Mélenchon, présidons ! »

Posté par jacques LAUPIES le 18 avril 2017

 

Cédric Clérin
Lundi, 17 Avril, 2017
Humanite.fr

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, tout est encore possible. Chacun des quatre favoris peut espérer figurer au second tour. Parmi eux, Jean-Luc Mélenchon amplifie une dynamique qui agrège les énergies. Elles peuvent aller loin. Et inquiètent les tenants de l’ordre capitaliste.

Le « trou de souris ». C’est l’expression qui fait fureur en politique pour décrire l’infime possibilité de réussir. Il y a encore quelques mois, la possibilité de l’existence même d’un « trou de souris » pour que Jean-Luc Mélenchon accède au second tour de l’élection présidentielle pouvait laisser sceptique. Ses proches l’utilisaient pourtant déjà. Désormais, il existe. À quelque dix jours du premier tour de l’élection présidentielle, nul ne peut en prédire avec certitude le résultat. Encore 30 % des électeurs ayant l’intention d’aller voter ne sont pas sûrs de leur choix et 35 % ne sont pas encore convaincus de se déplacer (1).

« Pour la première fois, aucune trame de fond idéologique n’a marqué la campagne et tout reste possible entre les quatre principaux candidats », analyse Jean-Daniel Lévy, directeur du secteur opinion d’Harris Interactive. Seule certitude, et non des moindres, le candidat PS, Benoît Hamon, semble hors course.

Pour le politologue, « Mélenchon est en dynamique, tandis qu’Emmanuel Macron peine à convaincre totalement de son programme, et la présence de Mme  Le Pen au second tour n’est pas certaine ». Cette dernière pâtit du flou de certaines de ses positions, comme de la présence de candidats plus clairs et crédibles qu’elle sur l’Europe (Dupont-Aignan ou Asselineau) ou le social (­Mélenchon, Arthaud ou Poutou). L’extrême droite – c’est heureux – ne domine pas cette campagne et, pour l’heure, est même sur le recul.

Quant à François Fillon, il lui reste une dernière carte : « Je ne vous demande pas de m’aimer, mais de me soutenir ! » a-t-il lancé lors de son grand meeting de fin de campagne à Paris, le 9 avril. Il aurait pu dire : « Peu importent mes turpitudes, votez pour vos intérêts de classe. » Le passage des affaires au second plan peut l’aider à réussir son pari, même si seulement « 19 % trouvent qu’il fait preuve de courage, tandis que 70 % pensent que tout cela l’a discrédité » (2). Reste Jean-Luc Mélenchon, dont la dynamique de campagne « se confirme de jour en jour », comme le note même « le Monde. ». Près de 70 000 personnes sont venues l’écouter parler de paix sur le Vieux-Port de Marseille, le 9 avril, et, pour la première fois, un sondage, commandé par « le Figaro » qui plus est, lui accorde 18 % d’intentions de vote devant François Fillon (17 %) (3), un autre les mettant à égalité à 19 % (4). « Vous voyez bien qu’un paysage entièrement nouveau se dessinerait tout aussitôt, car si je suis devant M. Fillon, alors tout l’argument d’après lequel le vote utile serait M. Macron pour éviter Fillon-Le Pen s’effondre », analyse-t-il. Le paysage a déjà changé, à vrai dire. Candidat rangé dans la case « extrême gauche » par les médias, il souffrait d’un manque de crédibilité pour aller plus loin que les 12-13 % que constitue le socle électoral de la gauche radicale. Selon une étude qualitative de ViaVoice, alors que seulement 21 % des Français pensaient, en mars, qu’il ferait un bon président, le reléguant au cinquième rang, ils sont aujourd’hui 42 %, et le placent quasiment à égalité avec Emmanuel Macron, en tête. De même, 51 % de personnes interrogées ont trouvé Jean-Luc Mélenchon « convaincant » lors des quinze jours précédents. Selon l’institut, cette progression s’explique non seulement par la qualité intrinsèque du candidat et de sa campagne, mais aussi par « une image d’intégrité loin des affaires, de conviction, de clarté et de cohérence. Une image de solidité en période de troubles et d’incertitudes ». Une autre enquête porte désormais son potentiel électoral à 24 %. Enfin, le candidat dela France insoumise battrait Mme Le Pen assez largement (57 %/43 %) en cas de duel au second tour (5). Bref, tout lui sourit.La preuve la plus sérieuse de la dynamique de Mélenchon est la réplique des tenants de l’ordre établi : dans « le Monde », un Serge Sur, juriste émérite, qualifie la VIe République de Mélenchon de « salmigondis », résultat d’un « coup d’État » voué à l’impuissance ou à la tyrannie. Rien que ça.

« Les Échos », le quotidien économique du 11 avril, titraient en une : « Mélenchon, le nouveau risque français ». Le journal explique que l’écart de taux d’emprunt entre celui de la France et celui de l’Allemagne, à dix ans, a « bondi de 70 points de base ». On peut également y lire que « la vitesse de la hausse de Mélenchon dans les sondages pourrait mettre la pression sur la dette française », explique de son côté la Société générale…

Si les marchés tremblent du côté du peuple, les soutiens se recrutent dans toutes les sphères. Le candidat a fait de « l’intérêt général humain » le fond de sa démarche. C’est sans doute pourquoi des agriculteurs, des féministes, des scientifiques, des jeunes, des syndicalistes ou encore des pacifistes le soutiennent. Sa candidature est devenue un point de convergence large qui traduit le besoin de changements politiques et économiques profonds. Avec des meetings à Lille, Toulouse et un meeting simultané dans sept villes grâce à son hologramme, Jean-Luc Mélenchon va encore créer l’événement dans cette campagne et tenter d’élargir ce rassemblement. Même si rien n’est acquis, pour la première fois depuis l’instauration de la Ve République, un président issu de la gauche de transformation sociale n’est plus tout à fait une chimère.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Mélenchon à Toulouse

Posté par jacques LAUPIES le 17 avril 2017

Image de prévisualisation YouTube

 

Appel. Le vote Mélenchon pour le progrès social

Dimanche, 16 Avril, 2017
Humanite.fr

Appel de syndicalistes. Le 23 avril, le vote Jean-Luc Mélenchon pour donner plus de forces à nos luttes pour le progrès social !

Rarement l’enjeu d’une élection n’aura eu plus d’importance pour l’avenir de notre pays et de sa population.
Engagés dans une course folle à la rentabilité financière, les candidats du CAC40 et du MEDEF portent des programmes de régression sociale, catastrophique pour notre peuple.
Ainsi, pour ne s’en tenir que là, Fillon annonce le démantèlement du Service Public (Santé, éducation, Protection infantile, transport, Energie, Sécurité etc…), avec 500.000 suppressions d’emplois, et il veut livrer la sécurité sociale aux assurances privées en sacrifiant notre droit à la santé !
Macron, le banquier, propose d’uberiser tous les pans de l’économie, en clair supprimer toutes les protections des salarié(e)s. Pour cela il est prêt à légiférer par ordonnance, pour aller très vite et contourner la représentation nationale issue du vote des électeurs.
Le Pen, répand sa haine pour faire croire aux travailleurs que leurs ennemi n’est pas la finance mais l’immigré, chassé de son pays par la guerre et la misère. Elle se moque du monde en proposant par exemple la retraite à 60 ans, mesure qu’elle ne pourra pas financer puisque en même temps elle veut supprimer les cotisations sociales.
 
A l’opposé, des candidats que l’on a trouvé à nos côtés lors de nos grandes luttes, comme contre la loi « Travail », ont des programmes qui prennent en compte les besoins des travailleurs, actifs et privé(e)s d’emploi et des retraité(e)s. Ces propositions sont sérieuses et chiffrées, concernant le pouvoir d’achat, l’emploi, la santé, l’Europe solidaire, la préservation et l’amélioration des droits et garanties collectives.
 
Si l’on se réfère aux sondages, les intentions de vote cumulées de ces candidats les placent en tête au premier tour et ouvre une perspective de victoire au second tour.
 
Aussi nous pensons que l’heure n’est plus à la division :
 
Face à la catastrophe annoncée des programmes des candidats des marchés financiers, nous devons prendre nos responsabilités de syndicalistes et proposer le rassemblement dans le vote des travailleurs, retraité(e)s, et privé(e)s d’emplois autour de la candidature qui peut nous mener à la victoire.
 
Aujourd’hui c’est clair, c’est Jean-Luc Mélenchon qui porte les valeurs et les espoirs de notre camp et c’est ce vote-là qui doit nous réunir pour préparer des lendemains meilleurs.
 
Nous préférons avoir à lutter (car nous devrons toujours lutter) pour la mise en œuvre d’un programme progressiste que pour tenter de freiner les projets réactionnaires des Fillon, Macron, et Le Pen.
 
LE 23 AVRIL, UTILISONS LE BULLETIN DE VOTE JEAN-LUC MELENCHON POUR DONNER PLUS DE FORCE A NOS ASPIRATIONS AU BONHEUR ET AU PROGRES SOCIAL POUR TOUTES ET TOUS !
 
PREMIERS SIGNATAIRES :
MATEU Olivier syndicaliste CGT Bouches du Rhône
BLANC Hélène syndicaliste CGT Vaucluse
FOURNEL Gilles syndicaliste CGT Bouche du Rhône
BONTE Ingeborg syndicaliste CGT Bouche du Rhône
CHENAIS Eric syndicaliste CGT Bouche du Rhône
HONDE Hélène syndicaliste CGT Bouche du Rhône
MANNEVAL Yann syndicaliste CGT Bouche du Rhône
CAVA Virginie syndicaliste CGT Bouche du Rhône
PICARD Maxime syndicaliste CGT Bouche du Rhône
LAURENT Frédéric syndicaliste CGT Vaucluse
TESIO David syndicaliste CGT Cheminot Vaucluse
MOURET Bruno syndicaliste CGT Action Sociale Vaucluse
TOURLAN Daniel syndicaliste CGT PACA
LA PORTA Daniel syndicaliste CGT PACA
COTTET Philippe syndicaliste CGT PACA
BROSSAUD Sylvain syndicaliste CGT PACA
PASTOR Laurent syndicaliste CGT Docker Fos
GALEOTE Pascal syndicaliste CGT Port de Marseille 
COUTOURIS Serge syndicaliste CGT Docker Fos
BRETONES Daniel syndicaliste CGT Chimie BdR
AUTECHAUD Julien syndicaliste CGT Chimie BdR
FERBER Eric syndicaliste CGT Chimie BdR
CHOPINAUD Eric syndicaliste CGT Chimie BdR
GRANATO Julien syndicaliste CGT Chimie BdR
BENHAMOU Gilbert syndicaliste CGT Energie Marseille
CLARET Christophe syndicaliste CGT Port de Bouc
COUSTON Yves syndicaliste CGT Région PACA
Myriam GUINAUDEAU syndicaliste snuipp-fsu, Martigues 
Jean-Patrice BRANCATO snes-fsu, port de bouc 
Christine LEMASSU snep-fsu, istres 
Cathy FERRE snes-Fsu, vitrolles
Colette GOMBERT snes-fsu, Marseille
Nabil GUENNAM syndicaliste Martigues 
Jean-Marie PAOLI fsu Martigues 
Gérald SOUCHET syndicaliste snes-fsu, Marseille
Frédéric GRIMAUD snuipp-Fsu, Martigues 
Vincent LEMASSU snes-fsu, Istres 
Clémentine FARDOUX syndicaliste snes-FSU, Aubagne 
Philippe SENEGAS syndicaliste FSU, Martigues
ESCOT Magali syndicaliste CGT Région PACA
GARGIOLO Bernard syndicaliste CGT Traminot Marseille
AMBROSINO André syndicaliste CGT Transport BdR
ELLEN Joël syndicaliste CGT Construction BdR
MAESTRACCI Pascal syndicaliste CGT Construction BdR
TABBAGH Laurent syndicaliste CGT Construction BdR
MASCHERONI Nicolas syndicaliste CGT Construction BdR
MAUDUY Edmond syndicaliste CGT Retraité Air France BdR
BOLLER Chantal syndicaliste CGT Service Public Marseille
CANU François syndicaliste CGT Service Public Marseille
COTTE Jules syndicaliste CGT Marseille
PAUME Mireille syndicaliste CGT Organismes sociaux Vaucluse
SOLBES Michel syndicaliste CGT Travailleur de l’Etat Vaucluse
MAILLET Thierry syndicaliste CGT Energie Vaucluse
SAINTY Janot syndicaliste CGT Agro Vaucluse
AURUOLLE Patrick syndicaliste CGT Construction Vaucluse
BLANC Denis syndicaliste CGT Educ’ Vaucluse
CANIFFI Georges syndicaliste CGT Chimie Vaucluse
TABANOUS Laurent syndicaliste CGT Energie Vaucluse
PIERRE Christian syndicaliste CGT Territorial Vaucluse
NUNEZ Michel syndicaliste CGT Santé Martigues
ALGRIN Guillaume syndicaliste CGT Santé Marseille
DOUVILLE Jean-Marie syndicaliste CGT Santé Marseille
AUDIER Alain syndicaliste CGT Sidérurgie BdR
POLETTO Sandy syndicaliste CGT Sidérurgie BdR
MARTINETTI Pierre syndicaliste CGT Chimie Fos
MAS Claude syndicaliste CGT Arles
CAU Catherine syndicaliste CGT Retraitée BdR
BELSOLA Laurent syndicaliste CGT Douanes PACA
WLAEMINCK Laurent syndicaliste CGT Douanes PACA
KOUICI Noël syndicaliste CGT Réparation Navale Marseille
VADROT Vincent syndicaliste CGT Métallurgie BdR
PANTOUSTIER Christian syndicaliste CGT Sidérurgie BdR
BOUSSALA Othman syndicaliste CGT Propreté BdR
RUDAS Stéphanie syndicaliste CGT FAPT BdR
LARGUIER Jean-François syndicaliste CGT FAPT BdR
NERI Olivier syndicaliste CGT FAPT BdR
BONNET Renée syndicaliste CGT FAPT BdR
RIERA Fabienne syndicaliste CGT FAPT BdR
AUDIBERT Rolland syndicaliste CGT Retraité Chimie BdR
ZOULALIAN Bertrand syndicaliste CGT Chimie BdR
LEMARCHAND Philippe syndicaliste CGT Chimie BdR
MICHELLUCCI Jean-Marie syndicaliste CGT Bouches du Rhône
DAINOTI Stéphan syndicaliste CGT Bouches du Rhône
DESPETZ Annette syndicaliste CGT Journaliste PACA
KANTARJIAN Patrice syndicaliste CGT Marseille BdR
ZIANI Nordine syndicaliste CGT Commerce BdR
ANGELI Jean-Marie syndicaliste CGT Organismes sociaux BdR
LEAUDAIS Béatrix syndicaliste CGT Organismes sociaux BdR
PASQUINUCCI Norbert syndicaliste CGT Construction BdR
ANDREÏS Julien syndicaliste CGT Construction BdR
BASTOGI Annie syndicaliste CGT Retraitée Douanes BdR
MAILLARD Patrick syndicaliste CGT Marseille 
LOZANO Patricia syndicaliste CGT Bouches du Rhône
MONTOYA Pascal syndicaliste CGT Air France BdR
SCOGNAMIGLIO Sandrine syndicaliste CGT Education BdR
LAMAOUR Roger syndicaliste CGT Fos sur Mer
PIZZIO Bernard syndicaliste CGT Air France BdR
GIOVAGNOLI Daniel syndicaliste CGT Chimie BdR
GAULIN Franck syndicaliste CGT Commerce BdR
KAÏDONIS Jean-Claude syndicaliste CGT Construction BdR
FERRO Nicolas syndicaliste CGT Cheminot BdR
CAILLE Jean-Luc syndicaliste CGT Retraité Fos
MAMMERI Farid syndicaliste CGT Construction BdR
MURRU Jean-Philippe syndicaliste CGT Chimie BdR
PIZZIO Willy syndicaliste CGT Bouches du Rhône
GINAL Véronique syndicaliste CGT Société d’études BdR
BELTRANDO Gilbert syndicaliste CGT Retraité équipement BdR
SEGAY Jean-Marc syndicaliste CGT Retraité équipement BdR
SIFFREDI Clelia syndicaliste CGT Chimie BdR
VERDITTI Jérémy syndicaliste CGT Chimie BdR
BURDEL Sébastien syndicaliste CGT Chimie BdR
SIFFREDI Michel syndicaliste CGT Chimie BdR
GARAMBOIS Jean-Paul syndicaliste CGT Transport Martigues
FACHETTI Benoit syndicaliste CGT Port de Marseille
MELQUIOT Julien syndicaliste CGT Port de Marseille
TARDIEU Stéphane syndicaliste CGT Port de Marseille
CRISTALLI Bernard syndicaliste CGT Port de Marseille
D’ALESSIO Karine syndicaliste CGT Port de Marseille
LORANDEAU Maxime syndicaliste CGT Port de Marseille
SIMEAN Jeannot syndicaliste CGT Port de Marseille
ALVERGNE Michaël syndicaliste CGT Port de Marseille
REYNOIRD Alain syndicaliste CGT Port de Marseille
REALTI Christophe syndicaliste CGT Port de Marseille
BARBAROUX Philippe syndicaliste CGT Port de Marseille
WUNEZ Laurent syndicaliste CGT Port de Marseille
CAMPUS Marcel syndicaliste CGT Port de Marseille
LEVA Michel syndicaliste CGT Port de Marseille
AUDRY Jean-Michel syndicaliste CGT Port de Marseille
KROAS Romain syndicaliste CGT Port de Marseille
GALLO Jean-Michel syndicaliste CGT Port de Marseille
PELISSIER Fabienne syndicaliste CGT Port de Marseille
CHAQUET Stéphane syndicaliste CGT Port de Marseille
SIFFREDI Maxime syndicaliste CGT Chimie BdR
CARBONI Henri syndicaliste CGT Chimie BdR
FAIVRE Laurent syndicaliste CGT Services Publics Martigues
GUILHOT Samuel syndicaliste CGT Services Publics Port de Bouc
JEAN Pauline syndicaliste CGT Mutualité BdR
PINCI Marc syndicaliste CGT Retraité Filpac BdR
MATHIEU Laurent syndicaliste CGT Chimie BdR
SAUGERA Samantha syndicaliste CGT Energie BdR
MESSAOUDI Zoheir syndicaliste CGT Marseille
DETREZ Dominique syndicaliste CGT Chimie BdR
RODRIGUEZ Simon syndicaliste CGT Services Publics Martigues
LAHMAR Alain syndicaliste CGT Services Publics Martigues
FRANTZ Marie-Paule syndicaliste CGT Services Publics Martigues
DELLAGRASTA Raymond syndicaliste CGT Mutualité BdR
GERACE Jean-Christophe syndicaliste CGT Construction BdR
PIETROSINO Marc syndicaliste CGT Commerce BdR
BIANCHERI Josette syndicaliste CGT Militante BdR

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Cons, sauvages et ignobles

Posté par jacques LAUPIES le 16 avril 2017

chaton 1 et 2

Les deux garçons

 

Il est insupportable d’assister encore, de par le monde, à l’intolérance de ces abrutis pour qui n’ont, pour ceux qui ont une sexualité dite différente et de plus minoritaire, que mépris et haine. S’il est un domaine ou l’évolution de notre espèce fait qu’elle a des comportements multiples et divers qui remontent du fond des temps et dont notre socialisation  accélère sans doute les pratiques variées c’est probablement celui de la sexualité.

Hélas en ce domaine les progrès des sciences humaines et sociales ne sont pas toujours suivis par les règles de vie correspondantes qui sont encore embourbées dans des considérations morales, inculquées sous la pression  des obscurantismes de toutes sortes, religieux sans doute, mais aussi attachées à l’ignorance et à la peur ! Ce qui d’ailleurs dans tous les cas n’est pas étranger à la réalité des rapports sociaux d’exploitation et parfois même vient conforter ceux-ci !

Les premières victimes de cela, pour les champions de l’hétérosexualité « absolue », sont souvent les femmes. Mais comme on le dit à propos des peuples ou pour les classes sociales, celui qui exploite l’autre ne peut être libre. Il s’auto mutile !

Combien de tabous sexuels enferment dans la névrose ou des sublimations de diversion ? Et comme les puissants – mais pas seulement eux – ont la faculté de faire le contraire de ce qu’ils énoncent parfois, combien d’hypocrisies, de tromperies, de mensonges cela génère t il et pourrit des vies  ?

Je laisse le soin à chacun d’y réfléchir et le cas échéant à mettre en cause ses préjugés !

 

 

Mettre fin immédiatement aux persécutions anti-LGBT en Tchétchénie

 

Différentes sources de presse ont révélé ces derniers jours que la Tchétchénie de Ramzan Kadyrov était le théâtre de graves persécutions anti-LGBT : enfermements arbitraires, camps de détention, tortures, parfois jusqu’à la mort. Le porte-parole du gouvernement tchétchène a déclaré récemment : « Si jamais il y avait de telles personnes en Tchétchénie, les organes de maintien de l’ordre n’auraient aucun problème avec eux car leurs parents les auraient envoyés là d’où l’on ne revient pas ».

Le PCF condamne fermement ces actes barbares et s’inquiète vivement de l’essor de l’autoritarisme le plus brutal et des attaques contre l’égalité des citoyens.

Le PCF se joint aux organisations de défense des droits humains pour demander l’ouverture d’urgence d’une enquête. Le régime de Kadyrov est une longue litanie d’attaques violentes, au propre comme au figuré, contre les défenseurs de l’égalité des droits pour toutes et tous. Kadyrov a instauré un régime d’exception en Tchétchénie, qu’il considère comme sa propriété privée, à l’encontre des droits humains les plus élémentaires dont le respect est d’ailleurs rappelé dans la constitution de la Fédération de Russie.

Ces politiques de persécution doivent immédiatement cesser. Le PCF réaffirme sa solidarité avec les victimes de discrimination et de persécution pour leur orientation sexuelle où qu’elles se trouvent, et avec les militants des droits humains également victimes de répression. La Fédération de Russie, dont la Tchétchénie fait partie, est signataire de la Charte des Nations unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les principes qui y sont édictés doivent être respectés partout.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

C à vous ? Non c’est à eux ! On n’est pas couché mais on se couche !

Posté par jacques LAUPIES le 16 avril 2017

DSC_0883-1DSC_0886-1DSC_0881-1DSC_0906-1

DSC_0901-1

 

Je regarde c’à vous !

Honte à cette brochettes de journalistes qui jouent à l’amalgame inventé des extrêmes, histoire de mettre en cause la progression de l’un d’eux !

Evidemment cet « extrême » qu’ils découvrent et qui approche les 20 % d’intentions de vote c’est bizarrement le plus fidèle à la République de tous les candidats : Jean Luc Mélenchon. Pensez donc cet homme qui fait souvent référence à Jaurès et nous rappelle soudain  le grand républicain Simon Bolivar, libérateur du colonialisme européen en Amérique du Sud, devient un dangereux extrémiste, communiste et pas encore stalinien (ne vous inquiétez pas ça va venir car la brochette invitée est là pour ça).

Et pour faire passer la pilule de l’intox la LEGENDRE a invité APHATIE, FOUREST et l’éternel  BARBIER. Quant aux autres exhibés de ce soir soyez rassurés ils ne prendront pas la défense du candidat de la « France Insoumise » soutenu par le PCF. Jamais un journaliste de l’Huma ou d’une quelconque presse apportant son appui à MELENCHON ne sera invité.

Putain ! dire que je vais devoir payer pour faire vivre ces escrocs de l’information une redevance qui n’a d’autre objet que de leur permettre impunément de sortir d’une réserve qui devrait s’imposer dans une campagne électorale nationale qui engage l’avenir de la nation et ne peut reposer sur des commentaires pas libre du tout !

Le décideur de la 5 qui, en pleine campagne électorale a pris l’initiative de rassembler cette brochette de faux culs dont une FOUREST pour qui j’avais un peu de considération…m’inciterait à porter plainte pour abus de bien sociaux.

Le décideur des rubriques politiques de la 2 ne pourrait que conforter mon dépôt de plainte quant à l’instant je découvre dans « On n’est pas couché » une autre brochette de journaliste (Éric ZEMMOUR, Yann MOIX, Natacha POLONY, Audrey PULVAR, Éric NAULLEAU, Léa SALAME, Vanessa BURGRAS, etc.) qui se régale dans des commentaires  mi-figue mi-raisin mais certainement pas très éclairant et qui ne visaient qu’à amuser la galerie tout en oubliant d’être vraiment « innocents »

 

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

atrick Le Hyaric. « Le vote Jean-Luc Mélenchon c’est le vote pour la justice sociale et écologique »

Posté par jacques LAUPIES le 15 avril 2017

 

A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, le directeur de l’Humanité revient sur le sens du vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon. Il dénonce la c

20 ans… Qui a brisé les rêves de Sarah ?

Sarah a 20 ans. Elle est femme de ménage. Orientation scolaire forcée, désinformation ambiante, violences dans le monde, travail épuisant, salaire de misère, pas de logement à elle… Qui a brisé les rêves de Sarah ? Rencontre au stand de campagne de Jean-Luc Mélenchon à Lille-Fives, mercredi 12 avril 2017. Réalisation Laurence Mauriaucourt.

oalition des puissants contre le candidat.

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent appelle à la mobilisation encore plus forte

Posté par jacques LAUPIES le 14 avril 2017

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Les bourges ont la trouille

Posté par jacques LAUPIES le 14 avril 2017

Quand pointe pour eux le risque de voir arriver aux « affaires » comme ils disent eux mêmes sans vergogne lorsque ils sont au pouvoir, les hommes te femmes politiques des classes dominantes s’affolent et racontent n’importe quoi.

Voilà soudain que l’on brandit l’épouvantail communiste et ce n’est pas fini. A quoi bon expliquer au bon peuple que la dette oblige à réduire les services publics et donc le nombre de fonctionnaires, augmenter la durée du travail, augmenter les impôts pour les revenus dits moyens et réduire celui des plus riches, et même faire la guerre pour garantir à ces derniers plus de profits. Le peuple ne comprend plus !

Comme ça ne marche pas puisqu’un candidat soutenu par les communistes nous démontre qu’une politique contraire, que l’on appelle celle de la demande, est possible !

Alors prenons nous en à ses soutiens pensent nos bien pensants ! Des chinois devenus champions de l’économie de marché jusqu’au coréens du Nord que l’on tient et encourage dans  un isolement mortifère qui les rend nerveux, en passant par Cuba et le Venezuela, et j’en passe,  tout ceux qui agitent des drapeaux rouges deviennent ces damnés.

Comme nos bourges  n’ont pas d’affaire de corruption, d’emplois fictifs, de trafic d’influence, de fraudeur à coller à Mélenchon, qu’ils sont bien incapables de trouver le bât qui blesse, eh bien ils vont faire un petit tour dans l’anti communisme de papa !

Et  tout ça pour pouvoir propulser leur ange venu non du ciel mais des banques. Ah vous tous qui tombez sous le charme de ces oiseaux migrateurs dans les airs et sur les terres de la finance, si vous saviez à quel point une fois élus il vont vous balancer des crottes qui ne vous porteront pas bonheur !

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Ne rien négliger pour créer la « surprise » avec Mélenchon…

Posté par jacques LAUPIES le 13 avril 2017

DSC_0845-1

DSC_0849

Communistes présents, et pas seulement la veille de l’élection, pour expliquer leur programme !

 

Etre sur le marché, au contact partout où c’est possible pour convaincre et faire convaincre !

Ne rien lâcher, nous avons besoins des gens et les gens ont besoin de nous…

Hollande et ses amis réfugiés chez Macron ont les chocottes. C’est bon signe mais surtout ne relâchons pas nos efforts !

Quant à la droite, les français n’ont pas ma mémoire aussi courte qu’on à pu le dire : en 2007 Fillon avait fat un deal avec Sarkosy ! Dix ans d’austérité  cela ne s’oublie pas !

Quant à Le Pen c’est dix ans de tentative de se faire une image bien ternie par le passé et des failles dans celle du présent !

Election présidentielle, attention derniers jours pour s’inscrire sur les listes électorales

Daniel Roucous
Mardi, 11 Avril, 2017

Vous venez d’avoir 18 ans ou d’obtenir la nationalité française ou vous avez déménagé… vous avez jusqu’au 13 avril inclus pour vous inscrire sur les listes électorales et voter le 23 avril.

Pour pouvoir voter aux élections présidentielles le 23 avril (1er tour) puis le 7 mai (second tour) il faut être inscrit(e) sur les listes électorales de sa commune de résidence… au 31 décembre 2016.

Après cette date c’est trop tard et donc impssible de voter sauf dans trois cas… à condition de vous inscrire avant d’ici le 13 avril inclus :

- vous avez eu 18 ans cette année ou allez les avoir avant le premier tour des élections présidentielles,  vous avez jusqu’au 13 avril inclus pour vérifier que la mairie de votre lieu de résidence (personnelle ou celle de vos parents chez qui vous résidez) vous a bien inscrit d’office et le cas échéant vous insrire en ligne ou sur place selon les modalités expliquées sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1961

- vous avez déménagé et oublié de déclarer votre nouvelle adresse à la mairie de votre nouveau nouveau domicile (même chose si vous changez d’adresse dans la même commune), vous avez la possibilité de vous inscrire 10 jours avant le 1er tour, soit avant le 13 avril inclus. Vous pouvez procéder à votre inscription sur place ou en ligne selon les modalités expliquées sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1372

- vous avez acquis la nationalité française depuis le 1er janvier 2017, vous pouvez, jusqu’au 13 avril inclus faire une demande d’inscription à la mairie de votre résidence.

Autres cas d’inscription possible l’année même du vote c’est-à-dire à partir du 1er janvier jusqu’à 10 jour avant le 1er tour de l’élection : les militaires retournant à la vie civile après le 1er janvier 2017, les personnes qui recouvrent l’exercice de leur droit de vote, après le 1er janvier 2017, notamment après avoir été radiées.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

il y en a encore qui entendant le mot culture sortent le révolver !

Posté par jacques LAUPIES le 12 avril 2017

Si évidemment la culture est appréhendée de manière différente par chacun de nous où par les groupes auxquels nous appartenons, fort heureusement rares sont ceux qui veulent l’atténuer, voire s’en prendre à elle.

Sauf que lorsque la culture aboutit à plus de savoir sur les activités et les comportements humains, à les comprendre, les expliquer, cela finit par nous déranger. Tout simplement parce que cela n’a pas l’effet  que nous pouvons rechercher de conforter nos convictions, nos modes  de vie mais au contraire nous invite à leur critique.

C’est à cet instant que la culture nous sauve du repli sur soi, de l’enfermement dogmatique fut-il d’ordre politique, philosophique ou religieux.

Mais évidemment connaître l’ensemble des activités humaines est impossible et nous sommes à la merci  des systèmes éducatifs, des formations et des informations, nécessairement restreintes, qui nous soumettent à des pensées lesquelles souvent s’imposent à nous, voire contribuent à fabriquer notre  méthode de penser. Cela est donc dramatique et le meilleur moyen  de contourner cet inconvénient est bien une intense vie culturelle.

Mai une vie culturelle qui soit en prise avec la réalité, l’expérience mais aussi la science qui sont des éléments protecteurs à l’égard des interprétations idéalisées qu’elles résultent de la négation du réel et selon moi  de toutes pensée issue d’une parole divine qui, me semble-t-il, ne peut provenir que de la spéculation des humains. Est ce à dire que celui qui se livre à cette spéculation est systématiquement dans l’erreur et que je dois le rejeter.

Certainement pas et seul le dialogue et l’échange peut permettre de surmonter la contradiction dans laquelle je me trouve avec lui. Mais le dialogue suppose une certaine égalité de savoir et de conditions matérielles de vie, sinon identiques ou semblables, mais qui ne nous mettent pas en concurrence et en opposition irréductible comme sont placés par exemple le maitre et son esclave.

Un condition parait souhaitable, pour que le dialogue puisse avoir lieu c’est la liberté de penser  dans une société qui s’émancipe des idéologies en instituant un espace de vie commun. D’où le recours à la laïcité qui présente une avancée considérable et que nous pouvons sans contrainte recommander à ceux qui ne la pratiquent pas encore, l’instrumentalisent ou la rejettent !

La culture en a fortement besoin pour son développement et sa protection tout comme elle a besoin du respect des principes fondamentaux de la République : liberté, égalité et fraternité.

 

Les propositions de Mélenchon pour une action publique culturelle

 

Aurélien Soucheyre
Mardi, 11 Avril, 2017
L’Humanité

Le candidat entend mettre un terme à la privatisation rampante de la culture, afin qu’elle ne soit « ni un luxe, ni une marchandise » et qu’elle retrouve sa fonction essentielle dans toute société humaine.

Notre pays « a inventé l’action publique culturelle », estime la France insoumise dans son livret dédié à la culture. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon entend creuser ce sillon. Le candidat propose ainsi de porter à 1 % du PIB l’investissement public en la matière, soit 20 milliards d’euros par an. Devant la centaine de festivals sacrifiés en 2016 sur l’autel de l’austérité, face aux « déserts culturels » et à la concentration des lieux de création et de diffusion dans les métropoles, la FI souhaite soutenir l’art sur l’ensemble du territoire en offrant aux créateurs des conditions de vie dignes.

Le régime des intermittents du spectacle sera ainsi pérennisé sur la base de l’accord d’avril 2016, et étendu aux professionnels précaires (un domaine public commun aux œuvres non soumises aux droits d’auteur alimentera ce régime de Sécurité sociale). Des encadrements de loyers seront institués, en plus du soutien financier aux petites compagnies et au milieu associatif. Libraires, disquaires et cinémas seront soutenus partout, et la politique du prix unique sera développée. Au jumelage de tous les établissements scolaires avec un pendant culturel, s’ajoutera une gratuité étendue dans les musées recevant des subventions publiques nationales et obligatoire tous les dimanches. Enfin, les réseaux de bibliothèques et de médiathèques seront renforcés, en inscrivant l’art dans la construction et la commande publique avec l’application de la loi sur le 1 % artistique, qui sera étendue au privé.

La lutte contre « l’argent roi » qui dénature ce qu’il touche est aussi au cœur du projet culturel. La FI entend stopper la privatisation du patrimoine et le mécénat qui asservit l’art sous forme de trophée pour fortunés. Les niches fiscales dédiées seront abrogées, la possession et la vente d’œuvres d’art intégrées au calcul de l’ISF. L’intrusion « de la finance dans les conseils d’administration des établissements culturels » sera interdite, tout comme le sponsoring privé d’équipements culturels, en plus d’une lutte contre la prédominance visuelle de la publicité dans l’espace public.

Déplorant la tendance d’une culture de « la consommation et de la possession plutôt que de la compréhension, de l’accumulation et non de l’expression », la FI veut défendre la culture comme résistance à l’ignorance, à l’ordre moral, à l’état d’urgence et au consumérisme. L’enseignement artistique sera renforcé jusque dans l’entreprise, parallèlement à la création de centres nationaux (de la musique au jeu vidéo) et d’une médiathèque publique en ligne.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Convaincre y compris là où on ne nous attend pas…

Posté par jacques LAUPIES le 11 avril 2017

 

 

Honnêtement  je pense que la candidature de Jean Luc Mélenchon gagne du terrain et que les sondages traduisent bien cette tendance. Que certains petits malins irréductiblement de droite et d’extrême droite y voient un facteur d’affaiblissement de Macron qui les arrangerait bien, cela ne fait aucun doute.

Car l’un des arguments qui perturbe le plus les électeurs « affranchis » (les journalistes et commentateurs les aidant) est que Emmanuel Macron serait le mieux placé pour battre Marine Le Pen ce qui évidemment « pomperait » des électeurs à Fillon et à Hamon. Du coup au FN les naïf pensent qu’avoir Mélenchon en face accroitrait leurs chances de gagner. Ce qui apparemment ne correspond pas trop aux résultats annoncés en cas de duel  Marine Le Pen  – Jean Luc Mélenchon.

Nous sommes là dans des spéculations qui existent, qu’il faut certes prendre en compte, mais qui concernent des catégories qui adorent la politique fiction. Il n’est cependant pas inutile de débattre avec ces électeurs que l’on trouve dans des catégories sociales qui se situent politiquement dans ce que communément on appelle le « centre droit », « le centre gauche ».

J’ai déjà indiqué que j’avais eu l’occasion de rencontre ce type d’électeur et j’ai été particulièrement frappé par leur incertitude entre choisir Macron ou Mélenchon. Donc il faut s’adresser à eux. Ils font en outre partie d’une frange de la population qui voit sont statut social menacé et cela non sans répercussion familiale.

Plus sensibles sont les catégories installées dans les bas salaires, la précarité ou le chômage et qui constituent sans doute le plus grand volant d’abstentionniste et que le rideau de fumée que constitue la candidature Macron devrait décider à réagir car c’est bien cette candidature la plus ambiguë.

Dans les derniers jours on le constate, les militants on du pain sur la planche et sans l’intervention des électeurs déjà acquis à la candidature Mélenchon le travail de conviction pour une victoire ne pourra être totalement accompli. Un électeur de plus par électeur déjà convaincu, cela peut permettre la victoire. Et s’il est besoin d’argument concernant le risque Macron, l’article qui suit peut les y aider.

Qu’on se le dise !

 

Macron. Lui président, la saignée par ordonnances

Maud Vergnol
Lundi, 10 Avril, 2017
L’Humanité

Le candidat d’En marche ! s’aligne sur la droite autoritaire : faire exploser le Code du travail en un été à coups d’ordonnance.

Le vrai Macron commence à sortir du bois. À mesure que l’échéance électorale se rapproche, le candidat d’En marche ! est forcé de dévoiler un peu plus clairement ses intentions, quitte à se contredire, et à révéler au grand jour l’imposture de sa « marque » politique. Ainsi, hier, dans un entretien au JDD, l’ancien ministre de l’Économie a été invité à détailler ses premiers mois au pouvoir s’il était élu. Et pour la première fois, il a divulgué son intention de gouverner par ordonnances pendant l’été. Emmanuel Macron souhaite en effet introduire « un projet de loi d’habilitation pour simplifier le droit du travail et décentraliser la négociation ». « Il s’agit de donner plus de place à l’accord majoritaire d’entreprise ou de branche, d’une part, d’encadrer les décisions des prud’hommes, d’autre part », prévient-il. Soit une amplification de la loi El Khomri, imposée sous le quinquennat Hollande à coups de 49-3.

Pour éviter une mobilisation syndicale et citoyenne et enjamber le Parlement, il compte « procéder de manière rapide et efficace » en procédant par ordonnances. Or cette pratique est une vieille marotte de Jean-François Copé, reprise par François Fillon pendant les primaires de la droite. Une solution expéditive, rendue possible par l’article 38 de la Constitution, qui consiste à imposer des textes au Parlement, sans qu’ils aient été débattus, ni amendés.

Même Nicolas Sarkozy avait mis en garde ses amis de la droite contre une telle méthode. « Il est quand même curieux de dire en juin aux Français (à l’occasion des élections – NDLR), après avoir été élu en mai : “Donnez-moi une majorité pour réformer le pays”, et dire ensuite aux parlementaires : “Vous ne servez à rien, on va faire ce que vous n’êtes pas capables de faire” », raillait alors l’ancien président de la République.

Pas de quoi faire douter Emmanuel Macron, qui reprend sans honte cette pratique convoitée par la droite autoritaire. Pour celui qui promet sur le papier « une révolution démocratique », cette proposition ne manque pas de sel. D’autant qu’elle est absente de son programme officiel. Ainsi, dans le chapitre « Une démocratie rénovée », le candidat ne fait nulle mention de l’usage des ordonnances, mais prévient qu’il généralisera la procédure d’urgence des textes législatifs. Autrement dit : un parlement fantoche, spectateur impuissant des lubies d’un petit César aux manettes de l’État.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...270
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus