• Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 décembre 2017

Tout le monde en prend pour son grade !

Posté par jacques LAUPIES le 30 décembre 2017

DSC_0783-1 DSC_0779-1

Deux spécimens de la pensée unique sous son aspect le plus réactionnaire

 

Ce soir je ne vous ferai pas le commentaire traditionnel sur le thème la bourgeoisie fait son beurre.

Même la télé vous le dit en appelant au secours économistes de son camp et journalistes du système. Mais évidemment ils ont beau triturer les chiffres, créditer le gouvernement de bonne volonté, vanter le mérite du Président nouveau  qui tient ses promesses électorales, expliquer en long et en large que la reprise est là en forçant un peu leur « conviction » pour nous rassurer.

Bien évidemment, pour les plus réalistes, on ne se mouille pas trop mais l’inquiétude les fait transpirer. Les mots « bulle » « crack » sont souvent prononcés. La plupart des français n’y comprennent rien, comme moi, mais évidemment ils commencent à faire leur compte, d’autant que pour certains avec les fêtes, la bourse se vide et les rentrées diminuent.

Rien de dramatique, pour le retraité que je suis : 36.61 € de moins par mois (CSG) sauf que sur un an cela fait 440 €.

Une paille comme disait l’autre. Si j’y ajoute les augmentations programmées des factures d’électricité, de téléphone, des assurances, des impôts, et tout le reste (nourriture et entretien, aides et soutiens divers, essence, Mutuelle, etc.)

Pour les actifs, ils attendront un peu pour bénéficier des allègements de cotisations. Mais par contre ils ne tarderont pas à subir les conséquences des restrictions budgétaires concernant les collectivités locales, comme la plupart des citoyens dans nos villes.

Un certain nombre d’entre tous ont voté pour LREM. Il faudra un certain temps pour que leur érosion provoque un séisme   du type « effondrement de l’électorat PS en 2017″ d’autant que c’est la mobilisation médiatique générale qui maintient à flot le sous-marin de la finance, ses « jeunes bourgeois dont la « révolte » comme a écrit Romain Gary, « est condamnée au canular  ou au fascisme.

Ici où la certains se plaignent de l’indifférence et de la mollesse des français qui ne bougent pas et bien que largement majoritaires à désavouer la politique antisociale du pouvoir, s’installent dans la routine. Mais un certain Emile de Girardin * ne disait-il pas : « La routine, cette préface des révolutions »

(*) https://fr.wikipedia.org/wiki/Émile_de_Girardin#Combats_et_idées_politiques

 

Fortunes. La valse des milliards du gotha mondial

Clotilde Mathieu
Vendredi, 29 Décembre, 2017
L’Humanité
Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, est devenu l’homme le plus riche du monde avec 83/milliards d’euros. M. Applton/The New York Times/REA<br /><br /><br /><br /><br />

Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, est devenu l’homme le plus riche du monde avec 83/milliards d’euros. M. Applton/The New York Times/REA
 

Bloomberg a publié son classement des 500 plus grosses fortunes mondiales, lesquelles ont progressé de 23 % en un an. Le patron d’Amazon s’élève à la première place.

Elles se sont particulièrement gavées cette année. Les 500 personnes les plus riches du monde ont accumulé pas moins 1 000 milliards de dollars (838 milliards d’euros) en 2017. Selon Bloomberg, leur fortune a progressé de 23 % pour s’élever à 5 300 milliards de dollars (4 442 milliards d’euros), soit environ deux fois la richesse produite en France en une année… Des chiffres qui donnent la nausée. Quand il faudrait seulement 30 milliards de dollars (25,1 milliards d’euros) chaque année pour éradiquer la faim dans le monde, selon les calculs des Nations unies.

En haut du podium, le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, est devenu l’homme le plus riche du monde, avec une fortune de 99,6 milliards de dollars (83 milliards d’euros). Un patrimoine colossal qui a progressé de 34,2 milliards de dollars (29 milliards d’euros) en 2017. De telle sorte que, chaque minute, le milliardaire du e-commerce gagne 65 000 dollars (54 482 euros). Et ce grâce à l’envolée des marchés et du cours d’Amazon (dont il détient 16,4 %), lequel a bondi de 57 % cette année, mais aussi à celle des actions qu’il possède dans Uber et Airbnb. L’insolence ne s’arrête pas là. En juin dernier, l’expert de l’évasion fiscale avait demandé sur Twitter de l’aide, après avoir vendu pour près de 1 milliard de dollars d’actions d’Amazon, pour trouver des moyens de dépenser sa fortune.

L’envolée des Bourses mondiales a fortement accru le patrimoine des actionnaires

À l’instar de Jeff Bezos, les 57 milliardaires du secteur des technologies figurant dans le classement, particulièrement à la fête cette année, ont vu leur fortune grimper de 35 %, empochant à eux tous la modique somme de 262 milliards de dollars (219 milliards d’euros) de plus en un an. Ainsi, avec un pactole de 22,6 milliards de dollars (19 milliards d’euros) pour 2017, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, reste à la 5e place du palmarès.

L’envolée des Bourses mondiales a fortement accru le patrimoine des actionnaires des grandes entreprises. C’est le cas des trois Français présents dans le top 30 des plus grandes fortunes mondiales. Avec 62,6 milliards de dollars (52,4 milliards d’euros), Bernard Arnault, propriétaire de LVMH, est 6e, devant Françoise Bettencourt-Meyer, héritière du groupe L’Oréal, qui, depuis le décès de Liliane Bettencourt, a fait son entrée à la 18e place. Suit François Pinault (Kering), qui se hisse sur la 30e marche. Ils sont en tout 13 super-riches hexagonaux à faire partie du club des « 500 », amoncelant une fortune de plus de 200 milliards de dollars (170 milliards d’euros). Seuls 58 parmi ces 500 ont vu leur fortune rétrécir, pour un montant total de 46 milliards de dollars (39 milliards d’euros) en totalité. Le Français Patrick Drahi, patron d’Altice-SFR, est un des « losers ». Il a perdu près de 39 % de sa richesse depuis que son empire, construit sur une montagne de dettes, s’effrite.

« Tout va très bien pour les riches, nous n’avons jamais été aussi prospères… »

Au-delà des aléas individuels, cette orgie des fortunes confirme la tendance observée depuis la fin des années 1980. À savoir que les 1 % les plus riches ont profité deux fois plus de la croissance des revenus que les 50 % les plus pauvres. Et pour ceux qui sont entre les deux (les classes moyennes, pour faire simple), les revenus ont soit stagné, soit baissé, explique le rapport mondial sur les inégalités publié à la mi-décembre et réalisé par plus d’une centaine d’économistes. 3,5 milliards d’individus (la moitié de la population mondiale) gagnent 9 % des revenus dans le monde, soit 267 euros par mois et par personne en moyenne. Le rapport souligne que les inégalités de revenus ont augmenté rapidement en Chine, en Russie et aux États-Unis, les pays qui comptent le plus de milliardaires. Soit 159 pour les États-Unis, leur fortune ayant augmenté de 315 milliards de dollars (264 milliards d’euros). La Chine compte 38 milliardaires, qui ont encaissé 177 milliards de dollars (148 milliards d’euros) de plus en 2017, le premier d’entre eux étant Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, qui détient 45,5 milliards de dollars (38 milliards d’euros) d’actions. Quant à la Russie, elle en compte 27.

Jusqu’ici, rien ne change. Et la phrase célèbre de Warren Buffett, deuxième fortune mondiale, résonne on ne peut plus en cette fin d’année : « Tout va très bien pour les riches, nous n’avons jamais été aussi prospères. C’est une guerre de classes, et c’est ma classe qui est en train de gagner. »

Les treize plus grosses fortunes françaises

La France compte 13 noms dans le top 500 des fortunes mondiales de Bloomberg. Outre les trois premiers (Bernard Arnault, Françoise Bettencourt-Meyers et François Pinault, voir ci-contre), figurent dans le classement : Serge Dassault (39e, 18,3 milliards d’euros), Alain Wertheimer (103e, 10,6 milliards), Gérard Wertheimer (104e, 10,6 milliards), Xavier Niel (189e, 6,9 milliards), Emmanuel Besnier (196e, 6,7 milliards), Patrick Drahi (261e, 5,3 milliards), Vincent Bolloré (270e, 5,2 milliards), Pierre Bellon (317e, 4,8 milliards), Alain Mérieux (355e, 4,4 milliards) et Jacques Saadé (441e, 3,7 milliards).

Journaliste à la rubrique social-économie

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus