BHL et DSK

Posté par jacques LAUPIES le 11 décembre 2010

p10109851.jpg

Fort heureusement, par l’expérience, le peuple a parfois le bon sens de dénicher les imposteurs, fussent-ils des auteurs réputés.

Lorsque nous voyons un BHL soutenir un DSK on n’a pas de peine à imaginer ce que pourrait donner pour la France un dirigeant qui gère le FMI en loyal serviteur du capitalisme international. La compagnie de ce philosophe dont le langage “humaniste” dissimule mal sa vision libérale n’a rien de rassurant. Dans ses propos toujours une parfaite ignorance de tout ce qui explique la mondialisation et la rend insupportable : l’exploitation du travail organisée à l’échelle planétaire. Il préfère se livrer à des interventions plus ou moins enfumées de droits de l’homme et, même s’il excelle en ce domaine d’une terne brillance, cela ne peut nous convaincre.

Voila le type même d’opposants de façade qui ferait bien de tourner sept fois sa langue quand il critique (fort modéremment d’ailleurs) cet autre Kouchtner de qui il n’a rien à envier sinon qu’il fut Ministre de Sarkosy. Personne ce vendredi soir, comme d’habitude dans les émissions de ce style, pour le contrarier vraiment. Comme on pourrait dire : des malins, des coquins, car ils savent ce qu’ils font. Les bobos amateurs de pensée unique ont du se régaler.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Cantonales à Tarascon : faisons le point !

Posté par jacques LAUPIES le 7 décembre 2010

p1010933.jpg

Echarpes (ville, département, région) qu’il serait temps de faire porter par des élus de gauche !

Toujours des bruits courent sur les candidatures dont certaines  d’entre elles semblent bien établies !

Pour la droite : celle du Conseiller Général  Lucien Limousin, sortant qui serait rangé dans les divers droite,  celle de Valérie LAUPIES, Conseillère Régionale du Front  National, celle du Maire Charles FABRE investi par l’UMP.

Pour la Gauche : celle de Enna DUFOUR titulaire  et celle d’Alain DUPRE suppléants qui bénéficient de l’investiture du Front de Gauche (Parti communiste, Parti de Gauche et Gauche Unitaire)

Les autres candidatures ne relèvent que de la rumeur.

Celle de Jean René SOLER notamment, qui aurait reçu l’investiture du PS, parait suicidaire pour ce Parti. En effet la crédibilité  de JR SOLER est sérieusement émoussée par sa trajectoire politique qui va du PCF au Parti de Gauche, en passant par une alliance au municipale, avec une candidate elle aussi présumée, Laurence DELEUZE. Cette dernière appartenant à une organisation d’extrême gauche avait  apporté son soutien au candidat de droite Lucien LIMOUSIN.

Faire atterrir la candidature fluctuante de JR SOLER au PS ne peut avoir qu’une signification pour les éminences locales qui tripatouillent sur le dos d’un électorat socialiste : affaiblir et diviser l’électorat de gauche et renforcer par la même les candidats de droite dont le sortant ?

Sinon comprenne qui pourra. ? Car le renoncement du PS serait pour lui une prise de risque pour l’avenir, à moins qu’il ne nous prépare la répétition d’une opération dont les vieux tarasconnais se souviennent et qui, dans les années soixante avait propulsé « les socialistes » à la Mairie avec en tête de liste un certain Colonel André, personnage fort éloigné de la gauche. Nous serions donc dans la reprise d’une stratégie locale chère à la vieille garde du PS. Nul doute que les « jeunes » risquent de ne pas apprécier ce retour à la tradition…

Mais d’ici le mois de mars peut être aurons nous des surprises ?

La vraie gauche se trouve donc rassemblée au sein du Front de Gauche, forte des options nationales très claires qui s’expriment dans l’élaboration d’un programme partagé et ne saurait dissocier cette élection du contexte national.

Avec un gouvernement qui remet  en cause tous les acquis sociaux, accélère la financiarisation de l’économie au détriment de l’investissement productif (emploi notamment) centralise les pouvoirs entre les mains d’un Président de la République omnipotent, comment faire confiance à ceux qui se réclament d’eux et qui disposent l’un du pouvoir municipal, l’autre d’un mandat départemental (donc cantonal)

Les communistes totalement investis dans le Front de Gauche avec leurs amis du Parti de Gauche mettront tout en œuvre pour sensibiliser la population sur l’enjeu de ces élections et la nécessité 

-  1) d’en finir avec les pouvoirs de droite locaux,

- 2) d’éclairer sur les dangers que représentent les candidatures des extrêmes sans pour autant rejeter un électorat qui aspire comme nous à des changements radicaux de politique.

Mais pour gagner à Tarascon le Front de Gauche doit-être élargi, renforcé.  Cela peut se faire de deux manières :

-          Soit en adhérent aux Partis concernés dont évidemment le nôtre

-          Soit en apportant un soutien aux candidats en s’intégrant au Comité de soutien du Front de gauche à titre personnel

-          Soit par une  intégration au Front de Gauche local par l’intermédiaire d’ un organisme (Section de Parti, Syndicat, Association, etc.

Voila une belle bataille à mener qui ne pourrait que rehausser une gauche démontrant son unité et son  ambition pour défendre ses valeurs de solidarité, de liberté et de démocratie participative !

Jacques LAUPIES

Responsable communication PCF TARASCON

PERMANENCES DU PCF : LUNDIS DE 18 A 20 H 00  35, rue Monge – 13150 TARASCON 

Les candidats du Front de Gauche  (Parti Communiste, Parti de Gauche, Gauche Unitaire) 

ENNA DUFOUR

Enseignante honoraire

TITULAIRE

ALAIN DUPRE

Agent de Maitrise SNCF

SUPPLEANT

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le Front de Gauche de Tarascon communique

Posté par jacques LAUPIES le 7 décembre 2010

Le Front de Gauche de Tarascon (Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) a désigné ses candidats pour les élections cantonales.

 Enna DUFOUR 

Conseillère municipale (ennatarascon@aol.com)

Alain DUPRE Agent de maîtrise à la SNCF 

Militant syndical et associatif (alain.dupre@neuf.fr

Sa première démarche, devant l’attitude indigne et méprisante du gouvernement, est de demander à tous ceux qui sont en accord avec les grandes lignes politiques que le Front de Gauche défend, de se rassembler, autour de ses candidats 

·        Préserver notre système de retraite par répartition, tout à fait viable, et auquel la réforme proposée porte un coup fatal, contrairement à ce qui est annoncé. 

·        Préserver notre système de santé, qui bientôt ne sera accessible qu’à une poignée de personnes. 

·        En finir avec la casse de nos services publics : Eau. EDF. Poste : ça marche moins bien, et ça coûte plus cher. 

·        Education : 40 000 postes supprimés en deux ans (16 000 l’an prochain !).   

·        Leurs réformes ne réalisent même pas les objectifs qu’elles prétendent vouloir atteindre. 

C’est purement du travail de démolition. Et la casse ne s’arrête pas là : agriculture, justice, petit commerce… ·        En finir, avec la démission de l’état : On demande aux collectivités locales de prendre en charge des tâches qu’elles n’ont plus les moyens d’assumer. En clair : Notre République est en danger. 

Nous serons heureux d’accueillir, et de travailler avec tous ceux (Associatifs, politiques, individus isolés), qui ont envie de mettre fin à cette débâcle et de reconstruire. LE FRONT DE GAUCHE DE TARASCON 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ségolène, Dominique, François et les autres

Posté par jacques LAUPIES le 1 décembre 2010

p1010918.jpg 

Faire parler, faire proposer, synthétiser les idées selon une méthode éprouvée (pour nous elle est essentiellement d’essence marxiste) faire apprendre à contrôler la gouvernance politique ! N’est ce pas le rôle des partis ?

 

Nous évoquions ce weekend dernier  ce que nous inspirent les révélations de Wikileaks. A peine avions nous rédigé le texte qui précède dans ce blog que nous voilà devant la télé à écouter et voir Montebourg.

Et ce jour même la télé nous annonce la candidature de Ségolène Royal. Avec Walls, Hollande, cela fait  quatre prétendants. Si l’on y ajoute  Martine Aubry et Dominique Strauss Khan les électeurs des primaires (de droite et de gauche) vont avoir le choix.

Chacun a son programme et ses approches « philosophiques et politiques » si bien que la synthèse de tout cet ensemble promet d’être savoureuse. Mais n’ayons pas la naïveté de croire qu’il y a une tendance révolutionnaire dans tout ça.

Les électeurs bien orientés par la télé vont avoir à choisir entre ces candidats sauf si, au dernier moment,  il y a des retraits. Il existe visiblement une palette de prétendants au trône du côté droit et au centre (revalorisé pour la circonstance).

Si les choses en restent  là, le Front de gauche, qui ne dispose que de deux candidatures à la candidature,  pour l’instant,  va se sentir bien isolé dans les couloirs d’attente des  plateaux de télé.

Ne nous y trompons pas les médias vont œuvrer pour la promotion de ceux qui les financent et (ou) exercent un pouvoir de contrôles sur eux. Car il faut tout prévoir, y compris la défaite de Sarkosy et préparer un prétendant à la succession le plus proche possible de sa politique si profitable aux riches de ce pays.

Mais pour en revenir à Montebourg, celui-ci semble s’engouffrer dans un créneau politique un peu différent (en tous cas en apparence) de ceux de ses amis et prendre en compte certaines exigences  en matière de réformes institutionnelles (6ème république que nous appelons de nos vœux), d’économie (il  a insisté sur le besoins d’une économie « capitaliste » sociale et solidaire) et des contrôles bancaires. C’est un bon début pour un socialiste, surtout par les temps qui courent !

Il a eu des accents de républicain convaincu et on lu a même attribué le qualificatif de gaullien. Autant d’éléments qui  plaident en sa faveur auprès d’un certain public.

Y aurait-il un lien avec  la précipitation de Ségolène Royal qui  dépêche  Dominique Strauss Khan en Premier Ministre éventuel ? Lamentable !

Mais que peut –on espérer de ces élections primaires qui, nous semble-t-il, vont placer les querelles de personnes au premier plan et effacer les réponses possibles à l’attente des français ?

En fait les français vont être invités à des élections primaires qui consisteront

-          Choisir entre des hommes ou des femmes, issus de la même famille politique présentant des propositions élaborées  à partir de leurs propres convictions mais ayant pu fort bien y renoncer et se situer dans un opportunisme électoral pour réussir à s’imposer. Ce qui en tout état ne peut offrir de réelles garanties d’autant qu’ils seront  ensuite confrontés à une synthèse de parti qu’ils porteront ou de laquelle ils se détacheront dans l’exercice du pouvoir.  La conséquence du choix soumis à un suffrage universel  étant  de réduire l’impact du groupe qui le soutien (les français de toutes opinions seront amenés à faire le choix de la candidature) Le rôle des partis politiques, garantie de démocratie de l’expression populaire s’en trouvera nécessairement diminué.

-          Ou bien s’en remettre au système actuel qui consiste à choisir entre des programmes politiques élaborés collectivement au plus près de la population (pour ce qui concerne certains partis) Les candidats ayant à rendre compte de leur application  devant les instances qui les ont désignés. Ce choix ayant  à priori pour conséquence, sans pour autant réduire l’initiative individuelle, de mettre l’élu en responsabilité devant ceux qui lui confient un mandat. D’abord en l’investissant au plus près de l’élaboration des orientations politiques, ensuite en le soumettant aux contrôles des électeurs. Ce système n’est pas parfait car il privilégie les états-majors des partis à tous les niveaux, sauf si ceux-ci pratiquent une démocratie interne irréprochable.

C’est aux partis qu’il incombe de consulter et de faire participer les électeurs  au scrutin présidentiel dont les modalités  devraient évidemment être revues et qui nécessitent une révision constitutionnelle. Il faut placer chaque élu dans de meilleures conditions pour légiférer et gouverner au mieux de l’application des idées dont il se réclame.

Le scrutin proportionnel accusé de produire de l’ « ingouvernabilité »  n’a rien à envier à la plupart des scrutins actuels  qui accentuent les magouilles médiatiques. Lesquelles  s’appuient sur l’aspect  émotionnel  que prend l’individualisation de l’élection qui va dérouter le  citoyen peu averti sur les questions politiques de fond.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Le Pavé dans la Mare de wikileaks

Posté par jacques LAUPIES le 29 novembre 2010

charslourds.jpg

Souventes fois nous nous hasardons, à notre microscopique niveau, à rappeler que la politique nationale se fait ailleurs, notamment dans les sphères de la haute finance et des multinationales avec comme premier appui politique le gouvernement des Etats-Unis. Cela relativise le poids que peut avoir la politique jugée parfois « progressiste » de l’actuel Président américain et, en tous cas, est pour le moins est révélateur de sa position inconfortable.

Combien de fois disions nous, sans prétention et sans rien inventer, que les puissances économiques du capitalisme international sont prêtes à toute provocation pouvant déclencher un intervention militaire. Pour preuve les tentatives sur l’Iran et la Corée du Nord, pays aux régimes totalitaires, bien que basés sur des systèmes différents mais ayant ceci de commun : les Etats-Unis veulent y imposer leur loi. On connait la méthode : on abat les dictateurs et on met à la place des soi-disant démocraties qui pourrissent encore plus la situation (voir Afghanistan et Irak).

Le mépris dans lequel sont tenus les chefs d’Etat européens ne peut surprendre que les naïfs et nous nous réjouissons (hélas mieux vaudrait avoir tort) de ne pas être de ceux là. Nous répétons inlassablement que les milieux financiers internationaux commandent nos politiques et que ce sont eux qui tentent de faire ou de défaire les (paillassons*) politiques qui nous gouvernent. Mais il faut reconnaitre qu’actuellement ils sont bien servis.

Demain s’il le faut ils en soutiendront d’autres, de couleur différente. Ah que De Gaulle dont la bourgeoisie française s’est bien servi,  avait raison de ne pas se préter à ce jeu. En tant qu’opposant passé à sa vision un peu monarchique du pouvoir, et à son oubli du monde des travailleurs, nous devons lui rendre justice de son sens d’intérêt national qui un temps a été utile au français.

Ne nous laissons pas berner par ceux qui à droite ou à gauche sont prêts à poursuivre l’oeuvre de démantèlement de notre économie, de nos valeurs républicaines, pour satisfaire les marchés financiers.

Ne nous laissons pas berner par d’autres extrémismes qui, loin des notions de lutte de classe à tous les niveaux, de la nation à la planète entière, nient cette réalité. Ils s’enferment dans le chauvinisme, les replis sur soi, nient la nécessaire transformation des économies, des relations humaines, qu’apportent les sciences et les techniques. Ceux-là qui, de part le fondement de leur pensée, l’acceptation de courants ou se mélangent les intégrismes religieux et des pseudos militants,  s’affublent parfois d’idées puisées dans les luttes révolutionnaires passées (la droite « classique » de Sarkosy avec Jaurès et Guy Mocquet, la droite ultra de Le Pen avec Thorez et Marchais, etc.). 

En période de crise les peuples sont fragiles et parfois désemparés devant les conséquences de cette crise. On ne doit pas laisser « jouer » avec ça !

Toute mise à jour de ces « complots » de la droite et de ses extrêmes, même s’ils ont une assise de masse électorale, doivent-être déjoués.

Seules des transformations économiques et sociales profondes dont la vraie gauche, alliée à des républicains convaincus, peut non seulement être une issue pour la nation français, quant elle aura retrouvé les valeurs qui on présidée à sa sa vie, et parfois à sa survie, pourront influencer l’humanité entière.

Que nos dirigeants politiques de demain ne deviennent plus des vasseaux des impérialismes financiers mais des combattants pour l »émancipation de notre peuple et des peuples du monde entier. C’est en premier lieu ce qu’il faut souhaiter !

 

* paillasson signifie natte servant à s’essuyer les pieds ou encore tapis-brosse. Un peu dur et pas très juste j’en conviens car nos gouvernants actuels ont des fonctions bien précises et pratiquent les ablations sociales sur commande, dans le bloc opératoire d’un état sous tutelle d’un capitalisme en crise.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Les commissions guerrières

Posté par jacques LAUPIES le 28 novembre 2010

 

L’affaire de la vente de sous-marins au Pakistan dont les médias font étalage laisse entendre qu’un candidat aux élections présidentielles a pu se faire gratifier de commissions sur des ventes d’armes. Cela de part la position de ses amis en responsabilité dans le gouvernement.

 

Bref la justice est saisie ce qui démontre que les puissants de ce monde, surtout lorsqu’ils ont des comptes à régler entre eux, ne sont plus tout à fait à l’abri des lois, pourtant si bien faites pour eux.

 

Ce beau monde disserte sur les éventuelles culpabilités des uns et des autres et sont évoqués des distributions de millions d’euros  à tirelarigot sur le dos des contribuables (car également, semble-t-il,  les « fonds spéciaux » de l’état auraient pu également être utilisés avant qu’un premier ministre ne les supprime).

 

Pendant ce temps  des enfants sont exploités dans le Pakistan  pauvre et  d’autres vont connaitre un Noël misérable dans notre France riche. Combien pourraient-être épargnés de leur infortune avec une utilisation de la fortune mal acquise de quelques autres.

 

Mais les impôts dilapidés et le commerce d’armes frauduleux ne sont qu’une  goutte, certes un peu grosse, d’un système qui plonge le monde dans une dangereuse anarchie économique et sociale. Le fonds du problème est dans l’exclusion des peuples de la gestion du produit de leur travail lequel  ne devrait appartenir  qu’à eux.

 

Cette gabegie mondiale a, le dirons nous assez, pour conséquence l’insécurité. Oh pas seulement celle qui nous vient des petits trafiquants, des voleurs à la tire et autres qu’engendre précisément la pauvreté confrontée à la richesse provocante. Difficile à supporter au quotidien pour ceux qui la subissent et sont en risque de la subir. Qui le nierait ?

 

Mais la menace est plus grande à un niveau supérieur.  Regarder l’arbre de trop près cache la forêt dit-on ! On pourrait paraphraser et dire la proche délinquance cache la grande. Celle qui se solde par des millions de victimes de populations affamées, privées de leurs moyens d’existence et victimes de guerres ou de génocides.

 

Et nous, dans nos pantoufles, serions nous à l’abri ? Parce que nous sommes tels les cerfs du moyen âge sous la « protection » d’un seigneur féodal ! Bien sûr que non. Il suffit qu’un peuple en souffrance sous la houlette d’un groupe de manipulateurs l’enjoigne, au nom de la justice (divine ou pas) à résister  à la politique de notre prince et nous voila en galère de peur. Et pourquoi pas au final en guerre si par malheur le vassal dégaine ? Pour peu qu’on tire trop sur la corde celui-ci risque de tirer sur l ‘arbalète !

 

Et de me dites que fabricant d’arbalète il faut bien les vendre ? Auquel cas je vous convie à un autre rendez-vous sur ce blog pour parler d’une autre logique de production pour une autre logique de consommation.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Diffusion de tracts

Posté par jacques LAUPIES le 27 novembre 2010

p1010911.jpg

Un ami (d’un camp différent du mien) s’étonnait de me voir coller des affiches et distribuer des tracts.

Il est vrai que les temps (au sens climatique et d’époque) se sont raffraichis. A un certain âge les pépés surprennent moins assis sur les bancs ou au jeu de boule qu’avec un peau de colle sauf à tapisser sous l’oeil charmé de la ménagère la chambre des petits enfants (les femmes même libérées ne sont pas insensibles aux gestes du bricoleur surtout quand elles ne bricolent pas elles-mêmes)

Mais l’enthousiasme de la jeunesse pour le combat politique tourne plus à la méfiance qu’à l’engouement et certains grands-pères, sont obsédés par l’immuable besoin de rappeler que selon la célébre formule du vieil Hugo « ceux qui vivent sont ceux qui luttent »

Formule un peu excessive car on peut tres bien vivre sans lutter ou lutter pour vivre.  Tout dépend de sa position sociale et de sa conscience.

Le bourgeois lutte à sa façon. Cela consiste souvent à utiliser la force des autres. Reconnaissons tout de même que même dans un relatif confort  certains d’entre eux doivent y consacrer une réelle énergie et,  à la vue des résultats électoraux, ils s’en tirent fort bien. Evidemment ils en sont d’autant bien payés. Leur prise de conscience de classe n’en est que plus facilitée.

Le prolétaire quant à lui utilise ce qui lui reste de sa propre force. Il lui faut comme disait Paul Eluard « prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas ». Avec peu de moyens sauf qu’il dispose d’une arme redoutable : le nombre ! Sa prise de conscience n’en est que plus difficile.

Quand on ne dispose pas à sa guise de presse, de télé, peut-on négliger l’effet du tract et de l’affiche pour la transmettre ? Et des bras nécessaires pour les diffuser ou les coller ?

A bon entendeur salut !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

A propos de journalistes d’ici ou d’ailleurs

Posté par jacques LAUPIES le 26 novembre 2010

J’ai maintes fois évoqué dans mes blogs ce que je pensais de la mission du journaliste. Cela tient en deux mots pour moi  : informer et commenter. La formule est célèbre : les faits sont sacrés, les commentaires sont libres. Cela bien évidemment ne règle pas tout les aspects de la profession. Il ya des journalistes qui dépendent d’une presse engagée laquelle a une ligne rédactionnelle alignée sur ces engagements, dautres qui croient appartenir à une presse totalement indépendante des courants de pensée et sont censés dépendre d’une ligne ouverte à toutes opinions.

Mais les uns et les autres n’ont pas à tricher avec les faits (par exemple : circonstances d’un fait divers, expression d’une opinion politique par celui qui s’en prévaut) car il y a un grave danger à les déformer ou à les ignorer. Bien entendu la critique littéraire, ou d’une oeuvre de cinéma, de théâtre, d’une exposition implique également un effort du lecteur qui consiste à ne prendre en compte la critique qu’après avoir lu ou vu ce dont on lui parle.

A priori rappeler cela est un peu superflu. Cela parait évident mais cependant est très  souvent complètement oublié dans une « certaine presse » laquelle, pour diverses raisons (souvent économiques), ne va pas s’informer aux sources de l’évènement. Elle se laisse aller à aménager celui-ci en fonction de présupposés, de recherche de sensationnel quand ce n’est pas une simple pratique ostentatoire. Comment dans un tel métier ne pas échapper au prosélytisme ? Parfois même, c’est le cas dans la presse d’opinion, cette dernière attitude est quasiment obligatoire. Cependant si cette presse se fait reconnaitre comme telle, chacun sait à quoi s’en tenir de ses commentaires.

Même au niveau des faits des choix sont souvent réalisés qui faussent au départ l’analyse que fera le lecteur ou le télespectateur. Omission de certains aspects essentiels, insistance sur d’autres, images et textes à l’appui. Bref grande est la possibilités de tricherie.

La méfiance du lecteur est donc indispensable mais ils sont nécessairement sensibles, comme l’on dit au sujet de la rumeur qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Peu importe d’ailleurs la nature du feu, bien des fumées se ressemblent et elles intoxiquent.

Alors comme dans toutes les professions il y a ce qui font bien et ceux qui font moins bien. Comme ce métier est indispensable à la vie démocratique d’une société il faut faire avec ! Sans doute mais à l’heure d’internet plus nombreux sont ceux qui peuvent exiger plus de rigueur de ces hommes et ces femmes qui choisissent de nous informer et prétendent, au mieux, nous donner des élément d’éducation de culture.

Ecrire ne doit pas être l’affaire des seuls professionnels car il n’y a que la multitude d’expressions qui rappellera à chacun ses devoirs à l’égard de la société. C’est bien ce qui inquiète nos « élites intellectuelles » Alors svp ne fermons pas nos G…

 

Je préciserai que je viens de rédiger ce texte inspiré par l’ignorance dans laquelle les journalistes de la presse locale tiennent leurs lecteurs en ce qui concerne les communiqués du front de Gauche ou même du PCF. Mais ce « petit fait » s’incrit hélas dans des attitudes générales à tous les niveaux de l’information.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Un tonneau sans bouteille !

Posté par jacques LAUPIES le 19 novembre 2010

p1010960.jpg

La coordination du Front de Gauche et les candidats

 

Dans un article paru dans le journal LA PROVENCE, signé de François Tonneau, il est écrit : « Le PS observe mais désigne déja un candidat, M. Sollers, après avoir songé au Front de Gauche pour le moins désuni. »

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce journaliste manque de bouteille tant il donne dans le faux et l’approximatif.

Le faux ! Car contrairement à ce qui est dit le Front de Gauche est parfaitement uni à Tarascon comme en témoigne les candidatures aux cantonales (titulaire et suppléant) rendues publiques et soutenues et présentées par les composantes de ce Front (Parti Communiste, Parti de Gauche et Gauche Unitaire) N’oublions pas que les responsables locaux du Front de Gauche se sont clairement exprimés quant à leur volonté de travailler unis et en coordination et d’en appeler au soutien de toutes les forces syndicales, associatives et politiques qui se retrouveront dans son projet.

L’approximatif (et nous pourrions dire l’ambigüe) ! Car il évoque une candidature Sollers (avec 2l) ce qui mériterait des précisions compte tenu que ce nom est très usité à Tarascon et que l’investiture socialiste de ce candidat ne semble pas être dans une réalité très évidente.

La Presse locale vient d’être invitée à donner des informations sur les candidatures du Front de Gauche aux élections cantonales. Il lui est demandé – et pour cause – de publier les communiqués  dans l’intégralité. Pour les commentaires cela va de soi, comme le voulait l’un des pionniers du journalisme, ils sont libres. Aux lecteurs de juger si les faits, en l’occurence les communiqués officiels des candidats ou de leurs soutien,  restent sacrés !

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Communiqué du PCF de Tarascon

Posté par jacques LAUPIES le 18 novembre 2010

p1010953.jpg

Enna DUFOUR et Alain DUPRE

Candidatures du Front de Gauche aux élections cantonales 

Le Comité de Coordination du Front de Gauche de Tarascon (Composé des représentants du Parti Communiste Français et du Parti de Gauche) à examiné les possibilités de candidatures aux futures élections cantonale de mars 2011. 

 

CANDIDATURES POUR QUI ET POURQUOI ?

Dans le contexte politique actuel, tant local que national, il importe de rassembler sur de vraies valeurs de gauche un large éventail d’électeurs victimes d’une politique marquée par l’aggravation des conditions de vie et de travail qui frappe diverses couches de la population :

- salariés  frappés par les bas salaires et la précarité souvent menacés dans leur emploi par les délocalisations d’entreprises.

- retraités en perte constante de pouvoir d’achat avec la stagnation de leurs pensions et retraites, pour un certain nombre confrontés aux aléas de la dépendance

- jeunes  confrontés pour une grande part d’entre eux au chômage, et aux difficultés qu’impliquent souvent la poursuite de leurs études

- commerçants et artisans, soumis  de plus en plus aux conséquences de l’insuffisance de solvabilité des familles, à la concurrence des grandes surfaces, aux charges de plus en plus lourdes dans le domaine fiscal et social, au crédit bancaire inadapté, etc

- agriculteurs confrontés à la mévente de leur production face aux importations, aux pratiques de la grande distribution.

- professions libérales soumises à des réformes réduisant leurs prérogatives

LES SOLUTIONS 

Le Front de gauche avance cependant des solutions en préconisant essentiellement l’augmentation des salaires et des pensions et des minimas sociaux, une sécurité sociale retrouvée avec prise en charge des frais dus à la maladie, le rétablissement de la retraite à 60 ans, l’indemnisation correcte du chômage lié à des parcours de vie ou seront garanties des formations et pour les travailleurs indépendants la garantie de leurs revenus.

Parallèlement il convient de procéder à une réforme profonde da la fiscalité, donner une autre orientation à l’utilisation de l’argent par les banques, de consacrer les excédents des entreprise à l’investissement productif (emploi et développement industriels et des services) d’en finir avec la « financiarisation » de l’économie.

Cela permettra de  redonner toute leur vitalité aux services publics (hôpital, école, logement, sécurité des citoyens, justice, etc.) d’assurer leur extension (à l’énergie, à l’eau, aux transports, aux télécommunications, etc.)

Ces grandes orientations seront développées par nos candidats. Elle supposent une extension de la démocratie lourdement mise en cause par la réforme des collectivités territoriales visant à éloigner les élus de la population, une réforme des  institutions au plan national qui aboutissent actuellement à ce que nous soyons mis sous la tutelle d’un pouvoir, émanation d’une minorité populaire par le jeu des scrutins et les abstentions qui en résultent.

LE CONTEXTE LOCAL DANS LE CANTON DE TARASCON 

A Tarascon la droite est aux commandes du Canton et de la ville. Elle dispose d’une assise électorale importante malgré le discrédit dont jouit la majorité UMP ou  ceux qui en sont issus (Maire et Conseiller Général). Existe également un fort courant soutenant  l’extrême droite qui trouve une base importante dans l’électorat à partir d’idées fondées sur l’exploitation du phénomène de l’immigration dont on sait que la cause est essentiellement  économique et voulue par un patronat à la recherche, dans le passé mais aussi dans le présent, d’une main d’œuvre bon marché.

La crise de l’emploi aggrave les conséquences de ce phénomène  que ne manquent  pas d’utiliser en toute démagogie nombre de partis.

Ainsi se développent des divisions et des clivages qui éloignent les citoyens de la prise de conscience de la cause véritable de leurs difficultés qui à sa source dans l’opposition entre les tenants des richesses produites et le monde du travail.

A Tarascon, comme dans la plupart des villes de notre pays cette oppositions n’est s’identifiable  que par le choix que font les politiques, car les responsables du pillage dont nous sommes victimes se situent dans les hautes sphères de la finance et de l’industrie et parfois même hors de nos frontières (Tembec, Conserverie de France, …….en sont l’exemple vivant)

C’est pour cela que le Front de Gauche Local ne dissociera pas le combat pour une gestion du département conforme aux intérêts de la population  de celui qu’il faut mener contre la politique gouvernementale impulsée par un Président de la République incarnant  l’intérêt de quelques privilégies.

DEUX CANDIDATURES DU FRONT DE GAUCHE ISSUES DE LA PROPOSITION DU PCF ET DU PARTI DE GAUCHE 

Les deux candidats soumis aux suffrages des électeurs de ce canton représentent les orientations que nous venons d’énoncer.

Tous deux sont impliqués dans la vie économique et sociale du canton de part leur profession, leur implication dans la vie syndicale et associative. Ils ont le soutien de partis  politiques qui prônent un changement radical dans notre pays.

Il s’agit de

Enna DUFFOUR Directrice d’Ecole en retraite, Conseillère Municipale d’opposition à Tarascon

Alain DUPRE Agent de Maitrise à la SNCF, militant syndical et associatif

LE FRONT DE GAUCHE DEMEURE LA BASE D’UN RASSEMBLEMENT POPULAIRE TRES LARGE. DES LE PREMIER TOUR IL PEUT MARQUER, AVEC SES OPTIONS BIEN ANCREES A GAUCHE UNE VOLONTE DE CHANGEMENT RADICAL DANS LES POLITIQUES SUIVIES AU PLAN DEPARTEMENTAL, REGIONAL ET NATIONAL. 

 

LE FRONT DE GAUCHE APPELLE A SON RENFORCEMENT  PAR DES ORGANISATIONS POLITIQUES PRESENTES LOCALEMENT, DES SYNDICATS, DES ASSOCIATIONS POUR UN SOUTIEN DE SE CANDIDAT (TITULAIRE ET SUPPLEANT) 

La section de Tarascon du PCF                 

Fait à Tarascon le 18 novembre 2010

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

1...267268269270271...284
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus