• Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • novembre 2018
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 3 novembre 2018

Congrès du PCF – Ivry du 23 au 25 novembre : « Porter un projet communiste » Texte : IV. « Un nouvel internationalisme pour relever le défi de la mondialisation capitaliste »

Posté par jacques LAUPIES le 3 novembre 2018

Aucun texte alternatif disponible.

Oeuvre de Brigitte Bernard 

 

Bien que ma préoccupation, dans la tenue de ce Congrès réside dans la question du relevant des décisions concernant la vie du Parti je ne me prive pas de faire des remarques sur certains points dont je rappelle l’importance et la nouveauté dans la base commune tout en indiquant mon plein accord quand c’est nécessaire !

La base commune évoque notre la nécessité d’être en prise avec l’international. Ne serait ce que par l’impact que nos prises de positions peuvent avoir sur le mouvement progressiste dans le monde mais également pour que les française et les français puissent en bénéficier et se forger une opinion plus juste sur  la conduite que nous préconisons face à des évènements qui mettent en cause la paix dans le monde.

Egalement nous ne devons pas être à la traîne des fausses analyses, des campagnes mensongères à l’encontre de certains pays, et qui évoluent au gré des intérêts du capitalisme international ou national.

Je relève notamment la nécessité de se pencher plus attentivement sur la situation de la Chine avec un parti communiste au pouvoir, nécessairement traversé en tant que parti unique par les pressions libérales et social démocrates mais cependant « historiquement » marxiste !

 

Extrait de la base commune

IV. Un nouvel internationalisme pour relever le défi de la mondialisation capitaliste

Les communistes français ne peuvent penser leur rôle dans la société sans penser les profonds bouleversements vécus par la planète, sans travailler aux liens de solidarité avec les communistes et les forces progressistes, sans inscrire la lutte pour la paix dans l’exigence d’une autre société.

1. De profonds changements du monde

Ce début de XXIe siècle est une époque de bouleversements démographiques, écologiques, technologiques, économiques, géopolitiques. Ainsi par exemple le PIB de la Chine est désormais comparable à celui des États-Unis ; l’Afrique pourrait devenir le continent le plus peuplé d’ici la fin du siècle.

On assiste à la généralisation et à l’exacerbation des fléaux du système mais aussi à l’apparition de nouveautés radicales et de potentielles transformations d’ensemble :

  • généralisation de la salarisation dans tous les pays et concentration de l’humanité dans les villes, mais avec chômage massif, envolée de la précarisation, mise en concurrence des salariés du monde entier, et explosion de nouveaux problèmes écologiques et sanitaires ;
  • industrialisation du monde, mais aussi début de la révolution informationnelle et domination des entreprises réelles par des capitaux financiers de plus en plus monopolistiques et spéculatifs.
  • défi climatique mondial, recul drastique de la biodiversité, déforestations, artificialisation des sols, maladies liées à l’environnement, mais aussi montée d’une conscience mondiale et de potentiels technologiques pour y faire face ;
  • cancérisation financière généralisée mais montée mondiale d’une conscience de la responsabilité des banques, des multinationales, des paradis fiscaux et des organisations mondiales (FMI …) ;
  • montée de l’affirmation d’une volonté d’émancipation des individus, hommes et femmes, mais aussi d’un individualisme destructeur des solidarités traditionnelles ;
  • ouverture aux autres nations, aux aires culturelles et à d’autres règles, mais aussi mise en cause des protections étatiques traditionnelles avec des régressions des droits sociaux acquis ainsi que l’exacerbation des dominations supranationales ;
  • montée d’intégrismes et de conservatismes opposés, occidentaliste et « islamiste », en même temps que montent des mouvements d’émancipation multiformes.
    Après la chute du mur de Berlin et l’échec de l’expérience soviétique, avoir cru qu’il suffisait d’affirmer l’histoire propre du communisme français pour se dégager des conséquences de cet échec était une erreur : un bilan communiste de ce qu’a représenté l’Union soviétique est indispensable pour sortir de la diabolisation construite contre nous par les porte-voix du capital et poursuivre avec ténacité le développement de notre projet original autogestionnaire vers un communisme de notre temps.

2. Affrontement généralisé ou coopération et paix ?

Loin de la « fin de l’histoire », les concurrences inter-impérialistes et les dominations ont été relancées : hyper-marchandisation du monde ; financiarisation massive débouchant sur la domination technologique et commerciale des multinationales ; unilatéralisme américain et renforcement de l’OTAN alors que le monde devenait déjà plus multipolaire.

La crise de 2007/2008, qui a frappé les seuls pays capitalistes développés, a fragilisé l’image du capitalisme et la position d’hégémonie mondiale des États-Unis.

Face à cela, l’impérialisme américain utilise de façon de plus en plus agressive le dollar, son avance technologique informationnelle, son poids économique et son potentiel militaire pour relancer son hégémonie.

Des phénomènes de fond s’y opposent :

  • la révolution informationnelle qui accentue les contradictions entre développement des forces productives et rapports sociaux de production
  • les institutions politiques, financières et culturelles et politiques qui assuraient jusqu’ici l’hégémonie mondiale du capital sont ébranlées car elles deviennent incapables de canaliser le mécontentement des peuples
  • l’émergence d’organisations cherchant à s’émanciper des tutelles américaine voire occidentale (BRICS – Organisation de coopération de Shanghai – COP, etc …).
  • la recherche d’un nouveau type de multilatéralisme et d’ententes zonales contre l’unilatéralisme et le protectionnisme américain,
  • Avec l’arrivée de Trump au pouvoir, s’est ouverte une nouvelle phase de la contre-offensive des États-Unis. Elle se heurte cependant à des résistances diverses sur tous les continents.
  • Quel avenir pour le monde : affrontement généralisé ou coopération et paix ?
  • La Chine et l’Europe, la Russie, à des titres différents, sont particulièrement mises au défi.
    Pour les communistes, il s’agit de construire un nouvel internationalisme capable d’opposer des réponses de coopération face à ces logiques. Il s’agit de faire vivre en toutes circonstances nos valeurs anti-impérialistes, de paix et de solidarité. Un axe de bataille essentiel est que la France sorte de l’OTAN et qu’elle joue un rôle moteur en Europe et dans le monde pour un rapprochement, une nouvelle alliance, avec les pays en développement et émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique, Turquie, etc.)

Il faut donner une place bien plus grande à la dimension internationale de notre action et à notre apport à une autre mondialisation. Le conseil national et les communistes doivent être régulièrement saisis de l’analyse de la situation internationale, informés des débats au sein du PGE, des relations avec les partis communistes et progressistes. Celles-ci doivent être développées dans une démarche d’écoute, de respect mutuel et de solidarité. La situation nécessite une nouvelle capacité d’initiative de notre parti en Europe et dans le monde pour des actions communes.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus