• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 15 mai 2018

Doit-on rejeter tout signe religieux ailleurs que dans le domaine relevant de l’état ?

Posté par jacques LAUPIES le 15 mai 2018

 

Que je sache l’Unef relève du domaine privé et donc est libre de ne porter aucun interdit sur la tenue vestimentaire de ses représentants. Il en est de même pour un parti politique, un syndicat, une association.

Libre donc à eux donc de laisser ou pas – en inscrivant l’interdiction dans leur statut – tout signe d’engagement religieux, philosophique ou d’une autre nature – y compris de se mettre à poil dans des lieux qui ne sont pas accessible au public car évidemment le risque d’un procès pour attentat à la pudeur est toujours possible ailleurs !

Cela étant ne fait-on pas insulte aux organisations concernées en mettant en cause leur capacité à ne pas discerner dans le comportement de leurs responsables ceux qui pourraient pratiquer un certain « entrisme » pour faire prévaloir leur engagement religieux de ceux qui entrent en toute indépendance dans lune action militante, sans pour autant mettre de côté leurs convictions philosophiques ou religieuses.

Cela ne les regarde que ces organisations. A elles d’en assumer les conséquences si tant est que cela leur pose problème.

Quant à ceux qui s’offusquent d’une affaire de foulard qui ne les regarde pas : laïques » laïcards »  ou laïques par opportunisme,  comme il s’en trouve tant parmi ceux qui défendent la laïcité parce qu’elle est pour eux  un tremplin politique ou l’occasion de la revisiter à leur profit, mettons en garde contre eux car la laïcité doit se prémunir vde toute instrumentalisation.

Efforçons nous préserver l’esprit de la loi de 1905 et notamment cette séparation des églises et de l’état dont la remise en cause, par deux présidents qui ont cru devoir manifester (Sarkozy et Macron) des attaches particulières avec certaines religions, est bien plus préoccupante que le foulard d’une dirigeante de l’UNEF.

Sans omettre ceux qui voudraient nous inscrire comme héritiers des influences politiques et culturelles passées de notre chrétienté, laquelle n’a pas toujours œuvré pour l’émancipation humaine, même si l’on peut lui reconnaître certaines valeurs qui peuvent conduire à plus de justice et plus de solidarité. Mais n’est ce pas l’un des aspects contradictoire de toute religion.

 

Une militante voilée de l’Unef déclenche une polémique

 
Figaro Etudiant
Il y a 1 heure
 
 
Interviewée par M6 dans le cadre d’un reportage sur les universités bloquées, Maryam Pougetoux, présidente du syndicat Unef à l’université Paris IV, est au cœur d’une polémique autour du voile islamique à l’université.etudiant: Maryam Pougetoux au journal télévisé de M6, ce samedi 12 mai. © M6/ Capture d’écran Maryam Pougetoux au journal télévisé de M6, ce samedi 12 mai.Un simple reportage télévisé crée la polémique depuis ce week-end. Samedi, le journal de la chaîne M6 revenait sur la situation dans les universités bloquées, et la difficulté qu’ont ces établissements à y assurer sereinement la bonne tenue des examens. En cause, la brève apparition de la militante étudiante Maryam Pougetoux, présidente du syndicat Unef à l’université Paris IV. La militante a déclenché, malgré elle, une polémique, non pas en réaction à son discours engagé contre la réforme de l’accueil à l’université, mais bien à cause du voile islamique qui lui couvre les cheveux.

Comme souvent lorsque la polémique touche à un sujet concernant la laïcité, la mèche a été allumée par Laurent Bouvet, politologue à l’université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines et cofondateur du Printemps Républicain. Habitué des polémiques sur les réseaux sociaux, et farouche défenseur de sa conception de la laïcité, le professeur de sciences politiques s’en est pris directement à Maryam Pougetoux. Dans un message posté sur Facebook, Laurent Bouvet publie une photo de la jeune femme avant de railler en commentaire «la convergence des luttes [...] bien entamée» à l’Unef. 

 

Une «odieuse campagne de harcèlement raciste»

Quelques minutes plus tard, c’est l’essayiste et militante Céline Pina qui s’indigne de la présence médiatique de la militante de l’Unef. Dans un long message, elle dénonce l’infiltration des mouvements de jeunesse par les Frères musulmans et le «développement des filières indigénistes et islamistes». «Ce sont les étudiants musulmans de France (EMF), filiale des frères musulmans, qui en sont chargés. Visiblement dans certains endroits, la manipulation a réussi» écrit-elle. En commentaires, le membre du parti socialiste et ancien membre de l’Unef, Julien Dray, s’insurge à son tour: «La direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tout notre combat mené dans les universités… Bien des membres de l’UNEF doivent être effarés…».

Face au déferlement de commentaires à l’encontre de Maryam Pougetoux, le camp opposé s’est rapidement manifesté, avec comme outil de ralliement le mot-clé #SoutienAMaryam. La très populaire et médiatique militante Rokhaya Diallo s’indigne de la «chasse aux musulman.e.s (présumé.e.s) qui ont l’outrecuidance de se rendre visibles». Une chasse «orchestrée» selon elle «par le Printemps républicain».

La militante dresse ici la liste des précédentes polémiques, souvent déclenchées par Laurent Bouvet, notamment celle ayant visé Mennel, candidate voilée du télécrochet The Voice. Elle est rapidement rejointe par d’autres militants comme Sihame Assbague, qui dénonce «une odieuse campagne de harcèlement raciste».

Après plusieurs heures de tension entre les deux camps, le syndicat Unef a réagi par la voie d’un communiqué de presse. Le syndicat étudiant y condamne «le déferlement de haine raciste, sexiste et islamophobe dont Maryam est victime» et s’attaque directement à Laurent Bouvet, qu’il accuse de dissimuler «une islamophobie décomplexée» derrière «son débat sur la laïcité excluante».

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus