Internationalisme 1

Beaucoup d’internationalisme

p1000836.jpg

 

http://humanite.fr/11_03_2011-michael-moore-%C2%AB-lam%C3%A9rique-nest-pas-en-faillite-%C2%BB-467351

La planète est avec la mondialisation capitaliste livrée aux financiers lesquels se livrent à la spéculation dont évidemment l’un des buts essentiels est de trouver des lieux ou l’exploitation du travail est la plus facile. Cette gangrène frappe partout y compris en France. D’un côté toujours plus de richesses accumulées sur le dos des travailleurs, de l’autre ces travailleurs avec des bas salaires et des droits sociaux inexistants par endroits, réduits voire supprimés dans d’autres.

Notre pays, livré à cette mondialisation libérale, ne pourra, quoiqu’on en dise, être épargné si d’ores et déjà les reconquêtes sociales (source d’ailleurs de santé économique) ne sont pas engagées mais également si dans tout le reste du monde il n’y a pas de puissantes luttes pour un véritable partage des richesses. Cela à un nom : la lutte des classes.

Les deux classes fondamentales en situation de confrontation sont toujours la classe ouvrière et classe capitaliste que l’on peut aujourd’hui considérer comme comprenant d’un côté les salariés et de l’autre tous ceux qui, propriétaires et dirigeants des grandes entreprises, des banques et compagnies d’assurances, interviennent dans l’utilisation non seulement de leur propres biens mais également de ceux de couches sociales dites “moyennes” (salariés d’un bon niveau de revenus ou professions libérales). Ces dernières ont toujours oscillé entre l’acceptation d’un libéralisme économique prédateur et des économies plus maitrisées et régulées. Mais elles ne basculent du côté des salariés les plus nombreux et les plus exploités que lorsqu’elles se sentent menacées.

De tels comportements et rapports entre les classes ont abouti il y a plus d’un siècle au colonialisme notamment en afrique et en Asie. Aujourd’hui sous d’autres formes (nationalismes aux régimes autoritaires notamment) ils mettent à genoux les peuples dits “sous développés” en exploitant leurs richesses naturelles et en dévoyant à leur profit les productions agricoles, mutilant les espaces naturels. D’où la sujetion de la démarche écologique à la transformation du système.

La Chine, qui selon nous est une “exception politique” est entrée de plein fouet dans ce système avec des objectifs différents (pour les communistes chinois) de ceux que l’on a baptisé “démocraties occidentales”. Il est bien évident que des luttes internes tant sur le plan économique qu’idéologique s’y déroulent, y compris au sein de PCC. Au lieu de pleurnicher sur la regrettable attitude des chinois sur les droits de l’homme, ne devrions nous pas être attentif à ce qui se passe réellement dans ce pays et ce que cela  représente pour notre avenir. En négatif certes mais aussi en positif.

Aujourd’hui notre pays peut faire fi de ces transformations qui affectent, sans en modifier la démarche, le capitalisme mondial à la fois formidable élément de développement des technologies, des richesses d’une part et des inégalités de l’autre. Partout il nous rapproche des conditions de la transformation des rapports de production et des rapports sociaux.

Notre jeunesse, nos forces vives, doivent-être orientées vers cet immense champ de coopération à l’échelle mondiale que seul un socialisme réel peut permettre. Il s’agit de mettre en harmonie la maitrise des outils de production avec ceux qui les mettent en oeuvre du cadre de Direction au simple manoeuvre en établissant des échelles de revenus et des déroulements de carrière correspondant au mérite de chacun. Ce concept simple n’est hélas même pas appliqué dans notre pays. Celui dit-on des droits de l’homme !

Notre priorité est donc d’en instaurer en France la mise en oeuvre. Mais cela n’exclut pas d’encourager, de soutenir tous ceux qui dans le monde luttent pour s’émanciper de la domination d’une poignée de riches. Pour cela il leur faut, comme pour nous, lutter et établir des règles et des lois protégeant les citoyens. C’est cela être internationaliste et nous ne voyons pas comment peut-on, porteur des traditions humanistes dont nous aimons nous glorifier, échapper à cette notion.

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus