• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 2 février 2018

Gauche européenne : rien ne va plus ?

Posté par jacques LAUPIES le 2 février 2018

 

 

 

Présidents du PGE

 

 

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_de_la_gauche_européenne

Il y a évidemment de quoi être surpris de voir le parti de Mélenchon demander l’exclusion de celui de celui d’Alexis Tsipras à moins d’être dans les secrets des intentions des dirigeants qui hier adulaient le premier ministre grec. Allant même jusqu’à se référer à ce parti grec pour mobiliser les citoyens français pendant la campagne des présidentielles.

Comme je l’indiquais hier à propos des propos de Mélenchon sur les rassemblements électoraux de la gauche française, le terrain politique à gauche devient marécageux. Et bien entendu il a dans une certaine mesure des incidences à l’échelle européenne.

Mais que je sache le PGE dans lequel se trouve rassemblés des partis communistes et progressistes européens doit avoir pour première qualité de les rassembler sur la base de certaines « valeurs de gauche », donc d’engagements visant à combattre le libéralisme européen et à défendre en fonction des réalités nationales ceux qui en sont victimes.

On peut certes trouver aberrant que Syriza aille jusqu’à vouloir limiter le droit de grève en Grèce et j’en serais le premier navré. Cela étant, la sanction de l’exclusion  parait un peu forte et il vaudrait mieux lui substituer un débat de fond sur les risques de certaines pratiques social démocrates à l’échelle européenne qui ne facilitent pas la tâche de ceux qui prétendent aux « révolutions citoyennes » appellation elle-même manquant de clarté et un peu fourre tout.

A ce sujet précisément pourquoi ne pas parler de « révolutions prolétarienne », cela aurait l’avantage de « cadrer » une petite bourgeoisie polluante à gauche ! Mais je m’égare d’autant qu’il faudrait analyser avec précision cette classe qui comporte nombre d’intellectuels exclus socialement dont la sincérité n’est pas à mettre en doute mais qui de fait se trouvent parfois bien loin de ceux qu’ils prétendent défendre. Cela est une autre affaire…

Une question à débattre en Congrès !

 

Le PG demande l’exclusion de Syriza du Parti de la gauche européenne

 

Mercredi, 31 Janvier, 2018
Humanite.fr
 
Le Parti de gauche (PG) a demandé mercredi l’exclusion de Syriza, formation politique d’Alexis Tsipras, du Parti de la gauche européenne (PGE), qui rassemble plusieurs organisations nationales du Vieux continent.
« Pour le PG, comme sans nul doute beaucoup d’autres partis du PGE, il est en effet devenu impossible de côtoyer, dans un même mouvement, Syriza d’Alexis Tsipras », a fait savoir le Parti de gauche dans un communiqué. Il déplore notamment que le Premier ministre grec pousse «sa logique austéritaire jusqu’à limiter le droit de grève, répondant ainsi toujours plus servilement au diktat de la commission européenne».
 
Une demande d’exclusion qui n’a pas plu au président du PGE, Gregor Gysi : « Critiquer la gouvernance de Syriza en Grèce est légitime et les opinions à ce sujet diffèrent également parmi la Gauche Européenne. Mais la politique gouvernementale de Syriza est en grande partie marquée par le chantage de la troïka et du Gouvernement Allemand », fait valoir le Président du PGE. « Notre force est de s’organiser de la manière la plus large possible, d’admettre tous conflits, de promouvoir des débats, et non des expulsions. Si cette voie était choisie, le Parti de la gauche européenne n’en sortirait pas grandi, mais au contraire, en serait nettement amoindri lors des élections européennes de 2019 », assure-t-il.
 
Anne Sabourin, responsable des questions européennes au PCF et membre du secrétariat PGE, a jugé la demande d’exclusion « ridicule sur la forme et sur le fond ». « On est à un moment où face au macronisme européen et à la montée des extrêmes droites, il faut unir des forces de gauche radicale qui sont différentes, ont des politiques nationales et des cultures différentes », a-t-elle expliqué. Pour la responsable communiste, « le Parti de gauche cherche un prétexte pour couper les ponts. Derrière la demande de clarté, il y a de l’enfumage pour cacher des buts autres », avance-t-elle.

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus