• Visiteurs

    Il y a 7 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • août 2013
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

Non à une intervention militaire de la France en Syrie

Posté par jacques LAUPIES le 31 août 2013

 

Non à une intervention militaire de la France en Syrie dans POLITIQUE catalog-cover-icon

Pétition

L’utilisation d’armes chimiques, dont ont témoigné de nombreux médecins dans un quartier de Damas le 21 août 2013, a fait franchir à la Syrie un nouveau palier dans l’horreur. Depuis deux ans, la confrontation provoquée par le régime de Bachar Al Assad, qui a refusé d’entendre les revendications populaires de démocratie, affiche un bilan effroyable : 100 000 morts, plusieurs millions de réfugiés, dont un million d’enfants, un pays dévasté, des villes détruites, une population prise en otage par les affrontements internes soutenus par les différents Etats de la région.

Une intervention militaire des états-Unis et de leurs alliés, dont la France, ferait courir le risque d’une nouvelle escalade de la violence, d’un embrasement régional favorisant un recours sans limites aux armes de destruction massive, notamment chimiques. Ajouter la guerre à la guerre serait la pire des solutions. Nous exigeons que la France ne participe pas à une intervention militaire en Syrie.

Le conflit en Syrie est devenu une crise géopolitique internationale. Une pression diplomatique vigoureuse doit s’exercer pour obtenir l’arrêt des hostilités et la mise en oeuvre d’une transition démocratique garantissant l’intégrité du pays. Un sommet réunissant sous la responsabilité de l’ONU les parties en conflit et les principales puissances impliquées pourrait tracer les contours d’un règlement politique. Il n’y a pas d’autre voie.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Homophobes : même les primates sont plus tolérants

Posté par jacques LAUPIES le 31 août 2013

On voudrait ne pas revenir sur un sujet qui finit par agacer nombre de français qui considèrent, qu’il y a des problèmes plus préoccuppants que l’évolution de nos moeurs. Aussi préoccupants, sans doute mais l’intérêt pour eux (salaires, retraites, Sécurité Sociale, etc) ne peut laisser ignorer la nécessité d’une égalité dans le droit aux pratiques sexuelles librement consenties. Lesquelles rappelons-le étaient, et sont encore hélas, durement malmenés y compris dans la sacro sainte famille versions religieuse notamment.

J’ai lu quelque part que 4 à 5 % de la population serait composée d’homosexuels. Je ne sais pas si les bi, les trans et autres variantes de minorités sexuelles en font partie mais tout de même cela représente quelque millions de personnes déclarées homosexuelles ou potentiellement appelées à l’être si l’on y inclut les enfants et les adolescents concernés.  Donc les menacer de mort effectivement relève de l’appel sinon au «  génocide » du moins à quelque chose qui lui ressemble.

Allons donc voila que je vais être taxé d’exagération ! Et pourtant le calcul n’est pas faux.

Si vous êtes notoirement connu pour avoir des pratiques homosexuelle ou bisexuelle, ce qui est de moins en moins rare dans les nouvelles générations qui fort heureusement se sentent un peu libérées et non contraintes au refoulement, vous voilà en danger de mort !

Sans être des militants de l’hétérosexualité exclusive, il se trouve que des groupes, ou parfois des individus isolés, font règner encore dans nos villes et villages, dans les entreprises comme à l’école, bien des préjugés sur la question. Marque d’homophobie qui  se traduit par le sourire narquois, inoffensif sans doute mais cruel tout de même, ou encore l’invective résumée par le qualificatif bien connu de « pédé » que des bandes utilisent ignorant bien souvent qu’en leur sein existent, sans se manifester par crainte d’être rejeté, la préférence homosexuelle.

Alors que des associations, des individus se permettent d’utiliser internet pour les encourager dans leurs agissement d’intolérance et d’irrespect est une  ligne à ne pas franchir.

D’autant que parfois, le conditionnel aidant, certains faux- culs n’hésitent pas à suggérer et se livrer à des amalgames entre légalité et illégalité. A tel point que la relation purement amicale, adulte et adolescent devient suspecte et rend la communication intergénérationnelle difficile. Même la loi en ce domaine semble parfois relever d’interprétations abusives et répressives.

La loi sur le mariage pour tous fera sans doute reculer des tabous inventés de toutes pièces par des prophètes de l’obscurantisme, D’un côté la libération pour assumer son amour mais aussi le plaisir qui l’accompagne, de l’autre l’intolérance, refuge de ceux qui bien souvent assument mal une sexualité dite « normale » comme si l’espèce humaine qui pense ce quelle fait et agit en fonction de sa pensée pouvait-être ramenée à des comportements seulement impulsif et procréatif.

On sait pourtant ou conduit ce déterminisme « biologique »

 

 

Homophobes : même les primates sont plus tolérants dans POLITIQUE hop_6

 

Société -           humanitefr dans POLITIQUE le 29 Août 2013

 

Twitter : « l’appel au génocide » en 140 signes

Mots clés : justice,                           internet,                           najat vallaud-belkacem,                           twitter,                           homophobie,                           sos homophobie,

 

 

Une enquête préliminaire a été ouverte mercredi par le parquet de Paris, après la diffusion de messages homophobes sur Twitter. Dans le week-end du 10 au 11 août, les hashtags #lesgaysdoiventdisparaîtrecar et #brûlonslesgayssurdu se sont retrouvés en tête des trendtopics de la plateforme de microblogging.

« Nous assignons Twitter en justice car en tant qu’éditeur, l’entreprise est responsable des hashtags qui y sont publiés. » explique Louis Georges Tin, fondateur de l’International Day Against Homophobia and Transphobia (IDAHO). La plainte a été déposée par l’association le 14 août dernier. Une enquête est en cours du chef de « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle ». L’association s’inquiète de la recrudescence de propos homophobes sur Twitter. « Le site en n’agissant pas tend à démultiplier les appels au génocide. Twitter risque de devenir la radio mille collines contre les homosexuels en France (radio ayant appelé au génocide au Rwanda en 1993, NDLR)  Ces dirigeants ne peuvent pas invoquer la liberté d’expression et le Premier amendement américain. Nous sommes en France, le droit français doit s’appliquer.»

Dans un communiqué, les ministres Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes) et Fleur Pellerin (Economie numérique) ont condamné les messages homophobes publiés sur le site.  La loi sanctionne la provocation à la haine ou à la violence à l’encontre d’une personne, en raison de son orientation sexuelle (45.000 € d’amende) et l’injure homophobe (6 mois d’emprisonnement et 22.500 € d’amende).

« Cela fait déjà trois semaines que ces hashtags ont été publiés sur la plateforme. Malgré nos appels, Twitter n’a pas pris la peine de condamner ces propos s’insurge Louis Georges Tin.  Suite à ces deux hashtags plusieurs centaines d’appels aux meurtres ont été publiés sur Twitter. »

« Rien n’a bougé »

Au printemps dernier, Najat Vallaud-Belkacem avait reçu lors d’une table ronde, des associations de lutte contre l’homophobie et Twitter. A cette occasion un système d’alerte contre les messages homophobes à vu le jour. « Depuis mai nous travaillons en collaboration avec Twitter sur les propos homophobes. Nous avons le statut de signalant prioritaire indique Elisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie. Dès qu’un bénévole de notre association remarque un hashtag homophobe, nous le faisons remonter à la plateforme. En théorie le hashtag doit être désindexé. Nous avions alerté Twitter sur les deux hashtags en question, la personne chargée de les désindexer était en vacances. Rien n’a bougé. »

Les associations pointent du doigt les failles du système : « La loi n’est pas respectée et certains d’utilisateurs ont un sentiment d’impunité sur les réseaux sociaux. Dans ce contexte, une avalanche de propos haineux déferle sur internet. Il ne s’agit pas de restreindre la liberté d’expression, mais de faire prendre conscience aux personnes qui tiennent ce genre de propos qu’elles enfreignent la loi.» souligne Elisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie.

L’année dernière le site de microblogging avait déjà été attaqué en justice par des organisations de défense des droits de l’Homme, après la diffusion de tweets à caractère antisémite. Après des mois de procédures judiciaires, le site a finalement transmis à la justice, début juillet, des données permettant d’identifier les rédacteurs. « Les personnes les plus acharnées doivent être condamnées. Quant à la majorité, un travail de sensibilisation doit être effectué. Par exemple en émettant un hashtag contenant un rappel à la loi. » explique l’IDAHO.

N’daricaling Loppy

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ce n’est pas la guerre des boutons…

Posté par jacques LAUPIES le 30 août 2013

Dur, dur, pour François Hollande, l’article de José Fort paru sur le site de l’Humanité.

Nous n’enfoncerons pas plus le clou, bien qu’ayant très clairement dit,  il y a déja quelques mois, ce que nous pensions d’une éventuelle intervention de la France en Syrie, à commencer par notre opposition à la fourniture d’armes aux rebelles. Le « Camarade » Fabius s’était déja avancé sur ce terrain plutôt mouvant.

J’avoue que l’attitude du Président et de ses ministres lors de l’intervention au Mali, laquelle ne me réjouissait pas mais, que tout bien pesé je n’avais pas désapprouvé, cette attitude avait été l’occasion pour les médias de présenter notre Président en véritable « chef de guerre ». Sans aller aussi loin on peut considérer que la décision n’était pas facile, si ce n’est que la majorité, pour ne pas dire l’unanimité des courants politiques de France avait approuvé.

Le problème syrien est tout de même un peu plus compliqué !

Faut-il être un simple citoyen, dans une ville plutôt à droite, pour avoir un peu plus de circonspection que nos plus hauts responsables de l’état.

Mais soyons rassuré Caméron, voire un tantinet Obama, ont frisé le délire dans l’affaire syrienne. C’est grave, très grave, surtout lorsqu’il s’agit de la paix sur la planète entière et pour le moins de centaines de milliers de morts supplém!entaires dans ces pays du Moyen-Orient où souffrent des peuples qui se révoltent.

Gageons que malgré la complexité de la situation, ces peuples trouveront eux mêmes leur voie et n’ont pas besoin de nos piteux émarques pour les aider.

Vous allez me taxer d’ouvriérisme imbécile, voire de populisme primaire, mais franchement,  j’ai eu du plaisir à constater autour de moi que des retraités que je cotoie, dont la carrière s’est limitée de passer de manoeurvre à ouvrier qualifié, n’ont pas hésité à dire, parlant de certains de nos dirigeant politiques déja sur un pied de guerre, qu’ils étaient fous ! Et tenez vous bien il y avait là des électeurs socialistes, UMP et FN.

Lire l’article de José Fort, dont je ne connais pas la formation d’origine, ni les origines sociales m’a un peu rassuré sur les intellectuels qui travaillent dans la mouvance communiste.

Cela dit notre Président n’est pas seul et a de la concurrence dans le fantasme guerrier, dont un certain JF Copé. A  croire qu’ils défendent les mêmes intérêts…Car ne nous y trompons le discours larmoyant sur les victimes hélas bien réelles de cette guerre civile n’est que façade.

 

 PARU DANS L’HUMA

 

 

Ce n'est pas la guerre des boutons... dans POLITIQUE fh_3

 

Monde -           humanitefr S dans POLITIQUE le 29 Août 2013

 

Syrie : et maintenant, le ridicule

Mots clés : syrie,                           russie,                           onu,                           François Hollande,                           france,                           c’est un monde,

 

 

C’est un monde, la chronique de José Fort. Pas si simple quand même de « punir » la Syrie, selon la formule de François Hollande. Il ne s’agit pas là, en effet, de régler un problème de sous préfecture, y compris corrézienne. Il s’agit de plus sérieux, de plus complexe exigeant la maîtrise de soi.

Il s’agit d’affaires mondiales, de guerre ou de paix, du sort des peuples.
On ne traite pas des puissances comme la Russie, quoi qu’on puisse penser de ses gouvernants actuels, avec une légèreté méprisante. En matière de relations internationales, la discrétion, l’intelligence du propos, la compréhension du monde et de tous ses dangers restent une donnée essentielle comprise par les grands de ce monde depuis des siècles. Visiblement pas par M. Hollande et son équipe.

Pas de consensus à l’ONU alors qu’Obama cherche une sortie à moindre coup. Cameron obligé de faire marche arrière face à son parlement opposé à la guerre. Une large majorité de citoyens étatsuniens, britanniques, français hostiles aux possibles opérations armées. Bientôt, seul M. Hollande demandera, fanfaron et ridicule, une « punition ».

Que le président et le gouvernement français se discréditent une fois encore (après l’affaire de l’avion du président bolivien) est une chose. Autre chose est une politique officielle française se ridiculisant aux yeux du monde et portant atteinte à la France,  à son honneur et à son prestige.

José Fort

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Syrie et armement chimique : comment la France peut faire entendre sa voix ?

Posté par jacques LAUPIES le 29 août 2013

 Que le FN se prononce contre une intervention militaire en Syrie, en quoi peut-on s’en plaindre ? Les motivations de ce Parti ne sont pas les nôtres pas plus que ce qui peut les inspirer mais il est toujours intéressant qu’une grand nombre de français soit incité à ne pas accepter d’entrer dans un processus qui peut être extrêmement dangereux pour la paix.

Ici comme en bien d’autres domaines il faut simplement toujours discerner le discours d’extrême droite qui peut déclencher des réflexes du genre « Laissons-les se tuer entre eux ». Réponse que m’a faite un citoyen de notre bonne ville qui à la particularité de placer au premier plan de ses préocccupation l’immigration jugée excessive et coûteuse.

Encore un qui préfère comme coupable l’immigré au financier ! Cela lui coûte cependant très cher…Mais les vieux réflexes franchouillards ont la peau dure.

 

Syrie et armement chimique : comment la France peut faire entendre sa voix ? dans POLITIQUE

 

Monde -           humanitefr dans POLITIQUE le 28 Août 2013

 

Mots clés : syrie,                           onu,                           Bachar al-Assad,                           conseil de sécurité ,                           france,                           armes chimiques,                           paul quilès,

 

 

Par Paul Quilès, ancien ministre de la défense. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité doivent se réunir aujourd’hui pour examiner un projet de résolution britannique « condamnant le massacre chimique de Damas perpétré par les forces du régime de Bachar Al-Assad et autorisant toutes les mesures nécessaires sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies pour protéger les civils contre les armes chimiques ».

Cette initiative britannique vise à amener la Russie et la Chine, qui ont jusqu’à présent soutenu le régime syrien dans sa répression sanglante, à cesser de paralyser l’ONU et à joindre leurs efforts à ceux des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France pour empêcher le renouvellement du crime contre l’humanité que représente l’emploi de l’arme chimique.
La France, dépositaire du protocole de 1925 interdisant l’emploi des gaz de combat et initiatrice de la Convention de 1993 d’élimination de l’arme chimique, doit faire entendre sa voix dans ce débat.

Je rappelle que cette convention, ratifiée par la quasi-totalité des Etats, à sept exceptions près, dont celle de la Syrie, impose à ses signataires de détruire tous leurs stocks d’armes chimiques, de renoncer définitivement à cette arme et de se soumettre à un mécanisme contraignant de contrôle  international sur place du respect des engagements pris.
En complément de toute action qui serait prise pour sanctionner les auteurs du massacre de Damas et prévenir de nouvelles attaques chimiques, la France doit demander l’adhésion immédiate de la Syrie à la Convention de 1993.

  • Toute l’actualité syrienne sur l’humanite.

Paul Quilès

COMMUNIQUE DU PCF

Syrie: la France doit prendre l’initiative politique

 Selon Washington, toutes les options sont sur la table concernant la Syrie. Cependant, plus les heures passent, plus c’est l’option d’une intervention militaire de quelques puissances, dont la France, qui se précise.

L’escalade de la confrontation militaire provoquée par le régime syrien suscite de très graves inquiétudes.
Les bombardements à l’arme chimique, dont la responsabilité est attribuée au régime de Bachar Al Assad, ont fait franchir un pas spécifique et particulièrement criminel dans l’horreur. Il faut encore que toute la lumière soit faite sur ces bombardements… Mais les États-Unis, qui auraient déjà formé près de trois cents combattants de commandos pour l’ASL (armée syrienne libre) au cours de ces dernières semaines, ont maintenant renforcé leur flotte de guerre armée de missiles de croisière en Méditerranée.

La crise syrienne est devenue dans les faits une crise géo-politique internationale. Le bilan de cette confrontation est effroyable : environ 100 000 morts, plusieurs millions de réfugiés dont un million d’enfants, un pays dévasté, des villes en cours de destruction, une société pulvérisée par une violence et des affrontements internes directement soutenus par des États et différents acteurs politiques de la région. Il faut arrêter ça ! Les affrontements avaient déjà franchi le seuil de l’inhumanité avec des exactions d’une sauvagerie rarement égalée, comme ces civils égorgés vivants par des groupes salafistes se situant dans l’opposition.

Aujourd’hui, une intervention militaire de Washington et de ses alliés constituerait un degré supplémentaire dans l’inacceptable, dans cette escalade sans issue. Bombarder la Syrie serait ajouter la guerre à la guerre. Avec les risques rarement égalés d’un embrasement au Moyen-Orient, notamment d’une explosion du Liban où les attentats, les représailles et les vengeances se succèdent.

Laurent Fabius, qui prétend faire de la France « une puissance repère », appelle hier à une réaction de force. Il dit aujourd’hui que la solution « reste politique »… La France doit maintenant parler clair et prendre une forte initiative.
Le Parti communiste français appelle les autorités françaises à prendre l’initiative d’une réunion au sommet des belligérants et des principales puissances impliquées, les États-Unis et la Russie bien sûr, mais aussi la Turquie et l’Iran, afin de définir les conditions d’un arrêt de l’escalade dans la confrontation militaire, et d’une transition démocratique en Syrie. Il faut reprendre l’esprit et l’ambition de la deuxième conférence de Genève qui aurait dû tracer la voie d’une telle solution il y a déjà des mois. Il faut aussi obtenir l’engagement du Secrétaire général de l’ONU pour que l’exigence d’une solution politique l’emporte contre les menaces qui pèsent sur la sécurité internationale.

Chacun doit maintenant mesurer sérieusement la responsabilité qu’il doit prendre. Il y a urgence.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Halte aux fous de guerres

Posté par jacques LAUPIES le 28 août 2013

Une mise en condition de l’opinion se prépare pour une intervention armée en Syrie.

Pas sûr du tout que cela soit du goût des français.

Sur cette question la France doit jouer un rôle de médiateur politique et non jouer les va-t-en guerre comme le fait un certain Ministre de la Défense qui s’appelle FABIUS, ce qui suppose un accord du Gouvernement et du Président.

Certes, s’il est prouvé que l’utilisation des gaz a été faite par le régime syrien, des sanctions internationales doivent – être prises mais l’intervention militaire est à proscrire hors un mandat express de l’ONU, ce qui parait peu probable. Reste des négociations entre tous ceux qui sont concernés. Il ne peut y avoir de prise de décision militaire unilatérale qui provoquerait obligatoirement la réaction de ceux qui seront en désaccord.

Un peu de bon sens, gens de pouvoir, s’il vous plait.

Nous ne vous suivrons pas dans une action qui n’a rien à voir avec la défense de la Nation et de la République.

 

 

Halte aux fous de guerres dans POLITIQUE hq28

 

Monde -           humanitefr dans POLITIQUE le 28 Août 2013

 

Ce mercredi dans l’Humanité : Syrie, la menace du pire

Mots clés : l’humanité,                           syrie,                           onu,

 

 

Sans attendre les conclusions des inspecteurs de l’ONU sur la véracité d’une attaque chimique en Syrie, les chancelleries multiplient les préparatifs guerriers. De Washington à Paris, d’Ankara à Doha, les plans d’intervention sont à l’étude. Dans la région, les alliés d’Al Assad se disent prêts à la riposte.

  • Syrie : halte aux fous !
    Elle s’ébroue, s’étire, se ramasse.La machine de guerre occidentale serait prête à fondre sur la…
  • Pierre Laurent (PcF) interpelle François Hollande
    «Bombarder la Syrie serait ajouter la guerre à la guerre, entraînant le risque jusqu’ici inégalé…
  • « Il ne faut pas céder aux va-t-en-guerre »
    Samir Aïta. On assiste à une guerre. Le régime syrien, avec son armée et ses milices, a perdu sa …
  • L’armée mène une vaste opération dans les faubourgs de la capitale
    Damas, correspondance. Il s’agit de la plus vaste offensive menée par l’armée syrienne depuis…
  • Retraites Ayrault abat ses cartes
    Durée de cotisation allongée. Pas de hausse de la CSG mais les retraités mis à contribution. Satisfaction partielle de quelques attentes syndicales, et gros cadeau au patronat…
  • Le chômage toujours à la hausse
    En juillet + 0,2 %, 
mais le gouvernement veut retenir la « tendance à l’amélioration ».
  • Des syndicalistes jugés indésirables dans le commerce
    Chez C&A, le syndicat FO dénonce une volonté systématique d’entraver l’action syndicale, de réduire la ­représentation du personnel. À Boulazac, en Dordogne, la déléguée, accusée d’« influence néfaste », est licenciée.
  • Hanotin, candidat à la désunion
    Alors que les ténors de son parti n’ont de cesse d’appeler au rassemblement, Mathieu Hanotin…
  • Évacuation à Bobigny : les Roms privés d’école ?
    Hier à l’aube, la police et la gendarmerie mobile sont intervenues, sans heurts, pour faire…
  • Monde. Affaire borrel : un témoin clé arrêté
    Un ancien officier djiboutien avait témoigné devant la justice française, en 1999, et consolidé la thèse de l’assassinat du juge
  • Mercedes aura le droit de continuer à polluer
    Le groupe Daimler-Benz va pouvoir reprendre la vente de ses berlines Mercedes, suspendue dans…
  • Reportage. L’Egypte, à l’heure du défi social. Réduire chômage et pauvreté : la première exigence
    Le Caire (Égypte), envoyé spécial. La tension a baissé au Caire et dans tout le pays. La vie retrouve son cours normal en dépit du couvre-feu. Bien que fragilisés par la répression et leurs échecs à mobiliser, les Frères musulmans n’ont pas abdiqué. C’est sur le terrain social que les autorités de transition sont attendues.
  • Sports. Lyon entre préjudices sportif et financier
  • Culture., Cinema, la chanson comme étayeur d’émotions.
    ALABAMA MONROE, DE Felix van Groeningen. BELGIQUE. 1 H 52.
  • Page Histoire. Martin Luther King : « Les gens ont besoin de costumes et de robes à porter ici-bas ».
  • Les séries d’été de l’Humanité
  • Premier roman, de Sandra Lucbert, Mobiles
  • I. À CHACUN SA PLACE ? Septembre 1. Méta. Depuis la station Gambetta Sur le plan RATP du…
  • Penser un monde nouveau avec Jean-Luc Nancy, philosophe : « Le communisme, c’est le sens de l’être en commun à penser ».
    «Le mot « communisme » a porté depuis plus de deux siècles la question suivante. Une fois la société étalée comme telle, comme « association » des intérêts et des forces, et une fois l’« insociable sociabilité » (Kant) de cette société avérée, de deux choses l’une : ou bien nous ne sommes pas du tout « en commun » et il n’y a qu’à gérer par la force, l’argent et la loi un relatif équilibre « social » ; ou bien nous sommes bel et bien « en commun » et il n’y a aucun sens à une existence isolée. C’est ce fait même qu’il faut penser.»
  • Un lieu, une histoire. Cerbère, en 1906, les oranges de la colère
    À l’extrémité de l’esplanade de Cerbère, le dernier village français avant la frontière…

Et en exclusivité, Dora (tome 2), l’année suivante à Bobigny, une bande-dessinée à paraître aux éditions Agrume en septembre

L’Humanité en version numérique

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...7
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus