• Accueil
  • > Poésie 1 : Espoirs venus d’ailleurs

Poésie 1 : Espoirs venus d’ailleurs

Le vent froid souffle sur nos tuiles
Il assèche et réduit le pain
Egarant la foule des villes
Il efface tous les chemins

 
 
Les hommes regardent le ciel
Ils voient la terre mutilée
Les abeilles n’ont plus de miel
Les poissons rares aux filets
 
 
Perdus les êtres se mélangent
Sans choisir l’esprit ni les yeux
Ils ne voient plus ou sont les anges
 
Et ne croient qu’au plaisir des dieux
 
 
Je vent glacial brûle leurs ailes
Cloués dans un sol infertile
Leur squelette et leur cerveau frêle
Tuent tous les espoirs juvéniles
 
 
Soudain un vent brûlant se lève
Apportant les nuages gros
Qui vont déverser dans leur sève
La chaleur du sperme nouveau
 
 
Ce vent apporte aussi le sable
Qui vient des infinis déserts
Message de l’insoutenable
Des misères de l’outre mer
 
 
Faut-il qu’au pays des lumières
L’on ait besoin de tous ces bras
Que nous apportent tous ces frères
Que nous avons tant mis à bas
 
 
Il font vivre le cœur des villes 
 
Et les fermes abandonnées
 
Chassons les pasteurs inutiles
 
Ravivons nos luttes passées
 
 
 
Du mélange ne peut que naître
 
Le suc de la prospérité
 
Loin de leurs dieux loin de nos maîtres
 
Nous construirons l’humanité

 

 

 

 

Rapport sur l’intégration : « Une polémique affligeante »

 

 

La polémique de ces derniers jours à propos des rapports remis au Premier ministre sur l’intégration est affligeante. L’offensive menée par la droite vise à empêcher la tenue d’un véritable débat sur le fiasco des politiques dites d’intégration et à faire de la contrebande sur les plates-bandes désolées de l’extrême droite. Ils s’érigent en remparts d’une France éternelle fantasmée, assimilée bien abusivement à la République. Il est profondément dommageable que le gouvernement et le Président de la République aient si vite capitulé en rase campagne sans manifester le moindre intérêt pour le travail sérieux fourni par les rapporteurs et les questions par eux soulevées.

Nous appelons à faire connaître ces rapports pour alimenter le débat plus que nécessaire sur les discriminations, les inégalités et la laïcité. Nous appelons à refuser le tabou, à sortir de ce modèle d’intégration qu’incarne à merveille la triste formule : la France, tu l’aimes ou tu la quittes. La France, ce n’est pas un label à carreaux rouges et blancs. La France, c’est nous, tous ensemble, avec notre histoire partagée, mâtinée d’influences multiples, notre présent et notre avenir au sein d’une humanité qui cherche sa voie.

Pierre Dharréville, responsable de la commission « République, démocratie et institution » au PCF

 

Loin de leurs dieux loin de nos maitres
Nous construirons l’humanité
 
 

 

Laisser un commentaire

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus