• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 16 septembre 2017

Stratégie d’union : éviter l’en farinage

Posté par jacques LAUPIES le 16 septembre 2017

 

Bien que revendiquant le droit de l’erreur d’appréciation d’un évènement ou d’une stratégie en quelque domaine que ce soit et plus particulièrement en politique, il est parfois bon de rappeler ce que nous avions dit (ou écrit ce qui est bien plus vérifiable) qui a conduit à l’expérience qui nous donne raison.

La tenue régulière d’un Blog permet cela et si on a l’honnêteté de ne rien supprimer ni modifier (hors peut être en corrigeant des fautes de syntaxe ou d’orthographe) nos lecteurs peuvent juger autant de notre cohérence que parfois notre incohérence ! Sachant qu’il faut toujours situer nos prises de position dans le contexte du lieu et du temps.

A toutes ces personnes bien ou mal intentionnées qui ne cessent de me dire que le PCF est en train de se faire « rouler dans la farine » par quelque prétendant au trône de l’union populaire, nationaliste, internationaliste, « républicaniste » ou encore « patriotistique » voire « socialistique » je me sens parfois forcé de leur rappeler que très souvent j’ai prévenu et évité – comme un grand nombre de mes camarades qui n’ont pas l’heur de pouvoir toujours s’exprimer publiquement – l’en farinage  personnel.

Il va de soi que la discipline de parti, tout autant que l’ordre nécessaire dans la bataille électorale place parfois au second plan la pureté de nos intentions et comme dirait le soldat : quand l’adversaire braque son arme je tire au plus vite sur lui ! Quant à l’ami borgne qui est à mes côtés je me contente de le regarder de profil pour ne voir que l’œil  valide  (d’après une citation de Joseph Joubert en 1842)

 

Commentaire publié le 11 janvier 2016 à propos de l’attitude du député vert JV Placé, suite à la juste critique d’Olivier Dartigolles, porte parole du PCF.

DSC_0875-1

 

Pour éviter les désastres électoraux :  être nous mêmes !

Je viens de prendre connaissance de ce communiqué d’Olivier Dartigolles (porte parole du PCF). Son commentaire sur Jean Vincent Placé me surprend dans la mesure ou l’on pourrait penser qu’il y a de la part de l’ancien dirigeant des verts, un comportement nouveau dans le débat au sein de  cette gauche de la gauche où généralement, comme son parti, on tend à le classer.

Je ne voudrais pas être méchant mais dans cette « gauche de la gauche » il y a beaucoup de Placé qui lui ressemblent, à commencer par l’ancienne Secrétaire de ce Parti Cécile Duflot, d’autres qui ont atterri au Centre, d’autres qui effectivement font allégeance au PS et que sais je encore.

Alors  si l’on doit accepter de la part de ces politiques, dirigeants d’organisations dont certaines (ce n’est pas le cas des Verts) sont partie prenante du Front de Gauche, qu’ils n’aient d’autre souci que de défendre leur bannière, ce que nous ne saurions leur reprocher, nous devons  bien clarifier notre positionnement comme on dit, dans l’espace et dans le temps.

Cela doit nous inciter à une certaine distance et prudence dans nos démarches unitaires surtout au premier tour d’élections (et même, on vient de le voir, dans les mouvements populaires). S’il faut, comme cela s’est passé aux dernières élections régionales, nous confondre, quand ce n’est pas nous effacer, derrière nos alliés « potentiels »,  nous prenons un plus grand risque que de mener notre propre combat avec nos couleurs et notre spécificité.

Le jeu de la politique soumise aux ambitions personnelles où différents prétendants « aux responsabilités » s’accommodent fort bien de dénis ou de ralliements opportunistes à des idées qui ne sont pas forcément liées à leurs convictions (quand ils en ont) devient monnaie courante et contribue pour une bonne part à l’abstention aux effets désastreux,  que limite seulement l’esprit moutonnier. Ce qui vous en conviendrez n’est pas de nature à renforcer la république.

Nous devons rester hors de ces alliances prématurées que dicterait, en haut, le bon vouloir de nos partenaires et de nos dirigeants qui abonderaient dans ce sens. Le peuple français rejette de plus en plus la politique au point de faire l’amalgame entre quelques politiciens en chasse de pouvoir et prêts à la dissimulation, à la démagogie, au mensonge pour y parvenir, alors que l’immense majorité des militants et élus restent attachés à leurs convictions empreintes de volonté de servir.

Celui qui accepte, en recherchant le compromis, des alliances avec cette faune de politiciens qui viennent à la moindre occasion faire leur numéro à la télé le paiera fort cher. Alors que les communistes, parce qu’ils ont des militants protégés de ces dérives par son fonctionnement et ses règles statutaires, résistent à ces pratiques.

Je sais que l’on va m’opposer les contraintes du système électoral, notre relative faiblesse électorale, la nécessité des compromis d’union face à la droite et l’extrême droite aux sociaux libéraux du PS.

Bref l’Union s’imposerait dès le premier tour avec le risque d’une nouvelle confusion entre tous ceux qui veulent s’inscrire dans un projet de gauche, à condition que le Parti Communiste s’efface mais apporte toute sa logistique et une influence réelle mais qu’il se fait voler avec de minuscules contre parties.

Alors oui il y a l’anticommunisme qui persiste, la connotation péjorative que nos adversaires s’efforcent de donner au mot communiste lui-même. Tout cela parce que des erreurs, de graves fautes se sont produites et ont provoqué des dérives, parfois criminelles, engendrant des personnages. et des systèmes totalitaires. Nous avons à nous défendre de cela ne serait ce qu’en rappelant que le combat de classe met en confrontation d’impitoyables forces réactionnaires qui ne reculent devant rien et entrent dans la violence dès lors qu’elles sentent menacées leurs privilèges provoquant la violence pour se protéger.

Raison de plus pour ne pas fuir notre identité et notre histoire mais aussi, si nous devions concéder quoique ce soit sur ce plan, garder intact notre idéal et prendre appui sur un parti structuré et apte  à obtenir cette reconnaissance populaire, en tant que tel.

En aucune manière cela ne peut remettre en cause la nécessité de luttes sociales et électorales en prenant appui sur des rassemblements, le moment venu, avec des objectifs précis, avec d’autres forces politiques. DANS LA PLUS GRANDE CLARTE !

 

 

 

 

 

 

 

Propos de J-V. Placé : « Ce qui est insensé, c’est l’adieu à la gauche » (Olivier Dartigolles)

Panier

On le sait, la préoccupation permanente et obsessionnelle de Jean-Vincent Placé est d’être un jour appelé au gouvernement. C’est son sujet. Il y consacre beaucoup d’efforts, en attaquant son ancienne formation politique, EELV, en multipliant les offres de service auprès de F.Hollande, allant même jusqu’à défendre la déchéance de nationalité pour tous. 

Ce matin, il a voulu décrocher une flèche contre le secrétaire national du PCF coupable selon lui de promouvoir une « candidature anti-Hollande » en ajoutant  » tout cela n’a aucun sens ». 

 

Ce qui est insensé, c’est l’adieu à la gauche. 

 

Pour la République, pour plus de démocratie, plus de justice, plus de solidarité, de liberté et de fraternité, Pierre Laurent a appelé, sans verser dans la polémique, à une candidature et un projet de gauche pour 2017. Nous allons y travailler dans un esprit de très large rassemblement, en multipliant les rencontres, les échanges et les initiatives auprès de toutes celles et ceux qui partagent l’essentiel  : un état d’urgence pour reconstruire une espérance de gauche et de progrès. 

Olivier Dartigolles, Porte-parole du PCF

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus