• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 octobre 2017

Les bourdes d’utilisation de vocabulaire inapproprié.

Posté par jacques LAUPIES le 8 octobre 2017

Sonia Nour ferait-elle partie de ces jeunes « politiques » qui, à l’image de l’un des plus célèbre d’entre eux, Président de la République, ne mesurent pas la portée de leurs petites phrases ? En ce cas les  amateurs de renouvellement des têtes qui croient que la jeunesse est porteuse d’idées nouvelles, originales et de qualité y seront pour leurs frais.

Tout simplement parce que sortent des mots inappropriés de la bouche de cette élite politique nouvelle, fut elle de gauche. Des mots qui parfois trahissent l’ambiguïté de leurs convictions !

En l’occurrence l’utilisation du mot « martyr » sans précaution, même pas celle des guillemets, pour qualifier des terroristes fait passer l’intention de défendre la cause féminine au second plan. Se trouve ainsi posée la question du statut de « combattant » du terroriste : assassin, criminel ou simplement soldat ?

On peut comprendre que la plupart des hommes ou femmes politiques concernés par l’engagement à leur côté de la « fautive » ait été saisis d’une réaction très critique  Il pourrait en effet paraître irresponsable, dès lors que la « bourde » a été commise, de se taire face à tous ceux qui s’en font des gorges chaudes.

Pour autant on n’a pas répondu à la manière dont on doit qualifier des personnages  qui au fond ne sont que des fanatiques mais surtout pas des martyrs.

Quant à Sonia Nour il conviendrait qu’elle reconnaisse que sa formulation  était hasardeuse et pour le moins une erreur !

Elle se différencierait de cette pléiade de personnage qui n’ont aucune raison de revenir sur des mots ou expressions dont on ne nous fera pas croire qu’ils ne les utilisent pas en connaissance de cause ! Vous voyez de qui je peux parler en ce temps ou on ne sait plus tourner sa langue sept fois dans sa bouche…

Ce qui est extrêmement grave quand on représente un courant de pensée et à fortiori l’état d’une nation !

 

 

Paru dans « Le Monde »

L’affaire Sonia Nour, révélatrice du malaise dans la gauche militante

C’est un message sur Facebook qui a tout déclenché. Lundi 2 octobre, au lendemain de l’attentat de la gare Saint-Charles, à Marseille, où Ahmed Hanachi a tué deux jeunes filles de 20 ans à coups de couteau, Sonia Nour, collaboratrice à la mairie (PCF) de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) a écrit : « Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla… Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours on l’entend moins votre grande gueule. »

Très vite, Gilles Poux, le maire de la ville, a estimé que l’ancienne membre de la direction de l’UNEF – elle faisait partie du bureau national au début des années 2010 – avait dépassé la ligne rouge. Il a condamné le message et suspendu Mme Nour de ses fonctions. « Ces propos qui minimisent et banalisent des actes de terrorisme d’une sauvagerie inouïe ne méritent que la condamnation », a écrit l’édile. Marie-George Buffet, députée PCF de Seine-Saint-Denis, a aussi critiqué les propos de Sonia Nour dans un message publié sur Facebook, avant de le retirer.

« Sous la pression de la fachosphère »

Mme Nour a par la suite essayé de se justifier, en affirmant qu’elle voulait dénoncer les violences faites aux femmes. Sans vraiment convaincre : « En France, nous avons l’équivalent d’un Bataclan [89 morts sur les 130 victimes des attentats du 13 novembre 2015] chaque année pour les femmes. Meurtres de masse par étranglement, coups, coup de fusil, poignard… par des hommes. En quoi le crime dit “islamiste” serait plus atroce que le crime de femmes par leur conjoint ou ex… ? » Elle prend soin de préciser également que « le mot martyr ne veut pas dire “le juste” » et qu’elle l’emploie « dans le sens psychanalytique du terme ».

Lire aussi l’enquête :   Le lent délitement de la maison UNEF

Plusieurs personnes sont venues à la rescousse de Sonia Nour. Parmi elles, des anciens camarades de l’UNEF qui dénoncent une « cabale ». Ils rappellent l’engagement de Mme Nour contre « les systèmes de domination en faisant un lien utile et nécessaire entre classe, race et genre ».

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus