• Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • mai 2018
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Ce drame est une alerte terrible pour les soignants…et nous tous

Ce drame est une alerte terrible pour les soignants…et nous tous

Posté par jacques LAUPIES le 11 mai 2018

Le commentaire pourrait-être largement développé car ce triste évènement nous ramène à cette gangrène que constituent l’indifférence, le mépris de l’autre, l’égoïsme, la bêtise, quand elle frappe de simples gens.

Inexcusable disent de nombreux commentateurs ! La France entière (on veut bien le croire) est bouleversée par ce malheur qui frappe une famille et que, sans doute, on aurait pu l’éviter.

Déjà certains se tuent à nous dire qu’il ne faut pas voir là qu’un manque de moyens pour expliquer le drame ! Que le comportement de la personne régulant les appels serait un cas exceptionnel ou tout au plus concernerait une réaction d’usure au travail dans un contexte particulièrement difficile.

Sauf que le contexte et général !

Car il n’est pas rare de se trouver confronté au téléphone, ou derrière un guichet à des personnes qui se laissent aller à l’irrespect et au mépris d’un usager, tout autant que sont fréquentes les agressions verbales de certains de ces mêmes usagers.

Ce ne sont là  que les conséquences d’un climat social qui se dégrade. Et cela ne vient pas seul et résulte d’une évolution catastrophique des services publics en général. 

Que certains professionnels comme on l’a entendu à la télé parlent d’insuffisance de formation et d’organisation précisément ne suffit pas à nous convaincre. Le mal est plus profond et les causes bien connues ! Si l’on veut se donner la peine d’aller y voir de plus près

 

Hôpital. « Ce drame est une alerte terrible pour les soignants »

 

Entretien réalisé par Clotilde Mathieu
Vendredi, 11 Mai, 2018
L’Humanité

L’urgentiste réagit après le décès d’une jeune femme à Strasbourg, fin décembre 2017, laquelle n’a pas été prise en charge à temps par le Samu.

Elle avait 22 ans. Le 29 décembre, Naomi Musenga appelle le 15 de Strasbourg, en vain. Au bout du fil, malgré ses plaintes répétées (« J’ai mal au ventre », « Je vais mourir… »), l’opératrice et sa collègue ne la prennent pas au sérieux, et la renvoient vers SOS Médecins, en la moquant. Elle décède quelques heures plus tard. Depuis, trois enquêtes ont été diligentées, l’opératrice a été suspendue et la ministre de la Santé recevra les médecins urgentistes la semaine prochaine.

Comment expliquez-vous ce drame ?

Loïc Pen Je sors de 26 heures de garde, nous en avons beaucoup discuté entre soignants. Certes, le ton moqueur de l’agent est inacceptable, tout comme le non-respect de la procédure, mais nous nous sommes tous dit que cela aurait pu arriver, bien entendu sur un ton différent, à chacun d’entre nous. Tout simplement parce que nous n’avons pas perçu l’urgence dans ses propos. Parce que des gens qui disent la même chose, sur ce même ton, nous en avons plein les urgences, régulièrement. Des gens viennent aux urgences, sans graves problèmes de santé, et forcent le trait en insistant tout simplement parce qu’ils veulent être soignés : soit ils ont raison, soit ils en ont marre d’attendre depuis dix heures. Souvent, ils n’ont pas trouvé de recours en ville, où il n’y a plus assez de généralistes. Nous sommes leur dernier recours, tout comme le Samu. Et comme ils savent que ce n’est pas très adapté, ils forcent le trait. Cela excède les soignants, car ils sont totalement débordés, à bout, brisés dans leur capacité empathique. Ce drame est une alerte terrible pour beaucoup d’entre eux.

Si la procédure avait été respectée, le drame aurait-il pu être évité ?

Loïc Pen Je ne fais pas de médecine fiction, mais bien évidemment que l’agent aurait dû passer par un médecin régulateur. Parce qu’une permanencière n’est pas là pour établir un diagnostic. Qu’est-ce qui pouvait l’empêcher ? Probablement que l’urgentiste était totalement débordé, croulant sous les appels. Personne dans ce métier ne souhaite le décès de quelqu’un.

La ministre doit recevoir les médecins urgentistes, la semaine prochaine, et parle de « revoir l’organisation des urgences ». Quelles sont les mesures qui doivent être envisagées ?

Loïc PeN L’organisation des urgences est un serpent de mer : nous en sommes à notre énième réorganisation. Aujourd’hui, nous avons un référentiel national sur lequel les médecins ont travaillé, ce ne sont pas juste des technocrates qui l’ont réalisé. Il y a eu une véritable réflexion collective. De 1998 à 2018, nous avons vu évoluer le nombre de passages aux urgences de 8 millions à 22 millions et les appels au Samu de 10 millions à 35 millions. Le personnel n’a pas augmenté dans des proportions similaires. Quand j’ai un service conçu pour 60 passages par jour et qu’il y en a 130 tous les jours, qu’on commence la journée avec 60 patients dans le couloir qui n’ont pas pu être hospitalisés faute de lits, l’organisation saute. Agnès Buzyn peut dire tout ce qu’elle veut sur l’organisation des secours, si elle ne permet pas d’avoir des lits d’hospitalisation pour vider les urgences des gens qui nécessitent une hospitalisation, d’embaucher plus d’agents, de faire sauter le numerus clausus pour augmenter le nombre de médecins généralistes, elle peut imaginer toutes les organisations qu’elle veut, cela ne marchera pas. Quand nous assistons à une telle multiplication des accidents médicaux, ce n’est pas une question de personne, c’est le système qui est à bout de souffle.

 

Cet article a été publié le Vendredi 11 mai 2018 à 01:33 et est catégorisé sous POLITIQUE. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Les commentaires et trackbacks sont fermés pour cet article.

«
»
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus