• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 5 août 2017

Ceux qui voudraient refaire l’histoire en l’effaçant…

Posté par jacques LAUPIES le 5 août 2017

Ce n’est pas nouveau ! Il y en a qui se tuent à vouloir effacer la mémoire des révolutions, des résistances populaires aux oppressions, des vainqueurs contre les tyrans.

Non contents de falsifier, de réviser des faits bien établis, ils s’acharnent à en effacer toute trace dans les mémoires notamment en faisant disparaître des plaques de rues.

Tarascon en Provence, puisque voici ainsi nommée notre ville, n’a pas échappé à cette tentative  et les dernières municipalités de droite, sous la pression sans doute d’électeurs qui se sont honteusement dissimulé sous la bannière de partis politiques la plupart du temps baptisés de républicains, ont parfois cédé à cette pression.

Marat a fait les frais de cette opération  révisionniste concernant la révolution française que Clémenceau disait appréhender d’un bloc contre ceux qui mettaient en opposition Danton et Robespierre. La rue Marat n’existe plus  mais fort heureusement la rue Robespierre est toujours là non loin précisément de la rue Danton et de bien d’autres évocatrice d’un passé révolutionnaire qui, bien que l’œuvre soit inachevée, témoigne de la construction de la République.

Il est vrai que notre bonne ville a été, en un temps, dépouillée de noms de rue évocateurs de l’ancien régime ou simplement de la tradition moyenâgeuse. Leur ont été substitués des noms d’hommes politiques aux attaches républicaines, socialisantes ou simplement celui d’écrivains qui ont foisonné dans les courants progressistes du dix neuvième siècle et du début du vingtième : Zola, Hugo, Anatole France, Proudhon, Blanqui, Guesdes, etc.

Nous y reviendrons à ces noms de rue évocateurs !

Les communistes résistants du bassin minier, soudain enjeu politico-urbain en Pologne

Vendredi, 4 Août, 2017
Humanite.fr
Rabiega, responsable des sections polonaises de la CGT dans le Douaisis, fut interné sous Vichy au camp disciplinaire de Vernet (Ariège) comme "indésirable"... (DR)
Rabiega, responsable des sections polonaises de la CGT dans le Douaisis, fut interné sous Vichy au camp disciplinaire de Vernet (Ariège) comme « indésirable »… (DR)

Lorsque la municipalité polonaise de Walbrzych (Basse-Silésie) a dû débaptiser certaines rues qui portaient le nom de communistes polonais passés par la France et ayant combattu le nazisme, le sang des défenseurs de la mémoire sociale des mineurs du Nord n’a fait qu’un tour…

Parmi ces « candidats » à l’effacement urbain imposé en 2016 par Varsovie au nom de l’anti-communisme, figuraient en effet trois Polonais émigrés dans les années 1920 dans le bassin minier : Bronislaw Kania, Joseph Kolorz et Tomasz Rabiega.

Kania, l’un des dirigeants du mouvement résistant FTP-MOI dans le Nord, fut guillotiné par les nazis à Douai en 1943. Kolorz, membre du comité central du PCF et brigadiste, mourut au combat en Espagne en 1938.

Rabiega, responsable des sections polonaises de la CGT dans le Douaisis, fut interné sous Vichy au camp disciplinaire de Vernet (Ariège) comme « indésirable », selon Jacques Kmieciak, président de l’association des amis d’Edward Gierek, du nom de l’ancien numéro un du parti communiste polonais des années 1970 et ancien mineur dans le Pas-de-Calais.

Ce sont des Polonais de France, rentrés après-guerre en Pologne, qui choisirent ces patronymes pour nommer des rues.

Entre 1946 et 1949, histoire méconnue, ils furent ainsi 62.000 à répondre à l’appel de leur pays, qu’il fallait repeupler (après les expulsions d’Allemands) et reconstruire. Par patriotisme ou sympathie pour le régime communiste naissant. Environ 5.000 mineurs participèrent à cette « reemigracja », notamment en Silésie.

« Les rues aux noms allemands ont été débaptisées. Walbrzych avait un stade Adolf Hitler… Ces rapatriés ont alors naturellement donné les noms de ceux qu’ils ont côtoyés, notamment de résistants ayant combattu le nazisme », raconte M. Kmieciak, expert de cette histoire.

« Francuzi »

Mais dans la Pologne actuelle du dirigeant conservateur et nationaliste Jaroslaw Kaczynski, ces noms-là sont proscrits : selon une loi de 2016, « les routes, rues, ponts, places (…) ne peuvent pas commémorer les personnes, les organisations, les événements ou les dates symbolisant le communisme ou un autre régime totalitaire ». Les villes s’exécutent donc, à contre-coeur parfois : « ce n’était ni notre initiative, ni notre intention… », insiste le porte-parole de la ville de Walbrzych.

De quoi susciter malgré tout l’ire de Bogdan Krol, 84 ans, représentant de cette petite communauté franco-polonaise de Walbrzych. « J’ai vu les Polonais lutter en France contre l’envahisseur nazi. Je me bats pour qu’on empêche de retirer le nom de ces résistants ayant donné leur vie pour notre liberté, votre liberté ! Et croyez-moi, je ne suis pas communiste ! », lance, au bout du fil, ce fils de gueule noire revenu en 1947. « C’est une grosse bêtise, il ne faut pas changer l’histoire comme ça ! », s’emporte aussi dans un délicieux français Czeslawa Wlodarczyk, 87 ans. Son père travaillait au fond à Hersin-Coupigny.

Vent debout contre ce projet, les « Francuzi » ont depuis le début de l’année récolté des informations en France sur le parcours de ces hommes, transmises ensuite à la mairie.

Leur action a trouvé écho dans le bassin minier, auprès d’un réseau de militants, élus et associatifs, ripostant via pétition et courriers au maire de Walbrzych ou à l’ambassade de Pologne. « Il importe de conserver la trace de ceux qui ont lutté pour que notre présent soit une Europe de la Paix », écrit ainsi le sénateur Dominique Watrin.

Fructueuse mobilisation : elle avait déjà permis d’épargner d’une première liste le nom de Burczykowski – père déporté à Sachsenhausen, trois fils fusillés par la Gestapo à Arras.

Trois noms ont ensuite été retirés d’une liste de 13 en conseil municipal, le 17 juillet : Kania et deux autres, passés par d’autres régions de France. Mais pas Rabiega, ni Kolorz.

Le premier, revenu en Pologne « a oeuvré en faveur du pouvoir communiste imposé par Moscou en Pologne », explique Grzegorz Waligora, expert régional de l’Institut de la mémoire nationale (IPN, enquêtant sur les « crimes contre la nation polonaise »), consulté par la ville en cas de doute. Le second était membre du bataillon Dabrowski en Espagne, composé « plus de communistes proches du Kremlin que d’anti-Franco ».

L’issue satisfait néanmoins ces porteurs de mémoire. « Demi-victoire ! », disent en choeur Jacque Kmieciak et Bogdan Krol.

Pour en savoir plus. 

Samedi 8 juillet 2017, l’autoroute 21 (A 21) a ainsi été baptisée « Autoroute de la Liberté Rabiega / Kania) à hauteur de la commune de Flers-en-Escrebieux (Nord) en présence de Alain Bruneel, député PCF, Freddy Kaczmarek, maire d’Auby, et Dominique Ben, responsable CGT.

<img alt= »Samedi 8 juillet 2017, l’autoroute 21 (A 21) a ainsi été baptisée « Autoroute de la Liberté Rabiega / Kania) à hauteur de la commune de Flers-en-Escrebieux (Nord) en présence de Alain Bruneel, député PCF, Freddy Kaczmarek, maire d’Auby, et Dominique Ben, responsable CGT.  » height= »360″ width= »640″ style= »font-size: 13.008px; line-height: 20.0063px; height: 253px; width: 450px; » data-delta= »1″ src= »https://img.humanite.fr/sites/default/files/medias/2017/08/bruneel.jpg » />

Samedi 8 juillet 2017, l’autoroute 21 (A 21) a ainsi été baptisée « Autoroute de la Liberté Rabiega / Kania) à hauteur de la commune de Flers-en-Escrebieux (Nord) en présence de Alain Bruneel, député PCF, Freddy Kaczmarek, maire d’Auby, et Dominique Ben, responsable CGT.

La mémoire résiste. Samedi 8 juillet 2017, l’autoroute 21 (A 21) a ainsi été baptisée « Autoroute de la Liberté Rabiega / Kania) à hauteur de la commune de Flers-en-Escrebieux (Nord) en présence de Alain Bruneel, député PCF, Freddy Kaczmarek, maire d’Auby, et Dominique Ben, responsable CGT.

Laurence Mauriaucourt (Avec AFP)

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus