• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • juin 2010
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

2 – Un Dieu invisible (suite)

Posté par jacques LAUPIES le 18 juin 2010

L’autre jour,  je vous parlais d’un Dieu épouvantable. Je confirme : il étouffe nos croissances, nos libertés, nos amours.  A l’heure ou l’on s’inquiète de la pollution, des nuisances, ce Dieu, en est le maître, l’instigateur. Tel un vampire il est assoiffé d’un sang particulier et ne vit que s’il peut s’en procurer toujours plus. Il n’a de cesse que d’accumuler cette précieuse nourriture pour toujours s’en procurer plus. Si je vous dit ce qu’il consomme vous le reconnaitrez de suite. Il a en lui ce désir exponentiel que même les espèces les plus voraces ne connaissent pas et n’ont, elles, d’agressivité que lorsque la faim les tenaille.  Mais comment un Dieu aussi cruel peut-il être accepté, comment peut -on laisser ses prophètes agir impunément ? Pour quelles raisons est-il adoré ? Simplement parce que comme tous les dieux il n’est pas visible. Car la clef du succès d’un Dieu c’est d’être avant toute chose invisible. Imaginez le christ, incarnation du Dieu sur la terre, bien vivant et trônant en quelques palais cela réduirait sa popularité autant que celle de celui qu’il est censé représenter : le Dieu tout puissant créateur de tout. Même les papes y laissent des plumes avec leur exhibitionnisme. A coup sur ils serviraient mieux leur religion si avec leurs évêques ils  étaient plus discrets.  Les ouailles finissent toujours par contester les manifestations de richesse et c’est ainsi que naissent les hérétiques, soit par jalousie, soit par désir de justice. Pas facile de discerner les uns des autres ! Certaines religions recueillent les offrandes que les véritables bénéficiaires se gardent bien de consommer en public. Cela pourrait déranger les donateurs. Mais il faut reconnaitre que certains de ces derniers feraient bien n’importe quoi pour mériter le pardon de leur Dieu. Mais attention on sait bien ce qu’il en a coûté à l’église romaine d’organiser la vente des indulgences. Cela ne peut marcher qu’un temps.  Et le Dieu dont je vous entretien  n’échappe pas à cette nécessité, comme tous les Dieux il a besoin des hommes pour effectuer le business sans lequel impossible de prêcher la bonne parole sans laquelle tout pouvoir divin est impossible. Suivez moi : la principale fonction des religions est de se donner la moyens de convaincre de l’existence de Dieu pour que l’esprit de ce dernier pénètre celui des hommes.  Et ça marche ! Evidemment que ça marche ! Ca marchera d’autant que le croyant considèrera que l’esprit de Dieu n’est pas celui des hommes et lui est éminemment supérieur. S’il advient bien entendu que certains hommes en viennent à considérer à l’inverse que l’esprit de l’homme est prédominant sur celui de Dieu cela marchera moins et les religions risquent bien de dépérir. Plus de Saint Esprit donc plus de religion, donc plus de prophètes l’incarnant et de prêtres communiquant comme on dit à notre époque. Plus rien a vendre, les entreprises réparatrices de l’âme vont donc faire faillite. Ouf ! Mais soyons réaliste, ce n’est pas demain la veille ! Notre Dieu, celui dont je ne vous ai pas dévoilé le nom a bien compris, lui. Il a son esprit, ses prophètes, ses prêtres mais il a en plus des autres Dieu une arme considérable : il ne réclame pas d’offrandes, il ne vend pas d’indulgences ou de pardons. Ses prophètes ne s’affichent pas en tant que tel, ils préfèrent être philosophes, économistes ou plus directement politiciens.  Quant aux prêtres, non seulement ce Dieu a les siens, anonymes qui ne portent pas de signes distinctifs, mais il n’hésite pas à utiliser ceux qui servent un autre Dieu. Pas besoin ainsi d’inventer les bons sentiments, la charité, le respect des morts, la compassion, les messes et les délires collectifs qui font oublier les injustices ou nous les rappellent avec des incantations culpabilisantes. Il délègue, il manipule. Pourvu qu’il puisse assurer son existence. Il même le culot d’utiliser les impies, leur héros, leur gloire. Bref tout est bon pourvu que ses temples secrets ne soient pas ébranlés !  (à suivre) 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

1 – Devinez qui est ce Dieu

Posté par jacques LAUPIES le 15 juin 2010

105.jpg

Ce n’est point l’envie d’écrire qui fait que je ne suis pas aussi présent sur ce blog ! 

Je mesure combien il est aliénant de se taire par manque de temps. Y sont cependant condamnés des millions de personnes que le quotidien emporte avec ses obligations. Le travail, la famille qu’il reste si peu pour la patrie (tout cela au sens non pétainiste des termes, bien sûr). Comment trouver cette heure ou l’on devrait pouvoir quotidiennement dire ce qui va inévitablement nous échapper, dans un inconscient ou s’entassent et se diluent les réflexions non dites ? 

Je n’ai donc pas à me plaindre plus qu’un autre de cette perte de pensées qui, médiocres ou pas, trouveraient dans la parole ou l’écrit cette extériorisation salutaire. Comme le sont pour une plante la respiration de l’air, l’humidité du sol et les rayons du soleil. Otez lui ces éléments et elle végète à la mesure des privations qu’elle subit. Elle peut même en crever ! 

 En regardant autour de moi, il me semble être dans un champ où s’étiolent les végétations. 

Pour quitter la métaphore je dirai plus crûment que nous sommes privés de plus en plus de la bienfaisance de la lecture et de l’écrit, de l’écoute et du parler ! Certains diront, et ils n’auront pas tout à fait tort, la médiatisation d’une sorte de pensée unique polluante étouffe nos personnalités et les empêche de s’épanouir tout comme l’invasion des airs et des sols pollués nous place dans une position de soumission bien malgré nous au même rang que les plantes. 

Même les meilleures pousses peinent. Issues d’un sol généreux bien équilibré, et en tous cas dans la conformité d’une nature, mouvante, imprévisible et qui adapte et corrige au gré du hasard les besoins et les désirs des espèces; elles cherchent des échappatoires sous le couvercle  qui les étouffe. Elles ne s’épanouissent plus elles survivent. 

Tout l’air, toute l’eau, tout le soleil qui leur est nécessaire est rationné par un Dieu mesquin et égoïste, comme le sont parfois les Dieux. Comme tous les Dieux il dicte des lois, des conduites, des morales plus ou moins immorales. Il n’est plus besoin d’aller dans les temples ou les églises pour entendre ses paroles. Des paroles tantôt menaçantes, tantôt complaisantes, flatteuses mêmes (vous connaissez la fable du corbeau et du renard). Des paroles de fausses vérités, perdues, mélangées dans la déferlante des lieux communs enrobés du vernis du langage qui se donne des allures de modernité avec la grossièreté quand ce n’est pas la vulgarité. 

Bien mal intentionné ce Dieu ? Mais non pas du tout ! Comme tous les Dieux il se veut maitre du monde, s’entoure de prophètes et de leurs disciples pour prêcher la bonne parole (ou la mauvaise comme vous voudrez) Sa puissance ne fait aucun doute mais cependant elle devient trop visible, gênante, parfois irrespectueuse pour les croyants. 

De plus en plus certains d’entre eux résistent. Et c’est bien connu les Dieux disparaissent quand on n’a plus besoin d’eux et que l’on découvre leur supercherie. 

(à suivre) 

 

 

(à suivre)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Nationalisme et lutte des classes

Posté par jacques LAUPIES le 7 juin 2010

Trouvé ces messages en réponse à celle que j’ai faite sur Facebook et qui concernait un discours de Le Pen sur la mondialisation  :  Antoine Boyer7 juin 2010, à 02:54 Re : Jean Marie LE PEN sur l’euromondialisme – on Dailymotion  Est-il possible de lire de telles absurditées.Votre boussolle est déréglée,voyez plutôt d’ou vient le mal.Le ma Jacques Pommer7 juin 2010, à 04:41 Re : Jean Marie LE PEN sur l’euromondialisme – on Dailymotion jacquets tu as pété les plombs
-le communisme et contradictoir et antagonique au nationalisme vive marx et le socialisme révolutionnaire international
- Il n’y a aucune contradiction entre le communisme et le nationalisme, si ce n’est ce « nationalisme patriotique » qui envoie au casse-pipe des travailleurs d’une nation contre des travailleurs d’une autre nation afin de défendre les interêts des financiers qui eux sont internationaux.
L’internationalisme communiste a été jusqu’à présent incapable de lutter contre la finance internationale… et même sur le plan national. Faudrait peut-être faire une autocritique honnête, cher camarade, avant d’énoncer de grands principes « révolutionnaire ».
L’internationalisme prolétarien? Plutôt pathétique. »
Cependant, lorsque le communisme devient national, si l’on reste dans une phase de dictature du prolétariat, le pays risque d’évoluer en dictature tout court, et exige l’honnêteté et la vigilance des dirigeants…
Partager :
Après une analyse approfondie des textes et idées marxistes-léninistes, on peut maintenant qu’affirmer que cet idéologie est la plus fidèle héritière du marxisme. Le P »C »F s’est déradicalisé et a depuis longtemps abandonné sa ligne stalinienne, et est maintenant devenu un parti d’extrême-gauche qui n’a plus rien de communiste. Les formations trotskystes s’éloignent encore plus du communisme, proposant maintenant un discours électoraliste pitoyable 

REPONSE 

Je reconnais bien là ce qui donne des voix au front national : n’avoir d’argument que de traiter les idées des autres d’absurdités ou issues d’un « pétage de plombs ». Je passe sur les affirmations faisant référence à la politique chinoise qui s’inscrit dans le concept de lutte de classe même si la pratique économique de ce pays conduit à l’existence d’une classe exploiteuse. 

Une pratique dont les effets à venir peuvent paraitre incertains mais qu’il faut examiner avec attention.  Marx n’avait il pas prévu que seul un développement important du capitalisme (et donc de la socialisation du travail) permettrait de créer les conditions de la construction de la société communiste. En témoigne les efforts incessants des Etats Unis qui mettent en cause le pouvoir du PCC à la tête de l’état chinois et qui ne manquent pas de craindre cette hypothèse d’une autre voix vers le socialisme que celle empruntée par les soviétiques.

Les boussoles obéissent à des lois de la nature que la science a permis de décrypter. Mais dans la nature existent des champs magnétiques qui parfois les font dévier.  Tout le problème est de connaitre les origines de ces champs et de savoir discerner l’essentiel qui constitue la règle, du particulier qui parfois prend l’apparence du général. 

Ainsi, pour être plus clair : les sociétés se transforment et évoluent en fonction d’un état des forces productives et de l’état des rapports sociaux. Ainsi au fil des âges lorsque les rapports sociaux ne répondent plus aux intérêts de la masse de la population, il en résulte  une contradiction qui ne peut être résolue que par la transformation de ces rapports sociaux.   

Ainsi les esclaves sont devenus des serfs, au mieux des artisans et paysans libres, pour permettre la transition entre esclavagisme et féodalité, marquée par la nécessité de produire autrement. En gros l’Empire romain des maitres et des esclaves a cédé le pas aux féodaux qui ne s’appropriaient pas les terres en bande armée pour la seule beauté des paysages mais bien pour les exploiter eux aussi mais autrement, avec de nouveaux rapports entre Seigneurs et Serfs 

Leur ont succédé d’autres rapports  avec la naissance des manufactures. Les bourgeois possédant et les ouvriers vendeur de leur force de travail ont donné naissance à deux classes d’intérêts opposés devenues essentielles: la classe ouvrière et la classe capitaliste. A chaque période subsistent les anciennes classes devenues minoritaires lesquelles cohabitent et souvent s’associent avec les dominantes. Le film « Le Guépard » de Visconti illustre ce phénomène déjà constaté lors de la réunification de l’Italie, entre noblesse féodale et nouvelle bourgeoisie au 19ème siècle. 

La restauration en France et ensuite le second empire confirment cette collusion. L’évolution du capitalisme durant tout le 20ème siècle a tendu vers le renforcement d’un mondialisation qui n’est pas aussi récente qu’on le dit mais donne à l’ecxploitation du travail des formes nouvelles tout autant qu’à celle du capital.

Nous en sommes là, sauf que la dimension de cette transformation se fait dans une connivence et une association entre les classes dominantes de chaque nation, ce qui pour autant ne fait pas disparaitre l’antagonisme de classe mais le rend plus vif, à dimension mondiale, plus contradictoire si j’ose dire. Une exploitation des prolétariats (comprenant différentes catégories de salariés) est organisée en rendant circulables les capitaux (fruit du travail ne l’oublions pas !) sur des marchés mondiaux avec les conséquences que l’on sait. 

Alors excusez-moi votre repli sur la nation, la stigmatisation du travailleur immigré ou  de l’étranger, les théories du sieur Goldnisch sur le retour plus ou moins avoué à l’état sous contrôle divin et la résurgence des valeurs de l’ancien régime pèseront bien peu pour inverser ce processus , si tant est que les dirigeants du FN veuillent le faire.

La réponse est toujours marxiste. Comme le soulignait Marx, la classe ouvrière et plus généralement les prolétaires de tous les pays doivent s’unir. La nation certes reste un niveau essentiel pour contribuer à ce rassemblement qui prend nécessairement des formes variées d’un pays à l’autre. Il est effectivement indispensable que les luttes soient menées à l’échelle de chaque pays et ce en y associant les couches de travailleurs non salariés, eux aussi victime de la spoliation organisée par le « grand capital »  Cela est l’orientation des communistes et n’a rien à voir avec la démarche du FN.

Le Président du FN, voire ses successeurs potentiels, peuvent tenir des discours sur l’état catastrophique de la politique gouvernementale. Ce Parti chasse de plus en plus sur le terrain qu’occupe encore une bonne partie des sympathisants du mouvement révolutionnaire ouvrier et plus particulièrement d’un  électorat, désabusé  devant les renoncements du PS auxquels il associe les communistes, et qui se réfugie dans l’abstention. 

Cela peut paraitre paradoxal mais au fond cela sert la grande bourgeoisie qui a certainement plus à craindre  d’un mouvement populaire sous influence communiste et d’une gauche radicale que d’un Le Pen et un FN en tout état de cause excellente voie de garage.  Attention de ne pas tomber dans le piège !

Que trente pour cent de l’électorat local  y soit en plein dedans dans un contexte ou média aidant tout est fait pour effrayer l’électeur et le détourner des problèmes essentiels notamment de la liquidation du système social français que le patronat français téléguide, n’autorise pas à crédibiliser pour autant des discours théorisant sur les effets pervers de la mondialisation capitaliste et balayant du même coup toute possibilité d’influer à l’échelle internationale pour l’abandon des choix que font les libéraux pro européen ou pro américains. 

Cela est sous estimer probablement la capacité de peuples à faire l’histoire dont le communiste que je suis continue a penser qu’elle se fait par la lutte des classes à tous les niveaux et non dans les replis nationaux détachés d’elle. Le recours aux critiques des expériences avortées, faites au nom du communisme, dont l’étude est sans doute encore à approfondir, ne peut en aucun cas valider l’abandon de l’idéal communiste qui continuera a faire son chemin, comme la république issue des lumières fait encore le sien. 

Qu’il y ait eu, de manière très minoritaires des combattants nationalistes d’extrême droite au côté des internationalistes (notamment durant l’occupation de la france par l’Allemagne nazie) est sans doute une réalité mais cela n’a été qu’une rare exception au regard de l’attitude de la droite issue de Maurras et des Croix de feu.

Je ne crois pas en la possibilité d’une convergence entre le concept national du FN et le concept de Nation défendu et reconnu par les communistes français. A moins que le FN se transforme totalement auquel cas son éclatement serait inévitable. 

Les suffrages recueillis par ce Parti nécessiteraient peut être que les communiste se préoccupent plus de mener le combat des idées sur le terrain car on ne doit jamais abandonner l’élément essentiel de la réussite d’un changement de société : les couches populaires les plus affectées par la crise. Le débat doit donc exister…

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Plus de panneaux ? Ca ne colle pas !

Posté par jacques LAUPIES le 3 juin 2010

2062010

p1000212.jpg 

Les colleurs d’affiches à caractère associatif ou politique ne  sont pas gâtés à Tarascon. Les lieux d’affichage possible sont rares et les deux seuls panneaux existants viennent de disparaitre. Ils étaient cependant très contrôlés  par un afficheur professionnel  qui s’en était octroyé l’usage et ne supportait pas les affiches, surtout celles du Parti Communiste.  A tel point que son incroyable ostracisme à l’égard de l’affichage politique, laissait supposer que sa mission répondait à certains impératifs d’ordre politique quant à eux ! Or il se trouve que des militants excédés de voir couvertes leurs affiches systématiquement ont accepté la stratégie qui consiste, malgré quelques tentatives de partage des panneaux, de ne pas s’en laisser conter. Résultat : présence quasi permanente d’ affiches  peu flatteuses  pour le pouvoir actuel ! Local et national. 

Ce qui évidemment a eu pour résultat de déranger tous ceux qui n’aiment pas trop les expressions politiques non contrôlées par eux-mêmes ou qui, hors les campagnes électorales, (et encore ?) ne manient que très peu le pinceau et la colle. A défaut de maitriser l’affichage ce qui devait advenir, advint : suppression pure et simple des panneaux. Par qui ? Bien probablement  par ceux qui disposent des pouvoirs municipaux ! Pourrait-il en être autrement ? 

Ce faisant nous entendons d’avance les arguments : protection de l’environnement ! Il est vrai que ces panneaux mal entretenus et rouillés n’étaient pas  d’une remarquable esthétique. Mais était ce vraiment nécessaire de donner de beaux outils d’expression à ces lieux de citoyenneté que sont les associations et les partis politiques ? On peut douter que ce fut la préoccupation des municipalités qui se sont succédé dans cette ville. 

 Les émules locaux de Sarkosy qui se disent républicains, démocrates vont sans doute corriger – on l’espère – cette outrageante omission. A la faveur de leur réaction épidermique à l’échec de leur stratégie douteuse prenant appui sur  un afficheur relativement complaisant, la sagesse s’impose. 

IL FAUT INSTALLERDANS TARASCON DES PANNEAUX ASSOCIATIFS OUVERTS AUX PARTI POLITIQUES ! 

Faut-il leur rappeler cette phrase célèbre de Voltaire : « Le ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Hind Khoury : « C’est un crime de guerre »

Posté par jacques LAUPIES le 1 juin 2010

 

La déléguée générale de la Palestine en France demande que la communauté internationale mette fin à l’impunité d’Israël afin qu’il cesse de violer le droit international, après l’attaque sanglante contre la flottille de bateaux qui s’approchait de Gaza.

Pourquoi les Israéliens ont-ils commis un tel acte dans les eaux internationales ?

Hind Khoury. Je suis d’abord révoltée par ce qui s’est passé. C’est un crime de guerre. Je ne suis pas surprise, parce qu’il faut s’attendre à tout de la part d’Israël. Ce n’est pas la première fois. On connaît les agressions israéliennes, leurs crimes de guerre, les violations de toutes sortes et les punitions collectives contre les Palestiniens et surtout contre Gaza en janvier 2009. C’est très choquant aussi de voir qu’Israël est capable d’attaquer dans les eaux internationales avec des commandos lourdement armés des militants pacifistes venus de différents pays. Cette fois-ci, Tel-Aviv a donné une plus grande ampleur à sa politique d’agression. Il faut dire qu’Israël agit dans une impunité totale. [.] Alors, ou bien la communauté internationale décide de mettre fin à cette impunité, ou bien Israël va continuer dans sa politique d’agression, à saboter les efforts de paix et chercher à déstabiliser toute la région.

Cet acte grave ne va-t-il pas se retourner contre Israël et le contraindre à négocier une paix définitive ?

Hind Khoury. Pour vous dire les choses clairement, le président Mahmoud Abbas a dit qu’il n’attendait rien du gouvernement Netanyahu pour avancer vers un accord politique. Comme je viens de vous le dire, ce qui s’est passé avant-hier et tous les actes de provocation qui ne sont pas arrêtés depuis l’agression contre Gaza montrent qu’Israël vise plutôt à déstabiliser la région.

Á la suite de ce qui vient de se passer, que va faire l’Autorité palestinienne ?

Hind Khoury. Elle a appelé à une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU. L’Autorité palestinienne va bien sûr faire de son mieux sur le plan diplomatique auprès de tous les ministères des Affaires étrangères dans le monde, appeler la société civile dans les différents pays à agir pour soutenir la lutte du peuple palestinien, surtout pour mettre fin au blocus de Gaza. Et puisqu’on parle de blocus, je rappelle que la situation à Jérusalem ne cesse de s’aggraver : des actes agressifs sont commis par les autorités israéliennes pour déposséder les Palestiniens de leurs maisons et poursuivre la colonisation de la ville. Il faut que la communauté internationale prenne ses responsabilités, qu’elle prenne les choses en main et décide quelles actions entreprendre pour arrêter ces agressions. Il faut cette fois-ci des actes concrets et pas seulement des condamnations.

La plupart des pays, dont la France, ont condamné cet acte de piraterie sauf les États-Unis, qu’en pensez-vous ?

Hind Khoury. Je crois qu’ils sont assez dérangés par le fait que Benyamin Netanyahu a annulé sa rencontre avec le président Obama pour retourner en Israël à cause de ce qui s’est passé au large de Gaza. Je pense que c’était une façon pour Netanyahu d’éviter de rencontrer le président américain pour ne pas faire les concessions demandées. En fait, ce ne sont pas des concessions qu’Israël doit faire, il faut qu’il arrête de violer le droit international, d’agir contre la volonté de la communauté internationale, de signer des accords pour ne pas les respecter, etc. C’est ce processus-là qu’il faut arrêter. Encore une fois, il ne s’agit pas de concessions à faire mais tout simplement de restituer aux Palestiniens leurs propres terres, leur liberté qui est aussi légitime que l’existence du peuple d’Israël.

Entretien réalisé par Hassane Zerrouky

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus