• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 août 2017

Connaitre l’histoire pour qu’elle ne se répète pas dans ses aspects les plus horribles !

Posté par jacques LAUPIES le 9 août 2017

 

Le « Théma » de Arte était ce mardi en soirée consacrée aux bombardements  nucléaires des deux villes japonaises de Nagasaki et Hiroshima. Et en particulier au fameux procès de Tokio  qui exonéra  l’Empereur du Japon de la principale responsabilité des différentes guerres et des atrocités commises en leur nom.

Personnellement les explications et analyses formulées dans les deux documentaires ne m’ont pas étonné car, bien qu’ayant moins de 12 ans à cette époque, je lisais la presse communiste et surtout, entendait autour de moi force commentaires sur ces évènements qui mettaient plus qu’en doute  le bien fondé de l’utilisation de l’arme nucléaire par les Etas-Unis. Tout autant que la mise hors de cause de Hiro Hito dont les responsabilités ne peuvent-être éludées dans les différentes  agressions et guerres conduite par les dirigeants japonais.

Des réalités historiques qu’il est bon de connaître et qui ne font pas des dirigeants américains de l’époque nécessairement des héros libérateurs aux mains propres. A ce moment là naissait la « guerre froide » que certains de nos jours s’obstinent à considérer comme un affrontement nationaliste entre Etats Unis et URSS  hors des enjeux tels que la lutte, à l’échelle planétaire,  des classes populaires pour leur émancipation et les luttes de libérations nationales, contre le colonialisme des pays occidentaux.

De quoi faire réfléchir sur le monde actuel et en comprendre les contradictions économiques et les conflits émergeants dangereusement !

Image illustrative de l'article Hirohito

Plusieurs historiens critiquent cette décision d’exonérer l’Empereur et la famille impériale de poursuites criminelles[37]. Selon l’historien John W. Dower, « La campagne menée à bien pour absoudre l’Empereur de sa responsabilité à l’égard de la guerre ne connut pas de limite. Hirohito ne fut pas seulement présenté comme étant innocent de tout action formelle qui aurait pu le rendre susceptible d’une inculpation comme criminel de guerre, il fut transformé en une sorte d’icone sainte ne portant même aucune responsabilité morale pour la guerre »[38]. Selon Herbert P. Bix, « Les mesures réellement extraordinaires entreprises par MacArthur pour sauver Hirohito d’un jugement comme criminel de guerre eurent un impact persistant et profondément distordant dans la compréhension des Japonais à l’égard de la guerre perdue », Immédiatement à son arrivée au Japon, (le brigadier-général) Bonner Fellers se mit au travail pour protéger Hirohito du rôle qu’il avait joué pendant et à la fin de la guerre », et « permit aux principaux criminels de coordonner leur version des faits afin que l’empereur échappe à une inculpation  (source Wikipédia)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hirohito

 

Résultat d’images pour procès de tokyo

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tribunal_militaire_international_pour_l%27Extr%C3%AAme-Orient

 

Pour un monde dénucléarisé (3/5). Hibakusha, force de vie

Par Philippe Rio Président de l’AFCDRP-Maires pour la paix France, maire de Grigny
Mercredi, 9 Août, 2017
L’Humanité
En 2015, Yoshiteru Kohata, 86 ans, survivant à la bombe de Nagasaki, pose avec un portrait pris quand il était au collège. T. Hanai/Reuters<br /><br /><br />

En 2015, Yoshiteru Kohata, 86 ans, survivant à la bombe de Nagasaki, pose avec un portrait pris quand il était au collège. T. Hanai/Reuters
 

Cette semaine, Philippe Rio, président de Maires pour la paix France, tient une chronique depuis les commémorations des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki.

Mais quèsaco « Hibakusha » ? Un super-héros du dernier manga japonais ou un vénérable dignitaire spirituel shintoïste ? Rien de tout cela… Quoique.

Littéralement, c’est un survivant de la bombe atomique d’Hiroshima et de Nagasaki.

Ils et elles sont moins de 200 et ont une moyenne d’âge de 81 ans.

Les Hibakushas sont ce que les rescapés des camps d’extermination sont à l’Holocauste. Les Hibakushas sont les survivants de cet holocauste atomique. Ce sont les survivants d’une autre solution finale.

Si comparaison n’est pas raison, force est de constater des parcours communs de vie.

Victimes les uns et les autres, d’abord du déni reposant sur l’incompréhension face à une horreur encore inconnue.

Ensuite, victimes d’une relégation sociale et mémorielle,voire discriminés lorsque la page de l’après-guerre doit être vite tournée.

Ils et elles ont, par leur détermination, sans cesse œuvré à être des passeurs de mémoire. Des témoins dotés d’une force de vie remarquable.

En témoigne Mme Satsuko Matsuo, 11 ans le 9 août 1945. Seule survivante d’une famille de sept personnes. Elle décrit la lumière blanche, le boum, la pluie noire, les brûlures, l’inconnu des effets de la radiation, les cultures devenues des terrains nus. Pour finir, elle dit avec force : « Je ne veux plus voir cela. Il ne faut jamais recommencer la guerre. L’arme nucléaire est l’arme du diable. »

L’ONG Peace Boat, avec le soutien de Maires pour la paix et d’Ican France, s’arrêtera à Bordeaux le 28 septembre et permettra à des jeunes de comprendre l’histoire terrible de ces personnes, qui seront, nous l’espérons, les dernières à avoir vécu l’horreur atomique.

No more Hiroshima.

No more Nagasaki (1).

(1) Plus jamais d’Hiroshima. Plus jamais de Nagasaki.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus