• Visiteurs

    Il y a 9 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • mars 2015
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 12 mars 2015

FN : frapper où le bat blesse !

Posté par jacques LAUPIES le 12 mars 2015

Ce serait très vilain si des élus du Front National se payaient des collaborateurs pour développer leur action politique. Et bien entendu cela ferait un peu désordre pour eux.

Mais cette pratique qui n’est pas anodine ne constituerait surement pas un argument suffisant pour décourager les électeurs de ce parti, entraînés dans la vague contestataire de la politique du gouvernement actuel.

Il en faut un peu plus que cela car le mécontentement exprimé par le vote FN peut craindre d’autres écueils que celui d’une condamnation de pratiques frauduleuses, qu’il ne serait probablement pas le seul à mettre en œuvre.

La vraie réponse à la poussée dangereuse de ce parti est de changer de politique et de répondre aux inquiétudes des français.

Mais voilà, hormis sa démagogie anti immigration et sociale, et les fondements idéologiques sur lesquels s’appuie ce parti, ce qui est déjà suffisant pour le rejeter, il y a sa vision libérale sur le plan économique, doublée du repli sur un nationalisme enrobé du voile patriotique.

Son libéralisme affiché n’est évidemment pas combattu, puisque ce libéralisme est défendu, accepté et au mieux toléré par tous les autres partis excepté par une gauche baptisée récemment « d’alternative ».

La question d’une société nouvelle libérée de la main mise du privé sur l’économie et la production des biens essentiels à la vie des populations (soins, éducation et culture, protection sociale en général, énergie, eau, transports, télécommunications, etc.) ne trouvent de véritables échos que dans les propositions communistes.

Au risque de fâcher nombre de personnes, y compris des militants de mon propre parti, je crois que nous n’insistons pas sur suffisamment sur cet aspect, laissant ainsi planer l’illusion que l’aménagement du système, finalement préconisé par les autres partis serait compatible avec l’égalité sociale, la liberté, voire la fraternité dont se gargarisent  ceux qui en sont les fossoyeurs !

Qu’il faille une stratégie d’union, de rassemblement, de solidarité  pour atteindre le bien-être, il ne serait pas raisonnable de le nier mais, de grâce, ne cachons pas l’étendard !

 

ELECTIONS DEPARTEMENTALES DES 22 ET 29 MARS 2015

REUNION PUBLIQUE

LES CANDIDATS DU 7ème CANTON DE CHATEAURENARD (INCLUANT TARASCON)

SERONT PRESENTS

 CE VENDREDI 13 MARS 2015 A 18 H 30

SALLE RICHELIEU 1ER ETAGE

Boulevard Victor Hugo – TARASCON

 

POUR UN DEPARTEMENT PLUS SOLIDAIRE

CONTRE LA POLITIQUE D’AUSTERITE

POUR UNE ALTERNATIVE VRAIMENT A GAUCHE

Le FN, la main dans la poche des Européens

Grégory Marin
Mercredi, 11 Mars, 2015
L’Humanité

 

Photo : Frédércik Florin/AFP
Photo : Frédércik Florin/AFP
Le Parlement européen soupçonne le parti de Marine 
Le Pen de financer ses activités nationales sur son budget.

Suggestion de nouveau slogan pour le Front national : « Tête haute, main dans les poches des citoyens ». Le parti d’extrême droite est soupçonné de frauder sur les salaires accordés aux assistants parlementaires de ses députés européens, pour un montant de 7,5 millions d’euros sur l’ensemble de la législature, selon le Monde. Depuis lundi soir, le Parlement européen a saisi l’Office de lutte antifraude, une obligation réglementaire « dès lors qu’il existe des soupçons étayés de fraudes éventuelles », explique l’assemblée. Et Martin Schulz, son président, a écrit à la ministre de la Justice française, Christiane Taubira, pour lui faire part de ses soupçons.

Les « éventuelles irrégularités financières » dont le parti de Marine Le Pen devrait rendre compte si elles étaient avérées portent sur le versement de salaires de vingt assistants (le groupe compte 23 députés à Strasbourg). Une dizaine d’entre eux ont inscrit comme adresse sur leur contrat de travail la rue des Suisses, à Nanterre… celle du siège du FN ! Et une majorité d’entre eux apparaissent dans l’organigramme du Front national comme ayant des fonctions au parti (de conseil de Marine ou Jean-Marie Le Pen par exemple), quand le règlement du Parlement européen stipule qu’ils « doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat parlementaire des députés européens ». Le même document précise que « seuls peuvent être pris en charge (par le budget européen – NDLR) les frais correspondant à l’assistance nécessaire et directement liée à l’exercice du mandat parlementaire des députés ». Or, dans son communiqué, le Parlement explique que la description de la « fonction contractuelle » des assistants avec le député « diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées dans l’organigramme du Front national ou sur le site Internet du parti ». De là à penser que les instances européennes financent le parti d’extrême droite à leur corps défendant, il n’y a qu’un pas.

Le FN taxe
 les contribuables

Aussitôt prévenu, le Front national a réagi. La présidente du parti a menacé de porter plainte pour « dénonciation calomnieuse ». La députée Marion Maréchal-Le Pen a dénoncé un « acharnement politique », accusant Martin Schulz d’appliquer « à la lettre les ordres de M. Valls » appelant à combattre le FN. Quant au vice-président du parti, Florian Philippot, il estime que « dans le fond, Schulz a raison. Nos assistants ne travaillent pas pour l’Union européenne mais contre elle ». Et si possible avec l’argent des contribuables

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus