• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • novembre 2018
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Surtout pas d’unité factice . Autrefois il y avait un remède : « le centralisme démocratique » sauf que le centralisme l’emportait trop souvent sur la démocratie.

Surtout pas d’unité factice . Autrefois il y avait un remède : « le centralisme démocratique » sauf que le centralisme l’emportait trop souvent sur la démocratie.

Posté par jacques LAUPIES le 23 novembre 2018

Le  38ème Congrès du PCF  s’ouvre aujourd’hui. Les communistes qui n’y participent pas vont pouvoir en suivre les travaux qui seront diffusés sur le site du Parti : 

http://www.pcf.fr/directcongres?utm_campaign=20181122_lh39&utm_medium=email&utm_source=pcf

Pour un certain nombre d’entre eux il y a un espoir de changement dans ses orientations et sa stratégie de développement, afin qu’il retrouve son influence. Les souffrances qui s’expriment en ce moment avec le gilets jaunes, celles qui, bien présentes ne trouvent pas d’expression et se réfugient dans l’abstention et l’attentisme, celles qui s’égarent dans des courants politiques populistes, devraient se tourner vers lui et cependant ne le font pas.

Le chemin pour les mener vers nous, reconnaître la cohérence de nos propositions qui sont de claires réponses à leurs aspiration doit être fait mais cela dépend avant tout de nous. Certes nous n’avons jamais démérité mais  les difficultés à communiquer et à expliquer pourquoi notre offre nous parait  la meilleure, sans pour autant rejeter tout ce que d’autres peuvent proposer, ces difficultés sont là.

La surmédiatisation du débat politique dont nous ne maitrisons pas l’ordre du jour nous ramène à notre seule force : notre force militante en nombre et en qualité et notre présence sur le terrain. La base commune pose effectivement cette question mais il faut qu’elle devienne une priorité.

Et c’est bien de cela que devront  se préoccuper les nouveaux responsables tout autant que les anciens !

Autrement dit ils devront faire de l’action sur les territoires, dans l’entreprise et pourquoi pas dans des réseaux, une priorité qui passe par le renforcement et la formation !

Certes c’est vite dit et moins facile à faire mais nous n’avons guère le choix !

 

 

Un point de vue relevé dans Regards 

 

Marie-Pierre Vieu

Députée européenne, membre du comité exécutif du PCF,

Elle était l’invitée de La Midinale de Regards,

Ce jeudi 22 novembre 2018

https://youtu.be/9VvjnZKeGk8

Surtout pas d'unité factice . Autrefois il y avait un remède :

« Lors de ce congrès, il ne faut pas construire une unité factice »

 

Sur le nouveau secrétaire national du PCF, Fabien Roussel

« Derrière la question des personnes, il y a des orientations pour le parti. »

« Le texte que porte Fabien Roussel s’ordonne autour de l’idée que, ces dernières années, le Parti communiste se serait effacé. »

« Il faut redéfinir la fonction que l’on veut assigner au Parti communiste. »

 

Sur l’échec de Pierre Laurent

« L’échec de Pierre Laurent correspond à la fois à un débat interne et qu’il faut analyser au regard de ce qui se passe à gauche. »

« L’idée qu’il faut faire du neuf, ça joue partout dans le pays et ça joue aussi au Parti communiste. »

« On a subi un échec : celui du Front de gauche, c’est-à-dire de l’incapacité structurelle de la gauche en France de se ressembler. »

 

Sur sa vision du PCF

« Je suis communiste parce que Ralite, parce que Vitez, parce que je crois au travail de classe c’est-à-dire à l’affrontement capital-travail, parce que je veux que l’on répartisse différemment les richesses (…) et parce que je veux me battre pour l’émancipation. »

« Je me bats pour que l’idée de dépasser le capitalisme pour construire autre chose ne disparaisse pas de la société. »

« Il ne faut pas construire une unité factice. »

« Je revendique d’être une communiste de plein exercice tout en continuant de faire entendre ma voix – pas simplement pour le respect de la diversité mais dans le courant communiste que j’incarne avec d’autres. »

« [Marie-Pierre Vieu à la tête du Parti communiste français ?] Pourquoi pas. »

 

Sur le caractère prétendument identitaire de la nouvelle direction du PCF

« Il y a un certain patriotisme communiste ; l’idée de reprendre des couleurs. »

« A partir du moment où l’affirmation de ce que l’on est se construit dans le rapport aux autres et pas contre les autres, il faut regarder comment on peut cohabiter. »

 

Sur les élections européennes

« On va préciser le type de liste que l’on veut aux européennes : une liste conduite par un communiste et ouverte aux autres ou bien une liste de rassemblement qui puisse être menée par un communiste ou par un autre. »

« Aujourd’hui, le pays est en train de se constituer en blocs politiques de part les différentes recompositions : l’axe Macron en Europe qui passe par une relance néolibérale très liberticide, une partie de la droite qui est tentée par l’extrême droite et se recompose idéologiquement, et le sillon tracé par la France insoumise qui hésite entre des propositions social-démocrates et du populo-populisme. »

« Il faudrait ouvrir une autre perspective : le rassemblement des anti-austéritaires pour dépasser les logiques des traités. »

« Pour ces élections européennes et pour ce qui va suivre en France, je préférerais faire le choix d’un rassemblement. »

 

Sur le congrès du PCF

« A partir du moment où on est dans un rapport de force, fraternel mais dans un rapport de force, tant qu’il y a débat, tout est possible. »

« Si je me sentais niée dans mes convictions politiques et dans ce que je suis, il se pourrait que je fasse un autre choix individuel mais pour l’heure, je trouve que le combat européen est un beau combat à mener. »

« Je crois à la démocratie militante : quand on est sortant, on remet en jeu son mandat. »

 

Sur les “gilets jaunes”

« Non [je n’irai pas manifester samedi avec les “gilets jaunes”.] »

« Je pourrais être dans une manifestation des “gilets jaunes” où, en tant qu’élue, j’irais écouter ce que disent les manifestants. Par contre, je n’y participerais pas. »

« Dans les “gilets jaunes”, il y a de la colère, des gens sincèrement progressistes et qui, par ce biais-là sont en train d’interpeller la société sur les rapports de force, la manière dont on redistribue les richesses… et en même temps, je pense que globalement, ce mouvement abonde un fond de dégagisme, un fond populo-poujadiste, qui, pour moi, peut conduire à tout et n’importe quoi, y compris à des solutions régressives. »

« C’est un mouvement qui me fait peur. »

« La gauche doit faire une proposition politique par rapport au mouvement des “gilets jaunes”. »

« Si on met les “gilets jaunes” côte à côte avec les revendications des services publics, pour le pouvoir d’achat et la hausse des salaires comme le font certains syndicats, pourquoi pas. »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus