• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Bientôt les cantonales et une exigence pour les communistes : la clarté des objectifs et de la strategie

Posté par jacques LAUPIES le 28 septembre 2010

003.jpg

La tarasque : un monstre inventé pour la gloire de Ste Marthe qui le dompta. Dieu que les humains font preuve d’imagination pour faire peur et dominer leurs semblables. Quel monstre n’invente-t-on pas de nos jours ? L’ennui est que les dompteurs n’ont pas la douceur prétendue de Ste Marthe.

L’approche des élections cantonales suscite déja des interrogations dans les milieux politisés de Tarascon et ne va pas tarder à gagner les préoccupations d’une bonne partie de la population toujours sensible à cette élection. Bien que l’abstention soit toujours présente dans ce type de consultation généralement peu médiatisé.

La curiosité est d’autant plus vive que notre canton risque bien de voir se modifier sensiblement la liste de prétendants présents lors du dernier scrutin de ce type en 2004. Les résultats rappelons le avaient été marqués par une poussée de la droite puisqu’au deuxième tour le candidat élu (soutenu par l’UMP) Monsieur Lucien Limousin et le candidat du Front National Monsieur Jean claude Marchand recueillaient ensembles 67,58 % des voix. Le reste des suffrages allant au candidat socialiste (Monsieur Jean Pierre Bacchiani) bénéficiant essentiellement du retrait du candidat du Parti Communiste (votre serviteur) et du candidat Divers Gauche (Jean René Soler) au deuxème tour.

Depuis les résultats de cette élection locale, le rapport de force droite gauche n’a été guère modifié puisque les  Municipales de 2008 ont placé largement en tête la droite : la liste conduite par le Conseiller Général et celle du Maire sortant Charles Fabre totalisant environ deux tiers des suffrages laissant l’autre tiers au candidat de gauche.

Une telle situation peut elle se reproduire ? Rien n’est moins sur car le risque abstentionniste demeure fortement compte tenu du discrédit de tout ce qui se réclame ou en tous cas aura de la peine à dissimuler ses liens ou son appartenance à l’UMP. En l’occurence Monsieur Limousin le candidat sortant et les amis de Charles Fabre, devront s’expliquer sur leur position concernant le démantèlement social engagé par celui dont évidemment il sera bon ton, à l’image du premier ministre de dire qu’il n’est pas leur mentor. La réforme territorriale étant entre parenthèse l’une de ses réformes qui rend suicidaire de la soutenir en tant qu’élu du département.

Mais la difficulté peut bien provenir d’ailleurs : le Front National qui supporte mal que l’UMP chasse sur ses terres (celle de la stigmatisation des immigrés) se donne des airs de défense des opprimés. De plus les déclarations contrastées de Marine Le Pen visent à séduire également une  part de l’électorat de gauche déboussolé. Le résultat obtenu par ce Parti, avec une candidate de Tarascon sur sa liste, n’est pas sans poser problème aux uns et aux autres.

On ne peut pas dire que la gauche se trouve dans une situation des meilleures. Et pourtant il existe une force nouvelle dans laquelle le Parti Communiste est présent pour rappeler que la politique doit, par dela les calculs électoraux auxquels vont se livrer les jongleurs habituels qui hantent les autres partis, trouver ses lettres de noblesse. Cette force a nom « Front de Gauche » mais elle ne constitue qu’une fraction, pour l’instant très faible localement, du rassemblement nécessaire qui peut permettre à la gauche de dépasser son influence actuelle présumée.

La lutte des classes est une réalité qui dans les élections locales tend à ne pas apparaitre dans sa dureté. Ici personne n’est Bettencourt. Il aura fallu trois ans pour que la collusion Pouvoir/Argent qu’incarne Sarkosy préoccupe les français qui ont cru en lui et voient les conquêtes sociales, acquises de haute lutte, démantelées. La machine médiatique des possédants de la richesse produite l’a présenté en sauveur et cela a marché malgré ses antécédents pourtant édifiants. Les amateurs du slogan de 68 « élections piège à cons » peuvent en sourire sauf que la culture politique et la culture en général ont besoin pour être diffusées d’une véritable révolution informationnelle et qu’avant de stigmatiser l’électeur il convient de comprendre qui et comment manipule l’opinion. 

Combien de temps faudra-t-il pour expliquer que les relais locaux du pouvoir en place vont se démarquer et même tenter des alliances que je n’oserai qualifier de contre nature tellement il est dans la nature des personnes concernées de se livrer à des calculs purement électoralistes et ce, au nom de l’efficacité. Et ils ne sont pas tous de droite !

Espérons que la gauche locale saura maintenir et renouveler les valeurs républicaines qui ne permettent pas que l’on transige avec des adversaires bien repérés pour être dans le camp de ceux qui confondent leurs intérêts avec l’intérêt général. Cette maladie qui frappe hélas bon nombre de sociétés doit être éradiquée à tous les niveaux. Cela nécessite la vigilance des plus démunis qui ne doivent pas négliger l’usage du suffrage universel et au delà exiger la transparence et le contrôle de l’usage de la richesse produite et sa juste répartition.

Le Conseil Général est une institution menacée précisèment parce qu’au pretexte d’économies de fonctionnement on tente de mettre en cause ce lieu ou les choix (en matière de santé, d’éducation, d’aide sociale, d’équipements publics, etc.) peuvent permettre d’atténuer les inégalités.

Ne laissons pas les émules du Sarkosysme, soutiens exemplaires de la finance, des industriels et affairistes de tous poils mettre la main sur la gestion de nos impôts. Ne laissons pas les extrêmes capitaliser le légitime mécontentement de ceux qui souffrent dans une société où la peur devient un instrument électoral.

Mais cela doit se faire dans la transparence sur la base d’objectifs clairs qui ne laissent aucun doute sur l’usage que l’on entend faire du mandat électoral. Les communistes de ce point de vue seront intransigeants.

 Jacques LAUPIES

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

LE FRONT DE GAUCHE OUVRE UN NOUVEAU CHANTIER

Posté par jacques LAUPIES le 14 septembre 2010

Déclaration parue dans l’humanité

Cette rentrée est placée sous un double signe : d’une part une politique gouvernementale toujours plus antisociale, liberticide, xénophobe qui n’hésite pas à remettre en question jusqu’aux fondements même de la République ; de l’autre des mobilisations citoyennes et sociales importantes et battantes.

Chaque jour qui passe délégitime cette fuite en avant de Nicolas Sarkozy. Les manifestations de la rentrée – celles du 4 et du 7 septembre – et leur soutien dans le pays, démontrent que sur la question des libertés et de l’égalité des droits comme sur le plan social, la politique de Sarkozy ne passe pas !

La droite au pouvoir est plongée dans une crise politique profonde, qui révèle sa collusion avec les puissances financières. Il faut les empêcher de procéder à toute destruction nouvelle des droits sociaux et démocratiques.

C’est le sens que le Front de Gauche entend donner à sa présence dans toutes les mobilisations et les luttes en cours. Il sera de tous les rassemblements unitaires initiés partout en France sur la base du retrait du projet gouvernemental concernant les retraites ou dans les mouvements de défense des libertés et des principes énoncés dans notre constitution au regard de la défense des droits de l’homme et du citoyen. Il appelle notamment à se joindre aux rassemblements initiés par l’intersyndicale des 15 et 23 septembre.

Le combat contre la politique de Nicolas Sarkozy nécessite aussi de construire une véritable alternative de gauche à cette politique entièrement dévouée aux intérêts du MEDEF.

C’est pourquoi depuis 2008, le Front de Gauche propose une autre voie au « peuple de gauche » qui ne débouche plus sur des variantes d’accompagnement du libéralisme. Il constitue une dynamique ouverte, qui a vocation à s’élargir.

C’est dans cet esprit que le Front de Gauche réaffirme sa volonté de « bousculer » la donne à gauche. Il entend rassembler dans le pays une nouvelle majorité à gauche sur la base d’un programme de gouvernement en rupture avec la logique dominante d’un système capitaliste et des modèles productivistes dont la crise actuelle ne fait que confirmer le nécessaire dépassement.

Dans cette optique, il lance aujourd’hui 12 septembre, à la fête de l’Humanité, un processus d’élaboration d’un « projet partagé » au travers d’initiatives multiples locales et nationales afin de forger un programme ambitieux pour notre pays et pour son rôle dans le monde, programme que le Front de Gauche entend porter dans les élections à venir

Ce « chantier » le Front de Gauche entend largement l’ouvrir tant nationalement que localement aux formations politiques qui en partagent les objectifs et désireuses de s’associer à cette démarche, mais aussi à toutes les citoyennes et les citoyens, en particulier les militantes et militants syndicaux et associatifs qui s’investissent dans la même recherche d’une société qui refuse la mise aux normes économiques de rentabilité de toute activité humaine, pour lui substituer des valeurs d’égalité, de solidarité et d’humanisme qui sont le véritable patrimoine de la gauche dans notre pays.

Nous allons, pour cela, mettre en place une méthode et des outils concrets.

¤ Nous appelons à la multiplication d’initiatives locales permettant l’implication populaire et citoyenne la plus large possible : comités locaux du projet partagé, initiatives d’élu-es rassemblant des acteurs locaux divers, ateliers dans les quartiers et sur les lieux de travail…

¤ Au cours de ce processus nous veillerons à croiser sans cesse le travail d’élaboration du Front de Gauche avec les exigences et les revendications des organisations des actrices et des acteurs des mouvements sociaux et citoyens :, syndicalistes, militants associatifs, intellectuels qui sont au cœur des résistances aux politiques libérales.

¤ Nous proposons également la mise en place de « Fronts Thématiques », rassemblant les acteurs de différents secteurs (par exemple acteurs de la santé, de l’éducation, de l’art, économistes…) afin d’élaborer ensemble les propositions susceptibles de permettre une véritable réappropriation démocratique de ces enjeux de société.

¤ Plusieurs initiatives de débats publics, de dimension nationale, seront également organisées. Sont d’ores et déjà prévues deux initiatives dans les prochains mois :
- une initiative sur les transformations institutionnelles nécessaires permettant de fonder une 6ème République plus démocratique et sociale
- une initiative sur la question de l’Europe pour proposer une alternative qui rompe avec la logique du traité de Lisbonne et des politiques d’austérité mis en œuvre par les gouvernements de l’Europe Libérale

Le comité de liaison permanent du Front de Gauche proposera rapidement les formes dans lesquelles les organisations qui le souhaitent et l’ensemble des citoyennes et des citoyens qui partagent la démarche du Front de Gauche et ses objectifs pourront pleinement y participer.

Tous les outils de suivi nécessaires à ce chantier seront mis en place pour informer largement des initiatives locales et nationales qui seront prises, pour diffuser les travaux et les contributions diverses qui en découleront afin de permettre l’échange et la participation la plus large.

Enfin une rencontre nationale conclura en 2011 ce processus en adoptant le programme de gouvernement que nous porterons dans les échéances politiques à venir.

Le front de Gauche,
La Courneuve, le 12 septembre 2010

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

De cela la télé ne nous en parle pas !

Posté par jacques LAUPIES le 11 septembre 2010

 

Propositions du PCF
- Une réforme de l’assiette des cotisations patronales visant à dégager des rentrées de cotisations nouvelles en lien avec le développement des emplois et de salaires, de la formation et de la qualification. La relance des emplois, des salaires et d’un nouveau type de croissance feraient rentrer une masse de cotisation supérieure.

- Une cotisation nouvelle sur les revenus financiers des entreprises et des institutions financières aux mêmes taux de cotisations que les salaires. Cela représenterait 12 milliards pour le financement de la sécurité sociale.

- L’emploi est au coeur du financement des retraites. Résorption de la précarité et l’insertion des emplois qualifiés et rémunérés convenablement pour les jeunes. Lutter réellement contre l’éviction des seniors. Sécuriser tout les moments de la vie, de l’entrée des jeunes dans la vie active jusqu’à l’emploi des seniors.

- Suppression des exonérations de cotisations patronales qui ne créent pas d’emploi et tendent à tirer les salaires vers le bas.

Elles vont s’élever en 2009 à 33 milliards d’euros. Il faut rompre avec la logique financière qui est le choix de la politique gouvernementale et mettre l’argent pour le développement économique, le progrès social et la satisfaction des besoins sociaux. Dans les débats organisés par le Parti communiste pour élaborer un projet de société, ce sont des solutions à mettre en discussion auprès des salariés et des retraités.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Commentaire publié sur msn

Posté par jacques LAUPIES le 11 septembre 2010

« Comme c’est bizarre ! Tout le monde parle des propositions du gouvernement et de celles du PS en matière de retraites mais des propositions du Front de Gauche (comprenant des communistes notamment) lesquelles offrent des perspectives de maintien de la retraite à 60 ans et d’un financement assuré par ceux qui détiennent les richesses. Alors arrêtons de stigmatiser les fonctionnaires et les députés. C’est ailleurs, dans la finance et les profits des entreprises qu’il faut aller chercher l’argent !

Quand la sécurité sociale a été instituée, l’économie sortait a peine d’une période de guerre et de destruction. Les patrons n’ont pas été ruinés par les prélèvements qui en fait ne sont que du salaire différé. A suivi une période de prospérité alors de grace cessons de culpabiliser le monde du travail, les retraités, etc. »

mais un commentaire ne suffit pas : ci dessous tract du PCF sur les retraites

RETRAITES,  SALAIRES, EMPLOIS, SERVICES PUBLICS, LIBERTES 

UNIS DANS L’ACTION POUR UNE SOCIETE SOLIDAIRE 

Sarkozy et la droite continuent daper dur et fort contre le peuple au profit des plus riches, des privilégiés du capital, bref leurs amis du CAC 40. 

Réforme des retraites, réforme territoriale, réductions massives des emplois dans la fonction publique, toutes ces réformes n’ont qu’un but: restreindre les dépenses publiques et sociales pour favoriser la course aux profits des grandes entreprises, des banques, et des grandes fortunes. Après avoir autorisé durant l’été des hausses de tarifs (notamment électricité, gaz, transports) qui vont peser sur le pouvoir d’achat populaire, au détriment de la croissance et de l’emploi, ce gouvernement de casseurs prépare une cure aggravée d’austérité des dépenses publiques pour répondre aux exigences des marchés financiers.

Le droit à la retraite à 60ans: un enjeu de société ! 

Dans ce contexte, le droit à la retraite est en première ligne: ce qu’ils veulent, c’est mettre à mal notre système de solidarité entre actifs et retraités hérité de la Libération, et livrer à la haute finance la manne que représente le marché de l’assurance-vieillesse.

Triste record pour l'industrie   En France, c’est 256 000 emplois supprimés en 2009, 168 200 uniquement dans l’industrie record historique, titrait le Parisien. Le ministre de l’industrie, Estrosi, très préoccupé cet été par l’insécurité, devrait s’occuper de la première insécurité : l’insécurité sociale.

Pourtant, l’allongement de la durée de vie en bonne santé devrait être considéré comme la chance d’une nouvelle période de vie sécurisée et les moyens existent pour financer une bonne retraite à 60ans pour tous (voir au verso la proposition de loi des députés communistes).

Le pouvoir, en difficulté avec les luttes, cherche à diviser 

Notre force c’est notre union 

C’est le but évident de la frénésie sécuritaire et xénophobe qui a frappé les membres du gouvernement et occupé les médias durant l’été. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, l’a souligné : « cela montre que Sarkozy est sur la défensive. La droite sait que nous allons vers une rentrée sociale où sa politique sera  très largement contestée et voudrait bien court-circuiter cette mobilisation.Face à cela, menons de front la mobilisation pour les libertés le 4 et celle qui concerne les retraites le 7 ». 

Ce n’est pas la crise pour tout le monde  Le 3 août, le président de BNP-Paribas, Michel Pébereau a acquis 40.000 actions de son groupe à un tarif préférentiel. Il les a revendus en fin de journée, pour un gain avoisinant 350.000 euros. Même opération six jours plus tard, et 382.000 euros dans la poche. Le directeur général de la banque, Baudouin Prot réalise le même jour un bénéfice de 477.000 euros.    

 

 Une proposition de loi pour le  « droit à la retraite à 60 ans» 

Le PCF apporte son soutien et participera avec l’ensemble de ses élus aux grandes manifestations du 7 septembre. Il entend faire échec, au Parlement au projet gouvernemental, qui ne sert que le capital. C’est le sens de la proposition de loi, garantissant le financement de la retraite à 60 ans à taux plein. Trois grands axes à cette proposition: 

1. Désintoxiquer notre économie de la finance en créant une cotisation des revenus financiers des entreprises et des banques à un taux de 9,9% = 30 milliards de recettes supplémentaires 

2. Favoriser l’emploi et les salaires, bases du financement des retraites, 

- en instaurant une modulation des cotisations patronales: leur taux serait d’autant plus augmenté que les entreprises joueraient contre l’emploi, les qualifications, les salaires = au moins 25 milliards de recettes supplémentaires 

- en supprimant les exonérations de cotisations sociales patronales (30 milliards d’euro) et en affectant cet argent à stimuler le crédit pour les investissements créateurs d’emploi 

3. Promouvoir la justice sociale en supprimant le bouclier fiscal et en augmentant les contributions des revenus issus de l’intéressement, des bonus et stock-options 

POUR UNE REFORME DES RETRAITES JUSTE ET EFFICACE  Signez la pétition de soutien à une loi pour un autre financement des retraites : www.pcf.fr 

Le droit à la retraite à 60 ans s’invite à l’Assemblée Nationale, le 7 au matin ! 

______________________________________________________________________________________________ 

Le Parti communiste au coeur des rassemblements populaires et citoyens 

Prénom et nom :                                                                Adresse :                                                                           Téléphone :                                                                         Mail : 

A Tarascon appeler : Jacques LAUPIES – 35 Rue Monge tel 06 45 47 03 90

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus