• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 31 août 2016

« Evitons de leur ressembler » … Mais faisons la même chose ?

Posté par jacques LAUPIES le 31 août 2016

 

D’évidence Jean Luc Mélenchon spécule sur le résultat électoral obtenu en 2012 avec sa candidature soutenue par le Front de Gauche. C’est son droit de considérer que ce potentiel est devenu sa propriété d’autant que les sondages semblent lui donner raison présentement !

Mais il est du droit des électeurs, dont je suis, de dire qu’il n’aura pas ma voix s’il persiste dans cette idée très mitterrandienne qu’il va, ainsi, rouler les communistes et leur piquer ce qu’ils ont d’électorat dont tout laisse penser que si le PCF devait aller à une bataille électorale seul il en conserverait un volume appréciable. Car une campagne électorale mettrait les choses au clair. Malgré le concours des médias qui ont tendance à le présenter comme le quatrième homme. Savoureux son « évitons de leur ressembler »

Mais nous n’en sommes pas là et il est nécessaire de mener le combat pour le rassemblement et pas seulement au niveau des « états-majors » et ce n’est pas un vain combat si l’on mesure le poids de la masse de français réfugiés dans l’abstention notamment sympathisants de gauche découragés, déçus, sans omettre ceux qui se perdent dans un vote d’extrême droite !

Parce qu’il considère qu’il existe pour défendre, sur des positions de classe, l’intérêt des français et non pour lui même le Parti Communiste en appelle à la raison qui doit le conduire à user de son influence et de sa capacité militante à travailler pour établir un programme commun (plateforme) en ne se privant pas d’afficher sa spécificité.

Quand on met en cause un adversaire politique il est ridicule d’ignorer les partenaires possibles dotés de valeurs et d’objectifs partiellement ou pleinement semblables aux nôtres pour le combattre et qui peuvent eux aussi trouver dans l’union . De plus la constitution et son système électoral nous impose de ne pas nous enfermer dans un isolement mortifère dans l’immédiat et qui aurait des conséquences que l’on ne peut mesurer. Cela bien sur ne nous dispense pas d’exiger des garanties et une certaine rigueur « morale »

Dans nos combats à tous les niveaux (local, régional, national) les démarches politiciennes, les ambitions personnelles et les replis sectaires  sont des obstacles qu’il faut franchir et donc l’union ne dépend pas que de nous.  les électeurs ont le droit de savoir et d’être informé des positions de chacun !

Le prof d’histoire ne devrait pas manquer un rendez-vous avec l’histoire. Il lui suffirait de se rallier à une plate forme commune et d’accepter une confrontation pour la défendre !

 

 

 

Jean-Luc Mélenchon « Si on veut les vaincre, évitons de leur ressembler »

Bruno Vincens
Lundi, 29 Août, 2016
L’Humanité

jlmelenchon.jpg

Photo Lahcène Habib

La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a fait sa rentrée hier à Toulouse, s’inquiétant des « guerres de religion » que la droite voudrait déclencher. Il a préféré développer sa vision du monde que détailler sa stratégie.

Drôle d’endroit pour un meeting, les jardins de l’Observatoire à Toulouse. Jean-Luc Mélenchon aurait préféré la Cité de l’espace. Le candidat de La France insoumise vise haut. Il monte à la tribune, décontracté, à l’image des deux mille cinq cents « insoumises et insoumis » recensés par les organisateurs dimanche. Sur la tribune circulaire, le public autour, le député européen déambule pendant toute la durée d’une allocution aux allures de causerie. Il ne fait qu’ébaucher son programme – « derrière le programme, une vision du monde » –, mais donne des indications sur le déroulé de sa campagne, annonçant un « rendez-vous » le 18 mars à la Bastille.

Jean-Luc Mélenchon réitère son refus catégorique de participer à la « primaire de la gauche » mais n’en dit pas plus sur sa stratégie de campagne, les modalités du rassemblement, les alliances éventuelles. Pas un mot sur le PCF ni sur le Front de gauche. « Je n’ai jamais dit que j’étais contre les partis, j’ai été membre d’un parti toute ma vie, mais nous nous situons hors du cadre d’un parti », précise-t-il cependant. Il jette un peu un froid dans l’assemblée quand il informe ne posséder à ce jour que deux cents parrainages pour sa candidature. « La marche reste haute. »

Pendant une heure et quinze minutes, Jean-Luc Mélenchon décline de nombreux thèmes : l’école, les sciences, l’environnement… « Si la civilisation humaine ne s’éteint pas avant, elle a de magnifiques perspectives », estime-t-il avant d’enchaîner. Sur la pauvreté : « Il faut que quelqu’un dans cette élection parle des pauvres. La pauvreté est inacceptable quand la richesse s’accumule à un autre pôle. » Ou encore sur la loi travail : « Si je suis élu, elle sera abolie. »

Le candidat de La France insoumise évoque aussi la religion, la laïcité et le pseudo-débat sur le burkini. Se réjouissant de la décision du Conseil d’État suspendant les arrêtés municipaux d’interdiction, Jean-Luc Mélenchon brocarde ceux qui jouent avec le feu : « Il est facile de déclencher des guerres de religion, il est difficile d’y mettre fin. » Sarkozy et Hollande ? « Des hypocrites ! » En cas d’élection à la présidence de la République, il interdira tout financement public pour la construction d’édifices religieux, abrogera le concordat en Alsace-Moselle et… refusera d’être nommé chanoine de Latran par le pape. « Ne vous résignez pas », lance-t-il avant de conclure en citant l’empereur Marc Aurèle : « Si on veut les vaincre, évitons de leur ressembler. »

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus