• Visiteurs

    Il y a 4 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • novembre 2018
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Congrès du PCF – Une autre construction européenne – Extrait chapitre 4

Congrès du PCF – Une autre construction européenne – Extrait chapitre 4

Posté par jacques LAUPIES le 4 novembre 2018

 

Aucun texte alternatif disponible.

Oeuvre de Brigitte Bernard

 

L’extrait qui suit est consacré à l’Europe. Personnellement j’ai comme nombre de communistes de ma génération renoncé à toute idée de destruction de l’Europe et de retrait de cette alliance fondée à l’origine, ce qui est plus que jamais  démontré dans les faits, sur une alliance essentiellement consacrée aux intérêts du capitalisme.

L’Europe n’échappe pas à cette « vocation nuisible » première mais elle porte en même temps la possibilité de dépasser les nationalismes en progression dont, contrairement à ce que certains d’entre nous peuvent penser, elle n’est pas seule responsable. La politique européenne  découle de la pression exercée par les marchés financiers, de la pression de puissances économiques et financières mondiales, notamment des Etats Unis, des réactions que cela suscite de la part d’autres entités  dans le monde (Russie, Chine et pays émergents) mais elle est aussi soumise à des pressions populaires, certes dispersées, des cultures, certes différenciées, qui peuvent la mettre à l’abri  d’une démarche impérialiste.

A condition évidemment de mener en son sein les combats de classe nécessaires, de rechercher des harmonisations (fiscales et sociales) qui atténueront  le jeu sordide auquel se livrent les libéraux, celui de la concurrence à n’importe quel prix. De mener également le combats pour des institutions démocratisées (dont d’ailleurs la France a grand besoin) Enfin de la dégager de l’emprise de l’OTAN.

A l’échelon européen comme à l’échelon national, ce sont là des moyens essentiels pour combattre les populismes qui peuvent conduire aux pires affrontements.

Notre internationalisme doit être capable de s’adapter aux unions, aux fédérations et confédérations que se donnent les nations plutôt que de subir les replis sur soi. Cela n’est pas contradictoire avec les notions de démocratie, d’autogestion et de la lutte pour des sociétés sans classe ! Rien ne me parait plus risqué que de soutenir les courants politiques qui, au prétexte d’autonomie, remettent en cause leur appartenance à des nations ou des associations de nations auxquelles ils sont historiquement rattachés de manière parfois séculaires. Surtout lorsqu’ils entrainent les populations pour, très souvent, défendre des intérêts de classes possédantes plutôt que l’intérêt général de ces populations.

Alors que l’avenir de l’humanité ne peut résider que dans son unité, éliminant les frontières, progressivement dotée d’une administration garantissant le coopération, la solidarité, le partage, redonnant à chacun la maitrise de soi, de son travail, il est pitoyable de voir surgir ou ressurgir les adeptes des séparations des divisions qui ne savent parler que de frontières et de murs ! 

Cela s’appelle l’internationalisme et doit devenir un mondialisme se libérant de toute domination de classe !

 

EXTRAIT DE LA BASE COMMUNE

3. Une autre construction européenne

Il faut en finir avec la construction européenne actuelle conçue au service de la domination du capital, avec en son cœur la BCE soutenant les marchés financiers, les multinationales et les grands capitaux monopolistes. Loin de la promesse d’une Europe de coopération et d’unité des peuples, on lui doit un chômage colossal, la désindustrialisation, la mise en cause des services publics et l’austérité généralisée, l’autoritarisme, le martyre du peuple grec, une fragmentation entre le nord et le sud, des fractures internes à chaque pays. On lui doit aussi la montée des populismes et de l’extrême droite, jusqu’à des positions de pouvoir comme en Italie, une domination renforcée des États-Unis et du dollar. Il n’est donc pas étonnant qu’elle concentre la colère populaire comme en a témoigné le résultat du référendum de 2005. Notre responsabilité est de donner une perspective à cette colère.

Nous sommes tous d’accord là dessus. Mais nous avons des différences sur la façon d’en finir avec cette construction.

Un choix a prévalu depuis plusieurs congrès : transformer radicalement l’Union européenne et ses traités ; agir pour une refondation de la construction européenne avec des propositions alternatives. Il s’est agi de se situer sur le terrain européen et de se saisir de l’aspiration à une construction européenne, tout en considérant que le terrain national est fondamental et que ce sont bien les exigences du capital qui modèlent la construction européenne.

Des camarades pensent qu’on ne peut pas la transformer et qu’il faut affirmer le droit pour chaque nation de désobéir aux traités jusqu’à sortir de l’Union européenne si nécessaire pour respecter la souveraineté populaire. Ils considèrent qu’il faut rendre caduques les institutions européennes, afin de construire un autre modèle de coopération en Europe et dans le monde, libéré des outils institutionnels que se sont donnés les fondateurs de l’Union européenne faite par et pour le capital. La nation reste pour eux le terrain privilégié de la lutte des classes.

De fait, la position du PCF a profondément évolué durant les années 90 et depuis. Mais ces choix ont été faits sans un débat suffisamment large et la bataille tenace qu’ils appelaient n’a pas été véritablement menée.

Cela souligne l’insuffisance grave du travail collectif qui aurait dû être initié par les directions nationales successives en même temps que leur incapacité à prendre des initiatives d’action sur ces enjeux.

Pourtant, l’actualité en fait chaque jour la démonstration, la responsabilité des pays européens est devenue considérable pour une véritable coopération mondiale de co-développement avec les pays pauvres, les émergents et pour la paix .

Nous refusons de céder aux sirènes du fédéralisme. Nous combattons la fuite en avant dans l’intégration renforcée sous la houlette du duo Merkel-Macron. Nous refusons une Europe forteresse. Une autre construction européenne est nécessaire, face à l’agressivité de l’impérial-libéralisme des États-Unis, pour relever des défis colossaux : le chômage, la concurrence exacerbée, la dictature du dollar et de la finance mondiale, le réchauffement climatique, le recul de la bio-diversité, les migrations de survie massives, les fractures sociales et territoriales, la paix…. C’est indispensable pour contrecarrer les pertes de souveraineté effectives engendrées par la mondialisation capitaliste, promouvoir les nations de façon ouverte dans l’égalité et le respect de leur diversité.

Si nous ne pourrons sans doute pas trancher ces questions au prochain congrès, il est indispensable de les instruire et de les confronter à la réalité de grandes batailles populaires permettant à la fois de porter la colère et de remporter des victoires.

Battons-nous, en France, en Europe, avec les forces progressistes, avec les partis communistes

  • pour mobiliser la monnaie au service de l’emploi, des services et biens publics et de la protection sociale, et donc pour un autre rôle de la BCE.
  • contre la concurrence destructrice et pour de nouvelles coopérations solidaires entre nations souveraines égales et respectées.
  • contre la militarisation du bloc européen accélérant la course folle vers des conflits majeurs.
  • pour d’autres traités permettant des coopérations solidaires entre nations égales et peuples souverains.
    Nous voulons changer l’Europe pour une autre mondialisation.

 

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus