• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 13 avril 2013

De premières mesures à amplifier et pérenniser

Posté par jacques LAUPIES le 13 avril 2013

Annonces de François Hollande

Par Eric Bocquet / 10 avril 2013

Rapporteur de la commission d’enquête sur l’évasion des capitaux et des actifs hors de France.

Le Président de la République vient d’annoncer les mesures envisagées dans la lutte contre l’évasion fiscale : transparence totale des banques françaises dans les paradis fiscaux, établissement par notre pays d’une liste « noire » des pays qui refuseraient la coopération sur les questions fiscales et enfin création d’un parquet financier.

Les révélations de la semaine dernière, d’une extrême gravité pour notre République et qui ont suscité un véritable choc chez nos compatriotes permettent qu’enfin l’ampleur du problème soit prise en compte à sa juste mesure.

Ces premiers pas, qui recoupent certaines propositions du rapport de la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion des capitaux en 2012, doivent être suivis des actes, des moyens nécessaires et pérennes dans la lutte contre la fraude. L’évasion fiscale des uns creuse le déficit des autres. Notre pays doit être à la pointe de ce combat gigantesque ici et en Europe en se dotant de tous les outils nécessaires. Il y va de l’avenir de notre République.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

National et local : une même démarche unitaire

Posté par jacques LAUPIES le 13 avril 2013

un quartier plaisant de Tarascon

Je crois avoir suffisamment écrit dans ce blog qu’il n’y avait d’autre alternative pour François Hollande que de rester dans sa logique actuelle et d’aller droit dans le mur, comme on dit, ou d’en appeler à une large union des forces socialistes consciente de la nécessité d’un changement de politique et de la gauche qu’incarne notamment le Front de Gauche et autres partis comme le NPA.

Même les éditorialistes qui occcupent largement les médias posent la question et bien entendu s’inquiètent de la réponse positive à cette démarche ! Ce qui ne peut-être un encouragement à vouloir la réaliser .

Bien entendu un ralliement à la manifestation du 5 mai comme le suggère  Marie George Buffet serait un signe déterminant d’une volonté de changement de la part de la gauche du PS.

On peut comprendre que la famille social démocrate du PS ne soit pas non plus très emballée de ce renversement  mais les réalités sont là qui exigent un choix où il y va de l’intérêt national.

Nous sommes à un an des élections municipales et personnellement je n’ai pas attendu (et nous sommes quelques uns à gauche pour cela) d’être en 2013 pour en appeler à l’Union. Cela fait 50 ans que je persiste. Ne jamais changer d’idée n’est pas un signe de grande intelligence mais il est des règles en matière politique, que ce soit dans un contexte de démocratie ou de totalitarisme qui sont immuables dont celle, pour qui veut vaincre, de rassembler, unir, trouver un compromis que l’on pourra ensuite faire respecter.

Bien entendu on ne s’engage pas dans une telle stratégie sans être convaincu au plus profond de soi de la nécessité d’être utile à la défense de ses intérêts  par l’action collective englobant donc celle des autres.

Exercice difficile à admettre par les citoyens qui tombent souvent soit dans le piège de l’idéalisme qui consiste à déifier  et considérer comme sacrifié le politique qui agirait exclusivement pour autrui, soit dans le piège d’une sorte d’égoîsme incontournable qui habiterait chacun de nous et en ferait un politique dont il faut constamment se méfier (d’ou découle la notion du « tous pourris »)

Rares sont ceux qui poussent le raisonnement jusqu’à accepter  le principe de l’individu avant tout être social qui, à ce titre, n’échappe pas aux contradictions d’intérêts qui résultent des rapports de production et des rapports sociaux qui en découlent et de ce fait est impliqué dans une solidarité de classe ou de catégorie.

Leur positionnement dans ces rappports et leurs conditions matérielles de vie vont déterminer leur conscience, tout autant que pourront la détourner ou au contraire la transformer en véritable conscience de classe, les différentes propositions idéologiques auxquelle il sont soumis.

Pour être clair un artisan indépendant qui devient ouvrier ne va pas laisser au vestiaire ce qui a forgé son comportement social original. Pas plus qu’un ouvrier qui devient artisan ou commerçant ne va totalement oublier l’usine où très jeune il a découvert la solidarité.

L’un et l’autre vont généralement évoluer vers une intégration et une adaptation à leur nouvelle vie. Tout comme ils vont être sensibles aux sollicitations idéologiques nées de la conjoncture économique et en particulier de la concurrence entre salariés, aggravée par le chômage, qui donne souvent naissance au rejet. L’autre, devenant pour eux facilement un bouc émissaire : le fonctionnaire pour le salarié du privé, le chômeur pour le titulaire d’un emploi, le retraité pour le jeune mal payé,  l’étranger pour l’autochtone, etc.

De quoi oublier la contradiction essentielle entre l’actionnaire d’une multinationale et les millions de salariés qu’elle emploi qui conduisent aux délocalisations, au détournement de la richesse produite et privent le pays des milliards nécessaires au redressement !

Comment faire disparaitre ces errements auxquels sont soumis les humains d’une société donnée comme la nôtre ?

Je répète cela si souvent que cela peut agacer ceux qui en sont relativement convaincus mais ne serait-il pas temps de se mettre d’accord pour que le discours pénètre plus profondément l’immense majorité qui elle n’est pas convaincue.

Dans un article récemment paru dans l’Humanité, l’auteur que je crois connaitre un peu, indiquait : « Ne s’agit-il pas désormais, pour le politique, de doter en permanence la société d’institutions, d’arènes, de règles d’élaboration démocratique permettant aux différentes facettes et aux différents niveaux de la société de s’organiser et de coopérer ? D’impliquer directement toutes ces facettes, tous ces niveaux, tous ces acteurs, notamment l’immense réservoir de personnes, de groupes, de collectifs, jusqu’ici non représentés dans les institutions, non impliqués directement par elles. »

Je ne peux ici citer trop longuement cet article dont je partage la plupart des idées qu’il exprime mais je voudrais dire que ces idées qui remettent en cause des pratiques politiques dépassées, pour être portées et mise en oeuvre, doivent-être d’abord appropriées par les premiers intéressés : tous les citoyens. Car pour instituer de nouvelles règles il faut bien mobiliser et je ne vois d’autres moyens que l’action coordonnée de tous ceux qui ont vocation à améliorer la vie de leurs semblables et comme l’indique le document adopté par le dernier congrès du PCF :

 « Nous voulons être utiles, tout de suite, à gagner des avancées immédiates. C’est à partir de luttes qui se développent, des propositions qui grandissent et des aspirations populaires que nous pourrons dépasser les mécontentements et les déceptions pour faire mouvement. »

Concernant les élections municipales ce document indique :

« Les communistes sont engagés dans l’action municipale et intercommunale,
souvent au sein de majorités de gauche constituées sur des projets, parfois dans
l’opposition. Partie prenantes d’aventures humaines et de l’histoire locale, ils
veulent continuer à être utiles au plus près des femmes et des hommes et
continuer à leur rendre le pouvoir. C’est pourquoi nous décidons de lancer
partout des appels à de larges rassemblements en commençant dès aujourd’hui à construire les contenus qui guideront notre action avec les habitantes et les habitants. C’est avec elles et avec eux que nous voulons créer les conditions de nouvelles conquêtes politiques. Partout, nous entendons ainsi renforcer et augmenter notre infuence, en faisant la démonstration sur le terrain qu’une autre pratique et une autre ambition politique sont possibles. »
 
Les efforts que nous déployons actuellement vont dans ce sens et nous nous efforçons d’y associer les personnes en responsabilité politique à gauche sur le plan de Tarascon.
 
Leur première tâche n’est-elle pas de se tourner vers la population et de lui dire : il existe une gauche qui rassemblée peut doter  la ville d’une nouvelle gestion et y créer précisèment ce que nous évoquions précédemment de nouvelle pratiques impliquant véritablement les citoyens.
 
Il ne suffit pas de dire que tel ou tel élu entre en disgrâce, que tel autre à les dents longues et ratisse large, qu’une troisième labellisée a le vent en poupe, sans même se poser la question de ce qu’ils représentent et de ce qu’ils on fait ou feront de part leurs liens politiques qui en disent long.
 
Il faut agir et vite pour rappeler notre attachement aux principes d’une meilleure utilisation des ressources. En finir avec cette conception qui consiste à croire que la distribution d’un revenu à un assisté social, parce qu’il vient d’ailleurs ruinerait le pays (ce qui est archi faux) alors que 50 à 80 milliards de fraude fiscale manquent au budget de l’état et représentent de quoi couvrir le budget de la sécurité sociale et de l’éducation nationale et bien plus sans doute !
 
 
 
 
 
COPIE COLLE DE L’HUMANITE
 
 National et local : une même démarche unitaire  dans POLITIQUE lienemann_0 

Politique -           humanitefr dans POLITIQUE le 12 Avril 2013

 

Des mains se tendent entre la gauche du PS et le Front de gauche

Mots clés : manifestation,                           ps,                           front de gauche,                           marie-noëlle lienemann,                           marie-george buffet,                           emmanuel maurel,                           5 mai pour une VIè République,                      

La gauche du PS appelle à « un nouveau pacte majoritaire », un nouveau « gouvernement rouge-rose-vert », qui mènerait une nouvelle politique. Marie-George Buffet préfère leur répondre : « venez à la manifestation du 5 mai ! Soyez du bon côté de la barricade, rejoignez-nous ! »

C’est la sénatrice, de l’aile gauche du PS, Marie-Noëlle Lienemann qui a appelé sur France 3 à « un nouveau pacte majoritaire ». Et ce avec la « majorité qui a fait François Hollande, président de la République » pour éviter le risque d’ »enlisement politique ». Un appel clair au Front de gauche, car « il faut un changement de cap politique et de cap économique, nous devons redonner la priorité à la croissance et à l’emploi sans s’enfermer dans le dogme des 3% de déficit qu’on n’arrive pas à atteindre ».
« Il faut un tournant de la relance et, pour mener cette nouvelle politique, il faut une équipe qui doit rassembler toutes les forces de gauche et écologistes ». Pour elle, « la majorité qui a fait François Hollande président de la République doit pouvoir avoir des convergences pour un nouveau pacte majoritaire pour qu’on reparte sur un nouveau pied car, sinon, ça risque d’être et l’enlisement économique et social et l’enlisement politique ».
Emmanuel Maurel, le chef de file de l’aile gauche du PS, a également appelé de ses voeux la formation d’un nouveau « gouvernement rouge-rose-vert » pour mener une « nouvelle politique ». Son courant devrait faire cette proposition samedi au Conseil national du PS.

« Mais venez à la manifestation du 5 mai ! »

Appel que Marie-George Buffet, députée PCF a entendu mais qu’elle leur retourne. « J’ai envie de dire à ces hommes et ses femmes qui sont à la gauche du PS, qui ont envie que le PS retrouve une politique réellement de gauche et non pas une politique à la Sarkozy-Merkel, j’ai envie de leur dire, rejoignez-nous ! Je ne leur demande pas de quitter le PS, chacun est attaché à son parti c’est tout à fait normal, mais venez à la manifestation du 5 mai ! Soyez du bon côté de la barricade, rejoignez-nous ! »

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus