• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 octobre 2017

Préparer un congrès : les mots ont un sens

Posté par jacques LAUPIES le 3 octobre 2017

  « ce que nous voulons : l’humain d’abord »

Le monde fou que nous avons sous les yeux est le résultat de la domination accrue du capital financier sur le monde, le produit monstrueux de deux décennies de politiques néolibérales qui ont jeté les germes d’un grave recul de civilisation.

Cette situation a été rendue possible par le dépérissement de la démocratie : dérive autoritaire des institutions, abstention de masse, vie politique censitaire, uniformité médiatique, rétrécissement du débat politique aux dogmes de la « pensée unique », institutions non élues faisant prévaloir les normes néolibérales sur la volonté des peuples…

« La meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples. » Cette vieille formule de Machiavel n’a rien perdu de son actualité. Pour secouer la tyrannie des marchés, il suffit donc que le peuple se mette en mouvement. Cela commence par chacun de nous.

 

Ce bref constat que je trouve sur le site du PCF résume très bien la situation dans laquelle nous nous trouvons et je ne pense pas que beaucoup de communistes le remettent en cause. Pas plus qu’ils ne soient en désaccord sur les propositions que nous formulons pour inverser la tendance qui est ici qualifiée de « recul de civilisation »

Quoique ce terme à une vaste signification et il me parait inapproprié dans le sujet qui nous préoccupe.

En quoi la mondialisation capitaliste peut-elle faire reculer la civilisation. Ce serait admettre qu’il y a une civilisation unique de dimension mondiale. Ce qui à mon sens est totalement faux puisque nous sommes en présence d’une humanité qui se construit à partir d’expériences et de civilisations multiples qui, a bien des égards, doivent être prises en compte dans tous leurs aspects : économique, social, politique, religieux, culturel, etc.

Dire que globalement nous sommes en recul de civilisation n’éclaire pas le débat. 

Les sociétés, quelles qu’elles soient et particulièrement la nôtre connaissent certes des reculs mais ceux-ci sont relatifs. Chacun dans son pays, en fonction de la civilisation qui l’influence et le détermine, en fait de celle que ses ancêtres et ses contemporains ont construite, peut subir des reculs mais aussi des avancées dans certains domaines, des reculs dans d’autres.

Il convient me semble-t-il de de trouver un autre dénominateur commun que celui de civilisation pour analyser la société dans laquelle on vit et construire et donc améliorer la vie dans cette société.

Ce dénominateur commun ne peut être pour moi que l’état des rapports sociaux basés sur la relation entre le travail et le capital. Mais cela vaut dans tous les pays, dans d’autres sociétés précisément soumises – en second lieu – à des civilisations données.

C’est la qu’il y a à voir les reculs ou les avancées qui ne peuvent-être dissociées des liens existants entre les pays eux-mêmes mais examinés sur la base du développement des forces productives et des freins que leur imposent des rapports sociaux inadaptés

Le frein le plus significatif est effectivement l’appropriation par une infime minorité des moyens de production (territoires compris) et d’échange qui exigent un abaissement mondialisé du coût de la force du travail, marchandise productrice de plus value et donc de richesse « accumulable »

L’effondrement du colonialisme, les conquêtes sociales dans les pays développés et durant un temps le poids des pays socialistes ont sans doute favorisé l’essor de ce que l’on baptise les civilisations mais, d’évidence, la mondialisation capitaliste sous sa forme moderne accentue la contradiction entre la socialisation du travail et la propriété des moyens de production. Cela au niveau des nations, des « blocs de nation » (Europe notamment), des états en situation de domination impérialistes (USA et dans une certaine mesure la Chine)

C’est à ce niveau que le combat est à mener pour ce qui concerne notre pays et c’est bien entendu un combat de classe dans lequel il faut se garder de parler de civilisation.

Un combat doit avoir des objectifs certes mais aussi il doit s’appuyer sur une stratégie, c’est de cela que nous essaierons de parler prochainement !

 

.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus