• Visiteurs

    Il y a 6 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • mars 2018
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 6 mars 2018

1 – Vous vous êtes bien regardés ?

Posté par jacques LAUPIES le 6 mars 2018

C’et ce que j’ai envie de dire à des tas  de gens qui m’entourent. Pas seulement dans mon quartier, ma ville ou ma région mais dans tout mon pays et si j’ose dire dans le monde entier.

Et je ne m’adresserais pas aux plus puissants, à ceux qui sont installés confortablement dans la richesse, le pouvoir et qui tirent les ficelles. Ceux là, ceux du 1 % ont leur tyrans, leur courtisans, leurs valets car les puissants ne seraient rien sans leurs larbins inconditionnels.

Non, une fois n’est pas coutume je m’en prendrais à ce que l’on dit être des couches moyennes (je préfère ce mots à classes)   car pour moi, vieux dogmatique, je définis une classe; comme l’indiquait entre autre Lénine par le rôle que jouent ses membres  dans le système de production : propriétaires de ces moyens ou simplement à l’opposé, vendeurs le leur force de travail où pour ceux qui disposent à la fois du capital et mettent en œuvre leur travail que précisément on range dans les classes moyennes.

¨Peut-on globalement stigmatiser seulement des classes aussi floues, dans leur globalité, depuis les professions libérales (avocats, médecins, et autres « travailleurs indépendants », petits agriculteurs ?, Ne conviendrait-il pas d’y ajouter ces catégories de salariés qui jouent avec la rente, et pourquoi pas ces autres qui sont contraints à une autonomie qui les éloigne de tous droits sociaux. Quant aux retraités bénéficiant d’un logement et de pensions les mettant à l’abri du besoin avons nous le droit d’être sévère avec leur conservatisme politique au même titre qu’une fraction de la jeunesse étudiants par exemple, tributaire de leur origine de classes sinon aisées mais aux revenus suffisants pour les soutenir dans leurs études ? 

C’est à ce mélange auquel les idéologues de la bourgeoisie accolent les salariés les mieux payés qui sont baptisés :  » classes moyennes ». C’est avec  cette masse d’électeurs  que la bourgeoisie  gagne la bataille idéologique et s’assure le pouvoir politique.  Peu importe si une petite fraction de ces » classes moyennes » entre régulièrement en opposition et se disperse dans les extrémismes et le populisme, Peu importe si une grande masse d’électeurs salariés sombre dans ce populisme et l’abstention.

Peu importe si une grande masse d’électeurs salariés sombre dans ce populisme et l’abstention. Ces couches sociales sont là, peureuses et souvent égoïstes pour rallier « réformistes » de droite et de gauche et permettre à des Sarkozy, des Hollande et des Macron de servir le 1 % qui veille au grain.

La grande bourgeoisie mais aussi la moyenne bourgeoisie auront encore de beaux jours devant elles, et pour elles, si on n’interroge pas ces classes moyennes, a propos de l’enfumage dans lequel on les tient. Et ne faut il pas leur dire avec notre bienveillant mépris : « vous vous êtes bien regardés ? »

 

(à suivre)

Les élections italiennes viennent nous rappeler que le phénomène est européen

 

Macron enlève une baguette de pain par jour de la bouche des petits retraités

Gérard Le Puill
Lundi, 5 Mars, 2018
Humanite.fr
A dix jours de la journée d’action des retraités (le 15 mars à l’appel de 9 syndicats et associations), la colère monte dans le pays contre le président des riches. Photo : Boris Horvat/AFP

A dix jours de la journée d’action des retraités (le 15 mars à l’appel de 9 syndicats et associations), la colère monte dans le pays contre le président des riches. Photo : Boris Horvat/AFP

Selon un sondage publié le 3 mars, 71% des Français considèrent qu’il est injuste de surtaxer les retraités, par une augmentation de la CSG, pour « redonner du pouvoir d’achat aux salariés du privé et aux indépendants ». Alors que les pensions sont bloquées depuis plusieurs années, cette augmentation de la CSG fait perdre 27,50€ par mois a un retraité qui percevait une pension nette mensuelle de 1 500€ en 2017. C’est en moyenne le prix d’une baguette de main par jour que le gouvernement lui enlève ainsi. Et en même temps, les riches ne paient plus l’impôt sur la fortune tandis que les entreprises du CAC 40 annoncent des records de profits pour 2017.

Les sondages se suivent et indiquent tous la même tendance depuis quelques semaines. La cote de popularité du président de la République qui avait remonté entre octobre et décembre 2017 est en baisse constante depuis le début de cette année. Un sondage Viavoice, réalisé les 22 et 23 février auprès de 1010 personnes pour le quotidien Libération du 3 mars, nous indique que seulement 41% des sondés ont une bonne opinion du président de la République contre 46% en décembre.

L’institut de sondage a aussi posé la question suivante au panel de Français interrogés : « Est-il justifié  d’augmenter la CSG des retraités gagnant plus de 1 300 euros par mois (2 000 euros pour un couple) pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés du privé et aux indépendants ? ». 71% des personnes interrogées ont répondu « non » à cette question, 21% ont répondu « oui » et 8% n’ont pas souhaité donner de réponse. S’il fallait une preuve de plus de la réserve croissante des Français quant au soit disant coup de pouce donné ainsi au pouvoir d’achat des actifs, ce sondage nous la donne aussi. Les sondés ne sont que 12% à considérer que les mesures décidées par Emmanuel Macron et le gouvernement d’Edouard Philippe « améliorent globalement le pouvoir d’achat des Français ». 30% pensent que ces mesures ne modifient pas la situation et 52% pensent qu’elles « détériorent globalement le pouvoir d’achat des Français ». Il n’y a que 6% de non-réponse à ces trois questions.

Les Français ne sont pas dupes de la manipulation visant à enrichir les riches

Depuis l’entrée en vigueur de cette mesure, voulue personnellement par le président Macron, mais spoliatrice au regard des droits acquis par des millions de retraités qui ont souvent cotisé pendant plus de quarante ans, chacun a pu se rendre compte que cette ponction diminue sensiblement des pensions qui n’avaient pas augmenté depuis plusieurs années. Les retraités qui ont fait leurs comptes ont découvert que la hausse de 1,7% de la CSG appliquée à la pension brute, se traduisait par une baisse de 1,83% sur la pension nette. Dit autrement, un retraité qui percevait 1 500€ net avant la hausse de la CSG pouvait penser que sa pension allait diminuer de 25,50€ par mois et de 306 euros sur l’année. La baisse sera de 27,45 euros par mois ce qui donnera moins 329,40 euros sur l’année. C’est la baguette de pain que Macron enlève quotidiennement de la bouche du modeste retraité.

Des veufs et surtout des veuves qui touchaient moins de 1 200€ par mois, mais percevaient en plus une pension de réversion de leur défunt conjoint, se retrouvent taxés sur la totalité de leurs revenus par ce prélèvement. Or, il faut savoir que ce prélèvement a été voulu  par le président de la République afin de concéder une petite augmentation du salaire net des actifs, sans que cela ne coûte  un seul centime aux patrons. En supprimant la cotisation maladie et la cotisation chômage qui étaient à la charge du salarié, on augmente ainsi le salaire net de 1,4%. Mais c’est une opération blanche pour l’employeur, même quand il s’agit de LVMH, de Carrefour, de Renault, de Peugeot-Citroën,  de Dassault, du Crédit Agricole ou de BNP Paribas.

Taxer les retraités pour supprimer l’ISF de Carlos Ghosn et Bernard Arnault

Pourtant, ces grandes entreprises qui surpaient leurs dirigeants ont les moyens de payer leurs salariés. Le Figaro de ce lundi 5 mars indique que « sur les 39 entreprises du CAC 40  qui ont dévoilé leurs comptes, 31 affichent des résultats en hausse. La palme du plus fort bénéfice revient à Sanofi » avec 8,4 milliards d’euros que le journal de Serge Dassault publie entre parenthèses. LVMH a annoncé 5,12 milliards d’euros de bénéfices pour l‘année 2017.  Bernard Arnault qui percevait déjà  4,5 millions de salaire en 2011 n’aura pas à payer l’impôt sur la fortune sur la somme perçue  en 2017 puisque Macron ne taxe plus que la fortune immobilière. Renault annonce aussi  5,2 milliards de profits en 2017, soit une augmentation 47%. Qui peut penser que Renault n’a pas les moyens d’augmenter les salaires de son personnel au point qu’il faille prendre en charge leur cotisation pour le chômage et  pour la Sécurité sociale par les retraités ? Surtout que ces derniers ne sont plus concernés par le chômage, faute d’avoir droit aux indemnisations ! Mais, grâce à la double opération de la hausse de la CSG  pour taxer les retraités et de la suppression de l’ISF, Carlos Ghosn, PDG de Renault ne paiera plus cet ISF sur ses 7 millions d’euros de salaire perçus en 2017.

De bonnes raisons pour être dans la rue le 15 mars prochain

A dix jours de leur journée d’action qui aura lieu le 15 mars à l’appel de 9 syndicats et associations de retraités, la colère monte dans le pays contre le président des riches. Et pas seulement chez cette catégorie de la population. Partout où ils osent encore aller au contact de la population dans leur circonscription, les députés de La République En Marche constatent que cette hausse de la CSG a profondément mécontenté les gens qui ont voté pour eux. Au point nous dit le Canard Enchaîné de la semaine dernière que « l’Elysée réfléchit bien à une stratégie pour tenter d’effacer les effets négatifs de cette hausse de la CSG ».

Ajoutons que ces modifications des prélèvements pourraient produire d’autres effets pervers en réduisant à l’avenir les dépenses sociales des communes et des départements qui seront bientôt privées de la part qui leur revenait jusqu’à présent des ressources fournis par la taxe d’habitation que Macron a décidé de supprimer progressivement sans dire par quoi il allait la remplacer. Or il est question dans les ministères de trouver de nouvelles ressources, y compris par une augmentation de la TVA que les ménages modestes paient sur tous leurs revenus, faute de pouvoir épargner le moindre euro. Là encore, il est question de prendre aux pauvres pour donner aux riches. C’est une obsession chez Emmanuel Macron!

Journaliste et auteur

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus