• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 4 mars 2017

Jean-Christophe Averty, le père du clip à la télé, s’est éteint

Posté par jacques LAUPIES le 4 mars 2017

Image de prévisualisation YouTube

 

Gérald Rossi
Samedi, 4 Mars, 2017
Humanite.fr

Inlassablement, Jean-Christophe Averty s’évertuait à révéler « l’insolite qui se cache derrière le banal ». L’homme de télévision et de radio est décédé à l’âge de 88 ans. 

Avec une passion indéfectible, Jean-Christophe Averty a marqué l’histoire de la télévision. Il s’est éteint ce samedi 4 mars, il avait 88 ans. Il y a quelques semaines, sur France 3  Mireille Dumas lui a consacré un hommage (« Les trésors cachés des variétés ») sans savoir que ce serait le dernier que la télévision, qui lui doit quelques dizaines d’année d’inventions électroniques aussi magiques que poétiques, ne lui en rendait plus d’autres de son vivant. 
Né à Paris le 6 aout 1928, il est entré à la télévisions dans les années 1950 après des études de cinéma, et jusqu’aux années 1980 il y exerça son talent de réalisateur mais aussi de créateur, alors que la télévision d’alors d’abord en noir et blanc en était aux balbutiements de l’électronique. 
C’est dans ce contexte de « bidouillages » qu’il produisit nombre d’émission de variété notamment, qui sont considérées comme des modèles par nombre de ses successeurs. 

Un homme d’images et de sons

Jean-Christophe Averty, qui aussi pendant plusieurs années a assuré la réalisation des retransmissions vidéo des spectacles de la grande scène de la fête de l’Humanité, était également un homme de radio. Sur France Culture puis sur France Inter, il a ainsi animé par moins de 1805 épisodes d’une émission consacrée au jazz et à la chanson , intitulée « Les cinglés du music hall ». Averty était un collectionneur qui se plaisait alors de faire découvrir aux auditeurs, de son inimitable voix hésitante, les merveilles qu’il découvrait sur des disques plus ou moins historiques…
Pour la télévision, on lui doit plus de 500 émissions musicales, de documentaires, etc. Incontestablement d’avant garde, admirateur notamment des surréalistes Alfred Jarry, Marcel Duchamp ou encore Salvador Dali, Jean-Christophe Averti a été un des grands inventeurs dans ses domaines de passions. 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Rencontre du jour

Posté par jacques LAUPIES le 4 mars 2017

Environ 7o ans cette ancienne électrice communiste m’interpelle car sur le coup je ne l’avais pas reconnue. Impardonnable car bien qu’au moins une dizaine d’année ne se soit écoulée depuis notre dernière rencontre sa silhouette demeure inchangée. Cela me rappelle que je devrais être plus attentif à toutes ces personnes que je rencontre et que je ne salue pas, par inadvertance  ou quelque défaut de mémoire.

Devenue veuve depuis elle est revenue dans sa ville après avoir émigré dans une ville plus grande, sans doute pour retrouver un entourage plus familier. Elle n’a rien perdu de son désir très apparent de communiquer et d’échanger. Cela fait plaisir à voir mais n’est pas aussi rare que l’on pourrait le croire par les temps qui courent. Et c’est heureux !

« Tu fais toujours de la politique ? » me dit-elle. J’aime bien ce genre de question car cela me donne l’occasion de témoigner d’une certaine continuité dans mon engagement et j’éprouve quelque vanité à répondre positivement. Avec ce risque de paraître figé sur le passé, rabâcheur et privé d’imagination. Ce que des amis autant que des adversaires ne se privent sûrement pas de penser.

Les mots prennent des significations différentes au fil du temps et celui de « communiste » n’échappe pas à cette évolution qui le détache de sa véritable origine. Mais il faut faire avec et se dire qu’il doit être réhabilité et prendre la place qui lui revient auprès de ces mots qui ponctuent la marche de l’humanité : liberté, démocratie !

Quel plaisir de voir de nouveaux adhérents qui nous rejoignent parfois avec un temps de réflexion assez long, dans un contexte de lutte idéologique difficile pour nous comme pour eux. Encore plus pour eux parce que, je vais être prétentieux, il n’y a pas cette capacité d’analyse que donne nos références philosophiques et historiques et politiques.

Cette personne que je viens de rencontrer, partant de ce que lui apportent les médias mais aussi de l’expérience que lui a procuré son âge, me dit être hésitante  mais tout de même intéressée pour un vote Hamon, m’indiquant au passage que dans son association de retraités émerge le votre Le Pen. Inutile de dire que je lui rappelle ma préférence et celle des communistes pour le vote Mélenchon.

Et me voila amené à disserter sur la tentative de récupération par les libéraux du PS du vote des électeurs socialistes à la primaire de ce parti. Que l’urgence était de trouver l’Union des gauches authentiques, que si cela ne se réalisait pas ce serait catastrophique et que dans ces conditions il fallait choisir celui qui affiche des objectifs semblables à ceux des communistes.

L’aurais-je convaincue ? Peu importe elle aura entendu une vision qui n’est pas développée, ou si peu, dans une célèbre emission qu’elle me dit regarder assidument.

 

Regard sur l’actualité

Lors de ce rendez-vous hebdomadaire nous soumettons plusieurs sujets marquants de la semaine au directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, afin de recueillir ses réactions et analyses. Au sommaire de l’édition du vendredi 3 mars : le coût du capital, l’agriculture au cœur de nos vies, la justice dénigrée, la dette grecque et Maradona.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus