Pour gagner l’union et le nombre !

Posté par jacques LAUPIES le 19 mars 2019

Nous y voila ! L’objectif des gouvernants est depuis le début de dévaluer l’action des gilets jaunes car ce qui fait la force de ce mouvement c’est qu’il a bénéficié du soutien d’une majorité de la population.

Le meilleur moyen de le rendre impopulaire étant évidemment d’exploiter la violence de casseurs et d’autre part de provoquer les manifestants par la violence policière. S’y ajoute la pression médiatique qui voit la plupart des commentateur et éditorialistes de chaîne exploiter à fond les scènes de violence et se travestir en agents direct du pouvoir.

Dire que cela est sans effet serait bien naïf, mais prendre les français pour des imbéciles qui goberaient tout ce que racontent les députés LREM et les ministres à longueur d’antenne est une ânerie bien peu digne de personnages qui prétendent diriger la France et sont aux ordres d’une classe dominante qui commence à avoir la trouille.

Car la réalité est là ! Même si l’on sait que la violence de certains groupuscules, les uns et les autres se rejoignant dans l’idée que l’état actuel pourrait être disloqué, est une voie sans issue qui, de toute manière ne peut aboutir un pseudo désordre, lequel aboutirait à un durcissement (déjà amorcé) du régime.

Ces petites têtes (ou grosses selon le critère de jugement) devraient savoir que les problèmes posés par le mouvement (pouvoir d’achat en diminution, fiscalité injustes et frauduleuse, démocratie bidon, etc.) demeurent et qu’il est à craindre pour eux que le mouvement se poursuive.

Ils le savent bien et risquent tôt ou tard de faire pipi dans leur culotte d’aristos nouvelle vague ! 

En attendant leur débandade les revendications des gilets jaunes rejoignent pour une bonne part celles de millions de travailleurs que nombre d’organisations syndicales et politiques (communistes en tout cas) portent depuis fort longtemps.

Mais pour gagner il faut l’union et le nombre, rien de moins. Qu’on se le dise !

_________________________

 

Et pour gagner il faut aussi ouvrir des perspectives politiques et faire en sorte que  le PCF retrouve son influence électorale. 

 

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

La Section de Tarascon du PCF soutient sans réserve la manifestation prévue 

ce mardi  à 10 H 30 devant les locaux de la Sécurité Sociale à TARASCON

à l’appel de la CGT, de FO ET DE GILETS JAUNES

 

——————————————————————————–

 

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

 

MOBILISATION. À L’HEURE DES ARBITRAGES, LES SYNDICATS DONNENT DE LA VOIX

Mardi, 19 Mars, 2019

Après les mobilisations sociales et environnementales de samedi, les syndicats prennent le relais et appellent à la grève et à la mobilisation, ce mardi 19 mars, pour faire entendre leurs revendications sur les salaires et les services publics, alors que le grand débat touche à sa fin.

À l’heure des conclusions, alors que le grand débat s’est officiellement achevé ce vendredi, les syndicats veulent « se faire entendre » et ne pas rester « spectateurs, ni caution de décisions qui pourraient être prises en matière sociale », revendique Yves Veyrier, secrétaire général du syndicat Force ouvrière, qui fait son grand retour chez les « contestataires », renforçant ainsi l’intersyndicale CGT, Solidaires, Unef, UNL, UNL-SD. Des syndicats qui, pour ne pas participer à l’« enfumage », ont boycotté les rendez-vous thématiques du grand débat organisés la semaine dernière, regrettant que « le gouvernement reste enfermé dans ce qu’il pense être un véritable débat, alors que, concrètement, les réponses ne sont pas en phase avec le mouvement social ». Pour la CGT, l’heure est désormais à « la mobilisation générale ».

Un mois après la première journée de convergence avec les gilets jaunes, le 5 février, qui a vu défiler plus de 300 000 personnes, les syndicats souhaitent amplifier le mouvement. D’autant que, depuis plusieurs semaines, les militants sur le terrain s’activent de débats publics en initiatives sur la défense des services publics, de distributions de tracts en rédaction de cahiers revendicatifs dans les entreprises. En tête des doléances, la hausse des salaires, mais également la défiance sur la future réforme des retraites, l’exigence d’une plus grande justice fiscale – via la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité et la remise en vigueur de l’ISF – ou encore l’attachement réaffirmé aux services publics de proximité… Autant de revendications qui rejoignent…

 

Cet article a été publié le Mardi 19 mars 2019 à 00:26 et est catégorisé sous POLITIQUE. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le fil Flux des commentaires. Les commentaires et trackbacks sont fermés pour cet article.

«
»
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus