• Visiteurs

    Il y a 4 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • janvier 2017
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2017

Paru ou à paraître dans l’Humanité (à lire ce mardi)

Posté par jacques LAUPIES le 31 janvier 2017

Benoît Hamon face au défi du rassemblement

Le désormais candidat PS à la présidentielle a une lourde tâche : rassembler les socialistes, y compris pro-Valls, derrière lui. Au-delà de son camp, l’ex-ministre de Hollande tente de lancer une discussion avec ses concurrents à gauche, les appelant à la construction d’une « majorité gouvernementale cohérente ».

Le désormais candidat PS à la présidentielle a une lourde tâche : rassembler les socialistes, y compris pro-Valls, derrière lui. Au-delà de son camp, l’ex-ministre de Hollande tente de lancer une discussion avec ses concurrents à gauche, les appelant à la construction d’une « majorité gouvernementale cohérente ».

Après la désignation de Benoît Hamon comme candidat socialiste, c’est une nouvelle campagne qui débute. La gauche compte désormais un candidat de plus sans avoir écarté le risque de ne pas être présente au second tour de la présidentielle. Dans son discours de vainqueur de la primaire, Benoît Hamon a souligné dimanche soir la nécessité de rassembler désormais les socialistes, que le quinquennat a tant divisé durant cinq années. Une tâche qui s’annonce difficile. Certains élus pro-Valls, ou plus généralement sociaux-libéraux du PS, ont déjà annoncé leur ralliement à Emmanuel Macron, estimant que le candidat désigné n’est pas le leur mais celui de l’aile « frondeuse » du PS. Ceux-là mêmes qui avaient évoqué vendredi un « droit de retrait » en cas de défaite de l’ex-premier ministre. Sur la cinquantaine de membres du « Pôle réformateur », aile droite du PS, « moins d’une dizaine » devrait rejoindre la marche de l’ex-banquier, tente de rassurer l’un d’eux, Philippe Doucet. Préoccupation qui sera discutée mardi lors d’une réunion de ces élus « réformateurs ». « Benoît Hamon a dans les quinze jours qui viennent un choix à faire. Il doit élargir. Il faut qu’il passe d’un projet pour la primaire à un projet pour la présidentielle. Il y a des convergences possibles, même s’il peut y avoir un désaccord philosophique », a souligné le député socialiste.

Après un entretien avec Benoît Hamon, lundi après-midi, le premier ministre Bernard Cazeneuve a, lui aussi, souligné cet impératif qui « le place face à une responsabilité imminente : celle de convaincre nos citoyens. C’est à lui de rassembler, de trouver les mots, les gestes, les thèmes pour le faire ». Lui adressant ses « félicitations » pour sa victoire et ses « vœux sincères » pour la présidentielle, il l’a appelé à prendre sa part du bilan du quinquennat car « la gauche doit être fière de ce qu’elle a accompli ». « Satisfait », Benoît Hamon s’est cependant dit « pas convaincu sur la loi travail » après cet échange. Le candidat, qui souhaite son abrogation, a expliqué vouloir « maintenir le cap, l’horizon (qu’il) a dessiné » tout en « s’enrichissant des contributions des uns et des autres ».

Mélenchon laisse une petite porte ouverte

Sur ce point, le candidat du PS tente plutôt, pour l’heure, de se tourner vers sa gauche. Dimanche, il soulignait sa volonté de discuter dès ce lundi avec Yannick Jadot, candidat d’EE-LV, et Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, en les appelant à la construction d’une « majorité gouvernementale cohérente ». Le candidat élu à la primaire écologiste a réagi dès lundi matin, en invitant Benoît Hamon « à s’émanciper d’un Parti socialiste qui n’a jamais fait sa conversion écologiste ». Il s’est interrogé sur le terme de « cohérence » employé par l’ex-ministre du gouvernement : « Est-ce que Benoît Hamon va faire le nouveau François Hollande de la synthèse ? Ou est-ce qu’il est prêt avec nous à la grande aventure, à la grande aventure écologique et sociale? »

Et justement, c’est sur ce volet écologiste du programme du candidat PS que son équipe compte peser. « Benoît Hamon dit ‘’si on cherche, on va trouver’’ (des points communs). Par exemple l’écologie, c’est quelque chose qui est central dans son projet, ça peut fédérer à gauche », a souligné son porte-parole Alexis Bachelay.

Jean-Luc Mélenchon, qui séduit nombre d’électeurs avec cette fibre écologiste depuis 2012, l’a fait remarquer dimanche soir, laissant une petite porte ouverte : « Que l’instrument au PS en ait été Benoît Hamon, qui a chanté des paroles si proches des nôtres, est une source de satisfaction supplémentaire. Que pour désigner son candidat le PS ait préféré nos mots à ceux de son propre gouvernement est un fait qui donnera ses fruits le moment venu. »

Le revenu universel est-il vraiment une bonne idée pour dépasser le capitalisme ?

 

Projet de société et élection présidentielle.
Lundi, 30 Janvier, 2017
L’Humanité
La proposition avancée par Benoît Hamon a reçu les critiques des associations de chômeurs, du champ syndical et politique de gauche. D’autres s’interrogent. Photo : Reuters<br /><br /><br />
 &lt;img src= »http://img.humanite.fr/sites/default/files/styles/image_article/public/images/hamon_revenu.jpg?itok=OBXNCg0j » width= »473″ height= »275″ alt= »La proposition avancée par Benoît Hamon a reçu les critiques des associations de chômeurs, du champ syndical et politique de gauche. D’autres s’interrogent. Photo : Reuters  » /&gt;

Avec les contributions de Éric Neyer, secrétaire de République sociale, Paul Ariès, politologue, délégué général de l’Observatoire international de la gratuité et Philippe Villechalane, nouveau president de l’Apeis.

 

  • Revenu et/ou Existence?  par Philippe Villechalane, nouveau president de l’Apeis

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Primaires/PS : réaction d’Olivier Dartigolles

Posté par jacques LAUPIES le 30 janvier 2017

Le résultat du second tour des primaires organisées par le PS confirme, avec la très nette défaite de Manuel Valls, le rejet du quinquennat. La victoire de Benoit Hamon, avec des propositions s’inscrivant dans le débat pour une alternative de gauche au Hollandisme, est donc une bonne nouvelle pour la gauche toute entière.

Au cours des derniers mois, le PCF et son secrétaire national n’ont cessé de proposer des dialogues, des échanges et des passerelles pour faire converger le plus de forces possibles vers des solutions et un rassemblement de gauche face à la droite et au FN. En soutenant Jean-Luc Melenchon, le PCF s’est engagé dans la construction d’une gauche anti austérité pour faire renaitre l’espoir.

L’intensification du débat à gauche pour des solutions de rupture avec la crise du capitalisme financier est plus que jamais à l’ordre du jour. Le PCF prendra dès demain de nouvelles initiatives en ce sens.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF,

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Hamon choisi globalement par un électorat socialiste : et maintenant ?

Posté par jacques LAUPIES le 30 janvier 2017

DSC_1084 (1)

Il n’a pas que trois fleurs pour faire un printemps…

J’ai pris pour habitude de donner un point de vue à chaud d’un évènement : le choix d’Hamon, quoi que l’on en dise et même s’il était prévisible, constitue un évènement politique.

Voila les forces de gauche dans leur diversité condamnées à s’entendre pour une élection présidentielle qui ne laisse que deux candidats en présence au deuxième tour.

 L’affaire n’est pas simple car il y a évidemment des différences et peut-être aussi des ambitions tout à fait légitime qui vont rendre difficile la désignation d’un candidat unique dès le premier tour. En appelant à une rencontre avec Jean Luc Mélenchon et Yannick Jadot, Benoit Hamon élargit  une brèche qui,  si j’en crois notre position de communistes,  a déjà été entrouverte par toutes nos prises de positions et déclarations

Il faut cependant ne pas oublier que derrière les personnalisations, tant à droite qu’à gauche, sont présente des propositions et projets politiques qui sont ancrés dans les contradictions de notre société.

Des oppositions à caractère de classe,  notamment la contradiction essentielle entre d’une part une poignée de multinationales alliée à des bourgeoisies (qui ne sont pas elles mêmes exemptes de contradictions) et d’autre part un peuple tiraillé idéologiquement dans tous les sens avec des médias qui ne font qu’obscurcir le débat et tromper sur les causes.

Il faut cependant relativiser sur ce dernier aspect qui conduit aux fausses solutions du FN, à accepter la radicalisation de la droite incarnée par FILLON, à s’illusionner sur l’effet MACRON, fabriqué en dernière minute et, ne l’oublions pas, à l’abstention qui s’alimente du discrédit entretenu de la vie politique avec des amalgames inacceptables.

Mais contrairement aux effet espérés par les manipulations de la classe dominante, de l’appareil d’état, des institutions, subsiste encore des capacités réactives des forces populaires. C’est bien ce qui inquiète de l’extrême droite lepéniste aux socio libéraux en passant par la droite et son centre inventé pour la circonstance.

L’heure est donc pour la vraie gauche à la raison, au respect des autres, au débat certes (qui a eu lieu en partie) et à l’entente sur l’essentiel.

Et surtout comme je l’ai entendu ce soir s’interdire les propos inutiles et les attaques personnelles. Cela n’exclut pas les débats fermes sur le fond car c’est de là que naîtront des projets rassembleurs.

C’est maintenant que peuvent se concrétiser des accords ou chacun doit bien mesurer sa responsabilité.

 

Primaire socialiste. Manuel Valls sanctionné, large victoire de Benoît Hamon

L’ex premier ministre, Manuel Valls est fortement sanctionné à l’issue du 2e tour de la primaire socialiste. Pour Benoît Hamon, qui l’emporte largement, tout commence dans la campagne pour l’élection présidentielle.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Dessin évocateur paru dans le Times

Posté par jacques LAUPIES le 29 janvier 2017

Dessin évocateur paru dans le Times dans POLITIQUE C3VdPMeWEAAg_3o

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Information reçue d’un ami et qui me convient

Posté par jacques LAUPIES le 29 janvier 2017

Très peu crédule, quant à accepter la promotion rapide de Macron, candidature hâtivement fabriquée par la grande bourgeoisie internationale, je ne manquerais aucune occasion de vous faire part de ce qui tend à démontrer cette réalité, que trop de jeunes, comme ils l’ont fait à propos de Bayrou en 2007

 

L’article du « Monde  » que je viens de vous faire suivre un peu rapidement à été caviardé et tout les termes de l’article ne sont pas repris ou ont été modifiés.

L’article  n’est pas daté ni signé, de plus une phrase à connotation antisémite figure…..donc ca ne sent pas bon.

TOUT  S’EXPLIQUE , TOUT DEVIENT CLAIR  CONCERNANT SA (MACRON) FULGURANTE PRESENCE  DANS LES SONDAGES  !!!

 Objet: Les dessous de la campagne médiatique de MACRON   L’ambiguïté du personnage se confirme….  Référence : journal  Le Monde

 

Patrick Drahi X polytechnicien, est un Grand Financier, d’origine juif marocain. Il vit en  Suisse et sa holding ALTICE est au Luxembourg. 

 Depuis quelques années il intervient dans le domaine des Télé comunications en France, avec le rachat de SFR à Vivendi notamment .
Homme peu scrupuleux, sur/ endetté, néanmoins à la tête d’une fortune de 14 milliards  dit on, il a racheté en France Next Radio propriétaire
de BFM TV en 2015 à Weill. Et il a fusionné l’ensemble appelé ALTICE MEDIA avec le concours de Berrnard Mourad , ancien Banquier d’affaires de MORGAN Stanley , qu’il vient de déléguer chez MACRON comme Conseiller spécial chargé du financement de sa campagne.
Par ailleurs les  hebdomadaires l’EXPRESS  et LIBERATION font partie de son Groupe ALTICE. 

Il n’a pas hésité à licencier des  milliers de salariés   chez SFR  et à L’EXPRESS où son homme de confiance le journaliste  Christophe BARBIER
Directeur de la Rédaction a  été  attaqué par les syndicats et démissionné de la Direction du journal dont il reste le porte parole sur les chaînes de télé en faveur de MACRON. 

Les observateurs commencent à constater. que BFM TV et l’EXPRESS  font campagne pour MACRON  avec un matraquage journalier en sa faveur !!!

 

En réalité MACRON a rendu un service inestimable à DRAHI quand il était ministre de l’Economie et des Finances à Bercy .
En 2014 DRAHI est en concurrence avec BOUYGUES TELECOM pour racheter SFR. Montebourg Ministre de l’Economie et des Finances  
avant d’être débarqué du gouvernement s’oppose au rachat  de SFR par DRAHi estimant qu’il doit se mettre en règle fiscalement avec la France  alors que sa Holding ALTICE est au Luxembourg , qu’il vit en Suisse et qu’il a la nationalité israélienne.
Dès son arrivée à Bercy  le 28 octobre 2014  son successeur MACRON  nouveau ministre de l’Economie et des Finances, signe le décret en faveur de DRAHI l’autorisant à  racheter SFR et déboute BOUYGUES Télécom. .

 La campagne de MACRON est désormais soutenue  puissamment par un Groupe  MEDIAS  de télévision et journaux sans compter des ramifications avec l’ institut de sondage dirigé par Jean Daniel LEVY, INTERACTIVE qui publie des sondages en connivence sur  MACRON. Il est temps que le voile se déchire et se lève  sur le candidat de la « modernité »  qui abuse le bon peuple  en se faisant passer pour un candidat anti système!! 

On peut parier que l’offensive de la gauche contre lui, avec VALLS en tête  se déclenchera  bientôt  vers la fin janvier après la Primaire,  à moins que la Grande Finance internationale, ne soit « en marche » pour propulser  MACRON à la Présidence de la République  et obtenir ainsi au plus haut sommet de l’Etat  un soutien Inconditionnel de la petite mascotte, son dévoué serviteur . 

Après Hollande : «  mon ennemi  c’est la Finance » nous avons désormais à gauche  Macron : 

«  mon amie c’est la Finance » .  Les électeurs de droite auraient bien tort de lui faire confiance

Face à « la monarchie présidentielle », le PCF appelle à « un choc démocratique »

Samedi, 28 Janvier, 2017
Humanite.fr
Aux côtés de 124 des candidats aux législatives soutenus par le Parti communiste , Pierre Laurent a présenté, samedi lors d’une conférence de presse, le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti défendra en 2017.
C’est en présence de 124 de ses candidats aux législatives que le PCF a officiellement lancé samedi sa campagne pour les élections de 2017, à l’occasion d’une conférence de presse à Paris placée sous le signe d’un « choc démocratique » contre « la monarchie présidentielle ». «Changer le locataire de l’Élysée ne sera rien si la confiscation actuelle du pouvoir se poursuit », a lancé le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, appelant à « une République où les citoyens se sentent à nouveau pleinement respectés, une VIe république qui renouvelle profondément les institutions et donne un nouveau souffle à la vie politique ».
Partageant avec Jean-Luc Mélenchon l’idée d’un « processus constituant pour aboutir à la rédaction d’un nouveau projet de Constitution soumis à référendum », le dirigeant communiste a ensuite décliné le « pacte Républicain pour une France en commun » que son parti entend porter dans les campagnes présidentielle comme législatives.
« Sortir de présidentialisme » avec la suppression du 49-3, des votes bloqués, de l’usage à répétition des ordonnances ; « faire à nouveau entrer le peuple au parlement » avec la proportionnelle intégrale à toutes les élections, le droit de vote et d‘éligibilité des résidents étrangers, la limitation des cumuls et des renouvellements de mandat, un statut de l’élu ; accroître « l’indépendance du parlement des intérêts privés » avec le renforcement du contrôle des conflits d’intérêts ;
« refonder les pouvoirs citoyens dans la cité et dans l’entreprise » avec de « nouveaux droits d’intervention dans la gestion des entreprises ; « reprendre la marche en avant de tous les droits humains » avec l’inscription dans la constitution de la lutte contre toutes les discriminations, le droit à l’avortement, les droits LGBT…
Autant de propositions défendues par le sénateur de Paris lors de sa prise de parole. Fustigeant le programme d’Emmanuel Macron, « comme si les banques et la finance n’avaient pas assez de pouvoirs », ou de François Fillon, qui veut « sacrifier la sécurité sociale », Pierre Laurent a également assuré que « les pouvoirs doivent changer de mains et (que) ceux donnés aux citoyens, aux salariés doivent prendre le pas sur ceux de la finance qui gangrènent notre démocratie. La voilà, la vraie révolution politique ».

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345...8
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus