Implantations commerciales : Fermeture de Lidl aux Ferrages ?

Posté par jacques LAUPIES le 16 décembre 2010

p1020012.jpg

Il n’est pas dans nos habitudes de nous mêler du bon sens de l’implantation des commerces dans notre bonne ville de Tarascon. Peut-être est-ce une erreur car il s’agit là d’un sujet qui ne laisse pas indifférents nos concitoyens. A juste titre.

D’autant que le désert commercial s’installe dans notre cité. Il y a évidemment des raisons économiques à cela : clientèle attirée par les grandes surfaces et difficulté pour le petit commerce de résister à cette concurrence.

Tarascon n’est pas la seule ville de cette importance à souffrir de cette situation.

En centre ville rares se font les épiceries, boucheries, fruits et légumes, restaurants, etc. En tous cas, et c’est heureux, s’il n’y avait pas ce type de commerce tenu par des nouveaux arrivés dans la commune (généralement originaires du Maghreb) et des tarasconnais de longue date qui ne désarment pas, la ville serait lourdement handicapée.

Les implantations de commerce de vêtements et de chaussures résistent difficilement. Les conditions d’exercice de ces métiers ne sont pas d’une rentabilité évidente.

Subsistent les Banques qui elles savent rester au plus près des clients pour vendre des services de plus en plus couteux. Mais cette présence est encore nécessaire et pas trop bousculée par les techniques nouvelles de communication. Les assureurs également ont besoin de cette proximité.

Dans un registre différent on trouve encore les boulangers, les coiffeurs, les pharmaciens, quelques cafés et restaurants, marchands de fleurs, agents de voyages, etc.

On peut toujours mettre en cause la fréquentation limitée d’une population des extérieurs de la ville qui embarquée dans les voitures ne se hasarde pas dans nos rues où se garer leur semble relever de l’exploit.

Seulement voilà il semblerait que  des deux super marchés, accessibles autant en automobile qu’à pied par une clientèle se situant en gros entre digues et voies ferrées, l’un d’eux le Lidl des Ferrages est parait-il menacé de fermeture.

Outre que ce magasin sert des produits à des prix très compétitif, il permet à des personnes de bénéficier de sa proximité parce que ne disposant pas de véhicule ou répugnant à l’utiliser pour faire leurs courses.

Les retraités sont concernés mais aussi nombre de ménagères et, si ce magasin ferme ou n’est pas remplacé par une surface commerciale de même type, toute une population dans ce quartier notoirement marquée de paupérisation va en souffrir.

Il serait judicieux pour la Direction de cette chaîne bien connue, d’apprécier les conséquences de cette fermeture, si l’idée en subsiste ! Certes il y a les profits, la rentabilité, toujours eux !

On ne leur demandera pas de publier leurs comptes mais peut-etre d’élargir leur pub pour en appeler à plus de fréquentation, de penser au service du public à défaut d’être un service public. Voila ce que l’on pourrait conseiller à cette enseigne qui vend de très bons produits et n’hésite pas à ouvrir des magasins là ou la concurrence est fortement implantée (à Beaucaire notamment)

Enfin, même si les reclassements sont assurés, cela va provoquer des pertes d’emplois.

Est ce que les pouvoirs publics locaux se sont préoccupés de cette désertification commerciale ? On ne peut que suggérer, si cela n’est pas, d’intervenir.

Et suggérer également que la population du quartier fasse savoir que cette fermeture ne lui conviendrait absolument pas. 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

BHL et DSK

Posté par jacques LAUPIES le 11 décembre 2010

p10109851.jpg

Fort heureusement, par l’expérience, le peuple a parfois le bon sens de dénicher les imposteurs, fussent-ils des auteurs réputés.

Lorsque nous voyons un BHL soutenir un DSK on n’a pas de peine à imaginer ce que pourrait donner pour la France un dirigeant qui gère le FMI en loyal serviteur du capitalisme international. La compagnie de ce philosophe dont le langage “humaniste” dissimule mal sa vision libérale n’a rien de rassurant. Dans ses propos toujours une parfaite ignorance de tout ce qui explique la mondialisation et la rend insupportable : l’exploitation du travail organisée à l’échelle planétaire. Il préfère se livrer à des interventions plus ou moins enfumées de droits de l’homme et, même s’il excelle en ce domaine d’une terne brillance, cela ne peut nous convaincre.

Voila le type même d’opposants de façade qui ferait bien de tourner sept fois sa langue quand il critique (fort modéremment d’ailleurs) cet autre Kouchtner de qui il n’a rien à envier sinon qu’il fut Ministre de Sarkosy. Personne ce vendredi soir, comme d’habitude dans les émissions de ce style, pour le contrarier vraiment. Comme on pourrait dire : des malins, des coquins, car ils savent ce qu’ils font. Les bobos amateurs de pensée unique ont du se régaler.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Cantonales à Tarascon : faisons le point !

Posté par jacques LAUPIES le 7 décembre 2010

p1010933.jpg

Echarpes (ville, département, région) qu’il serait temps de faire porter par des élus de gauche !

Toujours des bruits courent sur les candidatures dont certaines  d’entre elles semblent bien établies !

Pour la droite : celle du Conseiller Général  Lucien Limousin, sortant qui serait rangé dans les divers droite,  celle de Valérie LAUPIES, Conseillère Régionale du Front  National, celle du Maire Charles FABRE investi par l’UMP.

Pour la Gauche : celle de Enna DUFOUR titulaire  et celle d’Alain DUPRE suppléants qui bénéficient de l’investiture du Front de Gauche (Parti communiste, Parti de Gauche et Gauche Unitaire)

Les autres candidatures ne relèvent que de la rumeur.

Celle de Jean René SOLER notamment, qui aurait reçu l’investiture du PS, parait suicidaire pour ce Parti. En effet la crédibilité  de JR SOLER est sérieusement émoussée par sa trajectoire politique qui va du PCF au Parti de Gauche, en passant par une alliance au municipale, avec une candidate elle aussi présumée, Laurence DELEUZE. Cette dernière appartenant à une organisation d’extrême gauche avait  apporté son soutien au candidat de droite Lucien LIMOUSIN.

Faire atterrir la candidature fluctuante de JR SOLER au PS ne peut avoir qu’une signification pour les éminences locales qui tripatouillent sur le dos d’un électorat socialiste : affaiblir et diviser l’électorat de gauche et renforcer par la même les candidats de droite dont le sortant ?

Sinon comprenne qui pourra. ? Car le renoncement du PS serait pour lui une prise de risque pour l’avenir, à moins qu’il ne nous prépare la répétition d’une opération dont les vieux tarasconnais se souviennent et qui, dans les années soixante avait propulsé « les socialistes » à la Mairie avec en tête de liste un certain Colonel André, personnage fort éloigné de la gauche. Nous serions donc dans la reprise d’une stratégie locale chère à la vieille garde du PS. Nul doute que les « jeunes » risquent de ne pas apprécier ce retour à la tradition…

Mais d’ici le mois de mars peut être aurons nous des surprises ?

La vraie gauche se trouve donc rassemblée au sein du Front de Gauche, forte des options nationales très claires qui s’expriment dans l’élaboration d’un programme partagé et ne saurait dissocier cette élection du contexte national.

Avec un gouvernement qui remet  en cause tous les acquis sociaux, accélère la financiarisation de l’économie au détriment de l’investissement productif (emploi notamment) centralise les pouvoirs entre les mains d’un Président de la République omnipotent, comment faire confiance à ceux qui se réclament d’eux et qui disposent l’un du pouvoir municipal, l’autre d’un mandat départemental (donc cantonal)

Les communistes totalement investis dans le Front de Gauche avec leurs amis du Parti de Gauche mettront tout en œuvre pour sensibiliser la population sur l’enjeu de ces élections et la nécessité 

-  1) d’en finir avec les pouvoirs de droite locaux,

- 2) d’éclairer sur les dangers que représentent les candidatures des extrêmes sans pour autant rejeter un électorat qui aspire comme nous à des changements radicaux de politique.

Mais pour gagner à Tarascon le Front de Gauche doit-être élargi, renforcé.  Cela peut se faire de deux manières :

-          Soit en adhérent aux Partis concernés dont évidemment le nôtre

-          Soit en apportant un soutien aux candidats en s’intégrant au Comité de soutien du Front de gauche à titre personnel

-          Soit par une  intégration au Front de Gauche local par l’intermédiaire d’ un organisme (Section de Parti, Syndicat, Association, etc.

Voila une belle bataille à mener qui ne pourrait que rehausser une gauche démontrant son unité et son  ambition pour défendre ses valeurs de solidarité, de liberté et de démocratie participative !

Jacques LAUPIES

Responsable communication PCF TARASCON

PERMANENCES DU PCF : LUNDIS DE 18 A 20 H 00  35, rue Monge – 13150 TARASCON 

Les candidats du Front de Gauche  (Parti Communiste, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) 

ENNA DUFOUR

Enseignante honoraire

TITULAIRE

ALAIN DUPRE

Agent de Maitrise SNCF

SUPPLEANT

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le Front de Gauche de Tarascon communique

Posté par jacques LAUPIES le 7 décembre 2010

Le Front de Gauche de Tarascon (Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) a désigné ses candidats pour les élections cantonales.

 Enna DUFOUR 

Conseillère municipale (ennatarascon@aol.com)

Alain DUPRE Agent de maîtrise à la SNCF 

Militant syndical et associatif (alain.dupre@neuf.fr

Sa première démarche, devant l’attitude indigne et méprisante du gouvernement, est de demander à tous ceux qui sont en accord avec les grandes lignes politiques que le Front de Gauche défend, de se rassembler, autour de ses candidats 

·        Préserver notre système de retraite par répartition, tout à fait viable, et auquel la réforme proposée porte un coup fatal, contrairement à ce qui est annoncé. 

·        Préserver notre système de santé, qui bientôt ne sera accessible qu’à une poignée de personnes. 

·        En finir avec la casse de nos services publics : Eau. EDF. Poste : ça marche moins bien, et ça coûte plus cher. 

·        Education : 40 000 postes supprimés en deux ans (16 000 l’an prochain !).   

·        Leurs réformes ne réalisent même pas les objectifs qu’elles prétendent vouloir atteindre. 

C’est purement du travail de démolition. Et la casse ne s’arrête pas là : agriculture, justice, petit commerce… ·        En finir, avec la démission de l’état : On demande aux collectivités locales de prendre en charge des tâches qu’elles n’ont plus les moyens d’assumer. En clair : Notre République est en danger. 

Nous serons heureux d’accueillir, et de travailler avec tous ceux (Associatifs, politiques, individus isolés), qui ont envie de mettre fin à cette débâcle et de reconstruire. LE FRONT DE GAUCHE DE TARASCON 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ségolène, Dominique, François et les autres

Posté par jacques LAUPIES le 1 décembre 2010

p1010918.jpg 

Faire parler, faire proposer, synthétiser les idées selon une méthode éprouvée (pour nous elle est essentiellement d’essence marxiste) faire apprendre à contrôler la gouvernance politique ! N’est ce pas le rôle des partis ?

 

Nous évoquions ce weekend dernier  ce que nous inspirent les révélations de Wikileaks. A peine avions nous rédigé le texte qui précède dans ce blog que nous voilà devant la télé à écouter et voir Montebourg.

Et ce jour même la télé nous annonce la candidature de Ségolène Royal. Avec Walls, Hollande, cela fait  quatre prétendants. Si l’on y ajoute  Martine Aubry et Dominique Strauss Khan les électeurs des primaires (de droite et de gauche) vont avoir le choix.

Chacun a son programme et ses approches « philosophiques et politiques » si bien que la synthèse de tout cet ensemble promet d’être savoureuse. Mais n’ayons pas la naïveté de croire qu’il y a une tendance révolutionnaire dans tout ça.

Les électeurs bien orientés par la télé vont avoir à choisir entre ces candidats sauf si, au dernier moment,  il y a des retraits. Il existe visiblement une palette de prétendants au trône du côté droit et au centre (revalorisé pour la circonstance).

Si les choses en restent  là, le Front de gauche, qui ne dispose que de deux candidatures à la candidature,  pour l’instant,  va se sentir bien isolé dans les couloirs d’attente des  plateaux de télé.

Ne nous y trompons pas les médias vont œuvrer pour la promotion de ceux qui les financent et (ou) exercent un pouvoir de contrôles sur eux. Car il faut tout prévoir, y compris la défaite de Sarkosy et préparer un prétendant à la succession le plus proche possible de sa politique si profitable aux riches de ce pays.

Mais pour en revenir à Montebourg, celui-ci semble s’engouffrer dans un créneau politique un peu différent (en tous cas en apparence) de ceux de ses amis et prendre en compte certaines exigences  en matière de réformes institutionnelles (6ème république que nous appelons de nos vœux), d’économie (il  a insisté sur le besoins d’une économie « capitaliste » sociale et solidaire) et des contrôles bancaires. C’est un bon début pour un socialiste, surtout par les temps qui courent !

Il a eu des accents de républicain convaincu et on lu a même attribué le qualificatif de gaullien. Autant d’éléments qui  plaident en sa faveur auprès d’un certain public.

Y aurait-il un lien avec  la précipitation de Ségolène Royal qui  dépêche  Dominique Strauss Khan en Premier Ministre éventuel ? Lamentable !

Mais que peut –on espérer de ces élections primaires qui, nous semble-t-il, vont placer les querelles de personnes au premier plan et effacer les réponses possibles à l’attente des français ?

En fait les français vont être invités à des élections primaires qui consisteront

-          Choisir entre des hommes ou des femmes, issus de la même famille politique présentant des propositions élaborées  à partir de leurs propres convictions mais ayant pu fort bien y renoncer et se situer dans un opportunisme électoral pour réussir à s’imposer. Ce qui en tout état ne peut offrir de réelles garanties d’autant qu’ils seront  ensuite confrontés à une synthèse de parti qu’ils porteront ou de laquelle ils se détacheront dans l’exercice du pouvoir.  La conséquence du choix soumis à un suffrage universel  étant  de réduire l’impact du groupe qui le soutien (les français de toutes opinions seront amenés à faire le choix de la candidature) Le rôle des partis politiques, garantie de démocratie de l’expression populaire s’en trouvera nécessairement diminué.

-          Ou bien s’en remettre au système actuel qui consiste à choisir entre des programmes politiques élaborés collectivement au plus près de la population (pour ce qui concerne certains partis) Les candidats ayant à rendre compte de leur application  devant les instances qui les ont désignés. Ce choix ayant  à priori pour conséquence, sans pour autant réduire l’initiative individuelle, de mettre l’élu en responsabilité devant ceux qui lui confient un mandat. D’abord en l’investissant au plus près de l’élaboration des orientations politiques, ensuite en le soumettant aux contrôles des électeurs. Ce système n’est pas parfait car il privilégie les états-majors des partis à tous les niveaux, sauf si ceux-ci pratiquent une démocratie interne irréprochable.

C’est aux partis qu’il incombe de consulter et de faire participer les électeurs  au scrutin présidentiel dont les modalités  devraient évidemment être revues et qui nécessitent une révision constitutionnelle. Il faut placer chaque élu dans de meilleures conditions pour légiférer et gouverner au mieux de l’application des idées dont il se réclame.

Le scrutin proportionnel accusé de produire de l’ « ingouvernabilité »  n’a rien à envier à la plupart des scrutins actuels  qui accentuent les magouilles médiatiques. Lesquelles  s’appuient sur l’aspect  émotionnel  que prend l’individualisation de l’élection qui va dérouter le  citoyen peu averti sur les questions politiques de fond.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...633634635636637
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus