• février 2017
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Sondages

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Auteur

    jacques LAUPIES

  • Méta

  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • jacques.laupies@orange.fr

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Articles

  • Accueil
  • > DSK 004 – L’affaire et ses épiphénomènes

DSK 004 – L’affaire et ses épiphénomènes

19052011

p1020329.jpg

L’affaire suscite chaque jour un débat sur un sujet particulier ayant évidemment lien avec elle.

Un candidat fabriqué de toute pièce pour servir une fraction de ceux qui dirigent le monde économique et financier est incarcéré. Quasiment imposé au Parti Socialiste par une tendance favorable à la poursuite d’une politique de gestion des affaires du capital, cela provoque des débats sur les mœurs judiciaires, politiques, journalistiques autant que sur les mœurs tout court.

De quoi se régaler dans les nouveaux salons parisiens que sont aujourd’hui les plateaux de télévision et les salles de rédaction ou l’on disserte à loisirs sur les affres du pouvoir, de la fonction politique. Grandeur et misère de la gouvernance sont à l’ordre du jour. On en fait des documentaires, des films même.

Et dans cette affaire les conclusions arrivent : la justice américaine est différente de la nôtre ! Serait-elle meilleure au point que nos dirigeants seraient tentés de l’imiter ? Ben évidemment ce n’est pas trop le moment d’évoquer la suppression des juges d’instruction, ni même d’instaurer des jurys populaires car à en croire ce qui se passe aux Etats-Unis cela n’est pas du meilleur effet. Il aura fallu qu’un éminent homme politique français en fasse les frais pour que cela fasse réfléchir certains. Cela ira-t-il jusqu’à bousculer la vision quont de tout cela nos plus hautes instances gouvernementales ? Peu probable !

Idem pour les conditions d’incarcération ? Aux Etas Unis elles ne semblent pas meilleures que les nôtres qui ne sont pas, dit-on, au top. Quant aux droits et à l’égalité des justiciables, au vue des conditions d’exercice de la défense, il semble qu’il vaut mieux être fortuné pour qu’elles ne desservent pas trop l’accusé. En effet c’est à la défense qu’il incomberait de prendre en charge les enquêtes et expertises nécessaires pour tenter de disculper l’accusé. Même la libération conditionnelle est assortie du « Tu payes si tu veux sortir ! » Au fait les français savent-ils que cela existe chez nous. Dans de moindres proportions certes !

Sur le plan politique voila que nous serions, nous français, selon la presse anglo-saxonne, trop laxistes et peu exigeants sur la moralité de nos élus. Mieux vaut de na pas être trop regardant sur le sujet car il n’est point besoin d’être un grand amateur d’histoire ou d’Histoire pour se rendre compte que la vénalité a une dimension internationale qu’entretient le système de la mondialisation capitaliste et qu’elle n’épargne pas les américains. Ces derniers qui hélas nous inspirent de plus en plus savent sacrifier quand c’est nécessaire – et incontournable – les trop gourmands politiciens et souvent hommes d’affaires. Mais une hirondelle ne fait pas le printemps !

Quand à nos mœurs sexuelles la différence serait plutôt dans la manière dont on en fait état. Le puritanisme anglo-saxon est probablement tout aussi hypocrite que les interdits de l’église romaine. Protestants, anglicans ou juifs jusqu’à preuve du contraire sont tout autant débordés par le sexe dont la manipulation demeure une arme de pouvoir dans tous les pays. Et même nos libertins peinent à faire en sorte que s’étende une liberté hélas bien surveillée de nos jours.

Evidemment dans l’affaire il s’agit du respect de l’autre et c’est autrement grave. Mais qui peut nier que cela ne va pas faire ressurgir les suspicions et de nouvelles contraintes qui vont peser sur les libertés individuelles. Si au nom de la probité on commence à exiger des conduites exemplaires des politiques, déjà que les candidats aux élections hésitent et craignent des représailles en cas de malversations dans leur entourage, qu’en sera-t-il s’ils doivent déballer leur vie intime ?

De nos jours un chauffard ivre qui tue, un chirurgien qui est accusé d’avoir mal opéré, un malade qui agresse sexuellement femme ou enfant, jusqu’au footballeur qui commet une faute de jeu, un libéré qui récidive, tous deviennent des exemples pour soi disant protéger leurs victimes et permettre de promulguer des lois qui seront prétexte à une surveillance accrue, à développer la méfiance quand ce ne sera pas des complots pour se débarrasser d’un gêneur quelconque.

Loin de moi l’idée d’une société anarchique ou tout serait permis mais attention tout de même à ne pas pourrir la société d’une peur permanente source de refuge dans les bras de n’importe quels prophètes du malheur…

 

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus