• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Contre le démantèlement du rail : Les communistes de Tarascon soutiennent la position de ceux de Miramas

Contre le démantèlement du rail : Les communistes de Tarascon soutiennent la position de ceux de Miramas

Posté par jacques LAUPIES le 11 octobre 2017

Les cheminots de Tarascon et la population sont évidemment concernés par ces atteintes successives au réseau ferroviaire. Notre Section locale du PCF souscrit totalement à l’alerte que nous transmets la Section PCF de Miramas.
D’autres menaces pèsent sur l’avenir économique de notre région. A Tarascon ne parle-t-on pas de « fermer » l’usine de Fibre Excellence au prétexte que les pouvoirs publics ne soutiendraient pas les aménagements nécessaires pour combatte les nuisance de cette entreprise.
Décidément il est grand temps que non seulement agissent les organisations syndicales mais avec elles toute la population. Ce qui implique également de prendre position sur le plan politique.
NOUS SOMMES A CE JOUR ORGANISATION ET ELUS LES SEULS A LE FAIRE. C’EST TOUT A NOTRE HONNEUR MAIS POUR L’EFFICACITE LES TRAVAILLEURS LES PLUS CONSCIENTS DOIVENT SE JOINDRE A NOUS.
Il ne suffit pas de pleurnicher dans son coin quand tombe le chômage et sombre le service public ! Il faut se battre ET SE DOTER d’un Parti fort pour cela.
Fermeture brutale du triage SNCF de Nimes !
Qu’en est il pour celui de Miramas ?
 
bonjour 
 
Vous trouverez ci joint une expression concernant le Triage de Miramas, notre voisin de Nimes est dans la tourmente; Celui de Miramas préocupant ! 
 
Le gouvernement organise en ce moment les assises de la mobilité pour lutter contre les bouchons, le réchauffement climatique, la pollution…. et dans le meme temps les Wagons Fret SNCF sont remplacés par des camions…. 
 
Pour le Collectif des Cheminots
marcel Almero
 
La section du Parti Communiste
MIRAMAS
Gaetan Fernandez1
Publié par la Section PCF de Miramas
La Direction SNCF vient d’annoncer la fermeture totale et définitive du triage SNCF de Nîmes à compter du 12 déc. 2017 ! Ce sont 100 emplois de cheminots qui sont menacés, un coup dur pour nos voisins gardois. L’Etat et la Direction SNCF sacrifient l’emploi et le Service Public Ferroviaire: un drame économique, environnemental et sécuritaire. Cette situation va contraindre les entreprises utilisatrices du ferroviaire à se tourner vers la route augmentant le nombre de camions ou à délocaliser leur production.
200 cheminots manifestent à Miramas contre la fermeture du Triage de Nîmes avec la CGT En France il ne reste plus que 5 triages à « la gravité », les plus performant, ils sont en fin de vie et dépérissent ! Sur Miramas, les installations sont vieillissantes et nécessite un investissement conséquent, une remise à niveau pour continuer à produire, à trier les wagons en qualité et en sécurité.
*C’est quotidiennement que les services d’entretien interviennent pour maintenir le fonctionnement du Triage. Selon la CGT, 2 installations sur 6 de « freinage automatique » sont condamnées, amputant la capacité de tri de 20% ! Selon les 1ères estimations de la direction SNCF, la réfection complète du triage couterait entre 17 et 19 Millions d’€. La Direction SNCF y réfléchit mais ne veut pas investir ! En mars dernier, lors d’un débat public organisé à Miramas par les Cheminots Communistes, Sylvie Charles, Directrice générale du transport ferroviaire de marchandises à la SNCF, a affirmé que « Miramas était un élément essentiel pour le développement de Fret SNCF sur notre territoire, et même en Europe » on n’en demandait pas tant !
Pour autant, sans une intervention « citoyenne » il est à craindre que Fret SNCF veuille réduire son utilisation (c’est à dire une rénovation partielle des capacités de triage), voire arrêter carrément l’activité ! LA FERMETURE DU TRIAGE DE MIRAMAS SERAIT DRAMATIQUE SUR LE PLAN : ECONOMIQUE : le développement de l’industrie et du Port de Marseille serait grandement péjoré. ECOLOGIQUE : nos concitoyens subiraient encore plus les nuisances des camions, bouchons, et accidents en sachant que la Métropole Marseillaise détient le « pompon des villes » les plus polluées, les plus congestionnées… SOCIAL : 200 emplois de Cheminots seraient directement menacés, sans compter les emplois indirects.
Il faut dégager des moyens financiers pour rénover, moderniser et développer le réseau ferré et les triages de Fret. A plusieurs occasions les collectivités locales (ville de Miramas, Département), Organisations Syndicales, associations, chargeurs, GPMM, CCI… ont reconnu ou admis l’importance incontournable du Fret ferroviaire et du Triage de Miramas. Il faut aujourd’hui dépasser les constats, les déclarations d’intentions.
Face à ce constat accablant, le député PCF des Bouches du Rhône Pierre Dharreville a saisi le gouvernement par une question à l’Assemblée Nationale sur la situation du Triage de Miramas et relancé le Préfet sur l’urgence d’organiser une table ronde sur l’avenir du Triage de Miramas en lien avec l’activité portuaire et industrielle comme l’ont demandé dans une lettre commune,
Jean Marc Coppola Conseiller Municipal de Marseille et Frédéric Vigouroux Maire de Miramas.Cette table ronde doit se tenir sans attendre, Le Fret Ferroviaire et le Triage de Miramas sont à un seuil critique, il y a urgence à intervenir pour préserver l’avenir et pour mettre en oeuvre une autre politique des transports.
Selon le président démissionnaire de SNCF Réseau « il y a un sujet plus grave que la situation financière de la SNCF : c’est l’état dégradé du réseau ferroviaire français… un patrimoine national en danger, non pas les lignes TGV mais les 20.000 à 25.000 kilomètres de lignes les plus circulées (sur 30.000 km), qui, pendant 30 ans, n’ont pas bénéficié des investissements de renouvellement requis ». Des aveux tardifs, mais tout est dit !
Quand nous arrivons à un âge moyen des voies SNCF de 33 ans, soit le double de l’Allemagne ! Nous pouvons dire, sans surenchère, que le Réseau Ferré Français arrive à un seuil critique ! Pour assurer la sécurité, la direction SNCF baisse la vitesse de circulation des trains. Cela représente 4.000 kilomètres de voies où la circulation doit être ralentie c’est-à-dire trois fois plus qu’il y a cinq ans. L’image ci-contre est saisissante, un Cimetière de locomotives réformés à perte de vue, dont des dizaines en état de rouler, dans la gare de triage de Sotteville-lès-Rouen.
Les cheminots dénoncent depuis 2015 un gaspillage organisé d’argent public. L’État actionnaire ne fait rien et favorise la route, les camions !
Le 9 Oct-2017
COLLECTIF DES CHEMINOTS
SECTION DE MIRAMAS

 

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus