• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 février 2018

Strategie : d’abord l’outil qu’est le Parti et le renforcement de son influence !

Posté par jacques LAUPIES le 13 février 2018

 

Je n’ai pas entendu ce qui s’est dit à ce Conseil National mais j’imagine quel a été le débat et je suppose que les désaccords sur la stratégie passée dont le bilan est plutôt négatif n’ont pas du manquer de se manifester.

Ce qui me rassure est que les communistes débattent et se demandent, pour certains un peu tardivement, si le fait de nous en être remis à un Mélenchon et quelques uns de ses conseillers qui n’ont pas vraiment joué le jeu du rassemblement, n’a pas été une erreur historique, autant en 2012 qu’en 2017.

Le poids des directions sortantes a certainement contribué à ce que soit majoritaire les partisans de cette candidature qui n’a cessé de marquer ses distances (et je modère mon propos) d’avec des communistes qui le soutenaient bec et ongle malgré des doutes évidents gardés au fond de leur conviction.

Au mieux on peut affirmer deux conception – avec chacune ses variantes – s’affrontent à égalité. On pourrait très bien dire : c’est du passé on s’est trompé et reprenons nous, retrouvons notre identité et notre présence dans les combats électoraux et autres.

On peut également considérer que la société s’est transformée économiquement (adaptation du capitalisme et mondialisation) socialement (modifications des composantes « prolétariennes ») culturellement (par pression médiatique et apparition des nouvelles technologies de communication) mais une chose est certaine  la lutte des classes demeure et on ne la mène pas sans une organisation, fut elle réduite, se diluant à tous les niveaux avec des organisations issues de couches sociales par essence fluctuantes (si j’osais je dirais « le cul entre deux chaises »)

Je parle évidemment du combat idéologique, politique et social. Ce que les couches populaires désirent, qu’il s’agisse de la classe ouvrière, des salariés modestes et « moyens » et de cette multitude installée par nos dirigeant dans la précarité, le chômage et l’assistanat, c’est une parole forte, claire, radicale, généralisée.

Les propositions fortes existent en grande partie émanant du PCF. Mais l’activité de ce parti s’est considérablement affaiblie. Faisons de lui un outil efficace, pénétrant la société, expliquons nos bases théoriques que confirme l’état actuel de notre pays et du monde entier.

Rajeunissons le mais apportons à la jeunesse qui le rejoint non seulement le discours du jour mais celui de toute une culture communiste qui leur permette de mieux appréhender la réalité et les contradictions essentielles qu’elle porte ! 

A propos de la jeunesse…

La jeunesse comme toute les autres catégories d’âge ne saurait agir sans que nous apportions des réponses précises à ses préoccupations, faisant apparaître que sans leur engagement dans le combat de classe, rien ne se fera à leur avantage mais seulement à celui de la classe dominante. Les projets concernant l’apprentissage en sont une démonstration car ils visent à élaborer une force de travail dans la seule logique patronale

 

Résultat d’images pour rodin

Œuvre de Rodin : une main sur la tête, l’autre le poing serré, tout un symbole par delà la beauté…

C’est bien pourquoi ils doivent s’engager dans la lutte pour la défense de leurs droits mais plus généralement dans la lutte pour transformer la société.

 

Gauche. Le PCF parle de stratégie

Julia Hamlaoui
Lundi, 12 Février, 2018
L’Humanité
Photo : Patrick Nussbaum

Photo : Patrick Nussbaum

Après un Conseil national, le débat est ouvert localement sur la démarche et les alliances du parti, dans la perspective de son congrès.

Après ses états généraux du progrès social, la semaine précédente, le PCF est entré dans le dur, ce week-end, avec un Conseil national. Lancée autour de cinq chantiers (l’état des lieux de la société française, la démarche stratégique, les luttes et le sens du combat communiste, la transformation du parti et l’élection européenne), la préparation de son congrès qui doit se tenir en novembre est appelée à se décliner localement, avant l’écriture d’un texte d’orientation en juin prochain. La commission qui aura la charge de sa rédaction a vu, ce samedi, son élection différée. La question stratégique a occupé une bonne place dans les échanges de ce week-end, le parti ayant été secoué par un vote serré pour le choix de son dernier candidat à la présidentielle, par les bouleversements du paysage politique et les relations tendues avec la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Si la question du bilan des décisions récentes a été pointée à plusieurs reprises, « ce débat ne se réduit pas au bilan de nos expériences d’alliances électorales, a insisté Pierre ­Laurent, le secrétaire national du PCF. Il doit d’abord porter sur ce qu’est une stratégie de dépassement du capitalisme dans la France d’aujourd’hui ». Plusieurs pistes sont ouvertes dans un document mis à disposition des adhérents, notamment l’idée que c’est à partir des luttes concrètes que peut « advenir une société nouvelle d’égalité et de partage des richesses, des savoirs et des pouvoirs ». Une dimension qui pourrait avoir des conséquences sur l’organisation même du PCF avec la possibilité soumise au débat de l’organisation de « réseaux de batailles » thématiques.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus