• Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • octobre 2018
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 19 octobre 2018

Les retraités demandent des comptes à Macron

Posté par jacques LAUPIES le 19 octobre 2018

 

Photo Philippe Huguen/AFP.

Photo Philippe Huguen/AFP.
Jeudi, 18 Octobre, 2018

Pouvoir d’achat. Entre la hausse de la CSG et le gel des pensions, l’« effort » réclamé aux aînés par le chef de l’État pèse très lourd dans leur budget. Ils manifestent ce jeudi à l’appel de neuf organisations.

Elle est partie le plus tard possible, à 67 ans, pour toucher un peu plus de pension « dans l’idée de pouvoir payer un ­Ehpad pour ne pas peser sur (son) fils » quand elle sera dépendante, explique à l’Humanité Josette, comptable à la retraite dans le Rhône avec son mari Christian, ancien urbaniste. Mais cela, c’était avant les décisions d’Emmanuel Macron de demander un « petit effort » aux retraités pour « aider les jeunes ­actifs » à payer… les pensions de leurs aînés. C’est peu dire que l’explication n’a guère convaincu les seniors, appelés à manifester aujourd’hui pour la troisième fois depuis le début du mois.

« Le gouvernement a fait un choix inique »

Entre la hausse de la CSG de 1,7 point et le quasi-gel des pensions en 2019 et 2020 (+ 0,3 % chaque année), le « petit effort » demandé par Macron finit par peser très lourd. 95 % des retraités devraient perdre de l’argent du fait des mesures budgétaires pour 2019, selon une étude de l’Institut des politiques publiques. Les rares gagnants se comptent chez certains retraités parmi les 20 % les plus modestes – mais pas tous, loin s’en faut, puisque les 4/5 de ces faibles pensions y perdront – et le 1 % le plus riche.En 2016, le montant mensuel moyen de la pension de droit direct des retraités, y compris l’éventuelle majoration pour enfants, s’élevait en France à 1 389 euros, selon la direction des études et des statistiques du ministère de la Santé (Drees). Pas de quoi faire des folies. Et même en prenant en compte l’intégralité des ­revenus et prestations auxquelles ils ont droit, leur niveau de vie médian (une moitié a un niveau de vie égal ou supérieur, l’autre moitié égal ou inférieur) ne dépassait pas 1 760 euros par mois pour une personne après impôts (2 640 euros pour un couple). En prenant, pour simplifier, une pension de ce montant, le retraité qui la touche verra son pouvoir d’achat amputé de 2 000 euros en trois ans du fait du gel des pensions et de la CSG. Le gouvernement met en avant le dégrèvement en trois étapes de la taxe d’habitation (TH) pour 80 % des contribuables, mais, même dans ce cas, le solde sera rarement positif : ainsi, avec 400 euros de TH, notre retraité type en sera encore pour plus de 1 200 euros de sa poche.

À l’appel de neuf organisations (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Unrpa), les aînés marcheront dans les rues, ce jeudi. « Le gouvernement a fait un choix inique, celui d’appauvrir l’ensemble des retraités », écrivent ces organisations dans une déclaration commune, refusant qu’on « transforme ainsi des millions de retraités en variable d’ajustement du budget » de la nation.

Lire également : les témoignages de cinq retraités

Sébastien Crépel

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus