• Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Méta

  • février 2019
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Dali

    Dali

  • Tête de liste des communistes

    Européennes

    Pour faire gagner une Europe Sociale et Ecologiste le 26 mai 2019
    Jeunes mobilisez vous pour faire connaitre et défendre la liste des candidats présentés par le PCF

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Manifestation contre l’anti sémitisme : un drôle de mélange

Manifestation contre l’anti sémitisme : un drôle de mélange

Posté par jacques LAUPIES le 19 février 2019

Résultat d’images pour finkielkraut Bernard-Henri Lévy  Éric Zemmour  De la droite au RN... Eric Zemmour, le polémiste que toutes les droites s'arrachent 

Méfions nous des « grands rassemblements » des « grands débats » on peut y faire des rencontres de ces provocateurs que les tenants de l’ordre n’inquiéteront pas !

 

 

 

Bien entendu il est difficile pour qui que ce soit de raisonnable, à fortiori s’il est notoirement connu pour son appartenance à un parti politique, de ne pas se rallier à un rassemblement quasi unanime contre l’antisémitisme.

Mais au vu de la médiatisation excessive des attaques verbales adressées par des manifestants  contre le philosophe Finkielkraut et de l’exploitation qu’en fait le pouvoir et un certain nombre de dirigeants politiques je reste perplexe.

Qu’un individu bardé d’un gilets jaunes se permette de le traiter de « sioniste de merde » n’est, à défaut de l’élégance du propos, qu’une manière de situer un autre individu qui n’a de cesse de s’en prendre aux palestiniens et de plaider pour Israël avec des mots plus choisis.

Comme BHL ce philosophe sait défendre la cause du monde de l’argent sans en avoir l’air, bardé de son armure d’académicien, et des références à l’un des génocides les plus abject dont l’humanité aura eu à souffrir : la shoah, pour se donner belle allure. Car il y a bien d’autres crimes génocidaires auxquels se sont livrés, ou pour le moins ont  soutenus et cautionnés au nom de leur dogme, d’autres courants religieux. Par exemple des éliminations massives de population (Indiens d’Amérique du Nord par les évangélistes, du Sud par les papistes – avec la modération que l’on sait par rapport à leur acceptation de l’esclavage des africains – pogroms avec les orthodoxes et massacres arméniens avec les ottomans adorateurs du prophète) D’autant que certaines d’entre elles se livrent encore à l’encouragement de  l’oppression d’une population à l’avantage d’une autre, tels les intégristes de tout poil : musulmans, juifs et même chrétiens qui s’acoquinent aux colonialismes et autres annexions de territoires. 

Bref les religions, toujours elles,  capables du pire mais parfois du meilleur ! Le Meilleur relevant souvent de la charité et de l’abnégation de quelques uns. Mais les François d’Assises auront bien moins fait que les Rousseau, les Marx et les Jaurès pour tracer d’autres voies plus efficaces pour la liberté et la justice sociale.

Si mon opposition aux religions n’est pas dogmatique et si je reconnais l’utilité de faire dire à un Dieu – qui pour moi n’est qu’un de ces fantasmes auxquelles nous conduisent parfois nos peurs et nos révoltes – que nous devons être meilleurs et plus solidaires, j’aurai bien de la peine à croire que ces religions permettront de transformer le monde et l’être humain. 

Quant aux laïques qui les accompagnent ou s’y opposent, genre nos deux « nouveaux philosophes » des années 1970 encore en exercice, on comprend que leur position plutôt confortable suscite toujours leurs  apparitions médiatiques qui à mon sens n’ont rien de fortuit et se traduisent toujours par un soutien à la bourgeoisie dont ils sont devenus de parfaits représentants totalement intégrés.

Alors franchement qu’on enfarine un peu Finkielkraut ou BHL n’est pas pour me déplaire; Encore une fois je veux bien  reconnaître leur liberté de penser ou d’aller se balader là ou n’a pas nécessairement envie de les voir ! Un « enfarinage » qui la plupart du temps, soit dit en passant, n’a rien à voir avec l’antisémitisme mais est plus motivé par la morgue de ces deux lascars que par leur pensée profonde. Cependant je ne les crois pas assez imbéciles pour ne pas user et abuser de ce que peut signifier leur présence provocatrice.

Mais évidemment cela soulage Castaner et Compagnie et leur donne de la voix  pour procéder à des  amalgames avec les gilets jaunes ! On nous fait le coup de l’unité nationale en créant parallèlement la désunion. Les travailleurs n’ont rien à gagner dans la confusion des genres !

 

 Quelques commentaires relevés dans WIKIPEDIA

Alain Finkielkraut (prononcé en français : [finkɛlkʁot]), né le 30 juin 1949 à Paris, est un philosophe, écrivain, académicien, essayiste et animateur de radio français.
Agrégé de lettres modernes et titulaire d’une maîtrise de philosophie, il anime depuis 1985 l’émission Répliques sur France Culture et est l’auteur de nombreux essais sur la littérature, l’amour ou la modernité. Professeur au lycée technique de Beauvais, puis à l’Université de Berkeley entre 1974 et 1978, il a enseigné à l’Institut universitaire Elie-Wiesel et a été professeur d’histoire des idées au département Humanités et sciences sociales de l’École polytechnique entre 1989 et 2014, année où il est élu membre de l’Académie française. Il intervient assez souvent dans l’espace médiatique français.
Il s’est engagé dans le mouvement de mai 68 avant de rejoindre la « nouvelle philosophie » dans les années 1970. Devenu un intellectuel familier du public au cours des années 1980, il développe alors une réflexion propre sur l’identité, la mémoire et l’intégration par l’école. Dans ce contexte, il s’est exprimé sur des questions politiques comme la judéité, le nationalisme, la colonisation, le sionisme, la notion d’identité, l’antisémitisme et le racisme, sur le multiculturalisme, sur les failles du système éducatif français, ou encore sur les guerres de Yougoslavie — prises de positions qui ont parfois fait l’objet de vives controverses.
Il est officier de la Légion d’honneur depuis 2009 et lauréat de nombreux prix pour ses essais Sionisme — Wikipédia

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme
    Manifestation contre l'anti  sémitisme : un drôle de mélange dans POLITIQUE f9bbbf72

    Vue d’ensemble

    Le sionisme est une idéologie politique fondée sur un sentiment national juif, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres, prônant l’existence d’un centre territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d’Israël (Eretz Israël). Son principal théoricien est Theodor Herzl qui publie « Der Judenstaat » (L’État des Juifs) en 1896. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à donner ou redonner aux Juifs un statut perdu depuis l’Antiquité et les royaumes hasmonéen et hérodien, à savoir celui d’un peuple disposant d’un territoire. Le sionisme aboutit en 1948 à la création de l’État d’Israël. Il faut le différencier du postsionisme, qui veut donner une orientation laïque à l’État d’Israël, normaliser les relations avec les Palestiniens, et du néosionisme, qui milite pour la migration des Palestiniens et des Arabes israéliens vers les autres pays arabes.
    Le sionisme se partage entre différents courants qui vont du sionisme travailliste au sionisme religieux juif ou même chrétien.
    Le terme sionisme fait référence au « retour à Sion » qui est une colline de Jérusalem.
    L’opposition au sionisme est désignée sous le vocable d’antisionisme.

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus