• Visiteurs

    Il y a 5 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • décembre 2018
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Français n’ayez pas la mémoire courte ! Entendez les communistes et la CGT

Français n’ayez pas la mémoire courte ! Entendez les communistes et la CGT

Posté par jacques LAUPIES le 21 décembre 2018

En dehors du fait que le mouvement de gilets jaunes a bousculé la vie politique de notre pays, notamment grâce au soutien qu’il a eu de la population laquelle ne sait plus parfois à quel saint se vouer, que va-t-il  en résulter ?

Certes les miettes accordées par la grande bourgeoisie par l’intermédiaire de ses serviteurs zélés au pouvoir sont toujours bonne à prendre mais l’essentiel ne sera ni payé par les plus riches, ni par les entreprises dont la plupart tirent des profits exorbitants. Bien au contraire l’essentiel va être à la charge des « catégories moyennes » lesquelles ne constituent pas une classe homogène mais un mélange de salariés à revenu modeste ou moyen, de catégories vivant de la rente,  de leur auto exploitation (artisans, petits commerçants, exploitants agricoles, professions libérales etc.) Bref pour ne rien changer les moins pauvres pour les plus pauvres !

Certes, au stade actuel des confrontations auxquelles on assiste, le pouvoir se doit de tenter de calmer le jeu. Ce qui explique quelques cafouillages et semblant de retour en arrière mais les marges sont réduites si le rapport entre le capital et le travail n’est pas revu en faveur du travail.

De ce point de vue le pouvoir, et c’est une nouveauté, semble reconnaître que s’appuyer sur la demande et la consolider avec les quelques mesures annoncées sous la pression de gilets jaunes seraient bénéfiques à l’économie. Cela devrait encourager tous ceux qui dénoncent  la pensée unique mais lui sont encore soumis. 

Il n’y a pas de quoi, dans tout cela, chanter à la révolution y compris en brandissant l’exigence de participation voire de contestation des institutions (genre création de structures pseudos horizontales ou n’existeraient plus de pouvoir de représentation (l’idée anarchiste ressurgit sous couvert de bobos du spectacles, d’intellectuels et personnages en manque de popularité faisant don de leur personne ) ou ce que préparent l’extrême-droite sous ses nouveaux visages, la droite et les sociaux libéraux : une vaste récupération ou chacun va avoir son gilet jaune à lui et plonge dans d’écœurants opportunismes.

Les communistes bien engagés dans la campagne pour les européennes doivent faire entendre leurs solutions qui ne datent pas d’hier et consistent à poursuivre et développer le combat contre le capitalisme mondial et ses méfaits dans une Europe : instrumentalisation de la Banque européenne, complicité de fait avec les fraudes fiscales, refus des harmonisations fiscales et sociales bref  à la botte des marchés financiers, outil de main mise et de domination mondiale sur les peuples.

Une autre Europe est possible autre que celle des libéraux et des sociaux démocrates qui la gèrent. En ce sens il faut effectivement compléter politiquement les protestations qui se manifestent et pas seulement celle des gilets jaunes.

Quant aux gilets jaunes, s’il existent parmi eux une unité, avec  les effets bénéfiques que génèrent toute lutte, il importe de les interpeler et de démontrer que nos propositions vont dans le sens de leurs intérêts, toutes catégories confondues, et que le choix de ralliements politiques autres ou celui même de l’autonomie ne feront que conforter l’adversaire commun : le grand capital et ses instruments de pouvoir économiques, politiques et médiatiques.

Si j’osais je me hasarderais à cette comparaison qui remontent à 1968 où l’on a vu des soi-disant révolutionnaireS à la Cohn Bendit finir en larbin du libéralisme économique et soutien de Macron aujourd’hui. Et c’est bien peu dire …Travailleurs n’ayez pas ma mémoire courte !

Mobilisation. Samedi, un « acte VI » largement décentralisé

Vendredi, 21 Décembre, 2018

Plusieurs rassemblements de gilets jaunes sont envisagés à Paris, même si ceux-ci privilégient les régions, malgré les consignes d’évacuation des ronds-points par l’exécutif.

Il y aura sans doute encore un peu de jaune à Paris, ce week-end. Sur les diverses pages Facebook des groupes qui organisent le mouvement, rendez-vous est à nouveau donné dans la capitale, samedi. Place de l’Étoile autour de l’Arc de triomphe, place de l’Opéra ou sur le parvis de la Défense, divers lieux de réunion sont cités. Tout comme Versailles, d’où Éric Drouet, l’un des gilets jaunes les plus virulents, aimerait voir partir une « marche » sur l’Élysée… Le Mouvement citoyen des gilets jaunes et le collectif les Sans-Étiquette, insistant sur le côté « pacifique » de la mobilisation, appellent, eux, à se rassembler place de la République, autour d’une urne « permettant aux citoyens, sous forme de consultation populaire, d’exprimer », dans une forme de « votation citoyenne », expliquent-ils dans leur communiqué, « les choix prioritaires à faire ».

Le tour des grandes villes en région

Mais le gros de la manifestation de samedi devrait se tenir en province. Une large part des gilets jaunes est encore choquée d’avoir été bloquée aux portes de Paris la semaine dernière, voire dès leurs gares de départ. Ils ont donc mis sur pied une stratégie visant à « laisser vide » la capitale et ciblant les grandes villes en région : Lille, Amiens, Rennes, Nantes, Rouen, Caen, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Bourges, Lyon, Nancy, Strasbourg… « L’acte VI doit avoir un effet de masse », peut-on lire sur une carte largement partagée sur les réseaux sociaux. « Le but est d’avoir un impact fort » en même temps que d’échapper à la nasse policière parisienne et à la nouvelle opération de décrédibilisation médiatique qui en découlerait. Dans les Pyrénées-Orientales par exemple, les gilets jaunes de la France en colère organisent dès samedi matin un rassemblement à la frontière espagnole, au Boulou, au Perthus et sur l’autoroute A9, pour « bloquer tous les camions à l’import comme à l’export ». Ils auraient affrété des bus de Montpellier, Nîmes, Albi, Castres, Montauban, Toulouse…

Bloquage de camions à la frontière

Le mouvement paraissait se tasser cette semaine… mais ne s’arrête pas. Alors que de nombreuses voix appellent à rester sur les ronds-points, y compris à Noël – on y organise même des réveillons solidaires –, le gouvernement, qui misait sur un essoufflement, a décidé d’attaquer. Mercredi et hier, les forces de police ont fait démanteler 170 « campements » à coups de bulldozers parfois, même si la plupart du temps ces évacuations ont eu lieu dans le calme. Les gilets jaunes avaient reçu pour consigne de « ne pas résister », précise une porte-parole. Ce qui leur permettait, une fois la police partie, de se réinstaller à quelques mètres, comme cela s’est vu dans le Var, en Saône-et-Loire… « On n’a pas le choix, ça ne sert à rien pour le moment d’opposer une résistance, alors on est en train de tout plier et tout démonter », déplorait Denis Rudloff, un gilet jaune du Morbihan interrogé par l’AFP, qui s’attendait à ce que le mouvement reprenne de l’ampleur « après les fêtes ». Dans ce département breton, le préfet avait demandé mardi aux manifestants de « cesser leurs actions et (d’)évacuer », interdisant par arrêté « les rassemblements de personnes, les installations d’abris et le dépôt de matériaux » sur neuf ronds-points du département.

Une « guerre » de position résumée par Chantal Moraud, coordinatrice des gilets jaunes dans les Bouches-du-Rhône : « On lâche rien, mais on se réinstalle, et on se concentre en partie sur la marche pour le référendum d’initiative citoyenne », une quarantaine de « marcheurs », qui, partis de ce département, veulent rallier l’Assemblée nationale à pied. Dans l’Hémicycle, justement, on n’attend pas qu’ils y arrivent pour hausser le ton. Mercredi soir, le député communiste de Seine-Maritime Sébastien Jumel a interpellé le gouvernement, faisant part de son « envie de vomir » à propos de ces « consignes données de démanteler les ronds-points » : « Si vous croyez vous en sortir à bon compte en espérant goûter la dinde de Noël dans le luxe, le calme et la volupté, vous vous trompez. La colère du peuple et les humiliations successives, vous allez vous les prendre comme un boomerang. »

Grégory Marin
Photo : Julien Jaulin/hanslucas

Photo : Julien Jaulin/hanslucas

Philippe Martinez : « Gilets rouges ou jaunes, pour gagner il faut être plus nombreux »

Jeudi, 20 Décembre, 2018

Le secrétaire général de la CGT revient sur la mobilisation qui bouscule le pays. Pour Philippe Martinez, ce mouvement ne s’oppose pas aux luttes syndicales, mais souligne les obstacles à lever sur lesquels bute l’action collective des salariés.

L a crise des gilets jaunes questionne fortement la capacité des syndicats à défendre efficacement les intérêts des salariés. Leur utilité est-elle remise en cause ?

Philippe Martinez Ce qui est intéressant dans ce mouvement, c’est qu’alors que l’action collective a été dénigrée par ceux qui nous dirigent depuis des décennies, on voit un corps social qui retrouve le chemin de la mobilisation. Mais celle-ci se construit dans un contexte de mise à l’écart des organisations syndicales par les gouvernements successifs et par le patronat. Trop souvent, quand il y a des mobilisations, ceux-ci font comme si elles n’existaient pas, ou refusent de répondre aux attentes. En 2016, par exemple, il y a eu plus de monde dans les rues pendant quasiment un trimestre entier contre la loi El Khomri qu’avec les gilets jaunes aujourd’hui. Et le soutien de l’opinion publique aux manifestations était comparable. Or qu’a fait le gouvernement de l’époque ? Il a fait le choix de jouer la carte de la division des syndicats. Cela ne veut pas dire que nous ne portons aucune responsabilité dans le fait que, parmi les gilets jaunes qui portent des revendications sociales, beaucoup n’ont jamais ou alors rarement croisé des syndicats. Dans ces conditions, il est difficile pour ces salariés de se convaincre de leur utilité. Nous sommes très en retard dans notre déploiement dans l’ensemble du monde du travail. Tant que la CGT ne rayonnera que sur 25 % du salariat, les 75 % de salariés restants ne connaîtront des syndicats que ce qu’on peut leur raconter par ailleurs. Et, en général, ce ne sont pas des compliments.

Comment la CGT appréhende-t-elle ce mouve- ment sans organisation ni coordination ?

Philippe Martinez Notre position est claire sur ce mouvement des gilets jaunes. Il est parti d’une révolte contre la hausse du prix de l’essence, que partage la CGT, mais derrière on voyait bien le risque des mots d’ordre du refus de toutes taxes, cotisations comprises. Très vite, cependant, les banderoles ont affiché des slogans pour la hausse du Smic et l’impôt sur la fortune, comme sur les tracts de la CGT. Cela montre qu’on ne prêche pas dans le désert. Même si les jonctions ne sont pas évidentes au premier abord, ce mouvement est un mouvement social, hétéroclite dans sa composition, avec l’existence qu’il faut dénoncer de certains comportements inacceptables en son sein.

Les gilets jaunes ont obtenu des concessions du président de la République que le mouvement syndical a échoué à arracher malgré ses mobilisations ces dernières années. Cela vous conduit-il à repenser votre stratégie ?

Philippe Martinez Nous devons constamment nous interroger sur la stratégie la plus efficace pour gagner. Ce que font les gilets jaunes percute d’ailleurs nos débats dans la CGT sur l’efficacité des « journées saute-mouton » (les journées d’action espacées dans le temps – NDLR) et des mobilisations du samedi. Or, si on ne conjugue pas les actions le samedi avec des actions dans les entreprises, le Medef pourra continuer à dormir tranquille. Quant aux manifestations, aux occupations de carrefours ou de péages autoroutiers, elles font partie des formes diverses de l’expression collective du mécontentement que le mouvement syndical a lui-même expérimentées. En 2016, on a connu aussi des occupations, des formes de lutte identiques. J’entends bien la volonté d’une partie des représentants politiques et des médias d’installer l’idée que certains seraient plus efficaces que d’autres. À mon sens, ce que démontre avant tout l’action des gilets jaunes comme celle des syndicats, c’est que l’action collective paie. Mais paie-t-elle à la hauteur des revendications ? C’est, me semble-t-il, la question à poser. Dans leur lutte, les cheminots aussi ont obtenu des choses. Mais ils n’ont pas gagné tout ce qu’ils voulaient. De leur côté, les gilets jaunes ont arraché la hausse de la prime d’activité, la prime exceptionnelle dans certaines entreprises, mais ils n’ont pas gagné la hausse du Smic qu’ils revendiquent, ni le rétablissement de l’impôt sur la fortune. Si l’on veut obtenir davantage, il faut donc être encore plus nombreux à se mobiliser, et cela vaut pour tout le monde, gilets jaunes, rouges ou d’une autre couleur. Cela pose aussi la question de notre capacité collective de taper le cœur du système, c’est-à-dire le capital. Et le capital, ce sont les grands groupes, les multinationales.

Le contournement des syndicats n’est-il pas aussi la conséquence de luttes qui ne se traduisent plus par de nouvelles conquêtes ?

Philippe Martinez Oui, le monde du travail peine à arracher de nouvelles conquêtes. Il y a eu des mobilisations importantes, mais sur les enjeux nationaux, depuis les 35 heures, nous avons empêché des reculs mais nous n’avons rien gagné de nouveau. Cela pose la question de l’action collective, des formes de lutte. Ce sont des constats que l’on fait nous-mêmes, on est d’accord de ce point de vue.

N’est-ce pas aussi le produit d’une politique qui a visé à casser les syndicats ?

Philippe Martinez Depuis une dizaine d’années, le pouvoir a cultivé l’idée que le rôle des syndicats était d’accompagner ses mesures, et que ceux qui s’y refusaient devaient être mis sur la touche. En 2007, Nicolas Sarkozy faisait huer la CGT dans ses meetings. Emmanuel Macron est même allé plus loin en décidant d’écarter tous les syndicats, sans exception. Désormais, il fait son mea culpa tous les six mois. Il l’a fait en juillet, et encore ce mois-ci avec sa grande réunion avec les élus et les représentants syndicaux. Mais c’est de la communication.

Rien n’a donc changé à l’Élysée depuis la crise des gilets jaunes ?

Philippe Martinez Le président de la République a-t-il écouté nos revendications après cette réunion ? Absolument pas. À part dire qu’il parle trop brutalement, il n’a pas fait de remise en cause sur le fond. Quand le chef des députés de la République en marche (Gilles Le Gendre – NDLR) dit « notre erreur est d’avoir été trop subtils, trop intelligents », cela signifie qu’ils prennent ouvertement les gens pour des idiots. C’est du Macron dans le texte. Et quand le premier ministre déclare qu’une partie des smicards font partie des « foyers les plus aisés », on voit bien que rien n’a changé réellement. La CGT ne leur servira pas d’alibi.

Les divisions du syndicalisme ne participent-elles pas du sentiment qu’il n’est pas au service des salariés dans leur diversité ?

Philippe Martinez En effet. Tous les syndicats ont pour rôle de défendre les intérêts du monde du travail : c’est ainsi que raisonnent les citoyens. À partir du moment où ils estiment que ce n’est pas la préoccupation centrale des organisations, on entend sur les ronds-points : pourquoi n’arrivez-vous pas à vous mettre d’accord ? Tant que ce sentiment perdurera, notre crédibilité sera entachée.

Les gilets jaunes ne posent pas la question de la lutte à l’entreprise ni ne désignent le Medef comme leur adversaire. Est-ce un obstacle pour réaliser la jonction avec les luttes et les grèves syndicales ?

Philippe Martinez Pour la plupart, les manifestants sur les ronds-points ne travaillent pas dans les grandes entreprises. Ce sont des chômeurs, des retraités, des salariés de TPE-PME, voire des petits patrons et artisans, ce n’est pas la masse de nos syndiqués. Le capital, le CAC 40, les actionnaires, ils ne les croisent pas dans leur vie. Pour eux, le Medef, qui est le symbole de la puissance de l’argent, c’est lointain. La CGT doit donc être plus précise dans la désignation des premiers responsables de la situation. Le plus heureux des mesures du gouvernement, c’est le Medef : il ne met pas la main à la poche. Geoffroy Roux de Bézieux (le président du Medef – NDLR) affirme d’ailleurs que ce mouvement social ne le concerne pas, puisque les usines ne sont pas occupées et que ses permanences ne sont pas attaquées. C’est le travail de la CGT que de rappeler qu’il y a de l’argent mais qu’il est mal orienté, parce qu’il va aux actionnaires et non aux salariés. La prime d’activité sera payée par les impôts de tous, pendant que ceux qui détiennent le capital vont toucher encore plus d’argent. Les syndiqués à la CGT discutent sur les ronds-points avec les gilets jaunes pour pousser ce débat. Tous les salariés de ce pays sont soumis à la pression des actionnaires, qu’on travaille dans une grande ou une petite entreprise, et même dans les services publics.

Il n’y aura pas de coup de pouce au Smic mais une augmentation de la prime d’activité, que ne toucheront pas tous les salariés payés au salaire minimum. Est-ce une avancée partielle ou bien une supercherie ?

Philippe Martinez Quand on n’a rien ou pas grand-chose, 100 euros de plus, c’est toujours ça de pris. Mais la mesure reste une supercherie parce que ce sont les contribuables qui vont payer à la place de l’augmentation des salaires due par les patrons. Et puis, cette prime est inégalitaire, puisque la référence pour la toucher est le revenu du foyer. Comme les hommes gagnent souvent plus que les femmes, une grande part d’entre elles payées au Smic n’auront pas droit à ces 100 euros. C’est scandaleux ! On a interpellé le gouvernement pour que s’ouvre une véritable négociation sur l’augmentation du Smic. Une telle hausse permet en effet de faire évoluer tous les salaires, et pas seulement le plus bas. Et, à la différence de la prime d’activité, qui ne génère aucun droit pour la retraite ni pour la protection sociale en général, le salaire produit des cotisations sociales qui comptent dans la rémunération du travail. Au lieu de cela, le gouvernement considère toujours que le travail est un coût et que le capital doit être épargné. Les cadeaux stupides continuent, comme la défiscalisation des heures supplémentaires. Croit-on que c’est en faisant travailler plus ceux qui ont déjà un emploi que ça va permettre à ceux qui n’en ont pas d’en trouver un ?

Le gouvernement a annoncé vouloir maintenir le train de ses réformes. Qu’envisage la CGT comme riposte pour le début de 2019 ?

Philippe Martinez Nous estimons qu’il faut remettre le couvert rapidement, en mobilisant dès le début de l’année sur des questions essentielles comme les salaires et la justice fiscale. Nous sommes à l’initiative pour porter ces revendications avec le maximum d’organisations syndicales de salariés et de jeunesse à l’occasion d’un temps fort après les congés, dans des formes qui restent à définir.

Entretien réalisé par Sébastien Crépel

 

 

 

 

 

 

Cet article a été publié le Vendredi 21 décembre 2018 à 00:16 et est catégorisé sous POLITIQUE. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Les commentaires et trackbacks sont fermés pour cet article.

«
»
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus