• Accueil
  • > Archives pour février 2015

Ferrat adulé c’est bien mais Ferrat récupéré cela m’attriste

Posté par jacques LAUPIES le 28 février 2015

 Bien sur je ne me permettrai pas de dire que l’hommage dont il est question ici relève de la moindre récupération. D’autant qu’il serait malvenu de douter de la sincérité de tous ceux qui se sont investis dans cet hommage et d’en juger sans les connaître vraiment !

Que Ferrat chanteur engagé devienne soudain tant honoré, enfin dès lors que sa disparition a fait que des millions de personnes lui ont manifesté leur attachement, suscite des sympathies parfois assez étrange, peut cependant nous interroger.

On l’a bien vu avec l’attentat de Charlie Hebdo, les foules émues affirmant leur émotion de manière spontanée ont, elles aussi, suscité des soutiens plutôt bizarres et déplacés.

Il en est souvent ainsi quand s’éveillant à la commémoration d’évènements, de faits de résistance, parfois même de réhabilitation de victimes d’injustices et d’erreurs judiciaires, se joignent à l’empathie générale, 50 ans après, des personnages issus de familles politiques qui durant des décades ont fait le silence sur ces évènements.

Tout cela a un nom : c’est de l’hypocrisie ! Sauf qu’il faut tout de même prendre en compte ceux qui n’ont peut être pas assimilé le véritable constat (ou message) du poète au temps où ils l’ont découvert, de son vivant. Souvent pour lui prêter ,aujourd’hui, un message conforme à leur propre évolution tout à fait contraire, à l’intention et la sensibilité de l’auteur.

Quand j’entends un « adepte » de l’extrême droite fondre d’admiration sur la chanson « Ma France » je peux comprendre qu’il soit sincère mais je me dis tout de même que sa pensée n’est pas sans contradiction et n’est pas très structurée et pour le non exempte de confusion.

On pourrait  aussi  considérer que l’artiste appartient à la nation et que tout le monde peut s’en réclamer. Autre forme d’hypocrisie qui pourrait laisser supposer  que tout le monde a le droit de se prévaloir de Baudelaire, Rimbaud, Aragon et tant d’autres et que tout le monde a une attitude intellectuelle, commet des actes, conformes à ceux la même qu’il prétend idolâtrer.

 

 

Jean Ferrat, un hommage à plusieurs voix

Victor Hache
Vendredi, 27 Février, 2015
L’Humanité

 

Photo : AFP

L’artiste incarnait cette France fraternelle, toujours prête à s’engager pour un idéal commun.
Photo : AFP
Marc Lavoine, Patrick Bruel, Cali, Julien Doré, Raphaël, Benjamin Biolay et Catherine Deneuve… saluent la mémoire du chanteur disparu il y a cinq ans avec un bel album de reprises

Cinq ans après sa disparition le souvenir de notre ami Jean Ferrat reste toujours aussi fort. Les mots du chanteur qui nous a quittés le 13 mars 2010 manquent et sa voix chaude, son regard profond et amical restent à jamais gravés dans nos cœurs. Ferrat c’était la poésie, l’émotion, le cri et des milliers d’admirateurs de ce passeur d’une chanson libre, pudique, amoureuse de la vie comme des vers d’Aragon auxquels il aimait mêler sa plume. Jean Ferrat incarnait cette France fraternelle, toujours prête à s’engager pour un idéal commun. Il était porté par un immense public. Une foule d’anonymes émus par sa disparition qui avaient tenu à saluer sa mémoire au cimetière d’Antraigues-sur-Volane, tandis que quatre millions de téléspectateurs avaient suivi la cérémonie de ses obsèques retransmise en direct à la télévision.

Permettre à cette œuvre exceptionnelle de se poursuivre

Par bonheur, il reste les chansons du poète qui a su magnifiquement chanter l’amour, l’injustice, la France des travailleurs. Un répertoire célébré par plusieurs générations de chanteurs dont Enzo Enzo, Clarika, Jehan, Sanseverino, Allain Leprest, André Minvielle, D’de Kabal et Francesca Solleville, lors d’un spectacle particulièrement émouvant présenté par Michel Drucker, qui a toujours été très proche de Ferrat, à la Fête de l’Humanité en septembre 2010.

Aujourd’hui, le monde de la chanson lui rend hommage avec un album de reprises de ses plus belles chansons baptisé Des airs de liberté. Un projet auquel tenait Marc Lavoine, qui s’était lié d’amitié avec Jean Ferrat rencontré lors de l’émission Stars 90, qui a réussi à convaincre Gérard Meys, ami et producteur depuis ses débuts, de sortir ce disque collectif , à paraître lundi chez Sony Music.

Un album original composé d’un prestigieux casting d’artistes dont Patrick Bruel, Cali, Catherine Deneuve et Benjamin Biolay, Dionysos, Julien Doré, Patrick Fiori, Grégoire, Marc Lavoine, Patricia Petibon, Raphaël, Sanseverino, Natasha St-Pier, Hubert-Félix Thiéfaine et Zebda. Une palette d’interprètes qui permet à l’œuvre exceptionnelle de Ferrat de se poursuivre. Un répertoire de quinze chansons qui s’ouvrent par Camarade interprétée par la voix de velours de Marc Lavoine.

La Montagne ardéchoise prend des accents de Catalogne avec Cali. Il y a les ambiances pop-rock d’Aimer à perdre la raison revisitée par Mathias Malzieu, du groupe Dionysos. La femme est l’avenir de l’homme se fait sensuelle sous la voix de Julien Doré sur fond d’arrangements électro. Patrick Bruel chante de manière très émouvante Ma Môme. Catherine Deneuve et Benjamin Biolay offrent un duo sensible sur C’est beau la vie. Le timbre fragile de Raphaël fait mouche sur J’arrive où je suis étranger. Patrick Fiori donne du souffle à la bouleversante Que serais-je sans toi, tandis que Grégoire nous touche avec son interprétation tout en tendresse de Tu aurais pu vivre. Sanseverino, lui, met le feu sur Je ne suis qu’un cri. On retient ses larmes sur Nuit et Brouillard chantée par Hubert-Félix Thiéfaine et on serre les poings à l’écoute d’En groupe, en ligue, en procession interprétée avec fougue par Zebda.

La Québécoise Natasha St Pier est très bien sur Nous dormirons ensemble, ainsi que Patricia Petibon en duo solaire avec Marc Lavoine sur la Matinée. Un album qui se clôt par la vibrante Ma France chantée par Jean Ferrat, plus vivant que jamais.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Rassembler, rassembler…Et vite

Posté par jacques LAUPIES le 27 février 2015

 

DSC_0646-1

Deux candidats titulaires d’expérience : Yvette LOUIS, Adjointe à la culture au Maire de Noves, Professeure de langues ; Jacques ROUSSET, Conseiller Municipal de Cabannes, Cadre de Santé.

 

 

Chaque jour qui passe met en évidence l’échec de la politique gouvernementale et ce n’est pas l’utilisation d’une pseudo réduction du nombre de chômeurs, sur laquelle s’est précipité Manuel Valls, qui convaincra du contraire.

Mais passons sur cette nouvelle péripétie fortement médiatisée qui complète bien d’autres effets tout aussi peu convaincants, en matière de politique étrangère notamment, qui redoreront le blason d’un Président qui semble piloter  de manière si obstinée au service du libéralisme. Cela n’évitera pas le désastre électoral qui risque bien de frapper une nouvelle fois le PS.

Et si ce désastre venait à être le résultat d’une abstention massive et d’un vote pour la droite et l’extrême droite cela n’apporterait rien de nouveau, si ce n’est un possible retour d’une droite plus forte et plus dure dont on ne peut rien attendre. Et donc une aggravation de la politique actuelle toujours orientée, avec la complicité des dirigeants actuels de l’Europe, vers plus de libéralisme et un contrôle de l’économie des états par l’intervention ruineuse des banques, comme on le voit actuellement pour la Grèce.

Alors par delà les questions locales et départementales qui seront muselées par ces évolutions menaçantes pour les peuples, les prochaines élections des Conseillers départementaux ont une très grande importance et il importe que les candidats du Front de Gauche, que notre Parti soutien ou présente, deviennent également, par leur élection, un moyen de résistance.

Cela ne pourra advenir que si les électeurs communistes et du Front de Gauche en général en premier lieu se mobilisent. Mais la question est aussi posée à l’électorat socialiste à qui l’on offre deux possibilités au premier tour : soit accepter officieusement la nébuleuse association PS, MDP (?), Génération écologie et Front de Démocratie (?) soit voter officieusement comme l’on fait les dirigeants locaux aux municipales pour le candidat sortant de droite, Maire de Tarascon. Et s’apprêtent à le faire des gens en « responsabilité à gauche » si l’on peut dire !

Nous sommes respectueux des initiatives que peuvent prendre les organisations politiques quelles qu’elles soient en matière de candidatures, mais nous sommes en droit de dire et d’alerter que s’il y a un votre utile pour les gens de gauche à ces élections, c’est bien celui qui donnera force au Front de Gauche / PCF

Mais cela ne saurait concerner que les électeurs de gauche,  cela concerne aussi les électeurs qui croient trouver dans le Front National ou l’abstention des efficaces moyens de protestation et d’expression de leur mécontentement. Il est de notre devoir de les mettre en garde contre une appartenance à cette « réserve électorale » fabriquée et entretenue par les forces de la classe dominante (politiques et médiatiques) dans l’espoir d’une alternance UMP/PS

Encore quatre semaines pour convaincre autour de vous. Quatre semaines pour rejoindre notre Comité de Soutien, présidé par le Maire Noves. Quatre semaines pour unir et rassembler ! C’est peu mais cela doit nous rapprocher d’une influence forte qui, lorsqu’elle existait, garantissait le développement économique et social et freinait toute ambition réactionnaire.

 

 

Les chiffres du chômage confirment « l’urgence d’une autre politique »

Jeudi, 26 Février, 2015
Humanite.fr

 

Chiffres du chômage

AFP
Les chiffres du chômage de janvier sont présentés comme « légèrement positifs », mais ne doivent pas masquer une réalité plus cruelle : la situation des jeunes, des chômeurs de longue durée et des plus de 50 ans ne cesse de s’aggraver.

Pôle emploi a recensé en janvier 19.100 demandeurs de moins qu’en décembre, où le chômage avait atteint le record de 3,50 millions. En incluant l’outremer, le nombre de chômeurs s’élève à 3,74 millions (-0,5%). Une légère bonne nouvelle à laquelle se raccroche le gouvernement comme une bouée de sauvetage. Ces chiffres sont « un encouragement à poursuivre », a ainsi réagi le Premier ministre Manuel Valls devant la presse, en présentant aux partenaires sociaux les grandes lignes d’un projet de loi de simplification du dialogue social dans les entreprises. Un argument qui ne tient pas si l’on regarde ces chiffres un peu plus en détail. En effet, si l’on tient compte de la petite activité, le chômage poursuit sa hausse (+0,3%). A la clef: on atteint un record de 5,23 millions demandeurs d’emploi en métropole et de 5,53 millions en France entière.

Pour Philippe Martinez de la CGT, « il y a besoin d’une véritable politique de l’emploi » pour « améliorer les conditions de travail » et « créer des emplois ». Dans un communiqué intitulé « légère baisse ou vraie hausse? », la centrale confirme qu’en incluant les chômeurs ayant eu une activité réduite, les chiffres sont en hausse. De même, « celui des chômeurs de longue durée et des plus de 50 ans ne cessent de s’aggraver ». « L’urgence d’une autre politique est confirmée ». La centrale syndicale constate que « les milliards d’aides accordées au patronat n’ont pas créé d’emplois, il faut en faire le bilan et conditionner strictement ces aides à des embauches, à la relocalisation des emplois.» La CGT met en outre en avant le drame social des droits rechargeables, sujet amplement traité dans l’Humanité de ce jeudi 26 février.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Départementale : la situation n’est pas simple pour les électeurs même si pour nous tout est clair

Posté par jacques LAUPIES le 26 février 2015

 

 

Ce que je dis là n’est pas péjoratif pour les électeurs, ni une vantardise pour ceux qui présentent des candidats et donc les soutiennent.

Mais force est de constater, lorsque l’on rencontre la population, que nous sommes à un stade ou parfois nous serions tentés de soutenir les candidats d’où qu’ils viennent sachant précisément que certains d’entre eux appartiennent à des formations responsables pleinement du développement de l’abstention  et du vote pour le Front National. Deux plaies dangereuses pour l’avenir de la démocratie !

Lors d’une visite sur le marché bien que des amis soient venus nous saluer et nous dire qu’ils étaient heureux de nous voir là, d’autres nous ont apostrophé pour nous sortir le « tous pourris » qui fait le nid de l’abstention et d’autres le « ni droite ni gauche » que revendique avec un certain culot le FN. Chacun sait ici (du moins je l’espère) que ces deux réflexes sont inspirés par une ignorance qui génère abandon, désespoir.

Ignorance parce que la désinformation règne dans de multiples domaines, qu’il est fait appel à l’amalgame entre des affaires financières à caractère criminel au plus haut niveau qui prévalent sur des lois et règles constitutionnelles qui avantagent cependant des classes dominantes avec lesquelles la plupart des élus de notre république n’ont rien à voir.  Sans omettre des tentatives de discrédit d’ordre plus moral que politique de dirigeants jugés, par les médias et donc l’opinion, coupables avant même que justice ne soient rendue.  

Le travail réalisé par des élus de tous bords et plus particulièrement par NOS ELUS COMMUNISTES pour défendre des principes de solidarité, de justice, de réflexion sur les questions sociétales et les débats que cela suscite sont totalement occultés par ces jugements péremptoires, à priori sans savoir, ou excellent quelques véritables imbéciles qui ne font, ou n’ont pas le temps, de peser le pour et le contre, de réfléchir.

L’anti communisme première arme FOURNIE à ces derniers.

Certains, et c’est bien leur seul mérite, vous jettent à la figure leur colère, parfois porteuse de haine. Ils se lancent dans des citations de faits historiques, où prétendument historiques, dont les systèmes éducatifs autant que presse et télévision font état, hors de leur contexte, et se lancent dans les interprétations les plus écœurantes.

L’ombre de la lutte des classes est présente partout dans le passé comme dans le présent. Le conflit entre exploiteurs et exploités règne sur les consciences et les plus faibles, les plus démunis mais aussi se qui se croient épargnés par la pauvreté, autrement dit l’immense majorité de la population subit cette dictature idéologique. Je pèse mes mots !

Ainsi les communistes la subissent globalement, tantôt grossièrement, tantôt plus subtilement.

Tout ce qui peut être rappelé est assimilé à des actes malveillants : les régimes autoritaires nés souvent des agressions extérieures d’ordre politique et parfois même militaires, même les faits les plus glorieux (ceux de la résistance notamment) sont déformés et leurs réalisations dans le domaine de la santé, des libertés dans le travail, dans la vie citoyenne et sociétale sont dissimulées et octroyés à d’autres. 

Il n’est pas un domaine qui échappe à cette lutte acharnée que mènent les puissants de ce monde pour conserver leurs privilèges parmi lesquels la propriété privée des grands moyens de production et d’échange est l’élément essentiel (voyez CAC 40 et consorts multinationaux)

Il n’est donc pas étonnant qu’il faille beaucoup de conviction pour résister à nouveau à ces attaques qui, en fait, sont dirigées contre ceux la même qui parfois les colportent sans s’en rendre compte.

Il faut certes aussi oser aussi reconnaître nos fautes même si le niveau où elles se situent est secondaire et sont généralement d’ordre stratégique sur le plan politique. Mais tout influe sur tout et il serait grave de ne pas faire la critique de nos erreurs.

Si pour nous les choses sont généralement claires, parce que discutées et prenant appui sur les données des sciences économiques sociales, elles ne sont jamais simples, y compris quand elles sont en conformité avec les apparences.

D’où la nécessité d’avoir un lieu de discussion et d’action vivant, d’en comprendre  l’absolue nécessité et d’en faire un instrument aussi connu que le fil a plomb, le niveau à bulle ou électronique sont dans leur évolution nécessaire pour construire un mur !

Cet instrument au service du prolétariat (ancien ou moderne) a pris un nom dans la plupart des nations. Chez nous il se nomme PARTI COMMUNISTE FRANCAIS. Il a assumé sa tâche dans des conditions parfois difficile mais pas au point de le débaptiser. Rendons à César…

Même quand nous menons une bataille électorale. Il faut bien que le peuple reconnaisse les siens ! Et s’il ne les connaît pas leur dire qu’ils existent !

 

Élections départementales mode d’emploi

Daniel Roucous
Lundi, 23 Février, 2015
Humanite.fr

 

Départementale : la situation n'est pas simple pour les électeurs même si pour nous tout est clair dans POLITIQUE bureaudevote

Photo Patrick Hertzog/AFP
Dimanche 22 mars 2015 auront lieu pour la première fois des élections départementales.
C’est une première, dimanche 22 mars prochain vous pourrez élire à la fois un homme et une femme (ou l’inverse) en binôme conseillers départementaux. Ils auront un rôle important dans votre vie quotidienne, n’hésitez pas : votez.
 
Comment voter ?
Le 22 mars, rendez-vous dans le bureau de vote indiqué sur votre carte d’électeur, entre 8 et 18 heures (20 heures dans les grandes villes). 
Vous n’avez pas de carte d’électeur ou vous ne la retrouvez pas ? Pas de souci, allez dans votre bureau habituel ou celui proche de votre adresse et sachez que la présentation de la carte électorale n’est pas obligatoire.
Par contre n’oubliez pas de vous munir d’une des pièces d’identité suivantes : carte nationale d’identité ou passeport même si leurs dates de validité sont dépassées, récépissé valant justification d’identité, carte vitale avec photo, carte d’invalidité avec photo en cours de validité, permis de conduire, carte SNCF de famille nombreuse avec photo, permis de chasser avec photo en cours de validité.  
Cependant si vous habitez une commune de moins de 1 000 habitants aucune pièce d’identité n’est exigée sauf si le président du bureau de vote doute de votre identité.
Retournez-y le dimanche 29 mars en cas de 2ème tour. Celui-ci a lieu lorsque un binôme (homme/femme ou femme/homme) n’a pas obtenu au 1er tour la majorité absolue, soit plus de 50% des suffrages exprimés par + de 25% des votants. 
Précisons que pour se présenter au 2ème tour les candidats (binômes) doivent avoir obtenu au moins 12,5% des voix au 1er tour.
 
Et si vous êtes empêché(e) ou  absent(e) ?
Le jour du vote, vous êtes en congés, en déplacement professionnel ou tout simplement au boulot, votre état de santé vous cloue chez vous ou à l’hôpital ou encore vous assistez une personne malade ou infirme. 
Vous pouvez voter par procuration.
C’est simple :
- trouvez-vous un mandataire, c’est-à-dire  un ami, un voisin, toute personne de votre choix sous la seule réserve qu’elle soit inscrite sur les listes électorales de votre commune (pas nécessairement de votre bureau de vote) et ne dispose pas d’une autre procuration (1 seule procuration établie en France par mandataire),
- procurez-vous un formulaire Cerfa n° 14952*01 « vote par procuration » sur le site Internet du ministère de l’Intérieur, de votre mairie ou sur www.service-public.fr rubrique « papiers-citoyenneté » sous rubrique « élections »,
- remplissez-le et présentez-le en personne avec les pièces justificatives demandées auprès de la gendarmerie, du commissariat ou du tribunal d’instance du lieu de votre domicile ou de votre travail.
La procuration est accompagnée d’une attestation sur l’honneur d’impossibilité de voter le jour du scrutin. Complétez-là, indiquez les motifs de l’absence et joignez-là au formulaire.
Un dernier mot pour les personnes handicapées ou gravement malades qui ne peuvent pas se déplacer : elles doivent demander à un gendarme ou un policier de venir à domicile établir la procuration. Il est nécessaire d’avoir un certificat médical ou un justificatif d’infirmité.
 
Référence : Circulaire N° INT/A/14/31417/C du 31 décembre 2014 du ministère de l’Intérieur. 
 
Ca sert à quoi les conseillers départementaux ?
Les conseils départementaux remplacent les conseils généraux qui administraient les départements. Donc les conseillers départementaux ont les mêmes compétences que les conseillers généraux pour l’instant. En effet la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République) prévoit la suppression de certaines de leurs fonctions mais pas avant 2016/2017. 
En attendant, les conseils départementaux sont compétents pour :
-  la solidarité sociale (aide sociale, RSA, handicap, APA, établissements pour personnes âgées, petite enfance, précarité énergétique) et territoriale (assistance technique aux communes pour la voirie, l’aménagement et l’habitat jusqu’à cette année assurée par l’ATESAT (assistance technique de l’Etat pour des raisons de solidarité et d’aménagement du territoire),
- gestion des collèges, des transports scolaires et des routes départementales,
- politique culturelle (bibliothèques de prêt, archives départementales, musées, protection du patrimoine),
- vie associative,
- développement économique, agricole et tourisme,
- service d’incendie et de secours.
Références : loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale. 

 

 

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Grèce : des compromis mais pas de compromission

Posté par jacques LAUPIES le 25 février 2015

 

Pas le temps de commenter

Mardi, 24 Février, 2015
Humanite.fr

 

Grèce : des compromis mais pas de compromission dans POLITIQUE varoufakis_0

AFP
Le gouvernement Tsipras, qui a du présenter à contrecœur des mesures pour apaiser ses créanciers, ne transige pas sur la priorité de son programme : la lutte contre la pauvreté. L’Eurogroupe a validé l’ensemble des mesures et s’est engagé à poursuivre le programme d’aides.

C’était au cœur du programme de Syriza et le gouvernement Tsipras ne reviendra pas dessus : la lutte contre la crise humanitaire qui sévit en Grèce. Athènes va ainsi mettre en place des mesures « très ciblées » pour améliorer la couverture sociale, l’approvisionnement en énergie et l’accès à la nourriture au logement des plus pauvres, par exemple avec des bons d’alimentation. Au programme également la dépénalisation du surendettement pour les petites sommes, le soutien aux « plus vulnérables » ne pouvant rembourser leurs emprunts et une collaboration avec les banques pour « éviter les mises aux enchères de résidences principales en-dessous d’un certain seuil » de défaut de paiement. C’était également au programme de Syriza, le gouvernement grec s’engage à faire « de robustes efforts » dans la collecte des impôts et la lutte contre l’évasion fiscale en « utilisant pleinement les moyens électroniques et autres innovations technologiques ». Le tout doit cibler « particulièrement les plus nantis » afin de « les faire participer de manière juste au financement des politiques publiques » et se faire « sans impact négatif sur la justice sociale ». Le code fiscal doit être modernisé, l’indépendance de l’administration centrale des impôts renforcée, ses moyens élargis. Le gouvernement prévoit aussi un dispositif de lutte contre la contrebande d’essence et de cigarettes, un renforcement de la lutte contre la corruption et la mise en place d’un système permettant le paiement rapide des arriérés fiscaux et de contributions à la sécurité sociale.

Des compromis et des économies

Le nombre de ministères doit passer de 16 à 10, les avantages et primes des ministres, parlementaires et haut fonctionnaires être réduits, la grille des salaires dans la fonction publique remaniée. L’Etat veut également monnayer « aux prix du marché » l’utilisation par les médias des fréquences de radio-télévision, réformer les règles d’attribution de marchés publics. Là où l‘aile gauche de Syriza grince les dents, c’est à propos de « l’ampleur et du calendrier » de la progression du salaire minimum, une promesse centrale de Tsipras, qui « se feront en consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales », selon le document et « de manière à préserver la compétitivité et les perspectives d’emploi ». Le montant envisagé (751 euros) et la date (2016) ne figurent pas explicitement dans la liste. Autre recul, les privatisations déjà réalisées ne seront pas remises en question, pour celles qui sont déjà lancées « le gouvernement va respecter les processus en conformité avec la loi ». Celles qui sont prévues doivent être « examinées avec pour objectif de maximiser les bénéfices à long terme pour l’Etat ». Des ministres du gouvernement Tsipras avaient annoncé peu après leur élection leur intention de revenir sur plusieurs ventes en cours, comme celles du terrain de l’ancien aéroport d’Athènes et de 14 aéroports régionaux.

{C}{C}

bandeau25fev2015 dans POLITIQUE

Ce qui a déjà changé dans le pays. Le récit d’une politisation populaire. Des reportages, des portraits sur l’élargissement des soutiens à l’action du gouvernement. Un entretien avec Costa Gavras.

Un numéro exceptionnel de l’Humanité, mercredi 25 février, dans les kiosques et chez les marchands de journaux.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Départementales

Posté par jacques LAUPIES le 24 février 2015

Les candidatures déclarées dans le canton de Chateaurenard sont représentatives des principaux courants politiques nationaux. Donc vont s’exercer les influences de l’UMP/UDI dont se réclame le candidat sortant Lucien Limousin, Maire de Tarascon, Frédéric Laupies candidat du Front National ce qui, au vu des dernières élections municipales, placent la droite en position de force mais ne lui assure pas nécessairement la victoire.

A gauche se présente essentiellement la candidatures FDG/PCF de Jacques Rousset, Conseiller municipal de Cabannes, Cadre de santé et Yvette Louis, Adjointe au Maire de Noves, Professeure de lettres. Des candidatures claires et sans ambiguïté présentées ou soutenues par le PCF dont le positionnement pour  un rassemblement sur des bases de réorientation à gauche est clair depuis des années. C’est cela le vote utile de cette consultation.

Deux autres candidatures se réclamant des Verts et du Modem d’une part et du et du PS d’autre part (lequel PS est particulièrement affaibli par les orientations de Valls et Hollande) Ces quatre dernières candidatures sont basées sur des alliances « inattendues » faites de compromissions dans lesquelles l’électeur de gauche aura bien du mal à se reconnaître.

Sur ce canton de Chateaurenard le Front de Gauche doit pouvoir redonner espoir à un électorat communiste et Front de Gauche et même socialiste qui ne supportent plus la mise en cause de droits économiques et sociaux contre lesquels se sont prononcés les députés FDG en votant la motion de censure.

Le Parti Communiste bien entendu fait la différence entre la droite UMP et le PS, mais il se doit, par suite des orientations libérales de ce dernier, d’en appeler tout l’électorat de gauche et même au delà à soutenir son exigence de changement qui n’a évidemment rien à voir avec celui auquel aspirent UMP, centriste et électorat lepéniste.

 

DSC_0568-1

Des candidats représentant le FDG/PCF dont la poussée électorale pourrait inverser les politiques actuelles et stopper la progression du FN.

 

Départementales : Contre la droite, l’extrême droite et l’austérité : le Front de gauche et le PCF

 Mobilisés contre la droite, l’extrême droite et l’austérité, choix actuel du gouvernement Valls et des institutions européennes, les candidat-e-s présenté-e-s ou soutenu-e-s par le Front de gauche sont présents dans plus de 76% des cantons de France métropolitaine. Cela fait du Front de gauche la force de gauche la plus présente sur l’ensemble du territoire national.

En tant que candidate et/ou candidat titulaire, les communistes sont partie-prenante de plus de 80% des binômes présentés par le Front de gauche. Le PCF contribue à plus de 57% des candidatures féminines de ces binômes.

Plus de 14% des candidatures soutenues ou présentées par le Front de gauche se font dans le cadre de binômes avec des titulaires Europe écologie les Verts. 60% de ces binômes Front de gauche et écologistes incluent une ou un titulaire issu-e- des rangs du PCF.

Un quart des binômes du Front de gauche compte comme candidat-e, des femmes et des hommes issus des mouvements sociaux et de l’action citoyenne et associative.

 Le PCF tient à dénoncer les manipulations du ministère de l’intérieur qui, sous couvert d’étiquetage administratif des binômes, minore le nombre de candidats du Front de gauche et du PCF en faisant disparaître les étiquettes politiques des candidats dans des catégories généralistes incertaines comme « divers gauche » ou « union de la gauche . Tout cela avec l’objectif inavoué de camoufler un possible recul du PS, de minimiser le score du Front de gauche et de survaloriser celui du FN. C’est pourquoi le PCF publiera ses propres totalisations nationales des forces politiques au lendemain du 1er tour.

Ainsi dans tous les départements, notre peuple pourra compter des candidat-e-s du Front de gauche en faveur d’un département utile à la vie quotidienne des populations, des candidat-e-s capables d’ouvrir une perspective de changement à gauche.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...7
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus