• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 août 2016

Des Jeux et des pains contre la démocratie au Brésil

Posté par jacques LAUPIES le 6 août 2016

 

Thomas Lemahieu
Vendredi, 5 Août, 2016
L’Humanité

dilma.jpg

Des Jeux et des pains contre la démocratie au Brésil dans POLITIQUE

afp

La destitution de Dilma Rousseff poursuit son cours. Michel Temer, son rival de droite, veut profiter des JO pour prendre définitivement le pouvoir.

Après avoir planifié la destitution de Dilma Rousseff, accusée de maquillage des comptes publics, Michel Temer, vice-président depuis 2011 et leader du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, droite), a réussi à l’écarter du pouvoir à la mi-mai. Devenu président par intérim, mouillé jusqu’au cou dans les affaires de corruption, il compte bien profiter des jeux Olympiques pour sortir de la précarité et obtenir un contrat de longue durée jusqu’en 2018, afin de pouvoir imposer au Brésil des contre-réformes néolibérales qui n’auraient que peu de chances de passer par la voie électorale… Quelques heures avant l’ouverture des JO, boycottée par plusieurs chefs d’État, mais pas par François Hollande (lire notre encadré), les pièces de ce « coup d’État parlementaire », comme le dénonce le Parti des travailleurs (PT) de Dilma et de Lula, son prédécesseur à la présidence du Brésil, se mettent en place, alors que, dans les rues de Rio, mais aussi de Sao Paulo, les manifestations se multiplient. Dans les colonnes du journal Brasil de Fato, Joao Pedro Stédile, dirigeant du Mouvement des sans-terre (MST) et figure de la gauche brésilienne, promet aux « putschistes », réunis dans le gouvernement provisoire et « antidémocratique » de Michel Temer, un mois d’août rempli non pas de médailles et d’anneaux olympiques, mais bien de « luttes » et de « querelles ». Une marche est organisée ce vendredi dans les rues de Rio. « Il est vrai que, jusqu’à présent, la majorité du peuple n’est pas sortie, abasourdie par la télévision, mais avec l’augmentation du chômage, l’inflation des prix des denrées alimentaires et l’arrogance des escrocs qui prétendent prendre le pouvoir, les masses laborieuses vont être motivées pour se faire entendre », prédit Stédile.

Jusqu’ici, rien n’arrête la machination qui pourrait mettre fin à près de quatorze ans de gouvernement PT au Brésil : hier, la commission spéciale du Sénat brésilien, contrôlée par les opposants à Dilma, devait recommander de poursuivre la procédure avant que les sénateurs ne votent en séance plénière le 9 août. Un groupe de juristes qui a demandé la destitution de Dilma Rousseff en 2015 fera l’accusation et la défense de la présidente sera assurée par son ancien ministre de la Justice, Eduardo Cardozo. Chaque partie aura alors 48 heures pour présenter une liste de cinq témoins maximum. Et fin août, selon le projet de la bourgeoisie brésilienne, le Sénat se transformera en tribunal pour juger Dilma. Michel Temer se voit déjà participer au prochain G20 en Chine en tant que président brésilien de plein exercice, et non plus « par intérim ». Mais la diversion des Jeux n’y suffira peut-être pas…

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus