• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 1 février 2018

PCF : se réapproprier son électorat ?

Posté par jacques LAUPIES le 1 février 2018

DSC_0560-1

sortir de l’ombre

Si Mélenchon a à se plaindre de l’inefficacité des « rassembleurs de gauche » il n’est pas le seul, sauf que personnellement j’estime qu’il en a bien profité et que ceux qui ont le plus à se plaindre des mauvais résultats  qu’obtiennent  les candidats qui brandissent l’étendard de ces unions de circonstances, devraient être les communistes.

Je crois l’avoir déjà déclaré dans ce blog : je suis profondément pour l’Union, elle est incontournable , mais il y a un temps pour cela et un temps et des conditions pour la préparer et la rendre crédible aux yeux des électeurs.

Dans le premier temps il importe de bien expliquer, de convaincre ces électeurs que la victoire avec un contenu « honorable » passe par une Parti Communiste plus fort, mieux soutenu dans ses initiatives et électoralement, qui implique également leur propre vigilance tant sur les offres politiques que sur les stratégies que leur propose ce parti. D’ou évidemment la nécessité d’apparaitre et d’être bien identifié en tant que parti. 

Je prendrai un seul exemple : localement le candidat Mélenchon atteint les 20 % au premier tour de la présidentielle. La part et la contribution du PCF dans ce résultat est certainement prépondérante mais quelles conclusions vont en retirer les électeurs qui soit ont adulé le candidat de la France insoumise, soit le rendent responsable de l’échec pour avoir joué perso.

Un tel comportement à gauche n’est pas très responsable ni éclairant et le PCF  ne doit pas se perdre dans ce genre de marécage. Il doit s’en extraire !

Ce n’est pas avoir un esprit de boutique que de dire cela mais bien une indispensable démarche d’efficacité de parti portant les intérêts des classes victimes d’une infime minorité disposant sans que cela bien entendu apparaisse clairement; de tous les pouvoirs : économiques, politiques et médiatiques.

Osons le dire c’est aussi une démarche patriotique et internationaliste ! 

 

Législatives partielles : Mélenchon fustige le rassemblement à gauche

 

Julia Hamlaoui
Mercredi, 31 Janvier, 2018
Humanite.fr
À nouveau dans le viseur du fondateur de la France insoumise : la « tambouille » et le « rassemblement » à gauche. Photo : Stéphane Mahé/Reuters

À nouveau dans le viseur du fondateur de la France insoumise : la « tambouille » et le « rassemblement » à gauche. Photo : Stéphane Mahé/Reuters

Le député France insoumise estime sur son blog que « dans une élection nationale, ‘‘la gauche rassemblée’’ est un étouffoir, un brise lame, un tue la joie ». Une analyse à géométrie variable.

Jean-Luc Mélenchon a livré dans une note de blog mardi ses conclusions quant aux résultats du premier tour des deux législatives partielles du week-end dernier qui verront s’affronter au second tour « Les Républicains » et LREM. À nouveau dans le viseur du fondateur de la France insoumise : la « tambouille » et le « rassemblement » à gauche. « Ce résultat fonctionne donc comme un message clair : « dans une élection nationale,  »la gauche rassemblée » est un étouffoir, un brise lame, un tue la joie », fustige le député qui détaille la comparaison entre les deux élections. « Le vote LFI n’est pas encore (le) débouché positif évident (à la ‘’grève civique’’, NDLR), reconnait-il. Mais le défi stratégique est là. Car la vérité s’impose dans la comparaison entre le résultat de Belfort moins bon que celui du Val-d’Oise ». Et d’accuser le soutien du MRC et du PCF à la candidature insoumise à Belfort d’être à l’origine du différentiel : « À Belfort la tonalité « gauche rassemblée » était revendiquée par le MRC qui nous soutenait sur ce thème. Il a fonctionné comme un rayon paralysant, gelant en partie les votes dégagistes que nous devions mobiliser. Dans le Val-d’Oise, c’est le contraire. Chacun allait chacun pour soi. Pas de tambouille. Ce fut un facteur entraînant », analyse-t-il ajoutant que « ‘’la gauche rassemblée’’ surchargeait notre barque des contentieux entre partis de ‘’l’union de la gauche‘’ qui se sont sévèrement entretués aux dernières municipales » et que « le MRC qui soutenait (FI) était l’ancien candidat commun du PS, du MRC et de EELV ».

Cette analyse du rassemblement de la gauche, dont Jean-Luc Mélenchon est coutumier, semble pourtant à géométrie variable. « Si Emmanuel Maurel gagne (l’élection à la tête du Parti socialiste, NDLR), ça change l’orientation du PS et ça poserait la question d’un travail commun », a déclaré lundi, selon l’AFP, Manuel Bompard, coordinateur de l’équipe opérationnelle de la France insoumise. En décembre déjà, un rapprochement avec Génération.s pour les prochaines européennes était envisagé. « (Benoît Hamon) semble avoir évolué dans le bon sens sur la question européenne. S’il confirme ces intentions-là et s’il y a un accord sur cette stratégie d’un rapport de forces européen, oui, bien sûr, je pense que (des listes communes), ça peut être le cas», avait alors déclaré Manuel Bompard.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus