• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Est ce possible ? Est ce admissible ?

Posté par jacques LAUPIES le 31 décembre 2014

Ce lundi en revenant de la gare de Tarascon, à une heure où cependant celle-ci est ouverte, je rencontre en rentrant chez moi, plutôt frigorifiée par une température probablement négative et un vent glacial, une personne assise tout près du super U, emmitouflée dans un manteau comme si elle avait choisi cet endroit des plus exposés pour défier le froid.

J’arrive de Nîmes où près du Boulevard Jean Jaurès sur le perron d’un immeuble, relativement moderne mais visiblement non habité quelques SDF avaient établi leur campement ou s’entremêlent matelas,  un guéridon portant un poste de radio et divers objets et une multitude couvertures et cartons. Un coin à peine à l’abri mais aménagé durablement.

Brefs quelque pas dans une grande ville et dans une petite ville et cette misère des sans logis éclate.

Mai comme quantité de passants je regarde et me détourne car ce spectacle n’a évidemment rien d’attrayant et aurait tendance à me rendre honteux. Sentiment qui je le suppose ne concerne pas que moi. Bien sur je pourrais prendre prétexte sur le refus, souvent exprimé par ces « marginaux » (terme ridicule et impropre dans la mesure où ils deviennent quasiment une catégories sociale à part entière) d’accepter une aide ou parfois même un abri. Cela effacerait ma mauvaise conscience et celle de la plupart de nos compatriotes dont certains n’hésitent pas à les fustiger.

Déshérités voila le mot qui convient au double sens où on peut l’entendre : pauvres et abandonnés par leurs parents ! Sauf que là le parent n’est autre qu’une société qui les conçoit, les nourrit et les éduque parfois et ensuite les jette.

Bref chaque année ils font la une de l’information télévisée et sauf quelques accommodements de circonstances la situation reste inchangée. J’ai beau me dire que je n’y  suis pour rien, que la solution est politique, que c’est une affaire de droit et pas de charité, les faits sont là, dérangeants, comme est dérangeante la souffrance de millions d’hommes, de femmes et surtout d’enfants dans le monde.

Est ce possible, est ce admissible ?

 

L’Huma aussi en parle…

« L’hébergement d’urgence n’est plus adapté »

Entretien réalisé par émilien Urbach
Mardi, 30 Décembre, 2014
L’Humanité
Déclenchés depuis ce week-end dans plusieurs départements,
les plans « grand froid » destinés à venir en aide aux sans-abri sont une solution insuffisante, soulignent de nombreuses associations.
290903 Image 1

AFP

Avec l’arrivée des températures négatives, plusieurs départements ont déclenché, ces derniers jours, leur plan « grand froid ». Un dispositif d’urgence créé dans les années 1980 et jugé inadapté par la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars).

En quoi consistent les plans « grand froid » ?

Est ce possible ? Est ce admissible ? dans POLITIQUE 34438.hr_1Florent Gueguen Ils démarrent le 1er novembre et sont applicables jusqu’au 31 mars. Les préfectures ouvrent pendant cette période des places d’hébergement d’urgence qui viennent s’ajouter aux quelque 100 000 places pérennes. L’an dernier,
il y en avait 8 000. Cette année, on en
a annoncé 10 000.

Est-ce suffisant ? Florent Gueguen Le principe de la « gestion au thermomètre » des sans-abri est plus que contestable. Cécile Duflot comme Sylvia Pinel s’étaient engagées à y mettre fin. Pourtant, la même logique préside aujourd’hui et consiste à abandonner les personnes dès que les températures remontent. Cela contribue, en plus, à créer un véritablement système de « portes tournantes » de l’hébergement. Les gens passent de la rue à l’hébergement précaire, pour retourner à la rue… et n’accèdent jamais à un logement stable. 70 % des personnes qui appellent le 115 sont déjà connues des services sociaux. Sur les dix dernières années, on constate une augmentation de 44 % du nombre de sans-abri, avec 150 000 personnes à la rue lors du dernier recensement. En novembre 2014, seule une personne sur deux est arrivée à obtenir une réponse positive à sa demande d’hébergement au 115. Il y avait moins de places hivernales ouvertes cette année qu’au même moment en 2013. C’est insupportable.

Quid des personnes vivant actuellement dans les bidonvilles ?

Florent Gueguen Les demandes de logement de familles avec enfant augmentent largement depuis trois ans. Au 115, elles représentent plus de 40 % des appels. Dans la plupart des cas, il s’agit de gens issus de bidonvilles ou de squats régulièrement soumis à des expulsions et donc privés de tout accompagnement social. Or, le parc d’hébergement actuel est conçu sur le modèle de l’homme isolé célibataire. Il n’est plus adapté. L’État recourt aux nuitées d’hôtels où les conditions de vie sont indignes. En Île-de-France, 30 000 personnes vivent à l’hôtel au titre de l’hébergement d’urgence pour un coût de 180 millions d’euros par an. Les familles de demandeurs d’asile qui n’obtiennent pas de place en centre d’accueil viennent également grossir les rangs.

Quelles solutions préconisez-vous ?

Florent Gueguen Il faut, bien sûr, répondre à l’urgence mais il faut aussi rapidement créer en masse de nombreux logements stables. C’est impératif. Le budget 2015 de l’État ne prévoit que 30 000 logements supplémentaires accessibles aux ménages vivant avec des minima sociaux. Il en faudrait le double. Il compte également diminuer les aides à la construction de « logements-très-sociaux ». Il faut, au contraire, en construire beaucoup plus et mobiliser les logements vides du parc social et privé. Cela peut se faire à moindre frais en réduisant l’utilisation coûteuse et socialement tragique des nuitées d’hôtel.

Florent Gueguen
Directeur général 
de la Fnars

Commentaires

 

drareg

Mardi, 30 Décembre, 2014 – 13:31
453 être humains sont morts dans la rue en 2013, dont une dizaine d’enfants, est-ce bien la société que nous voulons? Il semble que oui, puisque trois « sans abris » sont morts depuis dimanche, morts parce que, manquant de ressources pour disposer d’un toit, d’un abri, d’un logement, d’un repas, de soins des plus élémentaires, parce qu’au vingt et unième siècle en France, la plus extrème pauvreté décime ses citoyens. Nous disons oui, au chômage, oui à la baisse des salaires, oui au travail sous-payé, oui à la pauvreté, et maintenant oui à la mort, pour qu’une poignée d’autres être humains disposent de millions supplémentaires, c’est écoeurant.. Le FNUMPs, le grand parti de la groiche Française, s’organise pour que rien ne change et que tout s’aggrave, et pendant ce temps là, nous applaudissons nos maîtres et nos bourreaux. L’humain est différent de l’animal, mais quand il se mêle d’être bête, il est Français, il vote FNUMPS;

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Pétition proposée par les organisations syndicales CGT et FO de Tarascon. Le PCF des sections de Tarascon et Chateaurenard soutient

Posté par jacques LAUPIES le 30 décembre 2014

Nous publions la pétition lancée par les organisations syndicales de Tarascon. Pétition que nous soutenons pleinement.

Les Unions Locales FO et CGT se sont rencontrées et alertent ensemble : le centre de sécurité sociale de Tarascon est menacé !

Les Unions Locales FO et CGT soutiennent les syndicats, les Délégués du personnel des salariés du centre de sécu de Tarascon et appellent l’ensemble des salariés de tous les syndicats à la manifestation devant le centre de sécurité sociale de Tarascon le jeudi 8 janvier à 11h.

Les Unions Locales FO et CGT exigent :

Le maintien du centre de sécurité sociale de Tarascon qui reçoit en moyenne 80 assurés par jour. Le maintien des services de proximité  apporté par le centre de sécu de Tarascon à la population habitant les territoires de Chateaurenard, St Remy de Provence, Tarascon et des villages environnants. Le maintien de tous les emplois sur place.  Les Unions Locales FO et CGT appellent tous leurs syndicats et tous leurs militants à venir manifester le 8 janvier et à faire signer la pétition des collègues salariés du centre de sécu.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

De Charybde en Scylla ou du pire au meilleur ?

Posté par jacques LAUPIES le 30 décembre 2014

De Charybde en Scylla ou du pire au meilleur ? dans POLITIQUE 334px-Scylla_Louvre_CA1341

 

Il serait grand temps que le peuple de France se ressaisisse et mette au pas tous ces charlatans de la politique qui cependant peuvent encore se prévaloir d’une légitimité républicaine avec, pour la plupart et les mieux placés, même pas 20 % du corps électoral en soutien.

Et cela va de pire en pire puisque l’on annonce plus des deux tiers d’abstentionnistes aux élections départementales en mars.

Se posent deux grandes questions :

- Comment en finir avec un système qui :

- ne sensibilise à la politique « active » que des catégories de la population qui finalement se soumettent aux orientations politiques réformistes de droite ou de gauche lesquelles consistent à accepter le dictat d’une ultra minorité qui dispose de fait de tous les instruments nécessaires à son maintien au pouvoir depuis l’économie jusqu’à la communication en passant par la finance contrôlée et manipulée à l’échelle planétaire.

- sensibilise à une contestation et une opposition illusoire et démagogique prenant appui sur une tradition d’extrême droite qui  qui se caractérise par un nationalisme faisant feu de tous bois et s’engouffrant dans le vide, laissé par les précédents réformistes qui refusent de s’attaquer aux racines du mal : la propriété des moyens de production, d’échange maitre du système d’exploitation dont sont victimes les travailleurs du monde entier.

Mais qui sont ces électeurs soumis, écœurés par la politique ou prêts à écouter les sirènes dangereuses qui les feraient passer de charybde en Scylla.

Que représentent-t-ils dans le France d’aujourd’hui ? Les classes dominantes auraient-elles reconstitué par une lente intoxication ce qui, dans le passé, au lendemain du Front populaire de 1936 ou encore en plein  cœur de la crise algérienne en 1958 fait accepter à une majorité de français des solutions droitières qui par deux fois dans des contextes différents l’ont détourné des objectifs d’une république solidaire et sociale.

Je ne confonds évidemment pas pétainisme et gaullisme qui furent certes antinomiques, comme je ne les confondrais pas avec le lepénisme mais après tout ne s’agit-il pas, chaque fois, d’enrégimenter la connerie de ce pays, avec au mieux (ou au pire) la variante sociale démocrate.

Je ne devrais pas tenir un tel langage mais il n’engage que moi !

Si j’ai choisi presque par instinct (familial et culturel je précise) d’adhérer au Parti Communiste en 1962, peu armé intellectuellement, c’est surtout parce que la conscience de classe m’a pénétré. Lutte qui n’est pas qu’une affaire d’exploitation mais bien plus profond que cela et est notamment accompagnée du besoin de se libérer de ces sentiments d’exclusion que cela a pu engendrer. Mais aussi parce que les conquêtes sociales d’avant et d’après guerre m’apportaient du concret : une formation, un travail, des droits à la santé, à la protection sociale, à la liberté syndicale et il faut bien le reconnaître, l’ambition d’être un acteur d’une transformation sociale et sociétale nécessaire, même si je n’avais pas vraiment d’aptitudes particulière pour jouer ce jeu ! Même si parfois je n’y comprenais pas grand chose. Même si de nombreuses lacunes m’ont handicapé et m’handicapent encore.

Alors rien d’étonnant qu’ayant échappé aux pièges de la réussite sociale de haut vol tout autant qu’aux mimétisme que cela peut engendrer chez ceux qui disposent d’un modeste confort ou, à l’inverse, qu’ayant été exempté de la pauvreté excessive visible tous les jours, je me prenne à croire que le combat n’est pas fini.

Et que je pense que germent dans le fatras social et cette insupportable injustice de notre époque, des graines d’humains que les sciences, les techniques, un savoir même tronqué, vont aider à s’épanouir.

Il n’y a pas à se tourmenter face au pire ou au moins pire même s’ils sont majoritaires. Il y a le meilleur. Il n’y a pas que la brute et le truand, il y a le bon. Mais le meilleur et le bon se créent. Il y a trop de cailloux dans les lentilles et il faut faire le tri !

 

DSC_0274

Même à la télé il y a le pire mais ce soir c’était du meilleur (sur Arte) avec Nicolas Le Riche notamment dans un Boléro de Ravel, façon Béjart. Epoustouflant. Même pour le nul que je suis en chorégraphie !

 

Grèce : des législatives seront bien convoquées

Lundi, 29 Décembre, 2014

 

C’était prévisible, Stavros Dimas n’a pas recueilli les 180 voix nécessaires à son élection comme président grec. Des législatives vont être convoquées, certainement le 25 janvier, et Syriza caracole en tête des sondages.
samaras_0 dans POLITIQUE

Le Premier ministre Antonis Samaras va devoir convoquer des législatives anticipées.
AFP

Au vu des deux premiers tours, les 17 et 23 décembre, il était quasi-impossible que Dimas réunisse sur son nom les 180 voix nécessaires. Il en avait obtenu 160 au premier tour, et 168 au deuxième après que le Premier ministre Samaras eut promis d’avancer à fin 2015 les législatives programmées pour juin 2016. Dimas n’a à nouveau recueilli que 168 voix ce lundi. Des élections législatives auront bel et bien lieu, sans doute le 25 janvier.

Le parti de gauche anti-austérité Syriza reste en tête des intentions de vote. Autour de 30 %, il devance la coalition gouvernementale de 5 points environ. Dans une interview accordée au quotidien grec Avgi, traduit par le site syriza-fr.org, Alexis Tsipras se dit prêt, avec le soutien du peuple, à reconstruire le pays.  « SYRIZA puise sa force du soutien d’une grande majorité sociale et politique qui lutte pour la dignité et la justice. Sa victoire électorale sera le début d’un grand effort national pour le salut de la société et la reconstruction du pays. Un effort national qui aura cependant un impact international, puisque notre responsabilité nationale est de frayer la voie d’une politique alternative en Europe, en transformant un pays de l’Eurozone en exemple de protection sociale et de croissance. » Pour le président de Syriza,  « le premier pas sera la réalisation du « programme de Thessalonique » pour mettre de la crise humanitaire. Ceci n’est pas négociable. » C’est sur cette base que Tsipras veut rassembler et conquérir la majorité au futur parlement. « Sur la base de ce programme, nous nous efforcerons d’obtenir de larges consensus » explique Tsipras conscient qu’il lui faudra probablement trouver des alliés pour obtenir la majorité, sauf si Syriza dépasse la barre des 35 % aux  législatives.

Comme le dit Tsipras, l’arrivée au pouvoir de Syriza serait un espoir autant qu’un choc dans toute l’Eurozone. Preuve en est, le monde de la finance panique, après avoir chuté de 20 %, la bourse d’Athènes poursuit sa chute à l’annonce des résultats du vote.  C’est que Tsipras entend notamment lancer un moratoire sur les dettes privées aux banques, et annuler de près des deux tiers de la dette publique car illégitime.

L’absurdité de la dette grecque. Lorsque la Troïka a lancé la panique sur la dette souveraine grecque en 2008, celle-ci venait de dépasser le seuil des 200 milliards d’euros. La Commission Européenne et le FMI ont alors imposé au pays des cures d’austérité sur cure d’austérité, ce qui, plutôt que de réduire la dette, la fait exploser : baisse des recettes, hausse vertigineuses des dépenses sociales… Plutôt que de réduire les créances, l’austérité multiplie par 2 la dette en 3 ans. Cette crise est doublement absurde du fait qu’au total, le FMI a accepté de prêter à la Grèce 240 milliards d’euros à titre d’aide, ce qui aurait été plus que suffisant pour solder l’intégralité de la dette de 2008… Le pays est aujourd’hui plus qu’exsangue, en crise humanitaire, et les grecs sont nombreux à estimer que cette dette, qui a explosée à cause de la Troïka, est illégitime.

Commentaires

 

lucas1

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 12:53
Pour les quelques lecteurs qui ont des actions à la bourse : Vendez et vite. ET bonne chance à SYRIZA !!! Je jubile.

 

jagle

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 14:36
Un espoir se lève en Europe…La Grèce ouvre le chemin.. Mais attendons le résultat des législatives car la droite européiste et austéritaire est encore à la barre. Tous les coups tordus sont possibles. QU’ENFIN ILS DEGAGENT !!!

 

breteau jean claude

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 15:10
Sans doute ,le voyou Juncker,va t-il  s’empresser de tancer les grecs,qu’il aille s’y faire voir .Quand à l’Allemagne qu’elle restitue ce qu’elle doit ,(avec intérêts ) à ce pays.Les donneurs de leçons ne sont que des crapules .Qu’ils la ferment

 

bluerider

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 15:12
Syrisa va devoir faire très attention.Nous sommes au pays des colonels appuyés par les forces de l’OTAN. Les tentatives de déstabilisation du pays et de décrédibilisation du parti ne vont pas manquer d’ici fin janvier. Ce serait « normal » que tout à coup le pays tout entier soit frappé par une vague d’attentats, qui tous vont être attribués au « peuple de la gauche radicale » par opposition à la fausse gauche de droite qui a envahi les hémicycles de toute l’Europe pour mieux duper les peuples. Et les sympathisants finiront par voter à droite à nouveau… SYRISA n’a jamais été si près du but… ni si loin….

lucas1

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 18:22
Les colonels sont remplacés par les européens (dont un certain ex trotsko, traître : Moscovici), les européistes (dont le journaliste de Libé Jean Quatremer) et les pires : les banquiers. Cette armée est bien pire que les colonels.

 

mazingue

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 16:02
c’est ici que l’on voit la différence entre la gauche et la droite ,pour ceux ,qui résonne  comme QUIS@ la gauche, c’est le partage et la répartition égale des richesses, la droite c’est le contraire, l’un c’est utilisé les richesses et les répartir, l’autre c’est utilisé le moins possible de richesse pour en avoir le moins à partager…Pour exemple 600 milliards d’évasions fiscales, et encore j’en suis loin bien sur quand on a un Cahuzac et d’autres avec des tableaux…on se donne le droit de passer à côté… Le PS est un parti d’intérêt tout comme vous…allez vous répandre ailleurs, chez vos amis de L’UMP, Gattaz and CO… Nous n’avons que faire de vos leçons, venu d’un traître à la véritable démocratie….

 

cassagne

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 17:06
Enfin, la gauche « radicale ». Tout le contraire du PexS et ses va-sots qui ont inventé la gauche ridicule.

mazingue

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 17:40
Quand vous dîtes PexS…VOUS PENSEZ à DSK ((;

 

Conteste

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 17:41
L’année 2015 pourrait nous réserver d’agréables surprises, même si nous devons demeurer prudents, avec Syriza en Grèce et Podemos en Espagne. Cela pourrait faire boule de neige et voir la France, souvent locomotive, devenir wagon. Beaucoup de gens, de gauche comme de droite, en ont assez du monde pourri des politiciens. Ils en ont également assez du monopole de la haute finance, de ces économistes et experts qui tiennent toujours le même langage, sans être foutus de prévoir ne serait-ce que demain. Et que dire de ces pantins de la philo, style BHL ?

lucas1

Lundi, 29 Décembre, 2014 – 18:24
Restez effectivement prudent avec Podemos qui tourne un peu comme notre direction de PCF. Mais espérons, espérons !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

En feuilletant le bulletin municipal de Beaucaire ! par Michel Martin

Posté par jacques LAUPIES le 29 décembre 2014

Mon ami et Camarade Michel Martin m’a adressé le texte suivant.

Je me suis toujours demandé s’il était raisonnable de distinguer l’un de l’autre (ami ou camarade) mais cela relève d’une tradition qui omet de considérer qu’il y a des camarades qui sont moins amis que des amis camarades. J’ai cependant toujours fait la distinction ne serait-ce que par respect de ces amis qui ne voudraient pas être des camarades au sens politique du terme. Fort heureusement pour moi j’en ai quelques uns que je suis seul à reconnaître, en secret, et que je ne désigne qu’en de rares circonstances.

L’amitié s’accompagne parfois d’une certaine pudeur !

C’est bien plus simple évidemment quant on n’a pas à faire la distinction

Je dois même dire que certaines de ces circonstances en ont considérablement réduit le nombre en faisant même parfois plus que des adversaires. Phénomène cependant à double sens qui m’a permis de découvrir sinon l’amitié de certaines personnes mais pour le moins leur intelligence, leur tolérance (que je revendique pas mais que j’accepte volontiers) et leur fraternité si précieuse.

Pour ce qui est de leur reconnaissance (que je ne réclame pas non plus) j’ai tout de même du constater qu’elle allait de son absence totale à une sorte d’hostilité que semblent éprouver les humains quant ils ont eu une quelconque dépendance à votre égard, fut elle d’origine professionnelle, amicale ou sentimentale ! Reste parfois le respect. Précieux auxiliaire de l’amitié qui peut faire naitre celle-ci sous des formes insoupçonnées et inattendues. Entre adversaires politiques par exemple. Mais là faut gérer…

Bon voilà que je vous sors de ces banalités dont est truffée la littérature et les magazines qui prétendent nous aider à vivre mieux en nous servant de la psychologie vulgarisée.

 

 Voici donc le texte de Michel qui a le mérite de posséder un certain humour dans la critique pertinente d’un adversaire politique qui nous est commun. Sans concession.

 

«  Et dire que j’ai failli manquer ça ! Le nouveau bulletin municipal de Beaucaire ! Nos boites aux lettres, surtout en cette période de fêtes, débordent de pubs qui, chez moi, prennent illico presto le chemin du panier et c’est bien ce qui a failli arriver à la feuille municipale ! Ce que j’aurais pu manquer, j’en tremble rétrospectivement !

  N’allez pas voir dans cet acte une manifestation de mauvaise humeur, un geste de colère, du sectarisme, une hostilité a priori, pas du tout ! Moi, je ne suis pas comme Julien qui éructe, perd tout contrôle et sort immédiatement sa poubelle lorsque lui tombe sous les yeux un journal qui n’a pas l’heur de lui plaire, Midi Libre par exemple, je lis tout, moi ! La preuve ? J’ai lu le bulletin municipal, ou plutôt le Sanchez Mag’, un titre qui conviendrait mieux  à la chose imprimée bariolée qui se distribue sous le nom de bulletin municipal.

  Et c’est ça qui m’a trompé, ça ressemblait terriblement à de la pub, beaucoup de photos, des couleurs pétantes, des textes simplets et de gros, gros titres qui se veulent accrocheurs… et, d’ailleurs, c’était de la pub, mais politique, dans ce cas on appelle ça de la communication ou de la propagande. Heureusement (!), miracle de Noël, l’effet de la Crèche municipale ? J’aperçus au dernier moment  Julien photographié sous toutes les coutures et dans toutes les postures et je compris enfin, mais c’était moins une !, que ce n’était pas le dernier dépliant de « Carrefour » ou de « Bricomarché » mais le journal, et tout ce qu’il y a d’officiel, de la ville.

 Nous connaissions la célèbre série des « Martine »,  « Martine à l’école », « Martine à la ferme », etc.,  là nous avions « Julien chez les pompiers », « Julien fait de la tyrolienne », « Julien à l’usine » (avec casque et gilet fluo), « Julien fait un discours », un moment, nous avons même cru (intense émotion!) qu’il avait revêtu la tenue blanche, qu’il était descendu dans l’arène et que le razeteur sur la photo, c’était lui !

 Mais non, ouf ! Et puis, « Julien caresse un âne », « Julien caresse une chèvre », il caresse beaucoup les bêtes. M. Julien Sanchez, les ânes, les chèvres, etc. Nous aimerions qu’il manifestât autant d’empathie envers les hommes, tous les hommes, même les professeurs et les enfants allophones, par exemple.

  Monsieur le Maire, attention, vous en faites trop (en matière de Com, s’entend, parce que pour le reste…) il faut un peu se calmer, il faut se reprendre ! Il ne faut pas exagérer, trop, c’est trop, vous allez lasser ! Vous allez casser le beau joujou que les Beaucairois (une minorité, importante, mais une minorité tout  même !) vous ont confié ! Un peu d’ivresse du pouvoir, sans doute. C’est un cas classique. Mais, ça se soigne, ça ! Encore faudrait-il le vouloir !

 Alors, bien sûr, il y a quelques photos de vos adjoints mais nul n’est dupe, on sent bien que c’est pour la forme et que vous concentrez tous les pouvoirs entre vos mains, entouré de votre petite bande de copains d’extrême-droite qui vient de s’enrichir (si on ose dire !) de Damien Rieu, un des responsables, au plan national, des « identitaires »,  grands spécialistes des coups médiatiques, et certains disent des coups de toute nature, d’ailleurs ! » de votre petite bande de copains « identitaires », grands spécialistes des coups médiatiques… et certains disent des coups de toute nature, d’ailleurs !

 Et, puis, il faut que l’on vous dise, la vraie-fausse interview du maire en hors d’œuvre du bulletin municipal, c’est vieillot, c’est ringard, tout le monde sait bien que c’est vous qui vous interviewez. Nous sommes presque déçus, nous nous attendions à mieux de la part de quelqu’un qui avait appris le métier auprès de Jean-Marie le Pen !

 Et pour dire quoi en plus ? De pauvres, très pauvres banalités, du genre « Mon rôle au quotidien est plutôt de faire avancer les dossiers dans le bon sens », encore heureux et le « plutôt » est particulièrement savoureux!, ou des énormités du genre « contrairement à d’autres, je ne connais pas …l’idéologie à tout prix », on croit rêver ! Alors qu’il n’y a pas plus idéologue que vous, militant encarté au FN depuis votre plus jeune âge, politicien professionnel, formé aux techniques de communication, jamais en retard d’une provocation pour faire parler de vous et cacher derrière un rideau de fumée idéologique bien clivant la pauvreté de votre politique municipale, et à ce sujet, la lecture de vos tweets est particulièrement éclairante, mais celle de votre bulletin n’est pas mal non plus, feuilletons !

 L’Economie ? Réduite aux « économies » et à « la gestion en bon père de famille » ! C’est vraiment n’y rien comprendre ou prendre les gens pour des imbéciles ! Honnêteté et rigueur dans la gestion sont évidemment indispensables mais gérer une ville n’a rien à voir avec s’occuper d’un budget familial et laisser croire que « faire des économies de bouts de chandelle» suffirait à sortir la ville de ses difficultés et de son marasme, c’est tout simplement tromper son monde. 

 Quant à la baisse des impôts annoncée, elle est ridiculement microscopique et se réduit à un pur effet d’annonce et, d’ailleurs, n’est-ce pas profondément irresponsable et bassement démagogique de la part d’un élu de la République que de dévaloriser ainsi  l’impôt, dont le paiement est un acte citoyen capital, alors qu’on se plaint, dans le même temps, et à juste titre pour une fois, de la baisse des dotations de l’Etat. Mais d’où vient-il l’argent de ces fameuses dotations ? Et celui des subventions du Département ou de la Région ? En fait, sur ces sujets si importants, Monsieur Sanchez et sa bande ont-ils un autre politique que celle de l’UMPS qu’ils passent leur temps à dénoncer, par ailleurs : imposer l’austérité par la  réduction des services à la population ?

  Le Commerce ? On nous chante l’éternelle rengaine de la revitalisation du centre ville ! Pas un seul politique, candidat ou élu, qui ne l’ait entonné celle-là ! Et depuis des années ! Aucune originalité donc dans le propos… mais, et c’est très important et ça doit retenir toute notre attention, ce discours convenu présente ici dans le bulletin des aspects franchement puants ! « Le souk, c’est terminé ! », « Qualité et identité pour le marché de Beaucaire », « … désormais les commerçants traditionnels et provençaux… », « … les Beaucairois se réapproprient le marché… ». Qui tient la plume ? Nous doutons que ce soit M. Fuster ; plutôt un « identitaire », genre Damien Rieu, le nouveau gourou du service com de la ville. Lamentable ! Si on comprend bien, l’ambition, c’est de faire du marché de Beaucaire, populaire et vivant, convivial, ouvert à tous, avec des prix dans l’ensemble abordables, un marché « provençal » de carte postale pour touristes friqués. Beaucairois, ne vous laissez pas voler votre marché par quelques politiciens pour lesquels leur idéologie rance prime tout… et qui ne semblent pas avoir d’autre projet que de faire la guerre aux pauvres !

 L’Education ? Un gros titre « Les T.A.P., gratuits cette année ! » . Ce qui veut dire pour ceux qui savent lire … qu’ils seront payants, l’année prochaine ! Une fois encore, on se moque du monde ! Cette municipalité affirme être opposée à cette désastreuse réforme, bonne dans son principe mais totalement pervertie dans son application, mais qu’a-t-elle fait concrètement ? Rien, elle s’est contentée de reprendre et d’appliquer le plan de l’ancienne municipalité en poussant des cris d’orfraie et en jouant les opposants. L’Etat se désengage, c’est vrai et c’est scandaleux, mais la Mairie n’assume pas, contrairement à ce qui est affirmé ! Ce sont les Beaucairois qui vont assumer et payer ! Et tant pis pour ceux qui ne pourront pas !

 La Culture ? Rien, nada, le néant ! Pas trace d’un programme, d’une politique, d’une idée ! Mme Fougasse, qui traverse le temps et les municipalités, annone une fois de plus le misérable programme du Théâtre municipal et nous rappelle que les horaires de la bibliothèque ont été élargis… « grâce à un simple redéploiement d’agents », nous dit-on ; le redéploiement en question relève, semble-t-il, beaucoup plus de la volonté d’écarter un certain nombre d’agents de leur poste en les mutant à la bibliothèque que d’une authentique volonté de renforcer l’équipe de la bibliothèque mais bon, si l’effet est positif, tant mieux ! Si la « purge » a un effet bénéfique… Très bien d’avoir plus d’agents permettant une plus grande amplitude d’horaires mais les moyens et le budget suivront-ils… parce qu’il faut que Monsieur Sanchez le sache, ce qui fait la qualité et l’attrait d’une bibliothèque, c’est la qualité et la diversité de l’offre en livres, abonnements et autres documents… choisis en toute liberté par des professionnels compétents.

 Et là, nous pensons qu’il faudra être très, très attentifs ! J’oubliai, c’est un événement culturel pourtant ! En dessous de la photo de notre Mireille locale il y a la photo de Galabru qui vient nous jouer « Les Lettres de mon moulin », enfin pas toutes ! Y aura la « Chèvre de Monsieur Seguin » mais pas « La Diligence de Beaucaire », par exemple ! Ce n’est pas que Beaucaire joue un grand rôle dans cette nouvelle mais ça aurait été bien quand même… ça aurait fait de l’effet dans le programme !

 L’Urbanisme ? Néant ! Des annonces très générales et abstraites ! Rien de précis, rien de concret… ah si ! Des places de parking, on voit l’ampleur et la profondeur de la réflexion urbanistique de l’équipe actuelle ! Ah, tout de même, ils parlent de lutte contre la « cabanisation »!  Alors là, il y a à faire, et nous attendons avec impatience…

 La Sécurité ?  Disque en boucle, disque rayé, « tolérance zéro », etc. Un nouveau chef de la police, un dur de dur, celui-là, Zorro est arrivé ! Il arrive de pas bien loin, d’Aramon… où, nous dit-on, il n’est pas arrivé à grand chose et d’où on n’est pas mécontent de le voir partir ! Ah, ça ne va pas rigoler !  En un mot, rien de neuf, le cirque habituel, slogans à l’emporte pièce, postures martiales… et des promesses, des promesses, une brigade motorisée, une brigade VTT,  25 policiers municipaux  d’ici la fin du mandat ! Nous sommes surpris de ne pas voir figurer au programme une brigade canine, un ami des bêtes tel que vous, vous eussiez joint l’utile à l’agréable ! Mais avec quel argent, tout ça ?  Et les fameuses économies ? La « gestion en bon père de famille » ? Il doit s’agir du Père Fouettard, c’est de saison ! Mais, bon, quand on aime, on ne compte pas et M. Sanchez aime l’uniforme…

 Allez, on arrête là ! Il y aurait pourtant encore tellement à dire ! Mais, nous risquons de nous aigrir, de devenir agressif et grossier, de perdre notre contrôle comme notre Maire, c’est que tant d’ignorance, de bêtise, de mauvaise foi, à force, ça énerve !

 « Beaucaire Mag », mériterait de se parer de la fière devise du « Hara-Kiri » de jadis, le « journal bête et méchant » mais sa lecture, elle, n’a rien d’amusant… Un dernier mot, tout de même, nous terminons par où nous avons commencé, parce que cette histoire nous préoccupe grandement. Là il faut redevenir sérieux et même grave ! La page consacrée au « Midi Libre » et la haine dont elle suinte ! On peut ne pas aimer et critiquer ce journal, pour lequel, d’ailleurs, à titre personnel, nous n’avons aucune sympathie particulière, mais cette attaque d’une violence pathétique est véritablement inquiétante. Jadis, certains brulèrent livres, magazines et journaux qui ne leur plaisaient pas,

 M. Sanchez se contente de vouer, symboliquement mais le symbole est fort, « Midi Libre » à la poubelle, avec un délicat photomontage à l’appui ! Il y a un progrès, nous direz-vous, on pourra toujours récupérer le journal à la déchetterie pour le lire ! Quand on ajoute à cet épisode nauséabond, le traitement cynique et méprisant réservé à l’opposition dans le bulletin municipal, nous pensons que oui, vraiment il y a du souci à se faire.

  Un pauvre journal pour de bien singuliers démocrates, à la vérité ! »

 

DSC_0122

Les ciblés par le Maire pour acheter quoi svp ? Des bricoles à bobos !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Bonne année à tous les journalistes…

Posté par jacques LAUPIES le 28 décembre 2014

Hourra il neige ! La télé va enfin savoir quoi nous raconter !

Remarquez cela leur évitera de tronquer les informations concernant les grands problèmes d’ici ou d’ailleurs qui parfois ne sont que de petites choses vues à la loupe.

Je ne sais combien d’années il faut d’études dans les grandes écoles de journalisme pour être recruté par les grands médias et combien d’autres il en faut pour être un reporter aguerri mais, quand j’en vois et en entends,  ayant dépassé la quarantaine, venir disserter des quarts d’heures pour m’expliquer savamment cette bizarrerie que, là il est tombé 2 cm de neige et ici 5 cm je me dis qu’il leur en aura fallu du temps, pour atteindre la célébrité que leur donne soudain l’exhibition de leur bobine à une heure de grande écoute.

Une célébrité passagère certes qui consiste plus, pour l’acquérir, à éviter les sujets qui fâchent qu’à boucher les trous qui s’imposent à nos chaînes publiques. En ces temps de vacances où, parfois ardents défenseurs du travail les dimanches et les jours de fête, nos informateurs habituels en oublient de donner l’exemple et cèdent la place à des collègues ainsi sacrifiés.

Comme le rappellent les deux articles précédents d’hier, repris dans l’Humanité, à propos du Venezuela, et aujourd’hui concernant la Chine on omet, que dis je on efface ou on falsifie les évènements qui sensibiliseraient plus les lecteurs et téléspectateurs que les divers accommodements du foie gras et de coquilles Saint Jacques que l’on nous suggère du matin au soir, dans des reportages faisant bonheur de nos grands chefs cuisiniers (et des autres moins grands : spécialisés eux dans la cuisine politique)

Elle a peut-être des défauts que je ne perçois pas cette « Humanité » que je lis tous les jours mais elle a le mérite de pratiquer un journalisme qui me convient (excusez cette égoïste appréciation). Ce journal a le mérite de rappeler l’essentiel de ce qui se passe dans le monde en en situant les contours idéologiques et géopolitiques.

Oh bien sûr il est parfois accompagné, dans d’autres médias, par cette démarche de professionnels qui ne font pas que dans la météo et la cuisine que doivent leur imposer les directions de chaînes et nous ramènent parfois de magnifiques reportages. Bien trop rares hélas !

A tous, même aux reconvertis dans la pâtisserie, par défaut d’éventreur dans une blanche nuit de Noël ou de catastrophe naturelle – mais il y  en a tant que cela tourne à la banalité pour ceux qui n’y laissent pas  leur peau - A tous ces rapporteurs de faits divers qui nous sont racontés dès notre réveil avec promesse de nous les rappeler jusqu’au moment où les petits devraient s’endormir, à tous je dis « Bonne et heureuse année »

Comme il y a les soins à deux vitesses (avec ou sans dépassement d’honoraires), et tout récemment les transports (avec l’entrée en piste des autocars) les écoles (gratuites et payantes) depuis la nuit des temps, nous avons l’information utile, l’information futiles et même l’information débile.

Fort heureusement il est des réalisateurs (ce soir sur Arte et la 5) qui nous rappellent aux réalités historiques (Un Charlemagne conquérant et sanguinaire bien éloigné des images qu’en donnait les livres d’histoire à la communale de mon temps) et aux réalités présentes et peu ragoutantes de la vie des peuples (en l’occurrence celui du Bangladesh).

Deux programmes qu’il m’a fallu trouver et qui se sont imposés malgré le charme d’une émission destinée à mettre en lumière des jeunes « prodiges » plutôt agréables à voir et entendre. Fort heureusement il y a beauté toujours rassurante et si peu honorée !

DSC_0923

 Image destinée aux délicats bobos irrités par les grèves des transports : Il y a pire en ce monde

Soutien

Ah !  Au fait il faut que je vous rappelle qu’avec 66 € de remboursés vous pouvez en donner 100 à l’Humanité ou à La Marseillaise qui souffrent d’une carence de lecteurs, maladie qui se généralise et de publicité ce mal nécessaire qui empoisonne nos vies.

 https://www.donspep.caissedesdepots.fr/?journal=huma

Vous me direz à un moment ou les grandes associations humanitaires en appelle à notre bon cœur pour aider les infortunes que provoquent les fortunes, comme dit ma voisine : « on ne peut donner à tout le monde »

Il faut don faire des choix : faisons celui de la lutte !

Pékin express, à la découverte des mondes inconnus, aller retour

Jérôme Skalski
Vendredi, 26 Décembre, 2014

 

Désintox : sur France Inter, on annonce l’ouverture de la ligne à grande vitesse, longue, de 1 800 kilomètres relie Lanzhou à Urumqi, capitale du Xinjiang, en Chine, en termes choisis, le tout associé à un décryptage géopolitique de haut vol ! Merci le service public.
Bonne année à tous les journalistes... dans POLITIQUE chine-tgv-peter-parks

La ligne à grande vitesse, longue, de 1 800 kilomètres relie Lanzhou à Urumqi, capitale du Xinjiang
Peter Park/AFP
L’information est tombée à la fin du journal de treize heures, vendredi 26 décembre. Un nouveau TGV a été mis en service en Chine reliant la capitale de la Région autonome du Xinjiang à Lanzhou, capitale de la province du Gansu.
« Le pays inaugure aujourd’hui une ligne à grande vitesse » nous explique le présentateur : « Il s’agit de relier au reste du pays la province du Xinjang en moins de douze heures ». « Le Xinjiang c’est un peu le Far Ouest chinois mais cette nouvelle ligne de train, comme souvent en Chine, a aussi une raison d’être plus politique ? » demande le présentateur à Luc Lemonnier appelé en renfort pour l’expertise du fait.
Réponse. « L’important ce n’est pas tant le gigantisme de l’ouvrage même si on est quand même là dans l’exceptionnel. Une ligne de 2000 kilomètres pour relier Ouroumtsi à Langzhou et désenclaver cette immense province semi-désertique du Xinjang, frontalière de huit pays d’Asie centrale. Une ligne construite en moins de cinq ans, parfois à 5 000 mètres d’altitude dont une partie longe la Grande muraille et la promesse de continuer l’ouvrage jusqu’à Pékin pour 2017 ce qui mettra le Palais du peuple communiste (sic) à seize heures des Ouïghours musulmans de Ouroumtsi, trois fois moins de temps qu’aujourd’hui.»
C’est ce qu’on appelle une prétérition.
Non, l’important n’est pas là. L’important n’est pas dans cet exploit technique et humain qui laisse loin derrière lui ses équivalents hexagonaux, européens, japonais et américains – salués, à juste titre, en leur temps.
Non. L’important n’est pas dans l’un des trente-trois projets d’infrastructure engagés en 2014 dans les régions de l’ouest de la Chine pour des investissements d’une valeur totale de 135 milliards de dollars.
Non, l’important dans cette opération de « désenclavement » n’a rien à voir avec la création de treize millions de nouveaux emplois en 2014 en dépit du ralentissement de la croissance économique chinoise qui a atteint cette année un tout petit 7,4% sur un an au cours des trois premiers trimestres.
Non. « L’important est politique » nous explique Luc Lemonnier : « Le désenclavement c’est la vitrine », « l’invasion, la raison profonde». « Quel meilleur moyen d’entraver ces Ouïghours turcophones musulmans dont certains ont basculé dans le séparatisme islamiste que celui consistant à faciliter le déferlement des Hans, l’ethnie majoritaire en Chine, et par millions si possible ? »
En effet, on se le demande. Que peuvent faire les Hans, depuis la Bataille des champs catalauniques et Attila, sinon envahir et déferler ? « Et par millions si possible.»
« Au Xinjiang, conclue doctement le chef du service étranger de la radio de service public, il y avait l’interdiction des barbes, celle de l’enseignement de l’Islam à l’école. Il y avait les condamnations à mort pour terrorisme religieux. Il y aura désormais le TGV de cette Nouvelle route de la soie au service des prosélytes communistes de Pékin.»
On rappellera en passant que le Xinjiang compte 20 millions d’habitants dont 45% de Ouïghours et qu’il fait partie du territoire de la Chine depuis le milieu du XVIIIème siècle.
Barbe à part, on saura donc gré à France Inter de ne pas nous avoir abreuvé, voiture bélier ou pas, de terrorisme religieux pendant la semaine de Noël. De n’avoir pas fait l’apologie du rétablissement de la peine capitale, en France, mais celui de l’enseignement de l’Islam dans les écoles publiques. De nous avoir déconseillé aussi de prendre le TGV pour aller envahir, Parisii, Senones ou autres peuples de la Gaule chevelue, «et  par millions si possible », les pistes de ski des montagnes que défendent les vaillants combattants Allobroges. – Il paraît qu’ils tuent encore le jambon cru eux-même, à l’étalée ! On espère seulement qu’il n’y aura pas à payer de supplément pour la redevance garante, en principe, de la qualité de l’information sur le service public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...7
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus