La campagne du Front de gauche pour 2012 est lancée

Posté par jacques LAUPIES le 30 juin 2011

PolitiqueLa campagne du Front de gauche pour 2012 est lancée dans POLITIQUE humanitefr le 30 Juin 2011

 

 

Entre 4000 et 5000 personnes ont assisté ce mercredi soir au coup d’envoi de la campagne présidentielle du Front de gauche. Une campagne collective et combative lancée d’un lieu symbolique – la Place Stalingrad, près du métro Jaurès, à Paris – comme un salut fraternel adressé aux manifestants de Grèce, d’Espagne, de Tunisie ou d’Egypte.

Tour à tour Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, Martine Billard, Co-présidente du PG, Christian Picquet, Président de la Gauche Unitaire, Laurent Jallamion (République et socialisme), Danielle Obono (Convergences et alternative) et Clémentine Autain (FASE), ont pris la parole. Ce fut ensuite au tour de Jean-luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, qui synthétise: « Nous ne sommes pas réunis pour rassembler un candidat, mais une force collective ».

Il a rendu hommage aux communistes qui ont « rendu possible notre union, notre programme populaire partagé, notre candidature commune à l’élection présidentielle et aux législatives », en votant pour sa candidature le 18 juin dernier. Dans la foule d’hommes et de femmmes de tout âge qui applaudissent, plusieurs drapeaux communistes du PCF s’agitent.

2011-06-30fg-meeting1 dans POLITIQUE

La deuxième « dédicace » de l’eurodéputé est allée à Xavier Mathieu, syndicaliste CGT qui avait refusé de se soumettre à un prélèvement d’ADN, relaxé ce mercredi, ce qui montre que « l’action syndicale pour protéger son gagne-pain n’est pas un crime, c’est un droit!’ ». Taclant « le tohu-bohu » à gauche (visant le PS et Europe-écologie Les Verts), fustigeant le Front national qui entre autres « propose de renoncer à notre grandeur », l’eurodéputé du Front de gauche assure: « Nous sommes le pôle de stabilité et d’union ».

En faveur d’ »une nouvelle révolution citoyenne », il égrenne ensuite les principaux axes du programme: « partage des richesses » avec l’instauration d’un « salaire maximum (grand succès dans le public), « planification écologique », titularisation des précaires de la fonction publique, ou encore constitution d’une « VIe République ».

Peu avant lui, Pierre Laurent (PCF) avait assuré que le FG entrait « en campagne, pour chasser la droite », « pour débarrasser la France du Front national », « pour construire l’espoir » et pour ne pas se laisser voler le débat démocratique ».

A consulter: notre dossier Mélenchon est désigné candidat pour 2012

A lire: Jean-Luc Mélenchon: « Notre objectif sera de montrer que le peuple peut reprendre le pouvoir »

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Pourquoi nous sommes différents ?

Posté par jacques LAUPIES le 29 juin 2011

Nous allons entrer de plein pied dans la campagne de la Présidentielle. Les communistes ont choisi leur candidat Jean Luc Mélenchon et il importe que tous leurs efforts, par delà des appréciations différentes, soient consacrés à son succès sous l’égide du Front de Gauche.

Il faut se libérer de certaines réticences qui peuvent encore apparaitre parmi nos sympathisants et que ne manqueront pas d’entretenir tous les adversaires de la gauche radicale.

Comment le faire ?

Surement pas avec un angélisme et un discours empreint d’un engouement irréfléchi. Notre détermination ne peut tolérer la facilité de l’attitude épique. Au contraire elle doit reposer sur une analyse crédible que nous nous efforcerons de traduire et de communiquer face à l’artillerie lourde des adversaires et parfois des alliés réels ou potentiels.

Une stratégie cela peut s’expliquer par les contradictions qu’elle porte en elle !

http://atoucoeur.fr/conscience-de-classe-ou-conscience-de-soi/

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Vol au dessus d’un nid de coucou

Posté par jacques LAUPIES le 28 juin 2011

 

J’ai revu le film de Milos Forman avec évidemment beaucoup d’intérêt. Lorsqu’il est sorti  en 1975 je ne pouvais l’appréhender comme je viens de le faire un tiers de siècle plus tard. Mais en définitive hors les conclusions politiques que j’aurais pu en tirer et qui m’avaient partiellement échappé, j’y avais retrouvé les dangers que font peser sur nous tous les pouvoirs que peuvent s’octroyer les individus à qui la société confie des tâches à priori nobles et utiles.

 

Je dois dire que ce film ne mérite pas que l’on en fasse un instrument de condamnation de tel ou tel régime. La société soviétique  autant que la société américaine de l’époque pouvaient y trouver une mise en cause impitoyable. Et aujourd’hui, bien qu’il n’y paraisse peut être moins, notre société française n’est évidemment pas épargnée,  pas plus certainement que bien d’autres dans le monde, des méfaits de la stigmatisation, de la mise à l’écart de ses ressortissants au moyen de l’instrumentalisation de la folie.

 

Le seul moyen de se prémunir de ce phénomène est l’extension de la connaissance et une vigilance accrue de tous : à commencer par ceux en qui la société donne la tache de garantir notre santé psychique, notre équilibre, dans un monde plongé dans le désordre et l’anarchie économique d‘où résultent les exclusions.

 

La tentation de faire un bouc émissaire de celui qui peut apparaitre comme gênant, dérangeant, demeure à la portée de tous ceux qui souffrent de frustrations et croient trouver dans l’ordre et le pouvoir un soulagement.

 

Voila un film qui touche au plus près et dénonce ce que l’humanité peut encore avoir d’imparfait… et de dangereux !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

13 h 15 le Dimanche…

Posté par jacques LAUPIES le 26 juin 2011

Je regarde l’émission « 13 h 15  le dimanche » animée par le Play- boy Laurent De!ahousse et à laquelle participe Laurent Fabius en tant qu’invité.  Tous les ingrédients de la pensée dominante m’apparaissent au point d’en ressentir un profond dégout.

Déjà la présence de Fabius me rappelle que la plaie ouverte par l’affaire Strauss Kahn est en pleine tentative de réparation dans la mesure où il y a mobilisation pour remplacer, autant que faire se peut, ce chantre du libéralisme à la mode social démocrate. Martine Aubry  étant toute désignée pour  cela de part ses origines et sa proximité d’un courant toujours présent au PS et qui a toujours entendu les sirènes de la collaboration de classe.

Je ne me hasarderai pas à dire que les autres candidats du PS (entre autres François Hollande) diffèrent radicalement de cette tendance et peuvent–être plus ouvert à une politique radicalement de gauche. Les insuffisances programmatiques des uns et des autres me démentiraient.

Mais le comportement des médias laisse cependant supposer que la bourgeoisie a fait son choix au mieux de ses intérêts.

Autre volet de l’émission qui en atteste : le défilé de ces « analystes » bien pensants, aussi surs d’eux-mêmes que le seront dans quelques mois  les constats que l’on pourra faire de leur vision stupidite sur les conséquences de l’affaire Strauss Kahn, de l’assassinat de Ben Laden ou de la guerre en Lybie.

Pour la circonstance voila qu’émerge un philosophe savant (en apparence ils le sont tous) un journaliste percutant (en apparence aussi) et les habitués (généralement chefs de rédaction dans nos quotidiens nationaux). Tous serviles ou rois de l’autocensure.

Bref demi-heure d’intox à une heure de grande écoute. Un condensé de ce que nous voyons et entendons à longueur d’émissions de débats dont certaines d’entre elles (très rares) sont impitoyablement effacées à l’approche de l’élection présidentielle, remplacées par de nouvelles médiocrités.

Et l’on s’étonne que ma voisine se plaigne de ne pouvoir vivre avec 800 € par mois et en rende responsable « tous ces gens à qui l’on donne et qui n’ont jamais travaillé ». Une voisine qui pense à coup sur comme l’a dit en substance le journaliste invité « finalement il n’y a que Marine Le Pen qui apporte des réponses ».

Faux mais combien de millions auront retenu cette petite phrase « innocente » de bobo opposé à l’extrême droite et qui lui prépare un lit douillet. Assez pour permettre de faire élire un PS ou un UMP et continuer le massacre économique et social de la nation dont ils se réclament tous …

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Les problèmes philosophiques nous permettent de mieux penser notre condition

Posté par jacques LAUPIES le 25 juin 2011

Benoît Schneckenburger, Professeur de philosophie au lycée turgot à Paris et à l’université Paris-VIII.

Il n’y a certes pas de sujets de dissertation au baccalauréat proprement d’actualité, mais leurs problèmes philosophiques nous permettent de mieux penser notre condition. Une vérité scientifique peut-elle être dangereuse, se demandaient hier les candidats au bac des séries ES. Dangereuse pour qui ? Dangereuse pour quoi ? Contre tous les obscurantismes, 
la science, qui s’appelait aussi à ses débuts philosophie, s’est d’abord présentée comme ce qui nous permet d’échapper à la crainte née de l’ignorance. Épicure nous apprend qu’il faut connaître les phénomènes de la nature pour ne plus en avoir peur. Tout le siècle des Lumières s’érige contre l’obscurantisme de ceux qui veulent encore profiter de leur pouvoir fondé sur l’ignorance. Aujourd’hui, le rejet de Darwin continue d’animer bien des fanatismes. Il doit être défendu.

Faut-il pour autant vénérer la science ? L’évolution de la science en technoscience, science instrumentale selon le mot de Bachelard, pose de nouveaux problèmes. La science s’engage désormais directement dans la pratique. Elle est celle qui, depuis Descartes, a le projet de nous rendre « comme maître et possesseur de la nature. » Tout est dans le « comme ». Comme connaissance, il ne faut pas en avoir peur, mais comme pratique, toute la question est celle de savoir si on peut la contrôler. C’est là le rôle d’une éthique, mieux d’une politique publique qui, s’agissant des OGM ou des nanotechnologies, saura lui attribuer des fins en fonction de choix discutés démocratiquement.

Croire en effet qu’il suffirait de laisser faire le marché en matière de recherche, c’est croire naïvement que la science 
se donne librement ses objets. 
En réalité, les technosciences industrielles sont liées au calcul de la rentabilité immédiate sans prendre en compte 
les fins morales. Nous dépensons 
sans doute plus pour les technologies 
de nos téléphones portables que 
pour guérir le paludisme. La rationalité technique et économique ne suffit 
donc pas pour être raisonnable.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

COMMUNIQUES DU PCF DE TARASCON

Posté par jacques LAUPIES le 22 juin 2011

p1010971.jpg

Un rassemblement, étape pour aller plus loin…

DECLARATION CONCERNANT  LA MISE EN EXAMEN DU MAIRE DE TARASCON 

Les responsables de la Section de Tarascon du PCF ont eu  connaissance des différentes prises de position concernant la mise en examen du Maire de Tarascon.

En premier lieu ils considèrent que d’une manière générale la présomption d’innocence prévaut et qu’il appartient à la justice de faire son travail et de se prononcer.

En second lieu compte tenu des fonctions du premier magistrat de la ville et de ses responsabilités d’élu c’est à lui seul de se déterminer sur la conduite à tenir dans le maintien ou non dans l’exercice de sa fonction et ce dans  mesure ou il est censé avoir les éléments de  son dossier.

Le PCF dans ces conditions souhaite que la population de Tarascon, déjà fortement éprouvée dans le passé par d’autres affaires fasse preuve de la plus grande réserve et prudence à l’égard de toutes les spéculations qui se manifestent.

En effet les prises de positions tant du conseiller Général de droite que le la conseillère régionale du FN  semblent s’inscrire dans cette direction.

Pour nous communistes le combat  contre la gestion municipale par l’UMP s’identifie à celui que nous menons contre TOUTE LA DROITE et ne peut passer localement que par un rassemblement de TOUTE  LA GAUCHE ET DES FORCES DE PROGRES,  sur la base de propositions de réalisations programmées, conformes  comme nous le faisons au plan national,  à l’intérêt de l’immense majorité de notre peuple.

Nous appelons la population à nous soutenir et à nous rejoindre dans ce combat et à ne pas se laisser piéger  par les diversions d’où qu’elles viennent.

DECLARATION CONCERNANT LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES 

Le Parti communiste Français s’est prononcé par un vote pour désigner Jean Luc Mélenchon à la candidature pour l’élection présidentielle.

Ce choix est fondé sur l’existence d’un programme partagé dont le contenu et l’application seraient en mesure de renverser la politique de casse de l’économie, de la protection sociale, du service public entreprise et poursuivie par le gouvernement de Sarkosy.

Il importe et devient urgent, par delà des sensibilités différentes que TOUTE LA GAUCHE ET LES REPUBLICAINS DE PROGRES, avec le monde syndical, associatif et mutualiste, se rassemblent pour soutenir cette candidature et ce programme.

Le Parti Communiste Français initiateur du Front de Gauche mettra tout en œuvre pour son succès à cette élection. Il le fera d’autant mieux que nombreux sont ceux qui rejoindront ses rangs.

Sur près de 70000 communistes 48600 ont participé au vote soit 70 % d’entre eux. Près de 59 % ont voté pour Jean Luc Mélenchon, de 37 % pour André Chassaigne et 4 % pour Emmanuel Dan Trang. 

Ce choix marque des appréciations politiques et stratégiques différentes, mais une seule volonté, celle de créer les meilleures conditions pour que le Front de Gauche pèse dans les options politiques de vrai changement que doit  prendre la gauche si elle accède au pouvoir en 2012. 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

A Tarascon tout le monde en parle…

Posté par jacques LAUPIES le 20 juin 2011

p1020558.jpg

 Motif de la cathédrale de Rouen

 

A propos d’une mise en examen…

Je répugne à évoquer les accusations portées contre des femmes ou hommes politiques et qui font l’objet d’une procédure judiciaire.

Simplement parce qu’en rendant publique ces accusations on entre plus dans un processus de présomption de culpabilité contrairement à ce qui devrait-être une présomption d’innocence, comme d’ailleurs la loi le prévoit.

Quand la personne à des responsabilités  politiques cela conduit tout naturellement à mettre en doute son aptitude à les exercer. Et les adversaires politiques, voire les amis politiques, ne vont évidemment pas se priver d’en tirer parti.

Sachant bien qu’au nom du célèbre poverbe « il n’y a pas de fumée sans feu » le mis en examen ne peut plus échapper à la suspicion générale, la rumeur se chargeant  d’achever  cette présomption de culpabilité. Qu’il soit coupable ou non, inculpé ou pas, son compte est bon. Peu importe ce que dira un jugement toujours lointain. La famille va souffrir, qu’elle soutienne ou qu’elle abandonne ! Les amis vont prendre leur distance et le reste de l’environnement se livrer aux spéculations des plus sympathiques (rares) au plus nauséabondes (aussi rares mais combien plus meurtrières)

Quant à l’intéressé, s’il échappe à la honte de ses actes même non délictueux, car le phénomène de culpabilisation peut s’installer malgré l’innocence, il va devoir affronter la méfiance et l’imbécilité toujours présente dans un entourage. De plus il va être classé, catégorisé par amalgame aux pires exactions.

Le cynisme des accusateurs, professionnels ou pas, peut contribuer à faire perdre l’estime de soi et la blessure peut s’installer, paralysante. Rien ne sera plus comme avant !

Que l’on ne me demande pas quand bien même je considère la justice faillible, imparfaite et imprégnée de l’esprit de classe, de me substituer à elle pour juger. A moins d’être victime, parfaitement informée du délit commis, en quoi serais-je habilité à juger publiquement un témoin, un mis en examen ou un inculpé ?

Ce que je sais par contre c’est que la société est fondée à l’échelle planétaire de la pire des injustices cause de toutes les autres : l’exploitation du travail à des fin privées. Pour cela mon jugement sera impitoyable et ma condamnation ferme : interdiction d’exercer ! Mais  cela relève ni de juges professionnels, ni de juges populaires préfabriqués. Cela relève des classes  exploitées. Cela relève de leur prise de conscience politique. On abat plus facilement un délinquant qu’un système qui le fabrique.

Je n’aime pas la facilité !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Mélenchon choisi par les communistes pour les Présidentielles

Posté par jacques LAUPIES le 19 juin 2011

p1020466.jpg

 Jeunes : trouvez une légende à cette photo…

Je viens de prendre connaissance de cette décision à regret dans la mesure ou nous abandonnons à une personnalité politique extérieure à notre Parti la représentation de ce dernier effrayés que sont ceux qui ont tracé cette stratégie par la crainte d’un mauvais score avec notre propre candidat.

Bien entendu ce choix doit des à présent engager tous les communistes qui auront à convaincre un électorat qui aspire à de vrais changements de voter pour Jean Luc Mélenchon. Les élections législatives, qui vont suivre un deuxième tour aux contours incertains, doivent permettre de conforter le Front de Gauche et donc le PCF.

La bataille va donc commencer pour que triomphe un programme de gauche de nature à transformer véritablement la société et à inverser les logiques actuelles. Cette bataille ne peut-être menée sans un renforcement des actions à caractère social et sans leur traduction par des exigences politiques allant au dela même des compromis qui se préparent.

La bourgeoisie (qui détient les richesses et donc le pouvoir médiatique) va tout faire pour discréditer et faire oublier  le Front de Gauche, promouvoir ses candidats directs (dont Sarkosy en premier lieu) tenter de propulser une relève social démocrate ne remettant pas fondamentalement en cause (préférence donnée au thèses social libérale en manipulant les contradictions internes au PS)

A part l’incident DSK, qui semble avoir perturbé les processus mis en place, sa stratégie (de la bourgeoisie) demeure  une exploitation en sa faveur du bipartisme de fait qui aboutit à l’exclusion par le vote FN et l’abstention ceux qui souffrent le plus de la situation.

Outre les électeurs les plus agés qui restent probablement les plus nombreux à aller voter il faut convaincre la jeunesse de s’impliquer politiquement et les couches actives de la population de bien mesurer l’enjeu de ces élections où tout doit être fait pour barrer la route à la droite. L’engagement dans le PCF en est un excellent moyen et le candidat du Front de Gauche Jean Luc Mélenchon ne peut qu’en être gratifié.

 

Tarascon le 19 juin 2011

http://humanite.fr/19_06_2011-les-militants-communistes-ont-choisi-m%C3%A9lenchon-pour-2012-474544

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Suppression de 30.500 postes au budget 2012 pour financer la guerre en Libye (PCF)

Posté par jacques LAUPIES le 19 juin 2011

30.500 suppressions de postes sont annoncées au budget 2012 dans la Fonction publique. Au mépris des besoins de la population et des revendications des personnels qui voient leurs conditions de travail et l’offre de service public se dégrader, en dépit du manque criant de professeurs, de policiers ou de personnels hospitaliers, le gouvernement continue sa saignée de l’emploi public.

Obnubilé par les agences de notations des marchés financiers, Nicolas Sarkozy tient coûte que coûte à être le premier de la classe ultralibérale. Gel des salaires, casse de l’emploi, dépeçage de la Fonction et des services publics… de fait, durant son mandat, le Président des riches n’aura fait que détruire les atouts de la France et son modèle social.

Fait notable, sa politique d’austérité tous azimuts ne connaît qu’une exception : les bombardements quotidiens en Libye. Réjouissons-nous :

avec la droite, marchands d’armes et d’or noir ne connaissent pas la crise.

Parti communiste français

Paris, le 17 juin 2011.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Arrêt de l’intervention militaire en Lybie

Posté par jacques LAUPIES le 18 juin 2011

Cette intervention au prétexte de soutien à des populations rebelles (quels rebelles et qui les soutient dur place ?) est contraire au droit international, n’est même pas en conformité avec les déclarations de l’ONU, coûte cher à la nation française et risque bien de ne pas avoir d’issue.

Le Parti Communiste Français doit exiger qu’il y soit mis un terme rapidement et ses partenaires du Front de Gauche doivent se prononcer clairement sur cette question.

Nous l’avons déja évoqué dans ce blog, nous devons prendre une position ferme pour le refus de tout engagement militaire dans les conflits internes à une nation. Aussi douloureuses soient les souffrances que peuvent subir les peuples nous ne pouvons les atténuer qu’en négociant avec les pouvoirs en place pour qu’ils aient des politiques de progrès social en échange de nos partenariats basés sur des intérêts mutuels.

Cette question de la non intervention militaire sous quelque forme que ce soit, d’une politique de paix dans le monde et de proposition de généralisation des protections sociales est fondamentale.

A la veille des présidentielles un communiste est en droit d’exiger de ses dirigeants et de ses partenaires qu’ils s’engagent sur ce problème.

On ne tergiverse pas, on se prononce et on agit !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus