• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Soutenir le Front de Gauche à Tarascon

Posté par jacques LAUPIES le 30 octobre 2011

p1000941.jpg

Ne faisons pas de la résistance que des défilés folkloriques (photo prise pendant les Fêtes de la Tarasque). Apprenons aux jeunes que dans un pays durement frappé par la guerre nous avons construit un système social que Sarkosy et ses commanditaires nous vole chaque jour un peu plus.

Pour être informé sur la campagne du Front de Gauche

http://www.placeaupeuple2012.fr/campagne/3232/

Le vrai changement de politique dans notre pays en faveur du peuple passe par un grand résultat du Front de Gauche à la présidentielle. Tout le monde le sait ou feint de le savoir nous nous rangerons au deuxième tour derrière le candidat susceptible de battre la droite. Seulement voilà au premier tour il y a un vote utile.

 Un vote qui doit permettre à la gauche de gouverner avec un véritable programme de grandes réformes économiques et sociales. Cela passe par :

- une réponse à l’attente de millions de français soit dans la pauvreté, soit en crainte de s’y retrouver, soit en perte d’une position sociale  en leur qualité de couches dites moyennes. Le SMIC  à 1700 € s’impose, l’augmentation des retraites et minima sociaux,  l’allocation d’autonomie pour les jeunes, etc.

- une réponse pour trouver les moyens (fiscalité nouvelle, pôles publics financiers, contrôle des politiques des banques et des entreprises, etc.) Hierarchisation des salaire (1 à 20 c’est déjà beaucoup et bien suffisant pour les plus hauts !)

- enfin une réponse institutionnelle avec une démocratie nouvelle basée sur le suffrage à la proportionnelle. A ceux qui brandissent la peur du FN disons tout de suite que nous ne sommes pas en 1930 en Allemagne et que nous subissons actuellement par le truchement du système le pouvoir des puissants de ce monde qui manipulent  médias et partis à leur botte, une dictature sournoise du fric qui ne nous prépare pas des lendemains qui chantent.

En ne prenant pas ces propositions du FG en compte Hollande risque de faire perdre la gauche même s’il reçoit un coup de pouce du centre et probablement d’une bourgeoisie qui sait manoeuvrer en cas de péril.

Alors à nous de jouer. Je le répète mobilisons nous sans réserves pour que Jean Luc Mélenchon et le programme qu’il défend devienne l’étendard de la gauche. LA VRAI PRIMAIRE reste à faire.

A Tarascon il y a, parmi les électeurs qui ont choisi aux cantonales un opportunisme de droite compromis avec un opportunisme de gauche, parmi les électeurs des droites « modérées » ou « extrêmes », parmi les abstentionnistes (jeunes en particulier), assez de forces à rassembler autour du vote pour MELENCHON un vote pour une république sociale dont notre pays à besoin.

De quoi rejoindre ces 10 % d’électeurs qui ne démordent pas de leur attachement à la vraie Gauche et votent pour elle, malgré les diversions réductrices connues ces dernières années,

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Demain, les vrais primaires !

Posté par jacques LAUPIES le 28 octobre 2011

p1030037.jpg

  • Déja les tenants de la  »pensée unique droitière ou gauchère » parlent de programme utopique

  • mais si, entre nous, on en parlait de cette utopie fort réalisable

Depuis plusieurs jours la principale préoccupation du monde politique porte bien évidemment sur la crise financière qui secoue plus particulièrement l’Europe.

Notre pays n’étant pas épargné par ses conséquences qui frappent durement la Grèce, l’Espagne  après l’Irlande et semblent menacer l’Italie.

De plus notre gouvernement a eu la « riche » idée sous la houlette de l’OTAN, de prendre parti dans une « révolution » manière de remettre au goût du jour un néo-néo colonialisme qui consiste sous couvert de protection des population à s’assurer une part des marchés du pétrole à bon compte.

Sauf que personne ne nous a donné le coût de l’opération, pas assez salé sans doute,  pour que, par exemple, ne s’en émeuvent des passants qui voient, dans l’indifférence quasi générale, des SDF de plus en plus jeunes galérer dans les rues de notre « belle France ».

Cela n’est qu’un aspect des plus désolants d’une situation dont s’inquiètent de plus en plus de français, comme l’indiquent les sondages.

Des français qui cherchent une solution, comme en a témoigné la participation aux pré-primaires d’une partie de la gauche sous i ‘égide du PS. Qu’on le veuille ou non il y avait dans cette participation quelque chose qui allait au delà des propositions  insuffisantes du PS,  et pour le moins, la prise  en compte des interrogations sur l’économie la finance et même les institutions qui sont une marque d’intérêt sur la politique dont aurait besoin  notre pays et certainement au-delà  l’Europe.

Manière au fond d’ouvrir le débat  et de faire de ce premier tour des élections présidentielles des vrais primaires à  gauche et même à droite puisque le Centre semble s’en mêler !

Bien sûr il y a le Front National aux fondements ultra droitiers et qui draine cependant un électorat disparate notamment  parmi  les 30/50 ans, génération qui a souffert et souffre encore des abandons du Mitterrandisme et de la social-démocratie dans les années 80 et 90 lesquels, abusés et désabusés, mettent le doigt dans un engrenage qui a le grand mérite (pour le libéralisme économique) de conduire dans une voie de garage des forces populaires conséquentes. Une réserve dont les tenants actuels du pouvoir se servent indirectement pourraient servir si besoin était plus directement !

Ainsi le Front de Gauche au sein duquel  le PCF joue un rôle conséquent devient une force de proposition solide. Contre la politique de la droite mais aussi pour rassembler la gauche autour d’un programme alternatif d’un contenu permettant d’inverser les logiques actuelles (en matière économique sociale et institutionnelle).

Il  rassemble  de nombreuses organisations dont les orientations anticapitalistes ne sont pas à mettre en doute se trouve être le seul dans une cohérence autant stratégique que programmatique. Il suffit de lire (et de faire lire son programme pour en être convaincu)

Point n’est besoin de grands discours pour rappeler qu’en politique tout est affaire de rapports de forces et que deux éléments sont indispensables au Front de Gauche : convaincre le mouvement social  qu’il est le seul à traduire ses aspirations sur le plan politique et trouver un soutien électoral sans lequel cette traduction ne sera possible.

Un Front de Gauche dont le succès va dépendre de la capacité des organisations qu’il rassemble, des réseaux sur lesquels il s’appuiera, pour soutenir son candidat aux présidentielles.  En résumé

Quelle peut – être notre contribution ? Voila une bonne question !

A cet effet il me semble urgent que, par delà tous ceux qui sont engagés dans une des organisations de gauche se rassemblent des femmes et des hommes  souvent en retrait de tout acte militant estimant de part leur questionnement insatisfait, de part parfois leur âge, trop jeunes ou trop vieux, ne se rendent pas compte de la portée que peut avoir leur parole dans leur entourage.

Il  y a tant à convaincre ! Mais pour convaincre il faut s’armer d’arguments, connaitre,  apprendre et donc échanger, donner des idées et accepter d’en recevoir.

C’est ce que nous proposons dans notre réseau « atoucoeur » pour  une « réflexion et une action pour une société plus égalitaire » Un réseau informel ou chacun se rallie avec sa sensibilité.

Pour nous joindre : 06 45 47 03 90 – Email : atou84@hotmail.fr

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Chacun voit midi à sa porte

Posté par jacques LAUPIES le 27 octobre 2011

p10201121.jpg 

A quand une gouvernance mondiale débarassée du capitalisme ?

La situation présente nous montre que c’est bien de cela que l’humanité a besoin et non pas du pouvoir des possédants !

 Les proverbes ont cette qualité c’est, qu’ancrés dans les esprits,  ils  témoignent  très souvent de la réalité de la vie des hommes de manière très juste. Je suis d’ailleurs très étonné qu’ils soient oubliés, ignorés en particulier par les jeunes générations.  Preuve que les anciens ont manqué un certain devoir de mémoire en ne transmettant pas.

Celui que j’évoque « Chacun voit midi à sa porte » me vient si souvent en tête que j’en ai regardé la définition qui en est donnée dans Wikipedia pour être sur de ne pas en faire un mauvais usage dans ce qui suit. 

Que dit ette définition : « Rechercher et regarder son propre intérêt avant toute autre considération. C’est un proverbe (gascon à l’origine) qui fait référence à la façon que l’on avait jadis de diviser les heures. En effet, c’était sur le mur des maisons, au seuil de la porte, que l’on plaçait un cadran ou horloge solaire qui marquait les heures suivant le trajet de l’ombre du soleil. Il suffisait de sortir sur le seuil de l’entrée, et tendre le cou pour vérifier si midi était bien à sa porte ! »  Comme beaucoup de proverbes la conformité de celui-ci dans notre quotidien  demande a être vérifié !  Positivé, il traduit une implacable vérité tout à fait acceptable et il contribue, vu sous cet angle, à nous rappeler aux réalités à prendre en compte pour protéger nos vies. 

Mais il nous rappelle aussi qu’à trop vouloir regarder midi à sa porte on en oublie que nous vivons en société dans une interdépendance incontournable. Ce qui me conduit à considérer qu’il faudrait, peut être, regarder d’autres lieux et en d’autres temps pour que notre vie ne devienne pas une survie.  Cette fâcheuse tendance à « nombriliser » nos problèmes en limitant la défense de nos intérêts en focalisant sur des agressions de notre entourage (famille, amis, voisins, communautés, etc.) même si elles nous blessent et sont réelles, nous éloignent de la prise de conscience de ce que sont les vrais prédateurs de nos vies.  Un tel trouve que son voisin retraité lui porte tort parce qu’il travaille au noir. Tel autre, et c’est très courant ces temps ci, se plaint se savoir que des « fainéants » courent après les aides sociales pillant ainsi nos impôts et la sécurité sociale que nous payons, nous ! Et que dire de ces retraités pour qui l’on cotise et qui « gagnent deux fois plus que nous » Ou de ces fonctionnaires qui ne servent à rien sinon à nous ignorer quand nous avons besoin d’eux, Voire de ces footballeurs trop payés, de ces élus qui s’enrichissent et pratiquent le trafic d’influence (il est vrai qu’il y en a !), etc.

Outre que toutes ces assertions ne reposent sur rien de conséquent dans les causes de la crise économique elles induisent la division, parfois la haine de l’autre et constituent une véritable diversion pour masquer les vrais coupables et surtout les vraies solutions. 

Toute cette stratégie qui consiste à faire en sorte que chacun ne donne vue que sur son palier, sa rue, son quartier, son village, voire sa ville ou son entreprise, pour se plaindre de son sort, en l’opposant à celui de ses semblables, peut l’éloigner des vraies causes de sa souffrance.

Souvent j’entends des personnes me dire : « mais vous ne vous rendez pas compte, vous n’êtes pas dans la réalité » Plutôt dur de subir une telle accusation. Comme si nous étions inaptes à la vérité !

A ceux qui ne voient que trop midi à leur porte nous pourrions indiquer, comme l’a dit un certain Denis de Rougemont : méfiez-vous « le plus bas nous parait le plus vrai » Manière de rappeler qu’il faut se garder des apparences ! 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Quand la FNACA tient son assemblée générale

Posté par jacques LAUPIES le 24 octobre 2011

p1030003.jpgp1030005.jpgp1030004.jpg

A l’accueil on assure la réception des Délégués avec MM Laugier et Favier et au Bureau on explique… et on écoute.

 

 Quand la FNACA tient son assemblée générale dans POLITIQUE 5720834

Manduel, village d’accueil

C’était ce dernier dimanche 23 octobre à Manduel, entre Beaucaire et Nîmes pour ceux qui ne connaissent pas ce village, entre Costières et Côtes du Rhône pour les amateurs de vins, que se tenait  l’assemblée générale  du Comité Cantonal de la FNACA de Beaucaire.

Un  Comité qui est toujours très dynamique et que l’âge gagnant les responsables ne démordent pas de  vitalité. Comme à l’habitude on a débattu des revendications toujours insatisfaites de la FNACA. Malgré certains aspects positifs (4 points pour la retraite du combattant au 1er juillet 2012 et une augmentation de 5 000 000 € pour l’action sociale de l’ONAC demeurent :  

-          la demande de l’octroi de la carte du combattant pour 120 jours de présence en Algérie,

-           l’extension aux anciens combattants de l’aide différentielle aux conjoints survivants,

-          l’égalité des droits entre générations du feu en ce qui concerne le bénéfice de la campagne double

Malgré cela on constate que le budget aux anciens combattants va baisser de 4.2 % ce qui intègre ceux-ci dans la politique de restriction budgétaire prévue par le gouvernement !

Autre point soulevé dans les débats : le refus des pouvoirs publics de reconnaitre la date du 19 mars comme date officielle de la fin des combats en Algérie, lequel suscite souvent l’indignation de ceux qui ont sacrifié une bonne partie de leur jeunesse dans une guerre qui de plus aurait pu être évitée.

A l’heure ou certains nostalgiques du colonialisme ayant appartenu à l’OAS sont décorés, on peut comprendre que les anciens combattants en Algérie s’émeuvent de l’oubli que l’on veut imposer sur cette fin de guerre souhaitée, rappelons-le, par les républicains de progrès ce pays (dont le Parti communiste fut un élément déterminant) et auquel le Général De Gaulle finalement se rallia.

La FNACA est une association qui doit sa force au respect qu’elle a de la diversité des opinions de ses membres qui sont tous la pour défendre leurs droits d’anciens combattants et qui, d’accord ou pas avec la nature de ce conflit, entendent bien faire reconnaitre les sacrifices qui leur ont été imposés.

Ce comité cantonal  contribue au maintien de la solidarité, de l’amitié et du dévouement entre des adhérents qui oeuvrent pour sauvegarder la mémoire de ceux qui ne sont pas revenus d’une guerre dont comme bien d’autres on aurait pu faire l’économie.

Ils n’en oublient pas pour autant de se retrouver dans des manifestations festives.

A noter que la FNACA organise des voyages et a programmé la Costa Brava (Rosas et les environs) du 22 au 26 avril 2012 et la Normandie (plages du débarquement, Mont st Michel, Lisieux,Caen et Etretat) Les inscriptions sont reçues soit au siège de la FNACA à Beaucaire rue Roger Salengro et à Tarascon (Loisirtour Sud 35 rue Monge à Tarascon 13150)

 

101.jpg

Santa Margarita près de rosas la détente

 

DD tanks on Utah beach.jpg

La Normandie détente et histoire

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Débat avec Dartigolles

Posté par jacques LAUPIES le 22 octobre 2011

[gv data= »http://www.dailymotion.com/swf/
Guilad Shalit : Olivier Dartigolles sur LCI par CN-PCF« ][/gv]

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Meurtre d’un meurtrier…

Posté par jacques LAUPIES le 21 octobre 2011

Pas trop le temps aujourd’hui ! Mais le  massacre d’un dictateur m’interpelle tout de même.

Kadhafi est apparemment le dernier en date. Il y en aura d’autres.

 Cela intervient généralement sans jugement ou avec des jugements expéditifs (Ceaucescu, Sadam Hussein, pour ne citer que des cas qui ont marqué l’opinion) et lorsqu’on ne peut les tuer (de Bokassa à Ben Ali parce qu’ils ont pris la poudre d’escampette en passant par Moubarak voire Pinochet qui  eux, ont donné dans d’opportunes maladies) on leur intente des  procès qui prennent des tournures souvent peu révélatrices  des exactions qu’ils ont commises et surtout des complicités intérieures et extérieures qu’ils ont reçues.

Ce qui me répugne le plus c’est cette sorte de lynchage final qui voit, en plus des foules, des chefs d’état, des ministres des hommes politique et des intellectuels parfois se réjouir de la mort d’un homme.

Notre Président a tout de même eu un peu de pudeur en la circonstance, en précisant en substance que l’on ne peut se réjouir devant la mort, bien qu’il ait largement contribué, ce n’est un secret pour personne, à provoquer la chute de ce régime et de son chef.

Mais bon, comme je le dis ici très souvent,  sait-on vraiment ce qui se mijote dans la tête de toutes ces célébrités qui donnent leur avis sur tout, généralement dans le seul but d’être en adéquation avec les nécessités idéologiques ou politiques qu’ils soutiennent ou défendent.

Bref le tyran est mort ! Si j’osais je dirai vive le tyran, car sous une autre forme je crains qu’il en naisse un ou des autres. La différence c’est qu’avec les rois on savait qu’en disant cela on intronisait un autre  roi, la plupart du temps de la même famille, en espérant qu’il ferait mieux que le précédent.

Mais allez-vous me dire, là, le dictateur est mort et le cri c’est « vive la démocratie ».

Ah la démocratie ? Comme ils l’aiment tous du fellah libyen ou du jeune révolutionnaire aux patrons de l’OTAN aux ordres de patrons bien plus occultes qui ont l’odeur du pétrole et de la fumée des complexes militaro-industriels.

Pas sur que les premiers en tirent avantage, de la démocratie qu’on leur prépare !

Ceux qui ont lynché le chef, physiquement ou moralement,  selon une pratique ancestrale dont Freud lui-même avait expliqué  les fondements psychologiques (oubliant un peu les raisons économiques) devraient se poser la question ! Pourquoi faire ? Car il y a par delà la colère populaire et le besoin de vengeance, sorte de soupape à laquelle on laisse libre cours, des exigences politiques qui devraient présider à la naissance de réformes et  peuvent être ainsi effacées.

Depuis des lustres se pose pour les révolutionnaires  la nécessité de préserver les objectifs des révolutions  qui  prennent  en compte les notions de liberté et d’égalité.

Que représente la liquidation de Kadhafi dans ce questionnement ? Je reprendrai cette citation souvent répétée : « l’assassinat n’a jamais changé l’histoire du monde » ! Même celle d’un  criminel sans doute assassin lui-même.

http://www.humanite.fr/monde/libye-syrte-est-tombee-et-kadhafi-est-mort-mais-comment-482044

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Conversations de rues.

Posté par jacques LAUPIES le 19 octobre 2011

p1020210.jpg

Après l »immigration du travail choisie les émigrations militaires choisies

Parlez politique avec un gaulliste (enfin qui le prétend), voire un sarkoziste (ce qui n’est pas pareil malgré les apparences que se donne notre Président) et,  dans le débat l’un et l’autre reconnaitrons que les richesses sont mal réparties et que finalement il y a paupérisation des travailleurs dans notre pays. Ce genre d’exercice m’arrive fréquemment dans mes pérégrinations entre le Super U et le Boulevard Itam où je réside comme cela m’arrive quand je rencontre quelque retraité ex électeur du PCF ou quelque socialiste en mal de repaires locaux,  le premier estimant que les socialistes ont trahi la gauche et doivent inéluctablement la trahir, le second qu’on n’y arrivera pas si on place la barre du social trop haut et que le programme Mélenchon n’est qu’utopie, d’autant que les chinois sont là pour contrarier nos projets ! 

Il y a un point commun entre eux pour achever une conversation où chacun reconnait que les banques nous trahissent que les multinationales nous pillent. Pour peu que vous leur disiez que le fond du problème réside dans l’exploitation du travail à l’échelle planétaire et que la mondialisation CAPITALISTE est la cause de tous ces maux parce que précisément sa vocation est de l’organiser, vous croyez les avoir éclairés sur l’origine de nos malheurs : délocalisation, chômage, bas salaires, etc. 

Et s’ils en arrivent à reconnaitre que l’inégalité des économies et des droits sociaux encourage la recherche du travail  pas cher, vous croyez les avoir,  par miracle, naïf que vous êtes, sinon convaincus pour le moins qu’ils font le même constat que vous et vont finir par avoir une certaine sympathie pour le Front de Gauche. 

Si, fin du fin vous leur faites admettre que la régulation est nécessaire et qu’elle ne peut passer que la maitrise des moyens de production et des finances que, bon prince vous leur dites que le stalinisme n’était pas la réponse adéquate, qu’il faut être attentifs aux réponses que cherchent tous les peuples de la planète, plus ou moins en overdose de libéralisme économique que la France peut et doit contribuer à ce processus, alors là vous avez gagné !  Ou presque ? 

Malheureusement c’est l’heure ou l’on ca faire la prière parfois habillé de blanc à la mosquée que l’on a « osé implanter en centre ville » ou les préados aux têtes brunes sortent de l’école s’agitent et font des razés avec leur vtt improvisés et sont « un danger pour les berlines garées » dans des rues pourtant pleines de piquets dont on se demande à quoi ils servent ». Et cela,  ça ne pardonne pas !

Ca vous transforme une conversation sereine, bardée d’échanges d’un niveau presque universitaire (il y a parfois plus bas même dans les universités) entre retraités pour la plupart autodidactes, en une dispute de chiffonniers dont Marine Le Pen doit tirer partie dans ses fantasmagories condamnant l’immigration autant que Sarkozy dans sa persistance à la choisir (l’immigration). 

Qui sème la peur récolte la haine !

Cela permet à l’un de se maintenir en place et à l’autre de canaliser tout ce qui pourrait le contrarier. Car en réfléchissant un tantinet on les trouve plus complémentaires qu’opposés. Mais n’exagérons pas, je les connais « mes » retraités : ça ne ferait pas de mal à une mouche ! Tout de même parfois ils m’inquiètent ! 

Car ils oublient que l’immigration dégage un excédent de 12 milliards pour notre économie sans compter la plus value qu’empochent ceux qui les exploitent, que la seule tricherie fiscale d’une grande entreprise française nous en aurait fait perdre presqu’autant (voir l’émission « envoyé spécial » de la semaine dernière). Que les PME paient 30 % de leur bénéfice en impôts et que les entreprises du CAC 40 seulement 8 %, etc.  Et que la baisse de leur pouvoir d’achat en 20 ans, camouflée par un euro que l’Europe du capital à bien instrumentalisé pour son compte, contribue à la pauvreté qui s’est installée chez les plus démunis d’entre eux ? 

Ah ces conversations de rue, elles leur sont bien utiles… Malgré eux parfois ! 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ecoutez bien…

Posté par jacques LAUPIES le 18 octobre 2011

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Transgourmet bafoue la legislation du travail

Posté par jacques LAUPIES le 18 octobre 2011

Le personnel de l’entreprise « Transgourmet » à Saint Martin de Crau est en action pour défendre trente sept salariés licenciés pour avoir usé du « droit de réserve » face à une série d’accidents qui ont eu lieu dans leur usine.

Image de prévisualisation YouTube

Les militants de la CGT étaient venus nombreux soutenir ces travailleurs ainsi que des personnalités locales de la région dont Hervé Schiavetti, Maire communiste d’Arles. Des militants communistes étaient là également, responsables de la section PCF d’Arles et de Tarascon notamment.

Un mouvement de protestation semble se développer au niveau des entreprises du groupe concerné avec  l’appui également de la CFDT.

Une ambiance « bon enfant » régnait à la sortie de cette entreprise ou la prise de parole des militants CGT. Cela évidemment ne masquait pas tout le sérieux de cette lutte contre les effets néfastes d’une politique de gestion du personnel  de cette entreprise ce que devait constater également Emmanuelle Bonhomme candidate du Front de gauche aux prochaines élections législatives.

Un Front de Gauche qui avec son candidat commun à la Présidentielle, Jean Luc Mélenchon,  énonce clairement les mesures prises en faveur de salariés dans son programme « l’Humain d’Abord »

Image de prévisualisation YouTube

De tels faits , comme les atteintes au droits du travail de Transgourmet, appellent à des mesures radicales permettant de revaloriser les conditions de travail et la rémunération.

Raison de plus d’en finir avec les débats édulcorés entre des hommes et des femmes politiques, de droite mais aussi de gauche, qui tardent à s’engager sur des réformes profondes dans notre société malade de l’exploitation du travail et l’enrichissement d’une minorité qu’elle accompagne

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

LES PRIMAIRES : RECUL OU AVANCEE ?

Posté par jacques LAUPIES le 16 octobre 2011

p1020982.jpgp1020983.jpg

 

Les personnes en responsabilité au sein du monde politique dans tel ou tel parti devraient – être généralement prudentes et se garder de donner une opinion franche sur tout ce qui touche aux votes internes des autres partis lorsqu’il s’agit de procéder à l’investiture d’un candidat.

Cela paraitrait logique et conforme à une sorte de non ingérence. Après tout même si l’on a une opinion peu encline à l’admiration de celui qui appartient à une autre famille dont,  par définition,  nous nous différencions, laissons à ses amis le soin de le juger !

Mais malgré ce respect dont tout le monde se réclame, les remarques insidieuses pouvant avantager ou désavantager tel ou tel leader politique et influencer sa base ne manquent pas de pleuvoir. Surtout à la télé ! Et tous les bavards  des plateaux de télévision  s’en donnent à cœur joie !

Cela peut aussi se comprendre des prétendants à prise de responsabilités (ne parlons pas par pudeur à prise  de  pouvoir) qui s’appuient nécessairement sur des orientations politiques, elles-mêmes  traduisant des intérêts de catégorie ou même de classes. Même si leur démarche est opportuniste pour ce qui concerne leur positionnement il y a par delà ces personnes leurs  idées et leurs actes qui ne peuvent nous laisser indifférents.

Cela dit l’affaire se complique quand les intéressés sont tributaire de stratégies internes pour espérer faire prévaloir le camp qu’ils ont choisi (ou parfois leur propre personne)

Les rapports personnels entre les individus peuvent également perturber.  S’il est vain de croire que ces rapports sont déterminants et  peuvent effacer les courants de pensée, ils sont tout de même présents et nos médias ont là un excellent moyen de disserter sur la «nature humaine » pour faire oublier la « nature sociale » du débat.

Conflits de personnes, jalousies d’influence, calculs, manipulations évidemment contribuent à rendre le combat politique encore plus violent et destructeur !

Tout le monde sait cela, même les électeurs mais comme toutes les vies sont faites de pouvoir recherché en quelque domaine et de manœuvres (plus ou moins conscientes) pour y parvenir on s’en accommode…ou pas.

Le spectacle que nous donnent les hommes politiques en France et bien entendu sur la planète entière peut ainsi créer chez les « vrais idéalistes » (au sens moral du terme) une sorte de dégout de la politique. Ces derniers  en oublient toutefois qu’en ce domaine comme dans bien d’autre fuir n’est pas une solution. La nature comme on dit à horreur du vide.

Ainsi le meilleur moyen de ne pas être victime des détournements que les systèmes de délégation de pouvoir, auxquels aboutissent les élections, provoquent, un engagement permanent d’élaboration et de contrôle politique est nécessaire de la part des électeurs.

Mais de plus en plus on tend à renforcer le fossé qui sépare l’élu de ses électeurs. Les élections primaires du PS présentent ce risque car le candidat est choisi sur des critères qui ne l’engagent pas fondamentalement avec son parti et encore moins avec des électeurs placés sous influence médiatique extérieure, se transformant au mieux en arbitre non accrédité et au pire en soutien dépendant de lobbies ou d’employeurs n’ayant de justification que dans leur pseudo objectivité journalistique.

PETIT COMPLEMENT A MON ARGUMENTATION :

Puisque le sujet s’y prête je pourrais donner un exemple que je viens de vivre tout récemment.

En effet je découvre dans un hebdomadaire national qui, dans un article concernant l’action du FN en direction des enseignants,  s’accommode de la réalité avec des tours de passe-passe grossiers : erreurs sur l’adresse de la Conseillère Régionale du FN qui habite Tarascon et non St Etienne du Grès, qui en sa qualité de d’élue autant que de Directrice d’un établissement scolaire s’est bien gardée – je suppose – de distribuer des tracts dans son établissement pas plus que devant la porte de son école.

Seule vérité parait-il : un militant socialiste d’occasion (les cantonales), que chacun peut sans trop de peine reconnaitre aisément qui aurait traité avec l’intelligence qu’on lui connait la responsable du FN de « nazie »  De quoi dissuader les 39 % d’électeurs qui ont voté pour elle, à défaut d’arguments plus convaincants ?

Ce piètre journaliste de ce journal à consonnance républicaine, de plus fait allusion à un échange de pot de colle ou je serais impliqué. Pure invention qu’évidemment je démens formellement et dont je pourrais sourire si la métaphore n’avait évidemment pour but d’accréditer l’idée que je peux souscrire un tantinet aux choix politiques d’une personne qui porte mon nom.

Mais voila je ne dispose pour dénier ce que plus haut j’appelle des « remarques insidieuses » que de quelques rencontres dans ma vie quotidienne et d’un blog qui n’a évidemment pas le tirage de cet hebdomadaire national, prétendument de gauche sans le dire.

Et si je devais faire appel aux lecteurs de cette publication pour un quelconque mandat électoral, je pourrais être exclu de toute la rhétorique, au demeurant assez juste, développée pour dénoncer la stratégie du FN, simplement parce qu’une petite phrase laisserait supposer une connivence politique quelconque avec son élue.

C’est ainsi braves gens que l’on vous fait prendre des vessies pour des lanternes !

Ne l’oublions pas : « Une multitude est sans doute plus facile à leurrer qu’un seul homme » (Hérodote)

 

J.L.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus