A propos de réunion publique ?

Posté par jacques LAUPIES le 31 mai 2012

A propos de réunion publique ? dans POLITIQUE P1000173-300x225

Emmanuelle Bonhomme a tenu sa réunion publique aux Saintes Marie de la Mer. La candidate du Front de Gauche a insisté sur la nécessité d'avoir une représentation forte du mouvement qu'elle représente pour garantir une véritable politique de gauche

Les réunions publiques n’amènent pas des foules de participants. Elles permettent tout au plus aux plus politisés, souvent à un cercle étroit de militants et à quelques individualités d’y participer et donc  de faire le point sur une conviction commune et du meilleur moyen de la diffuser pour convaincre les absents.

Cela peut paraitre contradictoire avec les foules que l’on a retrouvées dans les meetings régionaux ou nationaux  qui ont surpris les médias et les ont contraints à  en faire état.

 Avec la candidature de Jean Luc Mélenchon le Front de gauche a fait la démonstration de cette possibilité. Amplifiée par l’utilisation de  la rue.  La portée géographique de ces manifestations et la capacité (on pourrait dire la tradition de certains partis comme le Parti Communiste aidant) ont d’évidence permis cela.

Ce qui m’a le plus surpris à la Bastille (meeting symbole de la candidature Mélenchon) c’est non seulement la mobilisation essentielle des militants venus de toute la France mais aussi de ce plus qui consiste à la mobilisation d’une foule diverse de ceux qui avaient un peu décroché du militantisme et de ceux qui me paraissent le plus précieux dans le combat politique : les jeunes !

Mais faut-il s’arrêter à ce constat assez réjouissant et n’en pas voir aussi les points faibles. Dont les moindres  ne sont pas l’effet trompeur de nouveauté, le caractère passager de l’action et de la participation à l’évènement.

Passé la surprise et l’obligation de relater l’évènement les médias, qui selon moi, ne sont pas le moins du monde neutres et indépendants, lesdits médias vont  organiser la réaction quand le phénomène dérange et gène ceux qui les commandent et les impulsent. Radios et télévisions vont se lancer dans l’analyse  et,  selon la formule célèbre « les faits sont sacrés, les commentaires sont libres », la plupart des journalistes et autres spécialistes  vont s’appliquer à détruire les effets mobilisateurs  des foules rassemblées en organisant des débats très souvent très orientés.

Point n’est besoin de démonstration savante pour cela !

 Il suffit de regarder avec attention les multiples débats télévisés et d’y entendre les habitués participants qui évidemment sont toujours les mêmes.

Cette stratégie de la classe dominante ne tombe pas du ciel et relève d’intentions délibérées.

La réunion publique, même lorsqu’on la baptise « assemblée citoyenne » ne constitue pas la réponse au besoin d’information des citoyens. Elle devient une formalité dont le succès repose sur la capacité militante des partis et ceux qui sont peu structurés à la base auront de plus en plus de difficultés à en faire un élément de communication.

Cela dit même devant une assistance réduite et acquise l’échange est utile…Ne serait ce que pour rappeler que nous avons encore beaucoup à faire en matière de communication.

Le débat est ouvert…

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Bernard Thibault (CGT)et les syndicats à Matignon

Posté par jacques LAUPIES le 29 mai 2012

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, s’est entretenu ce mardi avec le Premier ministre. Il l’a informé de l’ »impatience » des salariés, de leur souhait de mesures « rapides », « qui modifient le quotidien ». Le leader de la centrale syndicale s’est affiché plutôt satisfait au sortir de cet entretien.

« On n’est pas mécontents que ce ne soient pas les mêmes interlocuteurs » et « on a même la faiblesse de penser qu’on y est pour quelque chose », a même ajouté Bernard Thibault après sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault à Matignon. La CGT avait appelé à faire battre Nicolas Sarkozy. Bernard Thibault a aussi invité le gouvernement à s’appuyer « sur les forces vives qui ont souhaité le changement ».
« Déjà sur la méthode, l’ambiance change, c’est déjà important ». « Nous avons un gouvernement qui affirme haut et fort sa volonté de dialogue et de concertation avant toute décision. Nous ne pouvons que nous en féliciter (mais) ça ne veut pas dire pour autant que par avance nous allons nous féliciter de toutes ses décisions », a-t-il averti.

Les priorités sociales

« On n’a pas caché l’impatience qu’il y avait chez les salariés d’avoir des décisions les plus rapides et les plus concrètes (…) qui modifient le quotidien », a-t-il déclaré à la presse. « C’est une majorité de salariés qui a contribué au changement », a insisté M. Thibault. Ce premier contact officiel a permis selon lui « un tour d’horizon » des sujets à ses yeux prioritaires: salaires, Smic, obligations des entreprises, mise à plat des aides publiques, rétablissement de l’Allocation équivalent retraite et retour à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler tôt.
Sur le décret en préparation sur les retraites, « la porte n’est pas totalement fermée à une modification du champ d’application » du décret « mais on ne peut pas vous en dire plus aujourd’hui. Le gouvernement nous a entendu », a-t-il dit.

45 000 emplois menacés

Bernard Thibault a confié au Premier ministre une liste de 45000 emplois actuellement menacés dans 46 entreprises en France. Au-delà de « l’urgence de se pencher sur certaines situations », il réclame une loi pour « permettre aux salariés de contrarier la décision des gestionnaires lorsqu’il n’y a pas de bien-fondé économique aux licenciements ».
Parmi les entreprises citées figurent le constructeur automobile PSA, le groupe pharmaceutique Sanofi, Carrefour ou Fralib, filiale du géant anglo-néerlandais Unilever que le distributeur de presse Presstalis

COMMENTAIRE

Bernard Thibault (CGT)et les syndicats à Matignon dans POLITIQUE 370351_1065011252_2057176860_n

J’ai bien entendu Hollande ce soir sur la chaine publique de télévision.

Pas grand chose de dit sur l’arrêt des licenciement et bien peu sur l’augmentation du SMIC ? 

Evocation de sa politique axée sur la croissance dont on ne sait pas encore comment elle peut-être réalisée ?

 Changer la politique européenne en se libérant de l’emprise des marchés financiers, en donnant à la banque européenne placée sous l’autorité des états un rôle incitatif pour relancer l’économie ?

Accorder aux travailleurs européens des droits sociaux pour qu’ils ne soient pas à la merci des patrons qui délocalisent et freinent ce phénomène qui aboutit à tuer notre industrie ?

A ces questions, des réponses qu’elles appellent,  je n’ai rien entendu !

Timide notre Président qui bien nous fait le coup des économies de fonctionnement de l’état en rappelant quelques actions symbôles et surtout son positionnement sur le plan international.

Bravo quand il dit que la France est une nation que l’on respecte sur l’échiquier mondial, qu’il rappelle que c’est à l’ONU de se responsabiliser sur la question syrienne, que le philosophe boutefeux voudrait régler à coup de canon.

Belle occasion de remettre à sa place cet irresponsable qui s’enflamme pour toutes les causes qui aboutissent à des désastre. Il ne l’a pas fait. Il est vrai qu’en un temps il avait le soutien de ce dandy dont je n’arrive pas à lire les livres tant ses prises de position politique m’exaspèrent.

Je reviens à Hollande pour qui j’ai voté au second tour tant mon désir de virer la politique de Sarkosy était grand et partagé par nombre de mes camarades. Le nouveau Président réclame une majorité présidentielle à l’assemblée. il n’a pas dit une majorité socialiste. Grand bien lui fasse car ce serait oublier que sa majorité présidentielle s’appelle aussi Front de Gauche.

Comme tous les électeurs de gauche nous avons respiré un peu mieux le soir du deuxième tour de la présidentielle.

Mais il nous faut un ballon d’oxygène supplémentaire si l’on veut que soit enfin rémunéré le travail comme il se doit avec de meilleurs salaires et retraites, que soit améliorée la protection sociale et les services publics.  

C’est d’abord cela qui donnera la croissance et pas le bon vouloir de Merkel et d’Obama même s’il faut négocier avec eux pour une nouvelle logique de mondialisation.

Alors vous qui lisez de blog, rappelez vous qu’il y a un excellent moyen pour vaincre la timidité politique de notre Président c’est e voter pour la candidate du Front de Gauche sur la 16eme circonscription : une certaine Emmanuelle Bonhomme ! Voila une excellente occasion, pour le moins, de rappeler que la vraie gauche ça existe !

P1000087-300x225 dans POLITIQUE

Emmanuelle Bonhomme entourée de son équipe…

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Zemmour, soutenu par Marine Le Pen, dénonce un « procès d’inquisition »

Posté par jacques LAUPIES le 28 mai 2012

Mots clés : racisme,           marine le pen,           Eric Zemmour,           christiane taubira,

 Lorsque Zemmour est menacé de perdre sa chronique sur RTL à cause d’une nouvelle sortie jugée « raciste » et « machiste » par le Mrap et SOS Racisme, c’est la patronne du FN qui arrive à sa rescousse, au nom du « pluralisme ».

C’est qu’aux oreilles de Marine Le Pen, la défense de chroniqueur doit lui rappeler de nombreux discours paternels, en un peu plus cultivé. Il y aurait ainsi, selon la chronique de Zemmour de ce lundi matin sur RTL, des « Torquemadas de café du commerce qui essaient de me brûler en place de Grève régulièrement. Ils passent leur temps à vous faire des procès d’inquisition, non seulement sur les mots que vous employez, c’est même pas les mots, parce que derrière les mots il y a vos pensées et derrière vos pensées, il y a vos arrières pensées ».

Ce pourfendeur de la pensée unique, comme il aime à se présenter, est attaqué pour avoir fait comme l’UMP et le FN avant lui : il s’est attaqué à la nouvelle garde des sceaux, Christiane Taubira. Mais pour avoir l’air d’être original, il a tapé un peu plus fort, ajoutant sa rengaine habituelle sur les hommes blancs (et petits et bruns ?) qui seraient diabolisé. Pour cela, selon de persistantes rumeurs corroborées par le journaliste spécialisé Renaud Revel de l’Express, Zemmour serait évincé de RTL pour la rentrée de septembre. Ce serait l’incident de trop pour la rédaction qui réfléchirait à une possible voie de garage en semaine pour ménager ses auditeurs les plus réactionnaires. Marine Le Pen a donc assuré le chroniqueur de sn plein et entier soutien : « si l’information se confirme, le débarquement d’Eric Zemmour constituerait une grave atteinte au pluralisme des opinions dans les médias ».

Du Zemmour dans le texte

Voici le passage de la chronique jugée par le Mrap « haineuse, raciste et misogyne » :
« En quelques jours, Taubira a choisi ses victimes, ses bourreaux. Les femmes, les jeunes des banlieues, sont dans le bon camp à protéger, les hommes blancs dans le mauvais. » Taubira est « une maman pour ses enfants, ces pauvres enfants qui volent, trafiquent, torturent, menacent, rackettent, violentent, tuent aussi parfois ». Et il précise ce lundi matin à ce sujet : « Je fais une analyse politique, idéologique, et les personnes ne sont pas en cause ». Ce n’était pas évident. Comme ce ne doit pas être évident pour Eric Zemmour et son soutien de circonstance Marine Le Pen, que le racisme ordinaire n’est pas une opinion, mais un délit

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Mélenchon : « De quel droit parle-t-elle de cette façon aux Grecs? »

Posté par jacques LAUPIES le 27 mai 2012

Mots clés : christine lagarde,           grèce,           front de gauche,           fmi,           jean-luc mélenchon,           impôt,     

 

En pleine campagne pour les législatives à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon a tenu à réagir aux propos de Christine Lagarde sur les Grecs.

L’ex-candidat du Front de gauche à l’Elysée, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé ce dimanche les propos « indignes » de la directrice générale du FMI Christine Lagarde demandant aux Grecs de payer « tous leurs impôts », suggérant que la Française devrait démissionner.
« De quel droit parle-t-elle de cette façon aux Grecs? », a-t-il déclaré sur France 3. « Ce sont des propos indignes, s’il y avait une morale politique, Mme Lagarde devrait s’en aller du poste qu’elle occupe ». « Pourquoi ne dit-elle pas: ce sont les armateurs, c’est à dire les capitalistes, qui doivent payer leurs impôts, alors qu’ils ne les paient pas? C’est l’Eglise orthodoxe qui devrait payer (des impôts). Les braves gens du commun paient leurs impôts parce que c’est prélevé à la source. Les fonctionnaires n’ont aucun moyen d’échapper à l’impôt », a ajouté M. Mélenchon.

En tout cas, les propos de Christine Lagarde au Guardian ont attisé la colère des Grecs, qui répondront dans les urnes le 17 juin. Ils s’indignent, réagissent et s’adressent directement à la patrone du FMI : « le 17 juin les Grecs vont répondre aux usuriers du monde entier qui exploitent notre pays », prévient l’un d’eux. « Savez-vous les dégâts que vous avez causés au peuple grec? demande un autre internaute, « nous ne sont pas fainéants et nous ne sommes pas des mendiants ». Ou encore : « Merci pour votre amour et votre soutien et sachez que les Grecs ne sont pas stupides. Nous connaissons votre jeu et nous n’allons plus l’autoriser ! ».

COMMENTAIRE

 Jacques Laupies

 

Les propos de Madame LAGARDE sont dignes de ce que la bourgeoisie présente en matière d’égoïsme mais aussi d’impudence. Hélas elle n’est pas seule à stigmatiser le peuple grec, façon détournée de mettre à l’index les autres peuples.

Je n’ai pas retenu le nom de cette autre personne qui, cet après midi sur France Culture, n’avait pas assez de mots pour accabler les grecs et ceux qui, pour les défendre, en appellent à une vision critique plus globale de cette Europe libérale qui se livre à un chantage électoral éhonté.  Avec un certain culot elle appelait les grecs à revenir vers les partis qui ont participé à la faillite organisée de leur état.

De Sarkosy à Le Pen en passant par quelques Socio-Démocrates en mal de libéralisme, combien sont-ils à n’avoir que la solution de nous pressuriser un peu plus pour que les Banques et quelques mutinationales fassent leur beurre sur notre dos. Grecs ou pas !

Passe à la rigueur pour ces commis du capital financier et autres systèmes d’exploitation ! Après tout ils sont formés, énarques ou pas, pour nous faire digérer des politiques aux noms divers qui parfois, pour comble,  se retrouvent dans les propos de leaders ayant porté des discours révolutionnnaires (de Rocard dans les années 60 à Cohn Bendit en 68) à ceux qui aujourd’hui se préparent à enterrer la classe ouvrière et dont les trahisons se révèleront d’ici quelques années pour cette frange de français qui doit, pour comprendre çà, comme on dit « l’avoir jusqu’au trognon ».

Ne riez pas, ils sont tellement nombreux, qu’en disant cela je n’ose les classer ni les compter pour ne pas décevoir.

Et c’est bien d’eux qu’il faut tout de même se plaindre même si nous savons qu’ils sont désinformés, trompés et manipulés, car enfin quand je vois un gars qui est au RSA voter Le Pen, un notable folkloriquement reconnaissable se disant de gauche me dire que la, gestion de la ville lui fait découvrir que l’on doit se plier à des contraintes économiques, que l’une de mes voisines de quartier met dans le même sac tous mes politiques au prétexte qu’elle ne peut voir sa famille relogée décemment, qu’un jeune issu de l’immigration se plaint de voir les roms venir voler les emplois de ses semblables dans l’agriculture et fait montre d’une violence verbale à leur égard, que tel autre peste contre la laxisme des juges, alors que comme l’a dit très justement un certain journaliste, ce sont les plus pauvres qui remplissent les prisons, donc ses pairs, je me dis : le chantier du retour à la raison est grand.

Combien d’exemple encore de ces citoyens qui préfèrent s’en prendre au voisin qu’à ceux qui en une journée dépensent dix fois cent fois la valeur d’un salaire ou d’une pension ou d’une allocation de siurvie. Combien sont incapables de discerner qu’objectivement ils sont dans le camp des exploités contre des exploiteurs sans visage, loin, en haut.

Même Mme Lagarde qui en est une authentique représentante ne les étonne pas par ses propos déplacés.

Heureusement la parole est donnée à un homme qui, avec ceux qui l’ont soutenu éclaire sur la question, Il vient de le faire dans une émission de grande écoute. Raffraichissant mais si rare !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Posté par jacques LAUPIES le 27 mai 2012

xqzha7_emmanuelle-bonhomme-16-eme-bdr_news

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Plans sociaux: Jean-Marc Ayrault répond à Pierre Laurent

Posté par jacques LAUPIES le 26 mai 2012

Plans sociaux: Jean-Marc Ayrault répond à Pierre Laurent dans POLITIQUE 2012-05-25ayrault
 Le Premier ministre a répondu ce vendredi à la lettre ouverte de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui l’interpellait sur la multiplication des plans sociaux. Jean-Marc Ayrault indique ses actions à venir et parlent de mesure contre les licenciements boursiers.

Dans sa réponse à la lettre cosignée par Pierre Laurent, Nicolas Borvo Cohen-Seat et Roland Muzeau, le nouveau locataire de Matignon indique deux nouvelles possibilités de recours des salariés contre les plans de licenciements et les cessation d’activité. Le Parlement sera saisi « pour adopter rapidement un certain nombre de  mesures précises sur les licenciements boursiers et sur l’obligation  pour un groupe, de céder à un repreneur un site industriel rentable  qu’il envisagerait de fermer ».

Dossiers suivis par Arnaud Montebourg

Par ailleurs, Jean-Marc Ayrault souligne l’action du « Ministre du redressement productif » qui « s’est saisi dès son installation de l’ensemble des dossiers en cours ». Ce vendredi, Arnaud Montebourg s’est rendu à Gémenos auprès des Fralib et a annoncé le retour d’Unilever à la table des négocations, qui voulait pourtant cesser toute activité sur ce site de production du thé l’Eléphant, ainsi que la nomination d’un médiateur.

« Chaque situation fait l’objet d’un examen et d’un suivi particuliers. Il est mobilisé avec le Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les plans sociaux en cours afin de trouver les meilleures solutions pour sauvegarder les emplois et préserver notre tissu industriel et notamment nos PME », assure le Premier ministre

Financement de l’économie

Celui-ci reprend les promesses de campagne de François Hollande concernant la mise en place « de nouveaux outils de financement de l’économie et de la Banque publique d’investissement. Il rappelle enfin aux élus communistes qui l’ont interpelé la tenue de la « conférence sociale qui se réunira d’ici le 14 juillet et dont j’engagerai mardi 29 mai prochain la préparation en recevant les organisations syndicales de salariés et les organisations d’employeurs ».

COMMENTAIRE

48914_100003599710884_199742827_q dans POLITIQUE

Nous pouvons constater que certaines évolutions sont positives eu égard à la situation passée. Il n’empêche que rien n’est encore réglé tant pour l’emploi que pour le pouvoir d’achat.

On constate que c’est avec timidité que s’appréhendent ces questions sur les plateaux de télévision qui sont un indicateur des tergiversations des spécialistes (déclarés comme tels) qui continuent à développer la pensée unique qui prévaut en ces domaines. A savoir que les entreprises ne pourraient pas payer.

Du grignotage indispensable sur les profits, de la nécessité de procéder à des investissements productifs (dans l’économique et le social) il n’est guère question !

Alors nécessité d’expliquer et de réexpliquer aux électeurs qu’il faut pour cela donner au Front de Gauche un poids suffisant pour que le renversement de politique ait bien lieu.

Et devant les divisions qui semblent se manifester à droite, attention que le FN n’en tire pas profit. D’ou nécessité de le combattre avec fermeté. Ce Parti est l’imposture politique la plus dangereuse qui soit, non pas parce qu’il incarnerait un nouveau fascisme, mais tout simplement parce qu’il abuse de la crédulité d’une trop grande partie de générations que les crises et des systèmes éducatifs insuffisants ont destabilisé. Il les abuse avec le but, assigné ou non par les classes dominantes, de les détourner de la vraie solution qu’est le partage des richesses en mettant au pas ceux qui les détiennent !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Hollande: « Le temps de la souveraineté afghane est venue »

Posté par jacques LAUPIES le 25 mai 2012

Mots clés : afghanistan,           Etats-Unis,           terrorisme en France,           François Hollande,           hamid karzaï,           barack obama,           laurent fabius,           otan,           antiterrorisme,           jean-yves le drian,

 

 

Hollande:

En visite surprise en Afghanistan, François Hollande est allé expliquer aux soldats français les raisons de leur retrait dès la fin de cette année.

Arrivé à 8 heures (4 heures françaises) à l’aéroport de Kaboul, le chef de l’Etat, accompagné des ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius, s’est immédiatement rendu dans la base de Nijrab, en Kapisa (nord-est), où sont stationnés la plupart des militaires tricolores. Après avoir rendu hommage aux 83 soldats français « tombés en faisant leur devoir, en combattant le terrorisme et en servant la paix », le nouveau président de la République s’est adressé aux soldats français présents: « Merci de ce que vous avez accompli pour la France, de ce que vous faites pour l’Afghanistan« .

Menace terroriste en partie jugulée

« Le temps de la souveraineté afghane est venu », leur a-t-il expliqué. « La menace terroriste qui visait notre territoire, sans avoir totalement disparu, a été en partie jugulée ». « Seule la France peut engager la France », a-t-il affirmé, ajoutant que le retrait serait mis en œuvre « en bonne intelligence avec nos alliés, notamment avec le président Obama, qui en comprend les raisons, et en étroite concertation avec les autorités afghanes ».

« Ce n’est pas aux alliés de définir l’avenir de l’Afghanistan », mais « aux Afghans et à seuls de prendre le chemin qu’ils choisiront librement ». Dans ce cadre, François Hollande prévient que « la France maintient ses liens avec ce pays. Nous poursuivrons nos projets de développement » en Kapisa et Surobi, deux territoires longtemps contrôlés par l’armée française sous mandat de l’Isaf, la force armée de l’Otan, a-t-il assuré

Un futur engagement civil de la France

Le chef de l’Etat a ensuite rencontrer à Kaboul son homologue Hamid Karzaï afin de préciser les engagements de la France auprès de l’Afghanistan après le retrait de son contingent. « Nous voulons que la France reste en Afghanistan différemment que dans le passé », a expliqué François Hollande, parlant de permettre « aux Afghans d’être auto-suffisants ». Ce qui passerait par une « dimension civile » à la coopération entre les deux pays, via « l’éducation », « la culture » ou encore l’ »archéologie », un dernier domaine où la France est en pointe en Afghanistan depuis de nombreuses d’années, a expliqué le président français.

Il a également mentionné des « perspectives » au niveau « économique », comme dans « le logement, les énergies renouvelables, les recherches pétrolières ou l’agriculture », ceci pour que l’Afghanistan s’en sorte par lui-même.

COMMENTAIRE

Sans doute est ce cette décision de retrait militaire de l’Afghanistan qui pour moi la plus significative d’un tournant politique amorcé par le nouveau gouvernement. De tous les problèmes que rencontrent les français celui des interventions militaires en territoire étranger  n’est certainement pas le moindre.

Il est intolérable que notre pays puisse, sous un quelconque prétexte, autre que la mise en cause de son intégrité territoriale, s’engager dans des conflits armés. Si nous devons disposer d’une armée capapable d’assurer notre sécurité et donc dissuader tout agresseur, quel qu’il soit, nous n’avons pas, y compris dans un cadre de coopération militaire, à nous intégrer dans des alliances qui peuvent nous conduire à être impliqués dans des conflits.

Plus de 80 soldats morts en Afghanistan ? Des familles endeuillées dont certaines hélas se prévaudront du devoir accompli pour la défense de la nation voire des valeurs républicaines ! Chacun sait bien que c’est une foutaise et que derrière ces interventions militaires se dessinent des intérêts économiques et financiers qui n’ont rien à voir avec ceux du peuple.

Réalité dont ceux là mêmes qui aujourd’hui s’en accomodent n’hésiteront pas, dans vingt ou trente ans, parfois plus, à dire qu’ils n’y étaient pour rien.

Un peu comme ces adeptes d’une droite extrême le font en falsifiant l’histoire depuis les génocides de la deuxième guerre mondiale jusqu’aux crimes des guerres coloniales.

François Hollande et les forces qui l’ont soutenu, dont il ne faut pas négliger l’influence, a marqué un pas qui doit nous conduire à nous retirer définitivement de l’OTAN, alliance militaire ou nous n’avons rien à faire.

Par contre donner à l’ONU, sur un plan politique et militaire si nécessaire, la possibilité de se prémunir de conflits meurtriers et garantir aux peuples le droit de disposer d’eux-mêmes, doit rester un objectif prioritaire.

Tout pouvoir, tout gouvernement qui dans mon pays s’écarte de ces orientations me paraitra suspect et dangereux !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le mariage gay

Posté par jacques LAUPIES le 24 mai 2012

Le mariage gay dans POLITIQUE P1020606-300x225

 

 

En Amérique, en Europe et bien entendu en France la question du mariage gay est soulevée et fait l’objet de spéculations politiques.

Un jeune me posait la question sur la vision que j’ai de cette question, alors que je collais des affiches du Front de Gauche, dans un quartier qui est un peu à l’image de ce que l’on
qualifie de populaire. Dans ces quartiers peut-être plus qu’ailleurs on rencontre d’une génération à l’autre une approche très différente de l’homosexualité et à fortiori de la question du mariage gay !

Je lui ai simplement répondu que Jean Luc Mélenchon s’était exprimé sur la question indiquant en substance que dans notre société l’amour n’étant pas aussi évident à réaliser qu’il serait bien malvenu de priver ceux qui le rencontrent, sous quelque forme que ce soit, de pouvoir l’assumer pleinement et selon leur désir.

Les yeux écarquillés de mon interlocuteur, qui cependant semblait fortement intéressé par la question, marquaient une surprise non dissimulée, ou se mêlaient probablement toutes les interrogations qui marquent sa reflexion sur l’évolution des mœurs ou se mêlent contradictoirement encore tabous et tolérances en la matière.

En conclusion je lui indiquais : « Pourquoi ceux qui revendiquent le droit au mariage homosexuel devraient être exclu de cette possibilité de mariage ? »

Cela étant chacun doit rester libre de ses pratiques amoureuses et sexuelles. Il va de soi que pour ceux qui ne voient dans le mariage qu’une pratique ancestrale dont les fondements  avaient plus un caractère   économique, avec l’aval de critères religieux très subjectifs, que de la concrétisation juridique d’attraits amoureux, demeure la liberté de prendre des distances avec cette institution.

Le mariage qui, jusqu’à preuve du contraire, ne nous offre pas la meilleure image de pérennité en matière d’alliance sentimentale, qu’il soit hétéro ou homo, a sans doute moult opposants.

Dans ces aspects intimes de nos vie comme ailleurs, le recours à la loi, les interdits et morales subjectives, ne pourront jamais se débarrasser des comportements hostiles ou hypocrites à l’égard de l’approche différentes des pratiques sexuelles et amoureuses de ceux qui, ainsi souvent, transposent leur propre incompréhension de ce qu’est l’humain.

A quand une société où chacun disposera de son autonomie, matérielle et intellectuelle (et donc professionnelle et familiale) pour trouver une plénitude en dehors des contraintes qu’imposent les conditions de vie, les héritages culturels et religieux stigmatisant la sexualité ?

Mais tout cela relève d’une approche philosophique ou psychologique que le bon sens populaire peine parfois à engager. Ne serait-ce que parce que les vieux obscurantismes planent encore sur nos sociétés.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

POINT PRESSE PAR EMMANUELLE BONHOMME CANDIDATE DU FRONT DE GAUCHE

Posté par jacques LAUPIES le 22 mai 2012

P1000170

Emmanuelle Bonhomme a 42 ans, elle  exerce la profession d’accompagnatrice du RSA. Elle habite Tarascon et nous dit « J’ai choisi cette ville pour sa dimension humaine et sa localisation géographique. C’est une ville bien desservie par les transports en commun notamment le train. » Emmanuelle nous fait un clin d’œil : « il y a un cinéma et un hôpital… »

Elle répond à une série de questions :

Quel est le sens de votre candidature ?

« J’ai fait le constat que les revendications portées par les associations et c’est au Front de Gauche que j’ai trouvé l’équivalent de ces préoccupations, notamment au travers d’un programme cohérent et réalisable » Par exemple ?

Prenons celui de l’Europe, le FG n’est pas contre l’Europe mais entend en faire une institution au service des peuples  et non comme c’est le cas actuellement au service des groupes nationaux ou multinationaux qui l’instrumentalisent en la mettant au service des marchés financiers.

D’où la nécessité d’agir  pour que localement  les moyens soient donnés pour l’implantation  des entreprises source d’emploi et que les travailleurs ne soient pas contraints de se retrouver au chômage ou de s’expatrier dans des pays étrangers (Roumanie, Hongrie, etc.) et ainsi soumis à de bas salaires.

Oui mais cela ne passe-t-il pas par une politique de croissance que précisément  semble proposer  le Parti  Socialiste et le Président de la République ?

Nous sommes évidemment d’accord pour favoriser la croissance mais nous pensons au Front de Gauche que celle-ci passe  par la mise en œuvre de moyens dont il faut se doter en préalable. Ils sont d’ordre financier et nécessitent donc  de grandes réformes fiscales dans notre pays et en Europe, une mise au service des pays  et des peuples de la BCE actuellement instrumentalisée par les puissances économiques et financières.

Ce sont la effectivement des propositions que l’on retrouve dans votre programme « l’humain d’abord » mais ne pensez-vous pas que vos exigences en matière de développement des services publics, vos exigences sociales en matière de  salaires, de santé, d’éducation ne représentent pas un coût insupportable par la nation ?

Non l’erreur de nos concurrents et adversaires est de considérer par exemple que le SMIC  à 1700 € serait insupportable par les entreprises. Outre l’aspect humain qui exige de permettre aux citoyens de vivre mieux, conciliant le travail et la vie de famille, augmenter le SMIC c’est améliorer la consommation et donc facteur justement de croissance. Il en va de même pour les retraites et les minima sociaux.

De même en matière de services publics, leur développement et leur extension doit permettre de répondre aux besoins des citoyens sur un pied d’égalité notamment en ce qui concerne les soins, l’école, la justice, la sécurité mais aussi l’énergie, l’eau, les transports.

On parle beaucoup d’écologie, comment vous situez-vous sur ce plan ?

Le Front de Gauche et les partis qui le composent ont mis au cœur de leur réflexion les questions de l’environnement et notre programme formule des propositions à cet effet !

Lesquelles par exemple ?

Nous sommes dans une région agricole qui connait de graves difficultés et je soulignerai au passage que sans l’apport d’une main d’œuvre immigrée, ces difficultés seraient encore plus grandes. Pour y mettre fin  s’impose la nécessité d’avoir un plan de transition écologique de l’agriculture en vue d’assigner à celle-ci des productions de qualité. Relocaliser l’agriculture, favoriser l’installation de jeunes agriculteurs et une juste rémunération du travail agricole avec des prix minimums aux producteurs, figurent dans notre programme et concerne directement notre région.

Dans le domaine des transports la priorité au rail s’impose car elle répond aux préoccupations écologiques (le train est non polluant).

Comment concevez-vous votre action de député si vous êtes élue ?

Son rôle sera de porter la volonté exprimée dans ma circonscription par les citoyens d’une part mais également, par conséquent,  dans un cadre national, d’agir au sein du parlement pour que le FG puisse faire prévaloir les conditions de réussite d’une politique de gauche, par de véritables réformes. Sans cela nous risquons  un retour prévisible d’une droite reconstituée, y compris avec la participation du FN.

Sans la présence de nombreux députés du Front de Gauche au sein de l’Assemblée Nationale il y aura un risque d’échec de la gauche, un échec que nous voulons éviter ! Le meilleur moyen de réaliser tout ce que nous venons d’évoquer se fera par l’élection d’un important groupe de députés du Front de Gauche.

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Jean-Luc Mélenchon battrait Marine Le Pen à Hénin-Beaumont

Posté par jacques LAUPIES le 20 mai 2012

Mots clés : élections 2011-2012,           pcf,           front de gauche,           jean-luc mélenchon,           marine le pen,           législatives 2012,           olivier dartigolles,           pas-de-calais,           front national,           front de gauche info,           henin-beaumont,           hervé poly,      

 Législatives. Selon un sondage réalisé pour le Journal du dimanche, la candidate de l’extrême-droite arriverait en tête au 1er tour dans la 11e circonscription du  Pas-de-Calais, détenue par le PS, devant Jean-Luc Mélenchon, mais serait largement battue au second  tour par le candidat du Front de gauche.

La « bataille homérique » lancée par le candidat du Front de gauche dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais contre la candidate « brun-Marine » semble plutôt bien engagée pour Jean-Luc Mélenchon. Selon un sondage Ifop-Fiducial pour le JDD, Marine Le Pen arriverait en tête au 1er tour des élections législatives du 10 juin prochain à Hénin-Beaumont avec 34%, devant Jean-Luc Mélenchon, crédité de 29%, mais serait battue au second tour par le candidat du Front de gauche.

Dans cette circonscription, le candidat socialiste Philippe Kemel obtiendrait 18%  seulement, celui du MoDem Jean Urbaniak, soutenu par l’UMP, 16% des  suffrages, la candidate d’Europe Ecologie- Les Verts 2,5% et la  candidate de Lutte ouvrière 0,5%.

En cas de duel Mélenchon-Le  Pen au second tour, le leader du Front de gauche obtiendrait 55% des  voix et son adversaire d’extrême droite 45%. En cas de duel PS-FN,  Philippe Kemel serait élu avec 56% des voix contre 44% à Mme Le Pen. En  cas de triangulaire Front de gauche/Front national/MoDem, M. Mélenchon l’emporterait par 44% des voix, contre 36% à Mme Le Pen et 20% au candidat du Modem.

COMMENTAIRE

Jacques Laupies

DU NORD AU SUD

Il faut se méfier des sondages. A trois semaines du premier tour des législatives ils ne sont qu’une indication à prendre avec réserve mais en tous cas s’ils placent le PS en seconde position de la gauche de manière aussi claire, ils peuvent avoir quelques significations intéressantes.

En premier lieu la personnalité de Jean Luc Mélenchon semble être un élément déterminant puisqu’il renverse une tendance à l’hégémonie du PS mais en cela il faut aussi savoir que dans cette circonscription ce dernier était aussi victime de malversations supposées ou avérées de l’ancien maire de Hénin Beaumont.

N’attribuons pas ce renversement d’influence à gauche exclusivement à la prise en compte des propositions programmatiques du Front de Gauche, bien que le succès de la candidature Mélenchon en dépende directement. Et puis 34 puis 45 % accordés au Front National avec les thèmes de campagne que l’on sait, cela demeure trop. Bien trop !

Dans la 16ème circonscription des Bouches-du-Rhône les rapports de force au sein de la gauche paraissent différents et au second tour l’affaire n’est pas gagnée pour elle. Même s’il s’agit du candidat socialiste. Evidemment le Front de Gauche ne peut de prévaloir d’une candidature d’envergure nationale face à un FN qui avoisine les 30 % mais il demeure la force porteuse de vrais changements politiques dans ce pays.

Est ce à dire qu’il faut s’en prendre à nos concurrents de gauche et laisser la droite opérer un transfert vers ses extrêmes. Surement pas ! Le danger vient de la manipulation dont sont victimes les électeurs de droite ou de gauche dont tous les intérêts économiques et sociaux , et parfois leur culture ouvrière, se perdent dans des discours stigmatisant l’immigration.

C’est eux qu’il faut convaincre de cette fatale erreur qui tue les solidarités entre travailleurs, qu’ils soient classés en couches moyennes et catégories les plus exploitées ou précarisées.

Emmanuelle BONHOMME et Jean Michel CABIAC sont porteurs du programme « l’humain d’abord » Ils le sont avec le talent de la proximité, du vécu, de l’intelligence politique. Ils ont à affronter le clientélisme qui nourrit la tradition électorale ici bas, la démagogie  fumeuse d’une extrême droite qui tente de se donner des apparences républicaines, laïques, sociales et veut ainsi de se substituer à une droite dévalorisée par des décades de pouvoir sans partage.

Défendez ces deux candidats, faites les connaitre, cela en vaut la peine ! Ils incarnent le renouveau 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus