• Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • décembre 2018
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Classes populaires contre classes possédantes : affûter l’outil pour gagner…

Classes populaires contre classes possédantes : affûter l’outil pour gagner…

Posté par jacques LAUPIES le 19 décembre 2018

DSC_0981-lycéens en soutien des Gilets jaunes

Ils contestent, parce qu’ils vivent l’injustice, mais après ?

 

Quand j’ai adhéré au PCF j’ai suivi comme la plupart  des nouveaux adhérents ce que l’on appelait « l’école élémentaire » On y enseignait les « rudiments du marxisme-Léninisme » : qu’est ce qu’une classe sociale, qu’est ce que l’économie capitaliste, qu’est ce qui préside au développement des sociétés et fonde l’histoire de l’humanité, comment s’émanciper de l’exploitation de l’homme par l’homme ?

Nous avions des réponses à toutes ces questions essentielles complétées par une interprétation des réalités politiques du moment, depuis l’analyse des contradictions qui traversaient les sociétés et conduisaient à la lutte des classes en discernant les contradictions essentielles : lutte des classes exploitées de chaque pays contre une classe dominante, extension de ce concept à la lutte entre les pays dit « socialistes » à direction ouvrière et les pays impérialistes sous domination des monopoles, enfin cette autre contradiction qui mettait en opposition les pays capitalistes aux pays colonisés ou sous dépendance économique et géopolitique des impérialismes.

Certes on ne faisait pas dans la dentelle et depuis l’histoire nous a appris que ces contradictions essentielles ne pouvaient être résolues à l’avantage des exploités sans être contrariées par des erreurs dans le développement économique  des pays socialistes :  erreurs politiques, erreurs stratégiques, dogmatismes, etc.

Tant et si bien que l’on en est arrivé à sous estimer les besoins de démocratie populaire et sans doute de démocratie participative qui impliquent le besoin de liberté pour exister. 

Cela ne veut pas dire que les jeunes de ma génération autant que ceux de celle qui émergeait en 1968 ne se posaient pas des questions et étaient incapables de procéder à des corrections. D’autant que les débats à l’intérieur du parti communiste, l’influence des intellectuels et des étudiants communistes, la « pénétration » ou plutôt « l’émergence » de militants issus du mouvement syndical remettaient en cause certaines pratiques héritées de la clandestinité et la verticalité du fonctionnement du PCF (victime d’une déformation du « centralisme démocratique)

Cela sans doute n’a pas suffit à nous laisser submerger et à être victime d’une lourdeur dans la prise en compte des réalités et non seulement de celle de notre combat quotidien mais également de sous estimer la puissance de l’adversaire au plan mondial sur le plan économique – déterminant – mais aussi sur le plan idéologique.

Un processus de domination du capitalisme mondial (et sa composante nationale) s’est renforcé et développé, qu’il faut combattre politiquement et c’est sans doute sur ce plan que nous devons le plus réfléchir sans attendre les réactions populaires spontanées (1968 et en quelque sorte l’actuel phénomène des gilets jaunes) qui placent en position de défensive et peinent à faire passer à une offensive avec des perspectives politiques sérieuses et efficaces. Comment ne pas être à la traine et rendre nos solutions (maitrise des pouvoirs économiques et politiques) lisibles et donc prises en compte par les forces populaires ?

On nous parle d’horizontalité, de démocratie directe et participative, soit ! Mais je ne crois pas que la priorité soit là et je pense honnêtement que, sans l’existence d’une organisation rassemblant les couches les plus en prise dans la lutte contre le capital (dans l’entreprise notamment) prenant en compte  l’analyse marxiste et toute l’histoire des luttes révolutionnaires, de telles démarches – telles qu’elles émergent avec les gilets jaunes en France mais pas seulement – conduiront à ce foutoir que connaît actuellement  l’opposition de gauche.

C’est à cette construction que l’on doit penser. Celle  d’un grand parti révolutionnaire de masse et solide idéologiquement. C’est bien d’avoir une faux pour récolter, encore faut il qu’elle soit bien affutée !

 

 

Pouvoir d’achat. Macron prive la moitié des salariés au Smic des 100 euros promis

Si la hausse de la prime d’activité annoncée par le chef de l’État va bénéficier à davantage de foyers, seuls 55 % des travailleurs payés au salaire minimum en profiteront. Les autres, en majorité des femmes, n’y auront pas droit, du fait des revenus de leur conjoint.

On savait déjà que l’augmentation du Smic de 100 euros annoncée par Emmanuel Macron, lundi 10 décembre à la télévision, n’en serait pas vraiment une. On sait aussi désormais que, contrairement à la promesse initiale, celle-ci ne sera versée dans les faits, à compter du 5 février, qu’à un peu plus de la moitié des travailleurs payés à cette rémunération.

Dans les Échos datés de lundi, Édouard Philippe a achevé de doucher les espoirs d’une bonne part de ceux qui, abonnés au salaire plancher, avaient pris au mot le président de la République. Si la hausse de la prime d’activité, qui a été préférée à une revalorisation du Smic en bonne et due forme, va bénéficier à davantage de foyers qu’auparavant (5 millions, contre 3,8 millions, selon le premier ministre) grâce au relèvement du seuil pour la percevoir jusqu’à 1,5 Smic par salarié (contre 1,2 Smic), seuls 55 % de ceux qui émargent au salaire minimum la recevront. Mieux que les 35 à 45 % qui encaissent la prime actuelle. Mais très loin de la promesse de toucher 100 % des salariés payés au Smic.

Confusion entretenue « entre salaire et lutte contre la pauvreté »

Édouard Philippe met en avant d’autres exemples : « Tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu’à 1 560 euros net de revenus. Avec un enfant, une mère célibataire (…) pourra percevoir la prime jusqu’à 2 000 euros de salaire. Un couple (avec) deux enfants, dont l’un gagne le Smic et l’autre 1 750 euros, verra ses revenus augmenter de 200 euros. » Il n’empêche que près de la moitié (45 %) des smicards devront s’en passer, au nom des revenus que gagne leur conjoint. « La hausse de la prime d’activité devait intervenir en janvier, elle interviendra en février. Elle devait concerner tous les smicards, elle n’en concernera plus qu’un sur deux… Quand le gouvernement parle de loi sur les fake news (fausses nouvelles – NDLR), la plus grosse des fake news vient de l’Élysée », grince le porte-parole du PCF et tête de liste communiste pour les élections européennes, Ian Brossat.

Boris Plazzi, dirigeant confédéral de la CGT en charge de la question des salaires, a fait les comptes : « Cela signifie qu’environ un million de travailleurs, et en particulier de travailleuses, ne toucheront pas ce que le président de la République leur avait pourtant promis. » Les femmes, qui perçoivent une rémunération en moyenne inférieure de 24 % aux hommes et représentent 58 % des deux millions de personnes payées au Smic, sont en effet mathématiquement désignées pour être les victimes de l’arbitrage gouvernemental en faveur d’une hausse de la prime d’activité, une aide sociale calculée selon les revenus du foyer et non le salaire perçu par la ou le bénéficiaire. « Le fait que davantage de foyers touchent la prime d’activité ne peut aucunement compenser l’injustice faite à ces travailleuses et travailleurs au Smic », dénonce Boris Plazzi.

Pourtant, Édouard Philippe avait promis textuellement tout autre chose à l’Assemblée nationale, mardi dernier. « Nous voulons que l’ensemble de ceux qui sont rémunérés au Smic bénéficient d’une augmentation substantielle de 100 euros, comme l’a dit le président de la République », avait-il affirmé devant les députés. Pour justifier son revirement, le chef du gouvernement s’est livré à une sidérante réflexion dans les Échos : « Cela peut paraître étonnant, mais 1,2 million de salariés payés autour du Smic (c’est-à-dire la majorité d’entre eux – NDLR) se trouvent dans les 30 % des foyers les plus aisés. (…) Prendre en compte l’ensemble des revenus ne me paraît pas scandaleux. C’est même un sujet de justice sociale. » CQFD. Cette confusion entretenue « entre salaire et lutte contre la pauvreté » est la rançon de « la volonté de décrocher le Smic de la notion de rémunération de la force de travail, décrypte Michel Husson, membre des Économistes atterrés. Cela de manière à justifier à tout prix que le patronat ne paye pas. Mais s’il faut ‘‘que le travail paie’’, comme l’a reconnu lui-même Édouard Philippe, cela passe par des hausses de salaire et non par des compléments bricolés ».

Pour Boris Plazzi, le détail des mesures exposé par Édouard Philippe dévoile « l’escroquerie en bande organisée à laquelle on assiste sur une prétendue augmentation du Smic ». D’autant que, à « l’arnaque sur les bénéficiaires de la prime d’activité », s’ajoute l’annonce, confirmée lundi aux syndicats, que le salaire minimum « ne sera revalorisé que de 1,5 % au 1er janvier, c’est-à-dire moins que la prévision avancée par le gouvernement », s’insurge le responsable de la CGT.

Mardi, devant les députés, la ministre du Travail avait été formelle : « Quant au Smic, il sera bien revalorisé d’environ 1,8 % à la rentrée. (…) Il s’élèvera à 1 210 euros » net. Muriel Pénicaud allant jusqu’à parler de « plus forte augmentation depuis treize ans » en l’absence de tout coup de pouce, la forte inflation expliquant ce niveau de revalorisation annuelle. Lundi matin, sur RTL, la ministre a fait machine arrière, évoquant « un Smic finalement à 1 204 euros », à cause d’« une inflation plus basse que prévu ». « Ça fait à peine une vingtaine d’euros par mois », calcule Boris Plazzi, très loin des 300 euros au minimum réclamés par la CGT. « Il aurait été bien plus efficace, lisible, d’augmenter tout de suite le Smic, plutôt que la prime d’activité, argumente le syndicaliste. Car cette prime versée par l’État ne va rien changer au bas des grilles de salaires dans les branches, les entreprises et l’administration. »

Sébastien Crépel avec Julia Hamlaoui

Cet article a été publié le Mercredi 19 décembre 2018 à 01:02 et est catégorisé sous POLITIQUE. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Les commentaires et trackbacks sont fermés pour cet article.

«
»
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus