Tu me fends le coeur

Posté par jacques LAUPIES le 15 novembre 2017

 

L’un de mes meilleurs amis et ancien camarade de travail me faisait part il y a deux jours de sa sympathie pour Macron.

Ce qui était intéressant dans son propos est, que pour justifier cette confiance alors qu’il avait été de tous les combats que j’avais pu mener avec lui et d’autres camarades, tous syndiqués à la CGT – eh oui cela fut avec plus de 85 % de voix aux élections professionnelles – il m’a étalé tous les arguments matraqués dans les médias par journalistes et autres intervenants, soutiens plus ou moins affichés de Macron.

Tout y est passé : le poids de la dette, l’idée selon laquelle  le Président incarne une tentative de renouveau (parlons en : le renouveau réactionnaire et droitier,  oui en effet mais mon interlocuteur ne parle pas de celui là) Jusqu’à croire que sa générosité irait jusqu’à renoncer à l’augmentation de la CSG alors que l’initiative incombe au Sénat lequel n’a que le pouvoir d’interpeller l’assemblée nationale pour cela !

Bref mon excellent Camarade de lutte semble avoir tout oublié sauf peut être que le syndicat n’a pu obtenir de le placer dans une durée de carrière suffisante pour optimiser sa retraite.

Si je raconte cela ce n’est pas pour l’accabler mais simplement pour lui recommander de ne pas attendre de bons résultats du successeur de Hollande et de Sarkozy, et les présidents précédents qui ont comme lui entonné le refrain du patronat : donnez nous l’argent public pris dans la poche des pauvres et en l’occurrence des moins pauvres !

Comme disait César à Panisse je dirai à mon copain : « tu me fends le cœur »

 

CSG, le Sénat vote contre la hausse de 1,7 point sur les retraites

 

Daniel Roucous avec AFP et Public Sénat
Jeudi, 9 Novembre, 2017

Le Sénat a voté mercredi soir la suppression de la hausse de 1,7 point de la CSG sur les retraites. Que vont décider les députés qui ont le dernier mot ?

Adopté la semaine dernière par les députés qui ont acté la hausse de la CSG pour tout le monde notre article CSG-la-commission-des-affaires-sociales-vote-pour-la-hausse-de-1,7 points le budget de la Sécurité sociale (projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018) est actuellement en examen au Sénat.

Il a été adopté en 1ère lecture, avant son retour à l’Assemblée nationale – navette parlementaire - sauf l’augmentation de 1,7 point sur les retraites.

Explication du  rapporteur général du budget de la Sécu au Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe sur Public Sénat : « Ça paraît injuste de relever la CSG de 1,7 point pour les retraités, (…) alors qu’ils n’ont pas de compensation. Dans le dispositif, les actifs sont compensés par la baisse des cotisations salariales, à la fois maladie et chômage. Il y a des mesures qui ne sont pas très cohérentes. C’est au nom de la cohérence que j’ai porté cet amendement, demandant au gouvernement de revoir un peu sa copie ».

Dans un communiqué (AFP du 8 novembre 2017), la commission des affaires sociales du Sénat souligne que « la hausse de la CSG représenterait 4,5 milliards de prélèvements supplémentaires sur les retraités, alors que la seule compensation envisagée par le gouvernement réside dans une exonération de taxe d’habitation dont tous ne bénéficieront pas et qui ne représente que 3 milliards pour l’ensemble de la population. »  

Question : les députés vont-ils acter le vote de la suppression de la hausse de la CSG sur les retraites décidée par les sénateurs ? Car c’est eux qui auront le dernier mot.

En lien

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus