• Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Tout va bien : un peu sourdingue, la vue qui baisse, sans dents et les arteres à surveiller…Mais la langue va bien !

Tout va bien : un peu sourdingue, la vue qui baisse, sans dents et les arteres à surveiller…Mais la langue va bien !

Posté par jacques LAUPIES le 7 juin 2018

Soyez rassurés à 82 ans  je résiste. Mais bon faut un certain endurcissement pour garder le moral. Pas à cause de la santé mais de ce que je constate comme bon nombre de mes compatriotes : l’entreprise de démolition macronite !  Entre les réductions qui affectent le décompte de ma pension, les augmentations de prix aussi diverses que ceux qui les provoquent les voudraient inaperçues, sans compter les escroqueries du genre facturation inappropriée du service des eaux, les dépassements d’honoraires imprévus, et j’en passe, notamment les sollicitations et démarchages téléphoniques genre « attrape-couillon » il y aurait de quoi le perdre le moral.

C’est ce que semblaient penser les trois retraitées que j’ai rencontrées qui, toutes trois disposaient d’une retraite jugée acceptable (toutes trois bénéficiant de pension de réversion car  veuves)

Mais leur préoccupation, comme la mienne d’ailleurs, se tournait vers ceux qui nous suivent dans l’âge et là le constat s’impose : « si ça continue ainsi ils n’auront plus rien » et de plus risquent de connaître  des violences d’une autre nature que celles dont on nous rabat les oreilles à coup de faits divers mis en exergue !

Alors évidemment Macron en prend plein la gueule même s’il arrive qu’on aie voté pour lui. Bien entendu les critiques sont dans la logique des influences politiques subies : beaucoup  de discours  anti immigré qui bénéficieraient des largesses du pouvoir (faut le faire !) pour un peu de critique des riches que ce même pouvoir arrose largement !

Je m’efforce de rétablir un peu les choses en rappelant que nos assiettes sont pleines -quand elles peuvent l’être – grâce au travail de ces immigrés qui partent aux champs aux aurores ce qui explique que dans nos communes rurales ils sont nombreux, que sans eux la MSA serait bien mal tout autant que nos exploitants agricoles et nos entreprise de BTP, etc etc.

Bien qu’elles prétendent ne pas être à convaincre et « ne pas s’être trompée en votant » l’une de ces dames me dit : « Ca fait quand même du bien de parler ! » 

Eh oui et là est la complexité de l’affaire : il faudrait parler tous les jours ! Pour cela il faudrait se rencontrer, être plus nombreux ! 

Ah ! où sont les cellules d’antan ?

 

 

Convention chirurgiens-dentistes/assurance maladie, quid du reste à charge zéro ?

Daniel Roucous
Mercredi, 6 Juin, 2018
Tout va bien : un peu sourdingue, la vue qui baisse, sans dents et les arteres à surveiller...Mais la langue va bien ! dans POLITIQUE

L’assurance maladie et les chirurgiens-dentistes se sont mis d’accord, le 1er juin 2018, sur les nouveaux tarifs des soins dentaires et leur prise en charge. Qu’en sera-t-il du reste à charge zéro et de combien est-il en attendant.

 

Ce qui est prévu pour la prise en charge des soins dentaires 

Pour comprendre la suite, il faut savoir que l’enjeu de l’accord que viennent de signer les chirurgiens-dentistes et l’assurance maladie est la future convention nationale  organisant les rapports entre les deux parties.

Cette convention téléchargeable fixe, pour 5 ans, les obligations des chirurgiens-dentistes qui y adhèrent en matière d’honoraires et de dépassement, de tarifs de soins dentaires, de devoir vis-à-vis des bénéficiaires de la CMU-C dont les soins seront améliorés, de prévention concernant les enfants,  les jeunes jusqu’à 24 ans et les femmes enceintes dont les tarifs sont encadrés, le reste à charge.

Les patients devront donc vérifier que le chirurgien-dentiste qu’ils consultent est bien conventionné par l’assurance maladie. Ce qui devrait être le cas de l’essentiel des chirurgiens-dentistes ce d’autant qu’en contrepartie, ils bénéficient de dépassements autorisés et limités, de prise en charge des cotisations sociales ainsi que d’aides à l’installation et au maintien d’activité.

Il est donc prévu :

1.- à partir du 1er avril 2019,  la hausse de 20 à 144% des tarifs des soins courants. Par exemple : la restauration d’une dent avec ancrage va passer de 79,53 à 100 euros, la restauration 2 faces de 33,74 à 50 euros, l’Inlay/Onlay 3 faces de 40,97 à 100 euros. Ces tarifs sont actuellement pris en charge à 70% par la sécurité sociale, les mutuelles remboursant en principe et à condition d’en avoir une les 30% restant. Entre parenthèses, cette hausse des tarifs risque de se traduire par une hausse des cotisations des adhérents aux complémetaires santé. 

Par contre le tarif conventionnel d’un détartrage qui avait augmenté de 50% en 2014, reste inchangé (28,92 euros pris en charge à 70% par l’assurance maladie).

2.- la contrepartie de cette hausse des soins courants est le plafonnement des tarifs des prothèses (couronnes, Inlay, appareils dentaires, bridges) à l’exception des implants qui ne seront toujours pas pris en charge par l’assurance maladie. Ce plafonnement conssitera à la mise en place de trois paniers de soins qu’il reste à définir:

- un panier dit RAC 0 (le fameux reste à charge zéro), c’est à dire sans aucun frais à la charge du patient après remboursement par l’assurance maladie et la mutuelle (pour ceux qui en ont une). Ce panier qui reste à définir concernerait des soins basiques équivalant à ceux prévus actuellement pour les bénéficiaires de la CMU-C en amélioré (par exemple couronnes en céramo-métalliques pour les dents visibles et métalliques pour les non visibles), 

- un panier à tarifs maîtrisés, c’est-à-dire plafonnés avec prise en charge partielle. Par exemple : les couronnes céramo-métalliques (incisives, canines, premières prémolaires) seront plafonnées à 530 euros le 1er avril 2019 puis à 500 euros le 1er janvier 2020. L’Inlay-onlay (dent sur pivot) sera plafonné à 350 euros à partir du 1er janvier 2021, le bridge à 1 465 euros à partir du 1er avril 2019. 

- un panier à tarifs libres (pour ceux qui en ont les moyens).

Il est donc clair que le RAC (reste à charge) zéro est limité à un panier et non à la prise en charge de la facture par exemple.

En attendant vous pouvez prendre connaissance de ce que rembourse l’assurance maladie et du reste à charge qui varie selon la prise en charge de votre mutuelle en cliquant sur remboursements/soins-dentaires

En lien 

convention chirurgiens-dentistes/assurance maladie 2018-2023

soins-dentaires-quels-tarifs-les-dentistes-ne-doivent-pas-depasser en 2018 ?

soins-dentaires-à-l-étranger-comment-se-les-faire-rembourser ?

complementaire-sante-dentreprise-ce-que-tout-salarie-doit-savoir

cmu-c-conditions-pour-y-avoir-droit-et-recours-si-refus-de-soins

Journaliste, rubrique « Vos droits »
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus