• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • février 2011
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

1 b – La nécessité d’un Parti Révolutionnaire (suite)

Posté par jacques LAUPIES le 28 février 2011

Je complète ce qui a précèdé : un article écrit en 2008 sur “la nécessité du Parti Révolutionnaire”

La plupart des Révolutions sont mises à mal par les tendances bien naturelles au climat anarchique résultant de la révolte de tout un peuple qui a “faim” et manque de liberté. Ce qui se passe actuellement dans les pays arabes en est bien la démonstration sauf peut être que les mouvements religieux permettent le maintien d’une certaine cohérence dans la combattivité avec des valeurs de solidarité dont ils sont porteurs. Cela n’a rien à voir avec l’intervention des intégrismes religieux qui tres souvent sont exploités par les pouvoirs des classes dominantes.

Mais évidemment demeurent les intérêts de classe ou de catégorie et il faut bien savoir que les travailleurs “indépendants” et les salariés ne font pas la même analyse pas plus que ne la font les différentes catégories de salariés ou d’inactifs tels les étudiants ou les retraités ou encore un sous-prolétariat avec son cortège d’exclus. Prendre tout cela en compte ne peut être fait que par une organisation politique responsable présente dans tous les milieux et sur tous les terrains y compris en capacité de dialoguer avec des fractions de la bourgeoisie dont toutes ne sont pas insensibles à l’établissement de nouveaux rapports sociaux.

Souvent elles ont leur représentation politique et il est pour le moins stupide de ne pas voir, lorsqu’il s’agit de se débarasser des classes dominantes les plus privilégiées, ce qu’il ^peut en coûter de ne pas discuter avec elles.

Un vrai Parti révolutionnaire doit “savoir faire” cela. C’est bien pourquoi il doit exister et être identifié en tant que tel.La France n’est pas le Magrheb ni l’Amérique latine. Mais elle a une histoire. Elle a un rayonnement  que peu de pays ont lorsque l’on évoque l’esprit d’égalité, de fraternité et de liberté dans le monde. Va-t-elle le perdre ou au contraire l’accroitre en régénérant et améliorant ses institutions, son économie et les acquis sociaux acquis de haute lutte PAR SON PEUPLE. Comme cela a été la cas depuis la Révolution Française, elle ne le fera pas sans organisations révolutionnaire.

Alors à tous ceux qui me demandent pourquoi je suis encore communiste, pour qu’elles raisons j’exerce cet engagement au sein du PCF, pour qu’elles raisons, y compris au sein du Front de Gauche je souhaite que ce Parti soit bien identifié, qu’il ait sa propre action je réponds simplement : parce que ce Parti répond le mieux à mon idéal, parce qu’il a contribué à le faire naitre et qu’il est encore le mieux placé pour le perpétrer. En résumé qu’il est encore le Parti Révolutionnaire dont mon pays a besoin. S’il s’avérait un jour que je considère qu’il n’est plus en mesure de jouer ce rôle ou que moi-même je ne puisse jouer le mien, bien entendu je le quitterais.

Mais pour avoir un tel attachement, bien plus que les combats communs, les amitiés (et parfois les inimitiés) que cela fait surgir, il faut aussi s’en soustraire et revenir aux fondements, aux idées, qui elles dépassent souvent l’état des rapports humains issus du quotidien. Se soustraire au concret pour y revenir !

Au travers des intellectuels marxistes des militants et de tous ceux a qui il donne la parole pour débattre ainsi que de la presse marquée par son influence, ces expressions, pour peu qu’elles soient suivies, suffisent à comprendre un attachement. En contre poids à cette fameuse pensée unique (dans sa diversité) il y a celle de la pensée marxiste (elle aussi diverse). Prenons la peine de donner à cette dernière l’importance qu’elle mérite.

Nous verrons ainsi sur quoi fonder nos stratégies révolutionnaires.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

La vraie gauche doit retrouver son influence à Tarascon (Cantonales 7)

Posté par jacques LAUPIES le 26 février 2011

002.jpg

Ce que je n’ai pas pu dire aux absents, pas plus d’ailleurs qu’aux présents à l’inauguration du local électoral du Front de Gauche.  Une inauguration qui augure des temps nouveaux pour cette ville et les villages concernés.

Je voudrais indiquer la satisfaction des militants communistes de Tarascon et du canton qui ont œuvré pour que soit répercutées à Tarascon les initiatives prises au plan national et qui ont permis la réalisation du FRONT DE GAUCHE. 

Leur souci essentiel était de permettre le rassemblement plus particulièrement dans cette ville  et ce canton ou prédominent les forces de droite.

Non seulement sur le plan municipal mais également sur le plan cantonal cette situation est néfaste car elle donne une crédibilité et un soutien à la politique du gouvernement

Une politique marquée :

Par les atteintes aux acquis sociaux et la mise en cause voir la suppression des services publics.

L’encouragement et le soutien au capitalisme national et international avec de fait la possibilité de s’approprier les richesses et d’en faire un usage spéculatif dans le cadre de la mondialisation libérale.

L’instrumentalisation des institutions à son seul profit.

Comme le font apparaitre  les systèmes électoraux tendant à favoriser le bipartisme : exemple des Présidentielles

Comme c’est le cas de la réforme des collectivités territoriales actuellement en cours qui vise précisément à réduire la représentativité et la participation de la population à la gestion des affaires publiques

Pour nous communistes le renversement de ces politiques passe par des mesures radicales. Permettez-moi d’en énumérer quelques unes qui me tiennent à cœur :

SUR LE PLAN SOCIAL 

1)      - L’augmentation des salaires et en premier lieu du SMIC à   1600€

2)      -  L’interdiction des licenciements boursiers

3)      - Le développement des services publics

4)      - Un plan d’urgence pour le logement (pas de SDF) 

5)      - La gratuité des soins et de l’accès à l’hôpital

6)      – Sécurisation de l’emploi et de la formation

7)      – Dans cet ordre il faut développer l’autonomie financière des catégories en difficultés : jeunesse, chômeurs et personnes âgées 

SUR LE PLAN ECONOMIQUE 

1)      – Relance de l’industrie (aide aux PME notamment)

2)      – Développement de la recherche

3)      – Préservation des ressources naturelles

4)      – Plan de relance des transports

5)      – Aide et soutien au commerce de proximité (affaire LIDL)

6)      – Prix rémunérateurs pour les paysans

7)      – Souveraineté alimentaire (refondant la politique agricole commune)

SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL 

1)      – L’avènement d’une 6ème République

2)      – Extension de la démocratie dans  les entreprises en associant les travailleurs à la gestion de celles-ci

3)      – Egalité homme/femme notamment en matière salariale

4)      – Lutte contre les discriminations racistes

5)      – Transformation des médias avec un véritable pluralisme

6)      – Rôle de la France dans le monde permettant la coopération, la         paix et  la solidarité entre les peuples

SUR LE PLAN DES MOYENS 

1)      – Supprimer le bouclier fiscal

2)       - Créer des Pôles financiers contrôlés par l’état ou les collectivités territoriales (régions notamment)

3)      – Refonte de la fiscalité

4)      – Maitrise du marché avec un nouveau mode de développement

Est-on en avançant ces propositions hors les élections cantonales ?

Nous disons non car à Tarascon existent tous les ingrédients qui permettent aux puissances économiques capitalistes de perpétrer, de pérenniser cette politique en prenant encore appui sur des élus la soutenant ?

A droite divers Partis qui sont les paravents locaux  mais aussi exécutants de cette politique

1)      L’UMP de SARKOSY avec le Maire

2)      Une candidature de divers Droite qui est marquée des mêmes origines : celle du Conseiller Général sortant

3)      Le FN qui capte en spéculant sur les phénomènes d’immigration, un pourcentage important de la population et ainsi peut permettre l’élection de l’un des candidats de droite en exerçant un rôle de repoussoir au second tour

A gauche une candidature peu crédible, se réclamant de l’investiture socialiste a pour fonction évidente de favoriser la dispersion de l’électorat du PS en espérant que celui-ci désorienté, déplace ses voix sur le conseiller Général sortant, sur le maire et sur l’extrême droite et en définitive affaiblisse la gauche 

UNE MANŒUVRE QUE LA GAUCHE : ELECTEURS COMMUNISTES, SOUTIENS DU NPA MAIS AUSSI SOCIALISTES  ET REPUBLICAINS, DOIVENT DEJOUER EN PORTANT MASSIVEMENT LEURS VOIX SUR LES CANDIDATURES DU FRONT DE GAUCHE ENNA DUFOUR ET ALAIN DUPRE 

IL NOUS RESTE UN MOIS POUR PROPOSER CELA A LA POPULATION DU CANTON.

POUR CELA NOUS AVONS LE CONTACT DIRECT A MULTIPLIER AVEC ELLE ET N’OUBLIONS PAS L’UTILISATION D’INTERNET QUI EST UN MOYEN TRES EFFICACE.

LA VRAIE GAUCHE DOIT RETROUVER SON INFLUENCE A TARASCON !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Local de campagne pour le front de Gauche

Posté par jacques LAUPIES le 25 février 2011

028.jpg032.jpg

 

Ce samedi 26 février

à 11 h00

le Front de Gauche inaugure son siège de campagne dans la rue des Halles.

En peu de temps des militants du Parti de Gauche ont rénové un local au prix d’une dépense d’énergie importante.

La population de Tarascon pourra y rencontrer ou prendre contact avec Enna DUFOUR du Parti de Gauche, candidate et le suppléant Alain DUPRE, présenté par le PCF.

Belle initiative du FRONT DE GAUCHE qui se révèle une force importante et déterminante  dans le combat local pour aller vers une politique radicalement différente et opposée aux choix que suggère et qu’applique la majorité de Droite tant localement que nationalement.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le vent nouveau (Poésie 1)

Posté par jacques LAUPIES le 24 février 2011

Le vent froid souffle sur nos tuiles
Il assèche et réduit le pain
Egarant la foule des villes
Il efface tous les chemins

Les hommes regardent le ciel
Ils voient la terre mutilée
Les abeilles n’ont plus de miel
Les poissons rares en filets

Perdus les êtres se mélangent
Sans choisir l’esprit ni les yeux
Ils ne voient plus ou sont les anges
Soumis à des pères honteux

Je vent glacial brûle leurs ailes
Cloués dans le sol infertile
Leur squelette et leur cerveau frêle
Taisent les espoirs juvéniles

Soudain un vent brulant se lève
Apportant les nuages gros
Qui vont déverser dans leurs rêves
La chaleur du sang des héros

Ce vent porte aussi le sable
Qui vient des infinis déserts
Message de l’insoutenable
Des misères de l’outre mer

Faut-il qu’au pays des lumières
L’on ait besoin de la clarté
Qu’exportent ceux qui sont ces frères
Que nous avons tant humiliés

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Election et (ou) Révolution

Posté par jacques LAUPIES le 23 février 2011

Election et Révolution

Ces derniers jours nous vivons des évènements importants qui nous touchent de près.

Dans mes derniers articles j’ai évoqué l’idée de Révolution qui, s’en doute-t-on vraiment, chemine assez curieusement dans les esprits de notre hexagone. Pas seulement dans les bavardages de journalistes et « intellectuels » de service à la télé qui, les évènements du Maghreb aidant, n’arrêtent pas de disserter sur ces « révoltes » qui pourraient effectivement prennent une tournure de véritables Révolutions.

Quand une jeunesse se sacrifie pour exiger des oligarchies, régnant depuis des décades, qu’elles quittent le pouvoir pour qu’enfin la liberté s’installe dans leur pays, cela bouscule un peu ces théoriciens dont certains d’entre eux n’ont rien vu venir. Il est vrai que la burqua bouche les horizons du regard.

A l’image de nos gouvernants qui pour le peu de prémonition qu’ils ont eu, n’ont trouvé mieux à faire que de proposer leur service à un Dictateur pour réprimer « proprement » les manifestations.

Les médias en général n’ont pas fait preuve de beaucoup plus de perspicacité, sauf probablement les journalistes éclairés qui sur le terrain, dans ces pays, ont pu deviner ce qui se tramait. Mais, excepté le journal l’Humanité,  aucun de ces médias n’a depuis des mois, voire des années, attiré l’attention sur ces régimes ou règnent l’exploitation et la corruption. Peu ont informé substantiellement leurs lecteurs. Sauf peut-être pour Kadhafi le mal aimé…

Pris de court, nos oligarques (il y en a également chez nous) courent après tout ce qui peu dissuader de voir la réalité de ces révolutions et s’efforcent de trouver des raisons de continuer à avoir peur du monde arabe en brandissant le fait religieux et ses menaces intégristes. Et soudain, bizarrement, la plupart des hommes politiques de droite se trouvent en osmose avec le souffle de démocratie qui s’exprime là-bas.

Le gouvernement français envoie en Tunisie par exemple notre Ministre de l’économie pour rattraper l’accumulation de conneries mises sur le dos de notre diplomatie. Il est vrai que pour elle la révolution est un tour à 360° et que donc les espoirs de retrouver les pratiques anciennes de coopération avec les tunisiens sont garanties. A voir ?

Ce dernier mardi matin sur le marché de Tarascon, passant près d’un groupe qui dissertait sur les évènements du Maghreb le mot Révolution était dans toutes les bouches. Au point qu’il m’est venu l’idée de leur dire que les français feraient bien de la faire eux-aussi. L’approbation fut tout aussi spontanée qu’inattendue.

Non loin de là des candidats aux élections cantonales distribuaient aux passants leurs tracts face à l’indifférence de la plupart d’entre eux ? Je n’irai pas jusqu’à dire, ce que les élections vont probablement révéler, qu’au moins  la moitié de cette foule des mardis  (abstentionnistes potentiels), ne croit plus aux vertus du suffrage universel mais nous n’en sommes pas loin !

Deux scènes différentes qui résument l’opinion de beaucoup de nos concitoyens : l’une inspirée par ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée, l’autre marquée par la résignation et l’indifférence face à ce qui se passe chez nous.

Et étonnamment elles nous amènent à réfléchir sur ce qui est à l’ordre du jour : l’élection ou la Révolution ? Les deux mon capitaine mais sûrement pas l’une sans l’autre !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1234
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus