• Visiteurs

    Il y a 6 visiteurs en ligne
  • Méta

  • Oeuvre de Rodin

    Oeuvre de Rodin

  • janvier 2019
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Dali

    Dali

  • Ian Brossat Chef de file des communistes

    Européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

La nécessité d’un Parti Communiste

Posté par jacques LAUPIES le 6 juillet 2008

NE PAS OUBLIER LENINE ?

Que disait Lénine à une époque ou le prolétariat – entendez par là : la classe ouvrière – était largement minoritaire dans tous les pays d’Europe et à fortiori dans la plupart des pays du monde, excepté sans doute les Etats-Unis d’Amérique ou naissait un prolétariat porteur des traditions ouvrières européennes.

On peut toujours ne considérer sa pensée que relevant d’une situation spécifique, après une révolution dans un pays dominé par l’héritage du système tsariste aux mécanismes de fonctionnement féodaux. On peut n’en retenir qu’une théorisation née d’expériences politiques particulièrement violentes puisque résultant d’une guerre civile ou l’affrontement concernait d’une part les forces conservatrices qui prirent l’initiative de la violence contre révolutionnaire et d’autre part un peuple asservi au cœur duquel la classe ouvrière et les intellectuels eurent un rôle prépondérant. On peut de ce fait indiquer que la France d’aujourd’hui n’est nullement comparable à la Russie de 1920. On peut même affirmer péremptoirement que la suite des évènements montrèrent que ce que disait Lénine fut démenti par la réalité qui succéda à sa disparition.

Quoique déjà je trouve un peu déplacé de faire bien peu de cas d’un homme qui réussit à conduire l’effondrement d’un despotisme doté d’un système généralisé d’exploitation qui frappait villes et campagnes dans un pays peu conditionné par la réalisation d‘une révolution socialiste. Il est tout à fait compréhensible que ses adversaires d’hier et d’aujourd’hui ne s’en remettent pas. Deux cents ans après la révolution française Robespierre est toujours aussi haï, encore qu’il soit étonnant que notre Président expert en fourre-tout historique n’en fasse pas un héros de la nation.

Pour en revenir à Lénine, et en étant respectueux de la distance, autant de temps et d’espace qui nous sépare de lui, je ne vois pas pour quelles raisons, de la même manière qu’on le fait pour les penseurs de l’antiquité ou ceux des lumières, non certes sans une certaine ségrégation, on ne mettrait pas quelques une de ses pensées à réflexion dans les universités.

Cela pourrait conduire à mieux comprendre un certain nombre de dérives politiques de notre temps, notamment parmi ceux qui se réclament de la « révolution »

Que disait le révolutionnaire russe en particulier sur la nécessité d’un parti révolutionnaire :

« Nier la nécessité du parti et de la discipline du parti, voila ou en est arrivé l’opposition. Or cela équivaut à désarmer entièrement le prolétariat au profit de la bourgeoisie. Cela équivaut, précisément à faire siens ses défauts de la petite bourgeoisie que sont la dispersion, l’instabilité, l’inaptitude à la fermeté, à l’union, à l’action conjuguée, défauts qui causeront inévitablement la perte de tout mouvement révolutionnaire du prolétariat, pour peu qu’on les encourage. Nier du point de vue du communisme la nécessité du parti, c’est sauter de la veille de la faillite du capitalisme (en Allemagne), non pas dans la phase inférieure ou moyenne du communisme mais bien dans sa phase supérieure. En Russie nous en somme encore (plus de deux ans après le renversement de la bourgeoisie) à faire nos premiers pas dans la voie de la transition du capitalisme au socialisme, ou stade inférieur du communisme. Les classes subsistent et elles subsisteront partout, pendant des années après la conquête du pouvoir par le prolétariat. Peut-être ce délai sera-t-il moindre en Angleterre où il n’y a pas de paysans (mais ou il y a cependant des petits patrons !) Supprimer les classes, ce n’est pas seulement chasser les grands propriétaires fonciers et les capitalistes, – ce qui nous a été relativement facile, – c’est aussi supprimer les petits producteurs de marchandise; or ceux-ci on ne peut pas les chasser, on ne peut pas les écraser, il faut faire bon ménage avec eux. On ne peut pas (et on doit) les transformer, les rééduquer, – mais seulement par un travail d’organisation très long et très lent, très lent et très prudent. Ils entourent de tous côtés le prolétariat d’une ambiance petite bourgeoise, ils l’en pénètrent, ils l’en corrompent, ils suscitent au sein du prolétariat des récidives, des défauts propres à la petite bourgeoisie : manque de caractère, dispersion, individualisme, passage de l’enthousiasme à l’abattement. Pour y résister, pour permettre au prolétariat d’exercer comme il se doit, avec succès et victorieusement, son rôle d’organisateur (qui est son rôle principal), le parti politique du prolétariat doit faire régner dans son sein une centralisation et une discipline rigoureuse.. La dictature du prolétariat est une lutte opiniâtre, sanglante et non sanglante, violente et pacifique, militaire et économique, pédagogique et administrative, contre les forces et les vieilles traditions de la vieille société. La force de l’habitude chez des millions et les dizaines de millions d’hommes, est la force la plus terrible. Sans un Parti de fer, trempé dans la lutte, sans un parti jouissant de la confiance de tout ce qu’il y a d’honnête dans la classe en question, sans un parti sachant observer l’état d’esprit de la masse et influer sur lui, il est impossible de soutenir cette lutte avec succès.. Il est plus facile de vaincre la grande bourgeoisie centralisée que de « vaincre » les millions et les millions de petits patrons; or ceux-ci, par leur activité quotidienne, coutumière, invisible, dissolvante, réalisent les mêmes résultats qui sont nécessaires à la bourgeoisie, qui restaurent la bourgeoisie. Celui qui affaiblit tant soi peu la discipline de fer dans le parti du prolétariat (surtout pendant sa dictature) aide en réalité la bourgeoisie contre le prolétariat »

Ce passage de « la maladie infantile du communisme » n’est sans doute pas sans choquer en 2008 lorsque l’on examine les conséquences dramatiques qu’ont pu avoir certaines pratiques de partis dans les différentes « expériences » socialistes ? Dans la mesure ou certains dirigeants de ces partis communistes n’ont cessé de se réclamer de ces textes pour asseoir un pouvoir politique susceptible de mener à bien la construction du communisme la question se pose d‘évidence. Ces écrits sont-ils pour autant si répréhensibles que cela ?

Ce que j’en retiens personnellement c’est qu’ils posent le principe de la nécessité du parti révolutionnaire qui à mon avis est incontournable autant dans la lutte pour abattre le capitalisme (ou le dépasser comme nous l’exprimons aujourd’hui, mais la question est-elle là ?) Ils répondent aussi à la question du rôle du prolétariat et des couches petites bourgeoises et pas seulement des couches du secteur libéral mais aussi de toutes celles qui s’identifient par mimétisme à elles et que l’on baptise généreusement ”couches moyennes”.

Mais cela dans un contexte radicalement différent. Quand on examine une question scientifique il est de bon ton de dissocier les lois générales applicables dans une environnement donné des phénomènes secondaires qui les accompagnent et peuvent très bien être soumis à variabilité. L’abandon du fil a plomb au profit d’appareils de mesure sophistiqués ne change en rien la véracité de la loi de la pesanteur à condition bien sur de rester sur notre planète. L’exploitation capitaliste et la lutte ds classes qu’elle génère demeurent malgré les transformations des techniques de production et les évolutions sociologiques que cela engendre. Nous restons bien sur la planète !

 

(à suivre)

*Je tente une série de réflexions dans le cadre de la préparation du congrès du PCF. Elles n’engagent que moi bien sûr, comme toutes les initiatives que peut prendre un militant plus particulièrement dans une telle période. Par contre et j’aurai l’occasion de le dire, je crois profondément nécessaire d’être responsable quand des choix politiques ont été élaborés démocratiquement et que les Directions ont été élues de la même manière . Volontairement je ne publie que des textes courts qui doivent s’enchainer au jour le jour sans ordre thématique précis. Ce premier texte a une suite sinon il ne voudrait rien dire !

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Réflexions pour une vraie gauche communiste au service du peuple

Posté par jacques LAUPIES le 8 mars 2008

 Ce texte vise à contribuer dans la réflexion qui est indispensable dans notre parti.

Il est grand temps de voir que le Parti Communiste Français n’est plus ancrée dans la réalité d’aujourd’hui. Le PCF est un grand parti politique qui s’est vidé de sa substance à cause de son propre mode de fonctionnement tant du côté du fonctionnement interne que du fonctionnement militant. Effectivement nous ne sommes plus un parti d’action concrètes au près de nos concitoyens et de leur quotidien ; nous ne sommes qu’un parti théorique, un parti d’idées. Il nous faut impérativement changer cela si nous voulons que le PCF reste dans la lutte pour un idéal, un parti d’espoir. Luttons au quotidien et devenons un parti d’action ! Pour ce faire il faut clairement et distinctement revenir sur nos fondamentaux, sur les valeurs qui font notre identité communiste. Soyons fiers de nos réussites et reconnaissons les pages sombres de notre histoire pour empêcher les dérives qu’on été le stalinisme bien d’autres encore.

• Par nos valeurs j’entends bien évidemment la lutte des classes. Notre parti semble avoir abandonné cette idée primordiale qui n’a jamais été autant d’actualité face à un gouvernement, et plus généralement face à un système qui est passé clairement à l’offensive. L’écart entre riches et pauvres s’accroit à une vitesse vertigineuse que nous devons stopper immédiatement (franchises médicales, augmentations des produits alimentaires, de l’essence, stagnation des salaires et dans le pire des cas recul etc…). Il faut donc revoir notre vision du Marxisme et joindre la pensée à l’acte.

• Deuxième point nous devons être un parti clairement anticapitaliste et rejeter radicalement le système du « tout argent » en l’affirmant sans honte et sans ambiguïté. Vouloir dépasser le capitalisme c’est bien, le combattre pour pouvoir le dépasser c’est mieux !

• Il faut également être un parti dont sa propre force vienne du bas et non du haut : il ne faut pas d’un parti « pyramidal » où la direction serait en décalage avec les aspirations des adhérents, et de l’attente du peuple. Les décisions du parti doivent toujours se fonder sur l’accord de l’ensemble des adhérents au travers de débats. La démocratie au sein de notre parti doit être totale et non fictive, il faut que l’on applique les proposition que l’on fait au peuple à nous même ! C’est indispensable ; notre parti doit être à l’image du peuple français dans toute sa diversité.

• Autre point, il est nécessaire de revenir à notre lutte « principale » qu’est la défense de tous les opprimés et des ouvriers. Effectivement je pense qu’il faut défendre en urgence et en premier lieu les plus démunis. Passer par cette défense signifie qu’il faut revoir notre approche militante au sein des luttes sociales, notamment par des rencontres sur les marchés, dans la rue, dans les entreprises entre les citoyens et les militants du PCF afin d’expliquer, de faire connaître nos projets et nos idées pour une société différente de celle proposée depuis tant d’années. Il faut également nous réimplanter dans les quartiers populaires, dans les entreprises, afin de redonner espoir en une alternative possible face au capitalisme et au libéralisme. Il nous faut impérativement être présent sur toutes les luttes sociales sur le terrain et non par un simple soutien moral.

• Vouloir un large rassemblement populaire de la gauche ne signifie pas pour autant qu’il faille à tout prix se rallier au PS. Bien d’autre parti à gauche partage nos valeurs. Trop de gens on cette impression (qui ne me semble pas totalement injustifiée) que le PCF cherche à tout prix à se rallier au Parti Socialiste uniquement dans le but de garder des sièges, ou des places plus ou moins importantes en oubliant les valeurs communistes. N’ayons pas peur d’être autonome lorsque la situation l’exige. Il faut refuser fermement et radicalement toute alliance avec le Parti Socialiste si celui-ci ne défend pas les opprimés et adhère aux pensées capitalistes et libérales, c’est un devoir ! Ne pas faire cela serait une trahison envers nos adhérents et nos électeurs. Cependant il ne faut pas nous tromper d’ennemis, il ne faut pas combattre les autres partis de gauche mais bien le capitalisme et le libéralisme ; car en effet nous sommes passés clairement à un clivage non plus gauche-droite mais bel et bien anticapitaliste-capitaliste.

• L’abandon de la dictature du prolétariat est nécessaire car en contradiction avec l’idée de l’émancipation humaine et de nos valeurs. Nous ne devons en aucun cas revenir sur cette décision.

• Le changement de nom de notre parti peut être une bonne chose. Effectivement changer de nom pourrait permettre d’une part de tourner une page et d’en ouvrir une autre dirigée vers l’avenir et l’action, et d’autre part de nous détacher du lourd poids qu’est notre histoire. Quelques exemples de noms qui conviendraient : – Parti Humaniste – Union pour le Peuple -Mouvement Anticapitaliste et Antilibéral

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Réponse au texte suivant…

Posté par jacques LAUPIES le 8 mars 2008

Je suis globalement d’accord avec cette analyse sauf que je ne partage pas les propositions de changement d’appellation.

Je pense que la dictature du prolétariat qui hélas à abouti à la dictature même pas d’un Parti mais probablement d’une poignée de dirigeants est un concept dangereux et qu’au contraire une large démocratie est indispensable dans la véritable prise de pouvoir par le peuple (autrement dit par l’immense majorité qui fait vivre ce pays par son travail)

Par contre je suis très réservé sur un fonctionnement de parti qui ne serait pas respectueux des décisions majoritaires des congrès et instances intermédiaires et ne pratiquerait pas un certain  centralisme démocratique. Non pas celui que nous avons connu avant de le remettre en cause mais un centralisme démocratique qui implique une discipline sans laquelle, face à un adversaire impitoyable et doté de moyens considérables de manipulation politique, nous opposions le désordre et la soumission à des individualités, des courants, des pressions de soi disants alliés extérieur qui nous sabordent au premier virage.

Un tel centralisme démocratique doit évidemment reposer sur de grandes possibilités d’expression et d’intervention des communistes à tous les niveaux et ne pas aboutir à sanctionner les opposants aux orientations majoritaires respectueux des régles qu’imposent ces orientations.

Mais doit on baptiser cela « centralisme démocratique » ou simplement regles voire « éthique démocratique« 

Le Parti, au risque de connaitre des moments difficiles, doit garder une spécificité d’avant garde révolutionnaire (au sens de la recherche de dépassement du capitalisme en combinant l’utilisation des luttes électorales, des mouvements sociaux, et du combat intellectuel et théorique)

Il n’a pas à renier le mot « communisme » mais à le valoriser, à le désolidariser non pas des révolutions ou des résistances faites en son nom, mais des comportements criminels et absurdes de groupes, de catégories de dirigeants, qui en son nom ont pu pratiquer le dogme et le sectarisme.

Cela est certe une voie difficile mais qui a le mérite de ne rien perdre de l’histoire tant  philosophique et culturelle que sociale et politique qui lui donne toute sa noblesse.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Posté par jacques LAUPIES le 2 mars 2008

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Les Allemands aussi…

Posté par jacques LAUPIES le 2 mars 2008

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=-O9Z1WulZSw

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

1...684685686687688
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus