu’aujourd’hui, mais je pense que c’est une étape et il faut continuer d’y travailler », a déclaré Copé sur RTL.

Le député de Seine-et-Marne a souligné qu’il y avait « deux avancées et une concession » dans sa proposition : l’élargissement des zones touristiques et la régularisation de la situation des zones où les commerces sont déjà ouverts le dimanche, d’un côté, et de l’autre, l’ouverture des commerces 5 à 10 dimanches par an dans toute la France et non tous les dimanches dans les quatre plus grandes villes. Lille, ville frontalière, bénéficiera d’un statut « ad hoc ».

Le nombre des députés UMP opposés à la réforme « était suffisamment important pour justifier qu’on ait un vrai débat sans que ce soit un psychodrame », a-t-il concédé.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Réaction d’Olivier Dartigolles à la nomination de Patrick Devedjian

Posté par jacques LAUPIES le 14 décembre 2008

Par : Olivier Dartigolles
Mis en ligne : 5 décembre

Devedjan à la relance, la France ne mérite pas cela

Patrick Devedjian doit quitter la présidence de l’UMP promise à un ministre qui aurait bien aimé remplacer François Fillon à Matignon. Mais il doit aussi laisser la place à la tête du conseil général des Hauts de Seine à Jean Sarkozy. Le Président de père vient de trouver un job à Patrick Devedjian.

Alors que le pays s’enfonce dans une crise exceptionnellement grave, nous assistons à un infernal et pitoyable jeu de chaise musicale à l’UMP. Nicolas Sarkozy ne sera pas le président du pouvoir d’achat et encore moins celui qui ira chercher la croissance avec les dents. Il n’est aujourd’hui que le DRH d’une droite aux abois sans réponses et sans moyens face à la crise. Devedjian à la relance, voilà une bien mauvaise nouvelle : la France ne mérite pas cela.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Discours de Sarkosy sur la psychiatrie

Posté par jacques LAUPIES le 8 décembre 2008

Dans son discours sur la psychiatrie du 2 décembre 2008, Nicolas Sarkozy a fixé son cap : tout pour le sécuritaire, rien pour répondre au manque de moyens des équipes de psychiatrie face à la souffrance psychique.

S’il a fait des propositions et annoncé le déblocage de crédits, ce n’est pas pour améliorer la qualité des soins, mais pour renforcer le caractère carcéral d’une partie de la psychiatrie avec la création de 120 chambres d’isolement, de 4 centres fermés ou encore l’instauration des bracelets électroniques. Ces décisions ressemblent à s’y méprendre à un dispositif dépendant du Ministère de l’Intérieur, et non plus du Ministère de la Santé.

Pourtant la psychiatrie a besoin de moyens pour mieux prendre en charge, pour accompagner, pour soulager la souffrance de ces centaines de milliers de personnes qui ont recours chaque année au dispositif de psychiatrie de secteur.

Le Président Sarkozy stigmatise la maladie mentale, voire même la criminalise, dans le mépris le plus total des valeurs de la République.

La psychiatrie a besoin de lits, pas de chambres d’isolement. La psychiatrie a besoin de structures nouvelles ouvertes sur la société, pas de lieux d’enfermements. Pour sa part, le Parti communiste français continuera à porter sur la psychiatrie un regard de respect et d’ouverture. A l’opposer de la dérive sécuritaire annoncée par le Président de la république.

Parti communiste français

Paris, le 4 décembre 2008.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus