Hospitalisation d’office : le PCF se félicite de la décision du Conseil constitutionnel

Posté par jacques LAUPIES le 30 avril 2012

 

Le Conseil Constitutionnel, vient de considérer inconstitutionnels un certain nombre d’articles concernant la Loi du 5 juillet 2012 sur les soins psychiatriques sans consentement. Le législateur ayant jusqu’au 1er octobre 2013 pour y remédier. Le PCF se félicite de cette décision.

 

Il vient, par là, confirmer comme nous le dénoncions que cette loi porte atteinte aux libertés fondamentales. Rappelons que dès son annonce lors du discours du 2 décembre 2008, nous nous sommes opposés avec d’autres – notamment les collectifs « Contre la politique de la peur » et des « 39 contre la nuit sécuritaire » – à la volonté de faire passer la psychiatrie d’une logique sanitaire au service de nos concitoyens en souffrance psychique à une logique policière de contrôle social.

 

Pour le PCF, il ne s’agit pas d’adapter cette loi, mais de l’abroger en sa totalité. Nous exigeons notamment la suppression de la « garde à vue psychiatrique » de 72 heures, des soins ambulatoires sans consentement, et du fichier des antécédents psychiatriques. A charge pour le législateur de règlementer l’intervention du juge des libertés.

 

Le futur gouvernement devra donner les moyens de son application que ce soit au niveau de la justice, comme des services de psychiatrie.

 

Au-delà de l’abrogation de la loi du 5 juillet 2012, nous proposons d’ouvrir un large débat pour définir un grand projet politique pour une psychiatrie humaniste et accueillante.

 

Comme le disait Bonnafé, « un pays se juge à la manière dont il traite ses fous. » c’est pourquoi nous ferons de cette question un des axes essentiels des réformes de la majorité de gauche au Parlement.

 

COMMENTAIRE

Lesquels sont les plus « fous » ? Ceux qui souffrent de troubles psychiatriques ou ceux qui veulent les enfermer à tout berzingue ?

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Législatives : Jean-Luc Mélenchon souhaite que PS et FG « s’accordent partout où le risque FN existe »

Posté par jacques LAUPIES le 29 avril 2012

 

 Le candidat du Front de gauche à la présidentielle a affirmé samedi avoir discuté avec Martine Aubry sur sa proposition de négocier sur les circonscriptions où il y a un « risque » Front national, annonçant des discussions pour le « début de semaine prochaine ».

« Martine Aubry m’a appelé parce que, si j’ai bien compris, François Hollande lui a demandé de le faire pour répondre à l’appel que j’ai lancé » de s’unir contre le FN aux législatives afin de « ne pas avoir le ridicule de choisir entre le FN et la droite populaire alors que tout ça c’est tout du pareil au même », a-t-il dit à des journalistes en marge du Conseil national de son Parti de gauche réuni à l’Espace Robespierre d’Ivry-sur-Seine.

Lors de l’émission Des paroles et des actes jeudi soir sur France2, le candidat socialiste à la présidentielle avait estimé, en réponse à Jean-Luc Mélenchon : « c’est tout à fait clair, lorsqu’il y a un risque d’élimination de la gauche au second tour des élections législatives, de nous mettre ensemble dès le 1er tour. Ca peut arriver dans certaines circonscriptions, je suis tout à fait favorable à cette démarche ». Martine Aubry a également pris contact avec Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a précisé le co-président du Parti de gauche .

D’ici la réunion avec les délégués aux élections du PS et du FG qui se tiendra « en début de semaine prochaine », les socialistes « font tourner les ordinateurs », a-t-il ajouté alors qu’une réunion de travail au sein du Front de gauche se tiendra sur le sujet lundi. Le député européen s’est félicité de pouvoir avoir cette discussion, souhaitant que Parti socialiste et Front de gauche « s’accordent partout où le risque FN existe » pour des candidatures uniques. Selon les estimations, la probabilité que la gauche ne soit pas présente au second tour des législatives pourrait concerner de 60 à 100 circonscriptions.

Jean-Luc Mélenchon a aussi mis en garde contre une élimination du Front de gauche de l’Assemblée nationale et appelé à une « proportionnelle de gauche »: « les socialistes disent qu’ils veulent changer la Constitution pour mettre de la proportionnelle, c’est le moment d’en mettre maintenant! », a-t-il expliqué, soulignant le fait que si « le FN qui n’est pas républicain n’y est pas, ça ne manque à personne ».

Quant à une éventuelle circonscription pour lui-même, aucune décision n’a encore été prise. « Rien n’est décidé », a-t-il dit à la presse qui se pose la question « d’y aller ou de mener la bataille » au niveau national. Après une réunion vendredi soir avec les principaux responsables du Front de gauche, pour l’instant, son point de chute, « ce n’est pas plus à Marseille qu’ailleurs », a d’ailleurs assuré Eric Coquerel après un écho en ce sens dans Libération samedi. Pour le conseiller de Mélenchon, ce sera en tout cas « plutôt une région urbaine que l’Ardèche » si le leader du FG y va. Une décision pourrait être prise la semaine prochaine, au plus tôt. « Pas la peine d’attendre 107 ans », selon un cadre. Mais « il n’y a pas urgence », a tempéré Jean-Luc Mélenchon.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Et maintenant, Sarkozy dehors !

Posté par jacques LAUPIES le 23 avril 2012

Pour toutes celles et tous ceux qui aiment notre pays, qui, depuis cinq ans, ont durement souffert de la politique de Nicolas Sarkozy, souffert de la voir affaiblir, appauvrir, abîmer la France, les résultats (connus à cette heure) du premier tour de l’élection présidentielle résonnent comme un appel à tout mettre en œuvre pour battre le président sortant.

 Comme on le redoutait, le score du Front national peut servir de réservoir au candidat Sarkozy. Le président sortant, en recul par rapport à 2007, peut être battu le 6 mai prochain.

 Le second tour mettra aux prises, pour la droite, Nicolas Sarkozy, pour la gauche, François Hollande, le candidat socialiste que le suffrage universel a placé en tête. La droite doit maintenant subir une large défaite. C’est la nouvelle et prochaine étape indispensable de la révolution citoyenne que nous avons entamée.

 À gauche, les près de 12 % et quelque 4 millions de voix crédités au candidat commun du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon représentent un score inédit et un événement de cette élection, comme l’a été notre campagne, une campagne dont se sont emparé des centaines de milliers de femmes et d’hommes, et de jeunes dans tout le pays. Le peuple combattant, la gauche du courage et de l’engagement sont de retour, et dans leur sillage, l’espoir de changer la vie, d’ouvrir un autre avenir à notre pays, la France, et du même coup à l’Europe.

 Je veux saluer toutes les électrices et tous les électeurs qui ont porté leur choix sur le bulletin de Jean-Luc Mélenchon, et le programme du Front de gauche qu’il représentait.

 Je veux remercier du fond du cœur toutes les militantes et tous les militants communistes et du Front de gauche, toutes celles et tous ceux, quelle que soit la forme de leur engagement, qui ont su donner corps à cette espérance et rendu possible ce résultat.

 Au nom du Parti communiste français, j’appelle au plus large et au plus fort rassemblement possible de toute la gauche, de tout notre peuple, pour battre Nicolas Sarkozy, en votant pour le candidat socialiste François Hollande. La défaite du président sortant devra être ample, claire et nette, et nous y mettrons toutes nos forces.

 Tout doit être fait pour empêcher la réélection du candidat de l’UMP et du Medef, qui n’a pas hésité sur bien des points à reprendre à son compte le programme du Front national. La droite et l’extrême droite ne passeront pas. La France ne mérite pas cinq années supplémentaires de ce cauchemar.

 Combattre et mettre en échec les idées xénophobes et racistes de Marine Le Pen demeurent d’une brûlante actualité. Le Front de gauche est fier du travail qu’il a entamé, bien seul dans cette campagne, pour faire reculer les idées du FN. Nous allons l’amplifier dans les élections législatives à venir. Aucun député de ce parti ne doit être élu à l’Assemblée nationale.

Le PCF, le Front de gauche, vont continuer à rassembler autour des choix qu’ils ont portés dans cette campagne. Nos propositions pour mener une audacieuse politique de gauche sont disponibles ; elles sont de nature à sortir le pays de la crise en tournant le dos à l’austérité et en reprenant le pouvoir aux forces de l’argent.

C’est le cas de l’augmentation du SMIC et des salaires, du retour immédiat de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, de l’interdiction des licenciements boursiers. C’est le cas d’une réforme de la fiscalité, de la création d’un pôle public bancaire et financier. C’est le cas de l’exigence de soumettre à ratification du peuple français tout nouveau traité européen, renégocié ou non.

 Le PCF, Le Front de gauche mobiliseront le pays dans les semaines à venir pour donner plus de poids encore à ces propositions, pour faire élire une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, avec le maximum de députés du Front de gauche.

 La France aura besoin de députés courageux pour abroger sans tergiverser les lois Sarkozy, pour en élaborer et en voter de nouvelles qui constituent de réelles conquêtes politiques, sociales et économiques en faveur des travailleurs. Les députés du Front de gauche seront porteurs à l’Assemblée du mouvement de mobilisation citoyenne qui a surgi au cours de cette campagne électorale.

 Le 6 mai prochain, la victoire de la gauche est à portée de main. Elle sera complète à l’issue des élections législatives avec la confirmation de la place du Front de gauche dans la nouvelle vie politique française.

 La campagne électorale et le résultat du Front de gauche et de son candidat commun, Jean-Luc Mélenchon, prouvent que le peuple de France et que les peuples européens ne sont pas condamnés à subir la loi des marchés capitalistes.

 Un autre chemin est désormais ouvert.

 J’appelle les millions de citoyens qui ont commencé à l’emprunter avec nous à poursuivre la route, à investir le Front de gauche, les assemblées citoyennes, les fronts de luttes, de propositions et d’action que nous avons créés. Faites-en votre affaire, pour réussir le changement auquel notre peuple aspire.

COMMENTAIRE LOCAL

On peut juger un résultat avant tout en prenant en compte sa propre expérience. Et il n’est pas aussi idiot que ça de la transposer dans l’analyse des résultats nationaux. Mélenchon obtient un score intéressant qu’en début de campagne nous espérions au moins à ce niveau. Donc l’objectif est relativement atteint si l’on est un tant soi peu réaliste quant aux possibilités qui lui étaient offertes en fonction des forces qui le soutenaient.

Bien sûr il y a eu les rassemblements massifs, les sondages prometteurs mais un élément échappe souvent à tous ceux qui peuvent-être déçus du résultat : l’insuffisance militante à la base. Car étant donné, ce fait est acquis, que les médias nous desservent il ne nous reste plus que notre force de conviction sur le terrain. Et même si l’on dispose d’un force appréciable, il n’est pas sur qu’elle soit bien employée.

Je prendrai l’exemple de notre ville de 14 000 habitants dont 9419 sont inscrits sur les listes électorales.

Comme dans beaucoup trop de villes de la région, dont sa voisine Beaucaire le FN est en tête et dépasse les 33 %. Ce chiffre est considérable. D’où provient un tel résultat. Il serait vain de nier que le phénomène de l’immigration lui est étranger à savoir que les difficultés économiques et sociales de la population sont telles que la présence de nombreux travailleurs qui depuis plus de 30 ans sont arrivés massivement d’abord pour travailler dans le bâtiment ensuite dans l’agriculture sont tres nombreux et pas toujours accepté par la population. Pour preuve des localités à forte présence de travailleurs agricoles immigrés.

Ce sentiment de rejet est évidemment entretenu par la droite extrême. On assiste même à des rejets concernant des catégories venant d’Europe centrale et cela par comble de sottise par les immigrations plus anciennes. Tout cela est malsain et l’on découvre dans ces villes ou villages une population, parfois vieillissante, apeurée par le tapage fait autour de l’insécurité. C’est lamentable d’autant que le phénomène de peur touche une partie de la jeunesse confrontée à la ghettoïsation de certains quartiers.

Le phénomène est bien réel et il a sa traduction politique. Tout simplement parce que n’est pas trouvée la riposte idéologique nécessaire, plus complexe à mettre en œuvre et qui nécessiterait, tout autant que pour d’autres sujets, l’intervention de nombreux militants plus aguerris.

On ne fait pas de révolution avec des peurs de vieux, pas plus qu’avec des révoltes de jeunes ! Il faut les libérer de cela tout autant, osons le dire que de l’ignorance dans laquelle sont tenus toutes les catégories de la population, fussent-elle dans des postures professionnelles supposées nécessiter une capacité de réflexion et dotées d’une certaine instruction.

A ce qu’a dit Mélenchon, dans un de ses discours, que c’est avec une éducation nationale et par un système d’’information rénovés que l’on fera des citoyens responsables, je crois qu’il faut ajouter que ce sera aussi avec l’existence de Partis Révolutionnaires puissants et organisés.

Certains en nous lisant diront que nous sommes bien prétentieux de nous situer, en tant que militant, comme élément déterminant de la transformation sociale…et citoyenne ! Et pourtant c’est de cela qu’il s’agit au lendemain d’une élection qui n’est évidemment pas négative pour poursuivre notre démarche mais qui a bien des égards fait apparaitre nos insuffisances de conviction, voire d’organisation, et les manipulations dont elle est victime.

Alors à cela il n’y a qu’une réponse : l’adhésion du plus grand nombre à des formes nouvelles de réflexion et d’action.

A Tarascon 720 électeurs se sont prononcés en faveur du Front de Gauche. C’est un redressement assuré mais c’est aussi la possibilité de trouver de nouvelles forces militantes.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

VERS UNE DEUXIEME ETAPE POUR LE CHANGEMENT

Posté par jacques LAUPIES le 21 avril 2012

 

Quels que soient les résultats demain soir cette campagne, nous l’avons bien ressenti à notre niveau, a  provoqué un déclic parmi un grand nombre d’électeurs, qu’ils votent ou non pour le Front de  Gauche et donc pour le candidat Jean Luc Mélenchon.

 La sensibilisation au programme qu’il a si brillamment  porté tout au long des  derniers mois est évidente. Certains sont encore à convaincre de sa faisabilité ! Mais la réaction des adversaires autant que de nos concurrents de gauche (notamment au Parti socialiste) prouve s’il en était besoin de l’effet des propositions que l’on peut résumer en quatre orientations essentielles :

 -          REPONDRE AUX BESOINS LES PLUS URGENTS DE NOTRE PEUPLE AVEC DES AVANCEES SOCIALES CONSEQUENTES (SMIC et Minima sociaux, santé, école, culture, services publics renforcés et étendus,  etc.)

 -          S’EN DONNER LES MOYENS EN REPRENANT A LA FINANCE CE QU’ELLE NOUS A VOLE, EN ETABLISSANT UNE ECHELLE DE REVENUS ET UNE FISCALITE  PLUS JUSTE.

 -          TRANSFORMER NOS INSTITUTIONS POUR PLUS DE POUVOIR AU PEUPLE NOTAMMENT DANS L’ENTREPRISE.

 -          REORIENTER NOTRE POLITIQUE INTERNATIONALE NOTAMMENT EN LIBERANT L’EUROPE DE LA PRESSION DES BANQUES ET DES LOBBYS MULTINATIONAUX OU NATIONAUX, EN RECHERCHANT DES COOPERATIONS NOUVELLES AVEC LES PAYS EMERGEANT ET EN PARTICULIER CEUX DU MAGHREB

 L’opposition radicale à la politique de l’UMP de Sarkosy, la mise en cause de l’insuffisance des propositions de François Hollande, la dénonciation de l’imposture du FN, la création d’un pôle de rassemblement à gauche avec des objectifs de transformation révolutionnaire auront pénétré les esprits et  vont permettre de constituer une nouvelle base pour un plus large rassemblement populaire.

 Mais sommes-nous à la hauteur de l’immense effort à déployer ? Telle est la question qui se pose en termes de militantisme et de connaissance des questions soulevées par notre démarche !

 Toutes les discussions, les débats, les rencontres montrent que l’effort à engager nécessite des mobilisations, des coordinations, pour répondre aux questions que se posent toute une population

dans sa diversité, toutes couches sociales confondues et plus particulièrement celle qui sont le plus exploitées et dans la pauvreté.

 Mais la crise sous ses aspects économiques, sociaux, culturels et moraux frappe aussi des catégories moins précarisées, ne serait-ce que parce qu’elle rend incertain l’avenir de leurs enfants. Ces catégories ont des capacités intellectuelles, un savoir, des croyances religieuses  qui les rendent solidaires et attentives aux souffrances et aux injustices. Elles aussi sont à convaincre de la cohérence de nos propositions.

 A tous il faut faire appel pour une réflexion commune, une mobilisation quand se dégagent de nouvelles perspectives et  certitudes.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

ECOUTE COLLECTIVE DES RESULTATS

Posté par jacques LAUPIES le 21 avril 2012

CE DIMANCHE 22 AVRIL 2012 A 19 H45

ECOUTE COLLECTIVE DES RESULTATS DU PREMIER TOUR DE LA PRESIDENTIELLE

35 RUE MONGE – TARASCON

VOUS ETES INVITES

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1234
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus